AccueilLes frontières mobiles

Les frontières mobiles

Mobile Borders

Border regions in transition (BRIT) XI

*  *  *

Publié le lundi 13 décembre 2010 par Karim Hammou

Résumé

Bien que leur mort, ainsi que celle des territoires, ait été annoncée au début des années 1990, les frontières constituent toujours une réalité prégnante. Elles sont marquées toutefois par les processus constants de déterritorialisation-reterritorialisation et d’ouverture / fermeture (« debordering-rebordering ») qui les sélectionnent, les re-hiérarchisent mais aussi qui les rendent plus diverses dans leurs formes et leurs matérialisations. Ainsi, l’inscription spatiale de la frontière est de plus en plus difficile à définir, ce qui constituera le cœur du questionnement de notre colloque. Différentes tendances sont en effet à l’œuvre, qui produisent des frontières plus mouvantes, plus ouvertes ou plus floues.

Annonce

Les frontières mobiles 

avec des sessions spéciales sur les frontières africaines et alpines 

Du 6 au 9 Septembre 2011 à Genève, Suisse / Grenoble, France 

Co-organisé par le Département de Géographie, Université de Genève et l'Institut de Géographie Alpine, Université Joseph Fourier-Grenoble I / UMR Pacte 

Bien que leur mort, ainsi que celle des territoires, ait été annoncée au début des années 1990, les frontières constituent toujours une réalité prégnante. Elles sont marquées toutefois par les processus constants de déterritorialisation-reterritorialisation et d’ouverture / fermeture (« debordering-rebordering ») qui les sélectionnent, les re-hiérarchisent mais aussi qui les rendent plus diverses dans leurs formes et leurs matérialisations. Ainsi, l’inscription spatiale de la frontière est de plus en plus difficile à définir, ce qui constituera le cœur du questionnement de notre colloque. Différentes tendances sont en effet à l’œuvre, qui produisent des frontières plus mouvantes,  plus ouvertes ou plus floues.

Tout d’abord la frontière fixe, dans sa forme la plus classique, s’avère toujours sujette à une certaine mobilité lorsqu’elle se cale sur des discontinuités naturelles dont la forme peut évoluer. Il en va ainsi des thalwegs qui fluctuent avec les évolutions des cours d’eau. Le changement climatique peut aussi être responsable de changement topographique avec la fonte de glaciers sur lesquels des frontières ont été établies, obligeant à revoir une frontière dépendant de la localisation d’un sommet, d’un col ou d’une ligne de partage des eaux.

Mais la notion de frontière mobile prend toute sa dimension si l'on considère que les fonctions frontalières tendent à dépasser la localisation sur les limites établies des aires de souveraineté nationale, pour être repoussées, projetées, multipliées ou diffusées dans l’espace. La fonction de contrôle peut notamment être disséminée à travers le territoire national, et non plus fixée à la seule entrée de celui-ci. Il en va ainsi des frontières biométriques, numériques ou « intelligentes ». Les frontières s’organisent conjointement de plus en plus en réseau, ce qui a fait émerger l’idée de frontières réticulaires, se situant aux nœuds de communication. Que ce soit dans les aéroports, les gares, ou suivant des équipes mobiles de douaniers, les migrations et les transactions sont contrôlées par des « frontières mobiles ».

Pour certains auteurs, ces dynamiques tendent à effacer la frontière, là où pour d’autres la logique réticulaire qui supplanterait celle du territoire créerait de nouvelles frontières, se trouvant loin du territoire national et ses limites administratives : elles sont projetées. On peut alors relier ce nouveau type de frontières au phénomène d’extraterritorialité.

Il semble essentiel de se demander ce qu’il advient des régions frontalières dans ce contexte : certaines peuvent se trouver soulagées des contraintes imposées anciennement par la frontière, mais d’autres peuvent perdre les avantages comparatifs induits par ces frontières. De nouvelles dynamiques voient le jour, où la frontière tend à être repoussée, où la ligne de frontière est transformée en zone d’échanges ou de projet. Les zones frontalières jouent donc sur la frontière, la repoussant au gré de leurs besoins.

Enfin, les nombreux espaces et territoires éphémères qui voient le jour dans un contexte postmoderne apportent une dimension supplémentaire à la notion de mobilité des frontières. Fronts agricoles, appropriations éphémères de l’espace public, autant de rapports de pouvoir au sein de la société tendant à créer des frontières toujours plus mobiles.

Le colloque sera donc d’abord consacré aux frontières embarquées et individualisées, aux frontières projetées, aux frontières fluctuantes et aux frontières éphémères, mais il pourrait apparaître assez cynique de s’interroger sur la seule dissolution de la frontière alors que notre époque atteste d’une multiplication des frontières physiques solides, telles que les murs. C’est pourquoi nous souhaitons également accueillir des participations qui analysent le lien entre la transformation des fonctions des frontières et l’émergence de nouveaux murs, ne se contentant pas de considérer ces formes comme des résurgences d’anciens réflexes militaires de fortification du territoire national : les murs eux-mêmes peuvent être mobiles, toute visée expansionniste servant à justifier leur déplacement.

Co-présidé par Anne-Laure Amilhat-Szary, Université Joseph Fourier (Grenoble I/ IUF) et Frédéric Giraut (Université de Genève) le colloque réunira 200 universitaires internationaux ayant réalisé des recherches sur les régions frontalières et sur les dynamiques d’ouverture / fermeture (« debordering-rebordering ») dans le monde. Cette rencontre représente pour eux l’occasion de contribuer à la conceptualisation des frontières mobiles.

Suite à la Xème édition du BRIT qui, pour la première fois de l’histoire du réseau, s'est déroulé dans  l'hémisphère sud (en Amérique du sud, entre Arica, Chili / Tacna, Pérou), l'objectif d'étendre le réseau au-delà de l'Europe et de l'Amérique du nord se poursuit grâce à l'association avec le réseau ABORNE (African Borderlands Research Network: http://www.aborne.org/) et s'illustrera par une présence conséquente de spécialistes et d’acteurs investis dans le fonctionnement des frontières africaines. Les rencontres du réseau BRIT ont en effet la particularité de réunir analystes et praticiens autour d’une frontière, condition d’échanges très fertiles.

Un accent particulier sera porté sur des expériences alpines ayant trait à et dépassant les frontières héritées, avec des conférences spécialisées et une sortie de terrain.

Contact : brit2011@unige.ch 

Site : http://www.pacte.cnrs.fr/spip.php?article2543  

THEMATIQUES ABORDEES 

Les sessions mettront l’accent sur les sujets suivants :

  • Théorie des frontières et frontière(s) mobile(s)
  • Espaces transfrontaliers et frontières floues
  • Matérialité des frontières / frontières mobiles fonctionnelles
  • Murs et frontières fermées
  • Les Alpes comme espace d’ouverture / fermeture (« debordering-rebordering »)

Ces sujets seront complétés par des sessions illustrant le cas local, un remarquable exemple de coopération transfrontalière et de liens (qu’on ne connaît souvent que sous l’angle du travail frontalier) dans un contexte européen complexe découlant du positionnement politique de la Suisse dans  l’UE et dans l’arc alpin:

  • Coopération multi-scalaire
  • Politiques transfrontalières : management et/ou gouvernance ?
  • Prospective transfrontalière
  • Intégration européenne : Schengen ou pas Schengen ?
  • Agglomérations transfrontalières et leur gouvernance
  • Migrations de travail dans les régions transfrontalières
  • Vulnérabilité sociale dans les régions transfrontalières
  • Frontières et conservation de la nature 

Une sélection d’articles tirés des communications seront proposés à la publication pour une édition spéciale du Journal of Borderland Studies (JBS), Geopolitics, L’espace Géographique et The journal of Alpine Research. Enfin, considérant la portée plus générale du thème des frontières mobiles, les communications du colloque spécialement dédiées à la notion de Frontière Mobile seront publiées dans un livre (avec comité de lecture). 

PROCHAINES ETAPES  

Si vous souhaitez proposer une communication, veuillez envoyer un résumé d'une page (deux propositions maximum par participant), accompagné d'une courte biographie ou d'un CV à brit2011@unige.ch .

Les propositions de sessions complètes (comprenant trois ou quatre communications et un discutant) portant sur un thème commun sont également acceptées. L’envoi de proposition de sessions doit se faire dès la mise en circulation de cet appel à communication : les personnes qui souhaiteraient mettre en place une session thématique particulière peuvent contacter rapidement les organisateurs du colloque BRIT. Veuillez nous proposer une courte description de votre session afin de la valider. Vous pourrez ainsi solliciter des papiers sur le thème retenu et nous fournir ensuite les résumés de chaque communication et les bio ou CV de chacun des participants proposés.

Si, en plus d'une proposition de communication, vous souhaitez vous porter volontaire comme discutant de session, merci d'indiquer votre souhait afin d'adapter votre intervention à votre domaine d'expertise (en fonction des thèmes suggérés ci-dessus).

Des sessions de posters seront ouvertes aux jeunes chercheurs et aux participants non sélectionnés pour les sessions de panels. Elles donneront lieu à un concours et à cérémonie de remise des prix le dernier jour du colloque.

La date limite pour l'envoi des propositions de communications est fixée au 15 mars 2011.

Les notifications d'acceptation seront envoyées au plus tard le 30 avril 2011. 

Les articles définitifs devront êtres envoyés par courrier électronique avant le 15 août 2011 au plus tard. Tous les articles doivent comprendre une page de couverture indiquant le nom du colloque, le titre et la date de la communication, le nom de l'auteur, son affiliation institutionnelle et ses coordonnées détaillées. 

FRAIS D'INSCRIPTION ET DE TRANSPORT 

Les frais d'inscription au BRIT XI sont fixés à 180 € avant le 31 mai 2011 et à 250 € après le 31 mai 2011.

Les doctorants dont les communications ou posters auront été sélectionnés seront exonérés de frais d'inscription. Il leur sera demandé une participation forfaitaire de 50 € s'ils souhaitent participer à l'excursion et au transport entre Genève et Grenoble.

Les participants prennent en charge leurs frais de transport jusqu'à et depuis Genève et Grenoble mais le transport entre ces deux lieux est inclus dans les frais d'inscription (une journée d’excursion de terrain).

Les participants pourront effectuer leur inscription en ligne en suivant ces liens : http://www.pacte.cnrs.fr/spip.php?article2543 ou http://www.unige.ch/ses/geo/index.html 

COMITÉ SCIENTIFIQUE 

  • Dr. Amilhat-Szary  Anne-Laure U. Joseph Fourier, Grenoble France
  • Pr. Giraut Frédéric U. de Genève Suisse
  • Dr. Brambilla Chiara U. of Bergamo Italie
  • Pr. Baudoui  Rémy U. de Genève Suisse
  • Mr. Brun Philippe Genève Suisse
  • Pr. Brunet-Jailly Emmannuel U. of British Columbia-Victoria Canada
  • Dr. Crivelli Ruggero U. de Genève Suisse
  • Pr. Coplan  David U. of Witwatersrand Afrique du Sud
  • Pr. Coronado Irasema U. of Texas Etats-Unis
  • Pr. Fall  Juliet U. de Genève Suisse
  • Pr. Foucher Michel Ecole Normale Sup, Paris France
  • Pr. Fourny  Marie-Christine U. Joseph Fourier, Grenoble France
  • Pr. Gonzalez Sergio U. Arturo Prat Chili
  • Dr. Guyot Sylvain U. de Limoges France
  • Pr. Klauser  Francisco U. de Neuchatel Suisse
  • Pr. Kramsch Olivier CB Radboud U. Pays-Bas
  • Pr. Leloup  Fabienne Fac. U. Catholiques Mons Belgique
  • Pr. Levrat Nicolas U. de Genève Suisse
  • Pr. Levy Jacques Ec. Polytech Fed Lausanne Suisse
  • Dr. Morieux  Renaud U. Lille III France
  • Pr. Newman David Ben Gurion U. Israël
  • Pr. Retaillé Denis U. de Bordeaux III France
  • Pr. Nugent Paul U. of Edinburgh, Directeur de ABORNE  Scotland, UK
  • Pr. Rosière Stéphane U. de Reims France
  • Pr. Scott  James U of Eastern Finland Finlande
  • Dr. Sohn Christophe CEPS/INSTEAD Luxembourg
  • Pr. Vallet Elisabeth U. du Québec à Montréal Canada
  • Pr. Velasco  Hélène U. Bordeaux III France
  • Dr. Walther Olivier CEPS/INSTEAD Luxembourg
  • Pr. Wastl-Walter Doris U. of Bern Suisse
  • Pr. Zeller  Wolfgang U. of Edinburg Scotland, UK 
  •  

Pré-programme

(les conférences plénières ne sont pas encore toutes finalisées, sur l’Afrique notamment ; les titres de sessions sont donnés à titre indicatif) 

Mardi 6 septembre – matin

  • Conférence inaugurale : Saskia Sassen, Columbia University : La dénationalisation et les frontières
  • Première session (plénière) 

Mardi 6 septembre - après-midi

  • Deux créneaux de sessions parallèles
  • Premier Atelier doctoral sur la théorie des frontières 

Mercredi 7 septembre – matin

  • Art et frontière, conférence-événement : A. Litman, artiste plasticienne
  • Première session de posters
  • Deux créneaux de sessions parallèles 

Mercredi 7 septembre – après-midi

  • Deux créneaux de sessions parallèles
  • Dîner : réception de bienvenue à la Communauté d’agglomération franco-valdo-genevoise 

Jeudi 8 septembre : journée sur le terrain, rencontres d’acteurs de la gouvernance frontalière de la région de Grenoble

Intervention durant le trajet Valais-Grenoble sur : "Y a-t-il un effet montagne dans la coopération transfrontalière ?" 

Dîner de Gala 

Vendredi 9 septembre – matin

  • Conférence plénière : Marie-Christine Fourny, L’aménagement national du territoire face à la question des flux et des portes.
  • Deuxième session de posters
  • Deux créneaux de sessions parallèles
  • Deuxième atelier doctoral  

Vendredi 9 septembre – après-midi

  • Conférence pléniere : Eduardo Medeiros, Lisbon University, Euro-Meso-Macro: The new regions in Iberian and European space
  • Une séance de sessions parallèles
  • Table ronde sur le futur des études de la frontière, avec un représentant des grandes institutions suivantes : Centre IBRU de l’Université de Durham, du Nijmegen Centre, de the Queen University Belfast Center, de BRIT, d’ABORNE.
  • Cérémonie du “meilleur poster”
  • Conférence de clôture : Michel Foucher, Ecole Normale Supérieure, Paris, France 

18-20 h « Apéritif dinatoire vins et fromages » 

Sessions proposées (par ordre alphabétique):

les titres de sessions sont donnés à titre indicatif. Les sessions dont le nom est suivi d’un contact ont été proposées, et seront validées par le comité scientifique après réception des communications)

  • La coopération multiscalaire
  • Dépasser les frontières modernes de l’aménagement : quelles sont les logiques topologiques des nouveaux territoires et corridors ?
  • L’esthétique des inscriptions frontalières : paysage et art à la frontière, Anne-Laure Amilhat Szary, France, anne-laure.amilhat@ujf-grenoble.fr
  • "Fronts écologiques" (ou "Eco-frontiers"). Sylvain Guyot, France, sylvain.guyot@unilim.fr
  • Frontières au Moyen-Orient, recompositions des frontières internes et externes en Irak et Palestine/Israël. Géraldine Chatelard, Jordanie, gchatelard@yahoo.com
  • Frontières matérielles / Frontières fonctionnelles ?
  • Les échanges frontaliers : relations entre le "Coeur" de l'Europe et « l'Europe élargie ». Svyetlov Oleksandr, Ukraine : svyetlov@googlemail.com
  • Les migrations de travail dans les régions frontalières
  • Mobilités et développement transfrontalier, Patrick RERAT et Doris Wastl-Walter, Suisse, patrick.rerat@unine.ch
  • Murs et frontières fermées. Stéphane Rosière, France, stephanerosiere@orange.fr 
  • Nouvelles Technologies de Contrôle et de Surveillance. Francisco Klauser, Suisse, Francisco.klauser@unine.ch
  • Ouverture/fermeture dans les régions transfrontalières métropolitaines.Christophe Sohn and Olivier Walther, Luxembourg : christophe.sohn@ceps.lu, olivier.walther@ceps.lu , Jen Nelles, Canada : jen.nelles@utoronto.ca
  • Perspectives transfrontalières dans l’intégration européenne : comment évolue Schengen ?
  • Politique de la transfrontaliarité : gouvernance ou gestion ?
  • Prospective de la frontière ouverte : vers un système territorial de porte ? Marie-Christine FOURNY, France, Marie-Christine.Fourny@ujf-grenoble.fr en collaboration avec la DATAR.
  • La reconfiguration des espaces post-soviétiques : frontières, migration et voisinage, James Scott  james.scott@uef.fi and Ilkka Liikanen lkka.liikanen@uef.fi 
  • La représentation cartographique des frontières. Aurélie Arnaud, France : aurelie.arnaud@univ-cezanne.fr
  • Théorie des Frontières, Sécurité et Changements des Frontières et Espaces frontaliers d'Amérique du Nord, Victor Konrad: vkonrad@hotmail.com
  • La théorie des frontières mobiles
  • Les villes frontalières africaines : nœuds d'échanges transnationaux et lieux d'innovation sociétale. Olivier Walther, Luxembourg, olivier.walther@ceps.lu/ Wolfgang Zeller, Royaume-Uni,  wolfgang.zeller@ed.ac.uk
  • Vulnérabilité sociale des régions transfrontalières 

Catégories

Lieux

  • Genève, Confédération Suisse

Dates

  • mardi 15 mars 2011

URLS de référence

Source de l'information

  • Denise Kahn
    courriel : denise [dot] kahn [at] ujf-grenoble [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les frontières mobiles », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 13 décembre 2010, http://calenda.org/202840