AccueilArchéométrie 2011

Archéométrie 2011

Archéométrie 2011

XVIIIe colloque du GMPCA

18th GMPCA Symposium

*  *  *

Publié le lundi 06 décembre 2010 par Karim Hammou

Résumé

Le colloque Archéométrie franchit pour la première fois les frontières françaises pour une édition 2011 au cœur de l’Europe. Le GMPCA (Groupe des méthodes pluridisciplinaires contribuant à l’archéologie) a ainsi confié au Centre européen d’archéométrie de l’université de Liège la responsabilité de l’organisation du XVIIIe colloque « Archéométrie » qui se déroulera du 11 au 15 avril 2011 à Liège (Belgique). Depuis 1977, le colloque biennal « Archéométrie » permet de réunir archéomètres et archéologues français et européens, en alternance avec le colloque ISA (International Symposium of Archaeometry). L’objectif scientifique de ces colloques, sous l'égide du GMPCA, est de faire le point sur l’avancement des techniques appliquées à l’archéologie, de présenter les travaux de jeunes chercheurs et de confronter les recherches archéométriques en Europe.

Annonce

Le colloque Archéométrie franchit pour la première fois les frontières françaises pour une édition 2011 au coeur de l’Europe. Le GMPCA a ainsi confié au Centre Européen d’Archéométrie de l’Université de Liège la responsabilité de l’organisation du colloque Archéométrie 2011, 18ème du nom, qui se déroulera du 11 au 15 avril 2011, à Liège (Belgique).
Organisé depuis 1977, le colloque biennal Archéométrie permet de réunir archéomètres et archéologues français et européens, en alternance avec le colloque ISA (International Symposium of Archaeometry). L’objectif scientifique de ces colloques, sous l'égide du GMPCA (Groupe des Méthodes Pluridisciplinaires Contribuant à l’Archéologie), est de faire le point sur l’avancement des techniques appliquées à l’archéologie, de présenter les travaux de jeunes chercheurs et de confronter les recherches archéométriques en Europe.

Thèmes

  • Archéologie du bâti

A la croisée de l’archéologie du sous-sol et de l’histoire de l’architecture, l’archéologie du bâti exprime, dans ses méthodes et ses objectifs, ce double héritage. Sa méthodologie est ainsi nourrie de méthodes développées sur le chantier de fouilles mais intègre également des outils et méthodes élaborés par les archéologues pour l’analyse architecturale. Le dialogue interdisciplinaire suscité par l’archéologue du bâtiment réserve en outre un rôle de plus en plus important à l’archéométrie, chargée d’affiner tout à la fois la connaissance technique des matériaux de construction et d’apporter, grâce aux techniques de datation en laboratoire, de précieux repères chronologiques. Plusieurs rencontres et publications ont récemment tenté de mieux définir et de d’harmoniser les approches méthodologiques développées dans le cadre de l’archéologie du bâti. Cette session entend faire progresser les débats dans ce sens en se focalisant sur les recherches archéométriques appliquées à l’étude de l’architecture ancienne. En confrontant les expériences et en valorisant les avancées méthodologiques récentes, les travaux de cette session doivent permettre de réévaluer les potentialités et les limites de ces méthodes et, au-delà, de mieux définir la place et le rôle de l’archéométrie dans l’archéologie du bâti.
  • Matière picturale, matière organique, pierre

De la gemmologie à l'identification des résidus organiques, aux pigments et colorants, les problématiques, si elles ne sont pas abordées sous le même angle et si elles ne se recoupent pas systématiquement, n'en sont pas pour autant divergentes. Les sources d'approvisionnement et la circulation des matériaux bruts, semi-finis ou finis, les procédés de transformation et d'élaboration, l'utilisation et l'altération président à ces études. Il s'agira de présenter dans ce thème les travaux de caractérisation de ces matériaux naturels ou élaborés, leurs déplacements, la chaîne opératoire de leur modifications et utilisations, mais aussi les chaînes opératoires auxquelles ils peuvent participer et leur modification au cours du temps, mis en évidence par les structures archéologiques, les associations de vestiges, les résidus et les traces d'usure.
  • Céramique, verre, métal

Traiter des arts du feu passe nécessairement par une analyse de « l’art de la matière » et un examen de « l’art de la manière ». C’est pourquoi, l’archéométrie fait des arts du feu un de ses domaines de recherche de prédilection en abordant spécialement l’étude détaillée des chaînes opératoires ou des systèmes techniques avec souvent comme renfort, l’expérimentation. Cependant, les résultats de ces recherches prennent toutes leurs significations quand ils sont confrontés aux contextes social et environnemental des découvertes pour aussi répondre à des problématiques qui transgressent le cadre méthodologique de l’étude. Ainsi, pourront être abordées les conditions et les motivations qui ont favorisé l’innovation, l’émergence ou le développement de techniques ou encore la mise en place de réseaux d’échanges et circuits commerciaux. Les questions du transfert, de l’imitation et de l’apprentissage seront aussi au coeur des débats en considérant plus particulièrement le statut de l’artisan dans les sociétés anciennes. C’est donc dans une démarche résolument interdisciplinaire que devront s’inscrire les présentations.
  • Outils, méthodes et développements

Développement des outils et des méthodologies propres à l’étude des objets archéologiques et du patrimoine culturel.
  • Archéomatique, analyse spatiale et prospection

L’archéomatique concerne l’application des SIG (Systèmes d’information géographique) à l’enregistrement des coordonnées des sites archéologiques, afin de favoriser la confrontation des données archéologiques avec les autres données issues des sciences du sol et du sous-sol. Les méthodes de prospection archéologique seront aussi mises en avant.
  • Relation homme - Environnement

Les sociétés humaines modifient les écosystèmes dans lesquels elles s'insèrent pour en exploiter les ressources végétales, animales et minérales. Ainsi les paysages sont-ils le reflet de la longue interaction entre les sociétés humaines utilisant les ressources de leur environnement et s'adaptant aux milieux modifiés par elles, et les divers environnements auxquels elles sont confrontées. L'archéologie environnementale regroupe de nombreuses disciplines visant à la connaissance de ces interactions complexes. La restitution des environnements passés et de leur évolution au cours du temps constitue l'un des grands domaines d'étude. S'insèrent également dans ces problématiques les questionnements sur les systèmes de subsistance et les techniques des populations passées. Les approches naturalistes comprenant la zoologie, la botanique et la géologie, fournissent les éléments qui permettent de décrire ces environnements, les modalités de formation des sites archéologiques et les pratiques économiques et culturelles qui y prennent placent telles que la saisonnalité, la domestication, l'agriculture, les défrichements, par exemple. En effet, le matériel d'étude consiste d'une part en écofacts, tels que les pollen, les ossements, le sédiment, les charbons de bois, les coquillages, et d'autre part en artéfacts, réalisés en matériaux d'origine minérale, végétale ou animale.
  • Datation et chronologie

Etude sur la datation et la chronologie des objets archéologiques et du patrimoine culturel.

Comités

Comité d’Organisation

  • François Mathis, CEA, F.R.S.-FNRS
  • David Strivay, CEA, ULg
  • Patrick Hoffsummer, CEA, ULg
  • Helena Calvo Del Castillo, CEA, ULg
  • Gaspard Pagès, CEA, ULg
  • Hélène Salomon, CEA, ULg
  • Roland Billen, Dpt de Géographie, ULg
  • Mathieu Piavaux, FUNDP, Namur

Comité Scientifique

  • Jean-Noël Anslijn (SPW),
  • Lucile Beck (C2RMF, CEA),
  • Christophe Benech (CNRS),
  • Jean-Yves Blaise (CNRS),
  • Caroline Bolle (SPW),
  • Thomas Coomans (KUL),
  • Patrick Degryse (KUL),
  • Dirk De Vries (U-Leiden),
  • Philippe Dillmann (CNRS),
  • Pascale Fraiture (KIK-IRPA),
  • Renata Garcia Moreno (U-Bordeaux),
  • Bernard Gilbert (ULg),
  • Koen Janssens (UA),
  • Marie-Christine Laleman (Stadsarcheologie Gent),
  • Cecile Oger (ULg),
  • Stephane Pirson (SPW),
  • Xavier Rodier (CNRS),
  • Jana Sanyova (KIK-IRPA),
  • Christian Sapin (CNRS),
  • Steven Saverwyns (KIK-IRPA),
  • Peter Vandenabeele (U-Gent),
  • Muriel Van Ruymbeke (ULg),
  • Line Van Wersh (ULg),
  • Robert Vergnieux (CNRS),
  • Laurent Verslype (UCL).

dont membres du bureau du GMPCA

  • Claire Delhon (CNRS),
  • Benoit Devilliers (CNRS),
  • Stephan Dubernet (Univ.Bordeaux),
  • Philippe Lanos (CNRS),
  • Matthieu Le Bailly (Univ.Franche-Comté),
  • Josephine Lesur- Gebremariam (MNHN),
  • Ina Reiche (CNRS),
  • Vincent Serneels (U-Fribourg),
  • Jaques Thiriot (CNRS),
  • Yona Waksman (CNRS).

Programme provisoire (au 1/12/2010)

Dimanche 10 avril :

fin d’après-midi : accueil des participants et pot de bienvenue

Lundi 11 avril :

journée : sessions conférences et posters
soirée : conférence plénière et réception d’ouverture

Mardi 12 avril :

journée : sessions conférences et posters
soirée : assemblée générale du GMPCA

Mercredi 13 avril :

matinée : sessions conférences et posters
après-midi : excursions avec au choix:
1.Industries et arts du feu mosans
2.Édifices religieux liégeois
3.Pays de Namur à travers les âges
4.Château et abbayes ardennais

Jeudi 14 avril :

journée : sessions conférences et posters
soirée : repas de gala

Vendredi 15 avril :

matinée : sessions conférences et posters

Les sessions posters seront accompagnées d’une présentation orale “flash”.

Lieu (au 1/12/2010)

La conférence se déroulera sur le domaine du Sart Tilman de l’Université de Liège dans le complexe des Amphithéâtres de l’Europe. Veuillez néanmoins consulter le site de la manifestation pour obtenir confirmation et de plus amples informations.

Lieux

  • Liège, Belgique

Dates

  • lundi 11 avril 2011
  • mardi 12 avril 2011
  • mercredi 13 avril 2011
  • jeudi 14 avril 2011
  • vendredi 15 avril 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • archéométrie, GMPCA, colloque, archéologie, science, biologie, géologie, matériaux, homme, environnement, société, culture, art, techniques, méthodes

Contacts

  • François Mathis, David Strivay ~
    courriel : colloque [dot] archeometrie [at] ulg [dot] ac [dot] be

Source de l'information

  • Stéphan Dubernet
    courriel : Stephan [dot] Dubernet [at] u-bordeaux3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Archéométrie 2011 », Colloque, Calenda, Publié le lundi 06 décembre 2010, http://calenda.org/202753