AccueilLa clinique en travail social : formes, enjeux et perspectives

La clinique en travail social : formes, enjeux et perspectives

Clinics in Social Work; Forms, Issues and Perspectives

*  *  *

Publié le jeudi 02 décembre 2010 par Karim Hammou

Résumé

Appel à contribution sur « La clinique en travail social : formes, enjeux et perspectives » pour la revue de la Plate-forme : recherche, action sociale et formation - Alsace.

Annonce

Mais que fait le travailleur social ? À sa création, en plein État Providence, le travailleur social est là pour conjurer les maux de la société : panser, relayer, voire se substituer aux « défaillants » qu’il s’agisse des parents, des proches ou des lointains, des institutions (de l’École à l’État)… Puis, il va être donné pour un accompagnateur, un rééducateur, un réparateur, un réconciliateur (on ne parle pas encore de médiation) ; il va prévenir donc (naissance de la prévention spécialisée), guérir même (quand la relation d’aide ou éducative rencontre les notions psychanalytiques de transfert et de contre-transfert, le thérapeutique s’accole, presque naturellement, au psychothérapeutique, même quand il prétend s’en distinguer), aider et accompagner…  

Les travailleurs sociaux semblent avoir des difficultés à définir ce qui fondent leurs pratiques et actions - en témoigne le travail éducatif qui semble peiner à se dire, à se définir même. Pourtant, les métaphores ont fait florès : accompagnateur, passeur, entre autres…  Mais peut-on seulement définir ce « qu’est » un éducateur ?  

Aujourd’hui, les certitudes, tout au moins les convictions, que l’on pouvait avoir, vacillent au moment où se transforme, pour employer un euphémisme, le sens même de l’intervention sociale,…jusque dans nos politiques sociales. Prenons, par exemple, la loi du 2 janvier 2002 qui opère un centrage sur la prestation au détriment de la signification politique de l’intervention sociale. Nous pourrions également faire référence au développement du techno-structurel à l’intérieur des établissements sociaux et médico-sociaux qui redéfinit assez profondément les pratiques et les rapports à l’usager. Nous ne saurions ici dresser un tableau rendant compte de manière complète des différentes transformations qui affectent le secteur, cependant il parait important de noter combien il n’est pas étonnant de voir, dans ce contexte, se poser la question du sens des pratiques éducatives et d’accompagnent social. Pour ce qui nous intéressera plus particulièrement dans le cadre de cet appel à contribution, il nous semble que nous assistons, toujours dans ce contexte, à une surenchère des cliniques, que ce soit à travers des publications ou des prises de parole (au détriment des trop « banales » pratiques, des trop « marxistes » praxis ?).  

De l’origine médicale de la clinique (le corps social serait-il, par essence, malade ?) à sa psychologisation (avec S. Freud et ses successeurs) la clinique alimente, au moins, les discours, les publications, les formations, … La sémantique n’est pas toujours innocente ! Avec G. Schopp, nous acceptons l’hypothèse que : « la clinique implique la rencontre avec l’autre selon les modalités de son champ et de son signifiant professionnel », on comprend que le terme même ait un bel avenir, toutes les disciplines pouvant se l’approprier (ex : la sociologie clinique). Des auteurs, tels J. Rouzel, propose dès lors, presque comme une position éthique, de définir l’acte éducatif, à partir de la clinique du sujet, comme une clinique de (pour ?) l’éducation spécialisée.  

Mais cette position est-elle tenable ? Entre les partisans de cette nouvelle clinique et les nouveaux lobbies qui, venus du secteur marchand, tentent de s’imposer aux praticiens du social, quelles alternatives ? Les mots ne risquent-ils pas de nous enfermer dans des rôles ? Dès lors, comment définir, aujourd’hui, la fonction éducative ? La clinique pose également la question de l’articulation entre le travail social et les savoirs psy : d’emblé parler de clinique ne place-t-il pas le travail social dans une forme de dépendance à des savoirs exogènes ?  

Fort de ces constats et premières réflexions, le comité de rédaction de la revue de la Plate-forme Recherche Action sociale et Formation - Alsace a jugé opportun d’ouvrir ce premier numéro à la question de la clinique en travail social ou dans le travail social. Nous voyons en effet à travers cette question, une manière de discuter ce qui fonde les pratiques en travail social et le sens qu’on va leur donner.  

Les constats exposés appellent également à débattre, et soulèvent un ensemble d’interrogations : À quelles conditions peut-on parler de clinique en travail social ? Que recouvre cette notion de clinique ? La clinique n’est-ce pas là une manière de réhabiliter l’individu face au symptôme ?  

Cette question peut-être abordée de différentes manières. Il pourrait être intéressant de clarifier cette notion de « clinique » employée à de nombreuses reprises mais dont le sens échappe. Il parait également nécessaire de caractériser et de discuter la pertinence de cette notion appliquée au travail social. L’analyse des transformations du contexte et de leur impact sur les pratiques éducatives et sociales pourrait être également un support à contribution : on retrouve chez certains auteurs l’idée d’un développement de la clinique contre une certaine bureaucratisation du secteur.  Cette question peut être abordée du côté des centres de formation en travail social, notamment à travers la place faite à la clinique dans les formations.   

Nous ne prétendrons pas lister ici l’ensemble des thématiques possibles, tant elles peuvent être nombreuses et appeler des horizons disciplinaires variés. Nous invitions, ainsi des praticiens du travail social, des étudiants, et bien entendu des formateurs et universitaires à se saisir librement de ces différents questionnements.  

Les propositions d’articles (conformes aux nomes de publication de la revue) répondant au présent appel à contribution doivent être adressées à Sébastien Dambra, coordinateur du numéro 01, avant le vendredi 11 février 2011 à l’adresse électronique suivant : s.dambra@issm.asso.fr 

Le premier numéro de la revue sera publié en ligne au mois de mai 2011.  

En dehors de ces articles, la revue publie également des « Notes de lecture », pour finir, la rubrique « Varia » est ouverte à des articles qui ne répondent pas au présent appel à contribution. Pour plus d’informations rendez vous sur le site internet de la Plate-forme Recherche Action sociale et Formation (PRAF).

Conseil scientifique de la revue de la PRAF

Présidé par :

  • Monsieur Jean-Louis LORRAIN (Sénateur - Président de l'ISSM)

Membres :

  • Madame Fabienne BARTH-FOLTZ (Conseillère technique DRJSCS)
  • Monsieur Maurice BLANC (Professeur émérite - Université de Strasbourg)
  • Madame Thérèse CHASSAIN (Inspectrice DRJSCS)
  • Monsieur Patrick COLIN (Directeur adjoint du CERIS - MC Université de Strasbourg)
  • Madame Catherine DELCROIX (Professeure Université de Strasbourg)
  • Monsieur Jean-Marc DEZEQUE (Directeur de l'Ermitage)
  • Monsieur le Professeur Jean-Georges JUIF (Président de l'ESTES)
  • Madame Françoise MAGER, (Directrice du site du Neuhof de l’association Adèle de Glaubitz)
  • Monsieur Laurent MULLER (MC Université de Strasbourg)
  • Madame Monique MURAT (Directrice à la retraite)
  • Monsieur Patrick WATIER (Professeur Université de Strasbourg)


Lieux

  • Mulhouse, France

Dates

  • vendredi 11 février 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • travail social, education, éducation spécialisée, clinique

Contacts

  • Sébastien Dambra
    courriel : s [dot] dambra [at] issm [dot] asso [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Sébastien Dambra
    courriel : s [dot] dambra [at] issm [dot] asso [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La clinique en travail social : formes, enjeux et perspectives », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 02 décembre 2010, http://calenda.org/202740