AccueilSaint-Leu-d'Esserent et l'implantation monastique dans la basse vallée de l'Oise

Saint-Leu-d'Esserent et l'implantation monastique dans la basse vallée de l'Oise

Saint-Leu-d'Esserent and Monastic Settlements in the Lower Valley of the Oise River

*  *  *

Publié le jeudi 25 novembre 2010 par Karim Hammou

Résumé

Appel à communications pour un colloque ayant pour thème : « Saint-Leu-d'Esserent et l'implantation monastique dans la basse vallée de l'Oise ». Le colloque se tiendra les 27, 28 et 29 octobre 2011 à Saint-Leu-d’Esserent (Oise).

Annonce

En 1081 le comte Hugues de Dammartin confiait à l'abbaye de Cluny, par l'intermédiaire de l'évêque de Beauvais, l'église, l'autel, l'aître et les dîmes d'« Hescerent » afin d'y fonder un prieuré. C'était là le point de départ de l'existence du grand prieuré de Saint-Leu-d'Esserent.

Le 930e anniversaire de l'évènement, en 2011, sera l'occasion de dresser un bilan de l'avancée des recherches sur le prieuré mais également de s'interroger sur l'implantation religieuse dans toute la région, en n'écartant, a priori, aucun angle de recherche.

Situé sur la rive droite de l'Oise, le prieuré de Saint-Leu-d'Esserent constitue une pièce majeure mais non isolée du vaste échiquier religieux de la région. La basse vallée de l'Oise apparaît notamment comme une zone d'implantation privilégiée du monachisme bénédictin. Saint-Martin de Pontoise et Saint-Corneille de Compiègne en sont les plus illustres représentants mais Cluny, Molesme, Jumièges ou Saint-Denis, entre autres, ont également fait des rives de l’Oise un de leur terrain d'expansion en fondant des prieurés. De taille, de fonction, d'organisation et de vocation différentes, les établissements prioraux sont inégalement connus car inégalement documentés mais, considérés dans leur ensemble, ils constituent, par la densité de leur réseau, les principaux acteurs de la vie monastique locale.

D'organisation différente puisqu'elles ne possèdent pas de prieurés, les abbayes cisterciennes n'en sont pas moins très présentes dans l'espace proposé à l'étude, à travers des établissements de renom : Royaumont, Maubuisson et Le Val.

Le cadre géographique retenu ne peut se limiter à des frontières politico-administratives anciennes ou récentes, tels le diocèse, la seigneurie ou le département, tant celles-ci vont à l'encontre de la réalité de l'intégration des établissements monastiques dans leur environnement. La vallée de l'Oise, « région privilégiée » car « berceau de l'architecture gothique » comme l'affirment Maryse Bideault et Claudine Lautier, apparaît comme le cadre idéal et cohérent dans lequel inscrire une étude de l'implantation monastique. L'Oise est avant tout un grand axe de circulation et ses rives, des zones de contact privilégiées entre le diocèse de Beauvais, de Paris et de Rouen, entre domaine royal et pays échappant encore à l'autorité du monarque au xie siècle ou encore entre Beauvaisis, Pays de France et Valois. Le cours de la rivière est parsemé de gros bourgs ou de petites villes (Saint-Leu-d'Esserent, Beaumont-sur-Oise, Villers-Saint-Paul, Auvers-sur-Oise...) caractéristiques d’un cadre hésitant toujours entre ville et campagne.

Nous sollicitons donc des contributions intéressant directement Saint-Leu-d'Esserent mais également l'histoire des établissements monastiques situés dans la basse vallée de l'Oise, depuis Pontoise jusqu'à Compiègne. Une grande diversité des approches est souhaitée et les interventions peuvent donc provenir de disciplines variées. Ainsi peuvent être mises à contribution :

  • Histoire religieuse ou liturgique (implantation religieuse, vie communautaire, culte des reliques...).
  • Histoire politique (relations avec l'aristocratie, le pouvoir royal, la papauté...).
  • Histoire de l'architecture.
  • Histoire des techniques (ressources en matériaux de construction...).
  • Anthropologie historique (mise en valeur du territoire, vie villageoise autour du monastère...).
  • Étude des textes littéraires, des chartes monastiques, des images...
  • Archéologie dans sa globalité.

Cette liste n'est pas exhaustive et ne saurait limiter les propositions de contribution.

Si vous souhaitez proposer une communication, veuillez adresser un courriel à Delphine Hanquiez (delphinehanquiez@gmail.com) ou Anthony Petit (anthony.petit@u-picardie.fr)

avant le 15 mars 2011

Votre proposition devra comporter votre institution d’affiliation, le titre de votre contribution et son résumé (500 mots environ) ainsi qu’une liste de vos dernières publications et communications.

Les communications, d’une durée de 20 minutes,  feront l’objet d’une publication dans les actes du colloque.  

Comité d’organisation :

  • Delphine Hanquiez (Université d’Artois)
  • Anthony Petit (Université de Picardie Jules Verne)

Lieux

  • Saint-Leu-d’Esserent (60340)

Dates

  • mardi 15 mars 2011

Contacts

  • Delphine Hanquiez
    courriel : delphinehanquiez [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Delphine Hanquiez
    courriel : delphinehanquiez [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Saint-Leu-d'Esserent et l'implantation monastique dans la basse vallée de l'Oise », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 25 novembre 2010, http://calenda.org/202680