AccueilLes universités au risque de l’histoire

Les universités au risque de l’histoire

Universities and the Threat of History

Principes, configurations et modèles. XIXe - XXe siècles

Principles, configurations and models. 19th-20th centuries

*  *  *

Publié le mardi 07 décembre 2010 par Marie Pellen

Résumé

Le temps de la controverse est propice à un retour aux principes fondateurs. Alors que s’enchaînent depuis des dizaines d’années les modalités de réformes de l’université française, émerge de façon souvent polémique la question des « modèles universitaires ».

Annonce

Le temps de la controverse est propice à un retour aux principes fondateurs. Alors que s’enchaînent depuis des dizaines d’années les modalités de réformes de l’université française, émerge de façon souvent polémique la question des « modèles universitaires ». Le « modèle américain » fait tour à tour office de référence ou de repoussoir par rapport à ce qui serait un modèle républicain « à la française ». L’objet du colloque que nous proposons n’est pas de discuter de la pertinence théorique de la notion de modèle, mais plutôt de l’utiliser dans un sens opératoire pour évoquer la diversité des cadres de référence nationaux. Il s’agit essentiellement du réfé­rentiel dont Jacques Verger rappelle la dimension  naturellement multiforme, « aussi bien la réalité matérielle que le dispositif institutionnel ou le paradigme scientifique »1, référentiel qui sera convoqué pour soutenir une démarche d’analyse s’inscrivant dans une perspective historique. Le fait de remonter dans le temps doit permettre d’envisager, selon les époques et les lieux, le foisonnement des réalisations censées prendre en compte les principes qui distinguent les différents modèles.  Notre hypothèse centrale est en effet que, pour toutes les institutions universitaires qui s’enracinent dans le passé, les transformations, adaptations ou bifurcations opérées dans le temps, quels que soient les modèles en cause, forment une sorte de substrat où persistent, en dépit des efforts de renouvellement,  les traces de « l’ancien » dont aucune ne peut se dégager entièrement. Ce qui revient à dire que, dans la pluralité des démarches qui tendent à l’intégration des exigences et des valeurs de la modernité du moment, toutes les universités ont eu, ou auront, à négocier avec leur histoire. Pourrait alors se poser à la limite la question de la création d’une université sans passé, qui entendrait se construire en intégrant les principes censés définir aujourd’hui, en Europe, l’Université de l’avenir, dans le cadre du processus de Bologne et de la stratégie de Lisbonne. 

Dans le cadre de ce colloque il pourra être fait appel à différentes réalisations institutionnelles. Il s’agira de savoir comment ont été arbitrés les choix qui fondent toute université, en particulier ceux qui déterminent la combinaison entre enseignement et recherche, entre science pure et science appliquée, et les liens qui en découlent avec l’environnement économique et politique. Quel que soit l’angle d’approche, l’objectif sera alors d’examiner en quoi ces différents choix, inspirés ou non des expériences des autres, intégrant les contraintes inhérentes aux contextes locaux, ont à voir avec la construction d’un nouveau « modèle universitaire ». 

  • Yamina Bettahar, Maître de Conférences en sociologie et en histoire des sciences, Nancy-Université, membre du Laboratoire des Archives Henri Poincaré (UMR 7117 du CNRS) et du projet de recherche HISE, Maison des Sciences de l’Homme Lorraine.
  • Françoise Birck, historienne (er), membre du projet de recherche HISE, Maison des Sciences de l’Homme Lorraine.
  • Marie-Jeanne Mailfert, Maître de Conférences en sciences de l’information et de la communication, Nancy-Université, membre du Laboratoire des Archives Henri Poincaré (UMR 7117 du CNRS) et du projet de recherche HISE, Maison des Sciences de l’Homme Lorraine.

Lieu :

Maison des Sciences de l’Homme Lorraine (USR 3261 CNRS, Nancy-Université, Université Paul Verlaine-Metz), Salle internationale  91, avenue de la Libération, BP 454, 54001 NANCY Cedex

Modalités de participation

Les propositions de communication devront comporter les noms, qualité et adresse électronique de l’auteur,  un titre, les mots-clés, un résumé de 20 lignes environ, les références bibliographiques. Elles devront parvenir avant le 15 février 2011 par courrier électronique en document attaché Word à la coordonnatrice  du colloque, Yamina Bettahar Yamina.Bettahar@ensgsi.inpl-nancy.fr
Ce colloque donnera lieu à publication. L’organisation prendra en charge les frais occasionnés (déplacements et repas des intervenants).

---

Jacques Verger, Les Universités en Europe du XIIIème siècle  à nos jours, Espaces, modèles et fonctions, Publications de la Sorbonne, Paris, 2005.

Lieux

  • Maison des Sciences de l'Homme Lorraine 91 Avenue de la Libération 54000 NANCY
    Nancy, France

Dates

  • mardi 15 février 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • histoire de l'enseignement, histoire de l'enseignement supérieur, histoire des systèmes universitaires, socio-histoire des institutions scientifiques et éducatives, acteurs, patrimoines.

Contacts

  • Yamina Bettahar
    courriel : Yamina [dot] Bettahar [at] ensgsi [dot] inpl-nancy [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Marie L'Etang
    courriel : marie [dot] letang [at] univ-lorraine [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les universités au risque de l’histoire », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 07 décembre 2010, http://calenda.org/202785