AccueilFabrication familiale de la réussite scolaire et stratégies institutionnelles d'ajustement aux publics

Fabrication familiale de la réussite scolaire et stratégies institutionnelles d'ajustement aux publics

The Familial Manufacture of Scholarly Success and Institutional Strategies for Coping with Student Differences

*  *  *

Publié le mercredi 15 décembre 2010 par Karim Hammou

Résumé

Ce colloque se propose de réunir des contributions concernant l'articulation entre les pratiques familiales d'accompagnement scolaire et leurs effets sur la réussite scolaire. Il cherche aussi appréhender des différentes forme d'ajustement à la diversité des publics mises en œuvre par l'institution scolaire.

Annonce

Fabrication familiale de la réussite scolaire et processus scolaires d’ajustement aux publics

Colloque 5-6 mai 2011

Université Paris-Dauphine

Organisé par l’Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales (IRISSO-CNRS).

L’ENJEU de ce colloque est d’articuler des axes de recherche habituellement séparés en sociologie de l’éducation, à savoir les pratiques familiales d’accompagnement scolaire, d’une part, et les processus d’ajustement des institutions scolaires face à des publics hétérogènes – du fait notamment de cet accompagnement familial différencié – , d’autre part. On sollicitera ici des contributions qui traitent l’un des deux aspects : celui des pratiques familiales de fabrication de l’excellence scolaire et celui des modèles pédagogiques mis en œuvre dans les institutions scolaires, mis en relation avec les caractéristiques de leur public.

Comité scientifique :

Céline Bessière, Stéphane Bonnery, Marie Carcassonne, Renaud Dorandeu, Marie Duru-Bellatn Sandrine Garcia, Bertrand Geay, Dominique Glasman, Christophe Joigneaux, Aurélie Llobet, Patrick Rayou, Richard Soudée, Elise Tenret, Jean-Pierre Terrail, Agnès Van Zanten.

Comité d’organisation :

Céline Bessière, Marie Carcassonne, Renaud Dorandeu, Sandrine Garcia, Aurélie Llobet, Patrick Soudée, Elise Tenret.

Appel à communication

Les propositions sont à envoyer d’ici le 25 janvier 2011

Envoyer un fichier pdf de trois pages maximum à : Sandrine.Garcia@dauphine.fr et elise.tenret@gmail.com

Argumentaire

1.    La fabrication familiale de la réussite scolaire.

Bien que le rôle du milieu familial dans les trajectoires et la réussite scolaires soit un thème très classique depuis les travaux fondateurs de Boudieu et Passeron (1964, 1970) ou Bernstein (1971), les recherches sur  les pratiques familiales dans ce domaine laissent inexplorés certains aspects, tandis que d’autres ont été particulièrement documentés. Les stratégies parentales de construction de la réussite scolaire restent ainsi essentiellement envisagées sous l’angle du choix des établissements ou de la classe (Van Zanten et Broccolichi, 1997 ; Felouzis et al., 2007 ; Poupeau 2009). Cet intérêt se justifie totalement car ces stratégies ont des effets sur les conditions d’apprentissage largement montrés. Par ailleurs, de nombreuses recherches ont également montré comment, au sein même des établissements, les modalités d’organisation internes pouvaient avoir des effets déterminants sur la réussite (Duru-Bellat et Mingat 1997).

Cependant, ces données, tout comme celles qui confortent les acquis de la sociologie de l’éducation des années 1970 sur l’importance du capital culturel hérité dans la réussite scolaire, laissent relativement de côté la question de la construction par les familles du bon élève. Si les stratégies des parents d’élèves avisés qui cherchent à placer leurs enfants sur le chemin de la réussite scolaire ont été très documentées, l’accent est moins souvent mis sur la fabrication précoce, en amont, du bon élève. Les enquêtes réalisées sur l’encadrement des enfants qui ont connu une trajectoire scolaire d’excellence sont pourtant instructives (Marry et Ferrand, 1999 ; Daverne et Yves Dutercq 2009). Elles mériteraient cependant d’être étendues à l’ensemble des pratiques familiales.

En effet, est-il encore possible, dans un contexte où la concurrence s’est vivement accrue dans l’accès aux biens scolaires les plus valorisés de faire comme si l’héritage culturel se transmettait uniquement par osmose, comme l’écrivaient Bourdieu et Passeron dans les années 70 ? On peut en douter lorsque l’on considère les écarts de compétences manifestés très tôt par les élèves, avant même certains apprentissages officiels. Ne sous-estime-t-on pas aujourd’hui l’activité des parents dans la construction du bon élève qui fera par comparaison apparaître les autres comme moins «performants »? De même, toutes les formes d’implication des parents sont-elles efficientes en termes d’acquisitions ? L’exemple de la lecture est à ce titre particulièrement révélateur puisque des évaluations réalisées à l’entrée du CP révèlent qu’avant tout apprentissage officiel, des écarts de performance en lecture sont déjà installés.

Sont ici sollicitées les présentations portant sur les pratiques d’enseignement précoce au sein de la famille, le recours à des cours particuliers ou à des formes de coaching scolaire, le choix des jeux à visée cognitive, la construction des dispositions (régularité, discipline, rapport aux objets scolaires). Les pratiques consistant à « doubler » l’enseignement de l’école par un apprentissage directement scolaire s’avèrent également intéressantes pour la comparaison (achat de manuels scolaires syllabiques contre les méthodes des enseignants par exemple).

Les pratiques familiales ne sont pas forcément pensées ni vécues comme des stratégies et peuvent n’avoir aucun caractère coercitif : à ce titre, les motivations des parents, telles qu’elles s’expriment, peuvent être interrogées et mises en relation avec l’intensification de la concurrence scolaire. Il pourra sembler également intéressant d’interroger les fondements pédagogiques de telles pratiques : quelles idées les familles se font-elles des pratiques pédagogiques « efficaces » ? Sur quelles théories s’appuient-elles, issues de quels domaines ? Quel type de littérature est mobilisé ?

2.    Les processus scolaires d’ajustement aux publics.

Une fois identifiées les pratiques familiales d’accompagnement scolaire, se pose la question de la gestion institutionnelle de l’hétérogénéité des élèves. Face à des publics qui présentent des dispositions différenciées liées à cette socialisation familiale, comment l’institution scolaire et notamment les enseignants vont adapter ou non leurs pratiques pédagogiques, leurs représentations, et plus généralement leurs attitudes vis-à-vis des élèves ? Sont ils ou non enclins à percevoir comme inaptitudes inégales des « dons » préalablement construits ? Comment ces représentations affectent elles leurs pratiques quotidiennes dans la classe à travers les interactions, l’organisation des séances, la gestion du temps, le type d’activité proposée ?

Les pistes lancées par le sociologue Britannique Basil Bernstein (1971) sur la manière dont les pédagogies scolairement mises en œuvre favorisent ou défavorisent l’acculturation des élèves issus de classes populaires ne restent-elles pas largement inexplorées, de même que les processus d’adaptation des enseignants aux difficultés ou aux facilités supposées des élèves ? On sait déjà que sans préjuger du pouvoir de la pédagogie à déjouer les déterminismes sociaux, les pratiques sont influencées par les représentations qu’ont les enseignants des « capacités » des élèves et qu’en retour, elles ont des effets sur les apprentissages. Dans quelle mesure certaines « certitudes » pédagogiques issues du sens commun ou importées d’autres disciplines ont elles intégré le champ scolaire en se cristallisant dans des dispositifs pédagogiques précis ? Ces certitudes peuvent être relatives à une essentialisation de l’enfant en tant qu’apprenant (il apprend mieux par le jeu, il faut d’abord développer le langage, et…) sans que soit proposée une validation empirique de ces certitudes.

Certaines recherches ont montré comment l’inertie des programmes et leur éloignement trop grand des intérêts et dispositions d’un public désormais plus hétérogène pouvait avoir des effets dissuasifs sur certaines pratiques des élèves, par exemple l’enseignement de la littérature au lycée (Baudelot et Cartier, 1998). D’autres ont montré que les enseignants qui avaient à faire à des publics populaires tendaient à s’ajuster en revoyant à la baisse leurs exigences (Charlot, Bautier et Rochex, 1992). Bruno Suchaut a montré par ailleurs en s’appuyant sur les usages du temps à l’école primaire et maternelle comment ceux-ci pouvaient varier en fonction des seuls choix effectués par les enseignants et comment ces usages pouvaient déterminer des différences d’acquis (Suchaut, 1996).

Corrélativement, dans un contexte d’individualisation croissante de l’action publique, sur quels principes pédagogiques s’appuient les dispositifs scolaires « alternatifs » et de « réussite éducative » que l’on peut identifier (écoles de la seconde chance, filières spécialisées, méthodes « différentes » accompagnement à la scolarité au sein des écoles tous publics) et quels sont les résultats scolaires qu’ils peuvent faire valoir ?

Ces recherches montrent que la piste des ajustements pédagogiques aux publics scolaires ou étudiants (que ces ajustements soient à la hausse, à la baisse ou décalés) mérite d’être creusée indépendamment de la conformité des pratiques aux consignes officielles. Comment ces différents dispositifs sont-ils accueillis par les enseignants ? Comment les investissent-ils ? Comment s’accommodent-ils des contraintes institutionnelles ?

Sont attendues des contributions permettant d’interroger de déconstruire ces idées reçues dans le champ de l’éducation primaire et maternelle, de manière non exclusive.

Bibliographie

  • Baudelot, Ch., Cartier, M. (1998). Lire au collège et au lycée : de la foi du charbonnier à une pratique sans croyance. Actes de la recherche en sciences sociales, n° 123.
  • Ben Ayed Choukri et Poupeau Franck, « École ségrégative, école reproductive », Actes de la recherche en sciences sociales, décembre 2009, n° 180.
  • Bernstein, B. Class, Codes and Control. London: Routledge & Kegan Paul, 1971.
  • Bourdieu Pierre, Passeron Jean-Claude. La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d'enseignement. Paris : Éditions de Minuit, 1970.
  • Bourdieu Pierre, Passeron Jean-Claude. Les Héritiers. Les étudiants et la culture. Paris: Éditions de Minuit, 1964, 183 p.
  • Broccolichi Sylvain et van Zanten Agnès, « Espaces de concurrence et circuits de scolarisation. L'évitement des collèges publics d'un district de la banlieue parisienne », Annales de la Recherche Urbaine, n° 75, 1997
  • Charlot Bernard, Bautier Élisabeth et Rochex Jean-Yves, École et savoir dans les banlieues et ailleurs, Paris : Armand Colin, 1992.
  • Daverne Carole et Dutercq Yves Les élèves de l’élite scolaire : une autonomie sous contrôle familial », Cahiers de recherche sur l’éducation et les savoirs n°8, 2009.
  • Duru-Bellat Marie et Mingat Alain, 1997, «La constitution de classes de niveau par les collèges: les effets pervers d’une pratique à visée égalisatrice», Revue française de sociologie, n° 38, p. 759-790.
  • Felouzis Georges, F. Liot et J. Perroton, L’apartheid scolaire. Enquête sur la ségrégation ethnique à l’école, « Point seuil », 2007.
  • Ferrand M., Imbert F., Marry C., L'excellence scolaire : une affaire de famille. Le cas des normaliennes et normaliens scientifiques, Paris : L’Harmattan, 1999
  • Suchaut Bruno, « La gestion du temps à l’école primaire : diversité des pratiques et effets sur les acquisitions des élèves », L’année de la Recherche en Éducation, 1996, pp.123-153.

Catégories

Lieux

  • Université de Paris Dauphine, Place du Maréchal de Lattre de Tassigny
    Paris, France

Dates

  • mardi 25 janvier 2011

Mots-clés

  • education, accompagnement scolaire, réussite scolaire, publics diversifiés

Contacts

  • Sandrine Garcia
    courriel : sandrine [dot] garcia [at] dauphine [dot] fr
  • Elise Tenret
    courriel : elise [dot] tenret [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Sandrine Garcia
    courriel : sandrine [dot] garcia [at] dauphine [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Fabrication familiale de la réussite scolaire et stratégies institutionnelles d'ajustement aux publics », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 15 décembre 2010, http://calenda.org/202864