AccueilÉdition critique et génétique des manuscrits du Moyen Âge à nos jours (Romania)

*  *  *

Publié le lundi 13 décembre 2010 par Marie Pellen

Résumé

Cette journée d’étude de caractère international portera sur les problèmes posés par l’édition critique, génétique et numérique de manuscrits et imprimés de langues romanes, du Moyen Âge, de la Renaissance et des XXe et XXIe siècles en tenant compte des traditions éditoriales française, espagnole et italienne (Romania). Elle s’inscrit explicitement dans une démarche comparatiste, dans le temps (XIV-XVI-XX-XXIe), dans l’espace (Romania) et dans les méthodes (critique textuelle, critique génétique, "variantistica", "filologia di autore"). Avec la participation de L. Hay (ITEM), Pedro M. Cátedra (CiLengua & Univ. Salamanca), P. Tanganelli (Univ. Ferrarà), M.-L. Demonet (CESR & Univ. Tours), J.-L. Lebrave (ITEM), Elena Pierazzo (King's College of London) et L. Burnard (Oxford Univ. & TGE Adonis).

Annonce

Journee d'étude organisée par Bénédicte Vauthier

Vendredi 21 janvier 9.30 – 17.30

09.30-09.45    Bénédicte Vauthier, Présentation de la journée et de SIGALES

09.45-10.30    Louis Hay (Institut des Textes et Manuscrits Modernes)

Génétique et édition critique. Quelques remarques

10.30-11.20    Pedro M. Cátedra (Instituto Biblioteca Hispánica/ CiLengua & Universidad de Salamanca

Escritura de la oralidad y oralidad de la escritura en la Edad Media :

Durante la Edad Media e, incluso, la moderna, voz y letra tienen una convivencia mucho más problemática y, al tiempo, menos distanciada de lo que cabría esperar. Géneros como los discursos religiosos (el sermón, la colación, la homilía, etc.) u otros de implante laico o académico (la oratio política, la epístola informativa, las repetitiones, por poner solo algún ejemplo) tienen en común, fundamentalmente, la doble difusión oral y escrita, siendo las necesarias para su eficacia religiosa o social, como para su sanción legal. En esta comunicación, se atenderá a la inestabilidad textual de estos géneros, a partir de muestras fundamentalmente españolas de los siglos xiv y xv.

11.20-11.40    Pause café

11.40-12.30    Paolo Tanganelli (Università di Ferrara)

Editar a Juan de la Cruz y a Unamuno (un diálogo entre «filología de autor» y «método del error común» sobre aparatos y variantes)

La « filología de autor » y el « método del error común », impropiamente llamado lachmanniano o neolachmanniano, ofrecen instrumentos ecdóticos complementarios, que se suelen aplicar ante tradiciones textuales diferentes. La « filología de autor » se utiliza principalmente para editar autógrafos (o copias idiógrafas); el « método del error común », o « método de los errores », se puede emplear cuando de un texto se conservan tan solo unos testimonios descendientes de una copia perdida (llamada arquetipo) más o menos alejada del original. Sin embargo, también es posible que se den situaciones ‘híbridas’, como sucede con el Cántico espiritual de Juan de la Cruz, del que se guarda una copia glosada y corregida (al menos parcialmente) por el autor (el ms. S de Sanlúcar de Barrameda) y otros códices (no idiógrafos) que permiten enmendar dicho testimonio […]. Con ejemplos sacados de la tradición manuscrita de algunos autógrafos unamunianos (Nuevo Mundo, La Esfinge, etc.) y de dos comentarios sanjuanistas (precisamente el Cántico espiritual y otro tratado con una tradición igualmente compleja: la Llama de amor viva), se abordará la cuestión de las diversas funciones que ambos métodos atribuyen a los aparatos de las variantes.

12.30-14.00    Déjeuner

14.10-15.00    Marie-Luce Demonet (CESR/ Université François Rabelais)

Pour une édition générique/ génétique des Essais de Montaigne (Exemplaire de Bordeaux)

Dans un projet « Montaigne à l’œuvre », en cours d’élaboration par le CESR-BVH en collaboration avec l’Université de Chicago (« Montaigne project », par Philippe Desan), le cœur de la recherche sera constitué par l’édition génétique de l’exemplaire dit « de Bordeaux », document exceptionnel qui contient de nombreuses additions et corrections effectuées de la main de Montaigne entre 1588 et 1592 : la transcription n’en est disponible que dans l’édition de l’Imprimerie Nationale (1906-1931), et n’a pas bénéficié jusqu’ici de version numérique qui permettrait de conserver les graphies d’origine et de faire apparaître les différentes couches de rédaction et les corrections modifiant le texte imprimé (Essais de 1588). Une telle entreprise combine une transcription minimale (générique) des différentes couches, réutilisable par quiconque, et une transcription gérée de façon génétique, la coexistence des deux étant possible grâce aux schémas proposés par la « Text Encoding Initiative » (TEI) qui autorisent aussi la recherche par des outils linguistiques.

15.00-15.50    Jean-Louis Lebrave (Institut des Textes et Manuscrits Modernes)

Que faire avec des manuscrits ? Entre utopie et réalité. Horizons

Document écrit « à la main » ou « de la main de », le manuscrit embrasse des réalités variées qui vont du manuscrit ancien aux brouillons autographes d’auteurs contemporains en passant par les manuscrits de travail ou le dernier état d’un texte destiné au copiste ou à l'imprimeur. À cette diversité de l’objet correspond une grande variété dans le traitement des manuscrits. À quoi sert la transcription du manuscrit ? Que permet l’encodage, notamment informatique, du manuscrit ? Existe-t-il des champs de variation ou d’invariants ? Peut-on identifier des phénomènes stables et tirer des interprétations dans une perspective qui ne soit pas nécessairement liée à celle de l’édition ?

15.50-16.15    Pause café

16.15-17.15    Elena Pierazzo (King’s College of London) & Lou Burnard (Oxford University & TGE Adonis)

L’encodage du document, l’encodage du processus : un nouveau modèle en TEI pour l’édition génétique

Parmi les Groupes de Travail d’Intérêt Specifique (SIG) de la TEI (Text Encoding Initiative), l’un des plus actifs s’est donné pour tâche, dès 2008, de réfléchir aux lacunes existantes dans le traitement de l’encodage des sources primaires. Un des buts premiers serait de proposer de nouveaux mécanismes pour améliorer le système TEI (si besoin est), un autre d’adapter les méthodes existantes aux besoins de l’édition génétique. Après deux ans de discussions internationales, et à la suite de réunions à Paris, Würzburg, Londres, et Oxford, ce Groupe a proposé un ensemble de modifications et d’augmentations aux TEI Guidelines, qui permettra (entre autres) un encodage riche et précis du processus génétique. En distinguant l’encodage des documents de l’encodage des textes, ces propositions fournissent de nouvelles perspectives sur le traitement des sources numérisées, dans toute leur variété et complexité. Il devient dès lors possible de distinguer nettement la perspective documentaire, la perspective évolutive et la perspective textuelle et d’encoder les trois dimensions dans un seul système standardisé.

17.15-17.30    Clôture

 Partenaires : CESR – Université François Rabelais – CNRS – IUF – Adonis - SIGALES

Organisé par Bénédicte Vauthier, CESR / Université François Rabelais – dir. séminaire « Manuscrits hispaniques XIX-XXI » ITEM http://www.item.ens.fr/index.php?id=577218

Lieux

  • 59, rue Néricault-Destouches (Centre d'Études Supérieures de la Renaissance)
    Tours, France

Dates

  • vendredi 21 janvier 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • édition critique, édition génétique, édition numérique, manuscrits, Imprimés, XIV-XXI, Romania

Contacts

  • Bénédicte Vauthier
    courriel : benedicte [dot] vauthier [at] univ-tours [dot] fr

Source de l'information

  • Bénédicte Vauthier
    courriel : benedicte [dot] vauthier [at] univ-tours [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Édition critique et génétique des manuscrits du Moyen Âge à nos jours (Romania) », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 13 décembre 2010, http://calenda.org/202839