AccueilLes enfants comme enjeux et comme acteurs : appartenances, relations interindividuelles et logiques institutionnelles

Les enfants comme enjeux et comme acteurs : appartenances, relations interindividuelles et logiques institutionnelles

Children as Issues and Actors: Belonging, Inter-individual Relationship and Institutional Logic

Dossier Tsantsa n°17 (2012)

Tsantsa no.17 (2012)

*  *  *

Publié le lundi 20 décembre 2010 par Karim Hammou

Résumé

Après avoir été longtemps stigmatisé comme un sujet qu’il était acceptable – voire judicieux – d’ignorer, l’anthropologie de l’enfance mais aussi de l’adolescence suscite, depuis la fin des années 1990, une mobilisation croissante qui se concrétise par l’organisation de colloques internationaux et la publication d’ouvrages par des maisons d’éditions majeures. S’inscrivant dans un mouvement particulièrement vivace et innovateur de l’anthropologie, ce dossier part du principe que les enfants doivent être pris en compte dans les différents champs de l’anthropologie (religieuse, économique, politique).

Annonce

Après avoir été longtemps stigmatisé comme un sujet qu’il était acceptable – voire judicieux – d’ignorer, l’anthropologie de l’enfance mais aussi de l’adolescence suscite, depuis la fin des années 1990, une mobilisation croissante qui se concrétise par l’organisation de colloques internationaux et la publication d’ouvrages par des maisons d’éditions majeures.
S’inscrivant dans un mouvement particulièrement vivace et innovateur de l’anthropologie, ce dossier part du principe que les enfants doivent être pris en compte dans les différents champs de l’anthropologie (religieuse, économique, politique). Il part du constat que les enfants et les adolescent∙e∙s sont pris•e•s dans des relations sociales contraignantes et soumis•e•s à des logiques institutionnelles qui conditionnent leur point de vue et leur champ d’action. Dans le même temps, ils/elles sont des acteurs à part entière, qui élaborent des représentations et des pratiques spécifiques. Leur inscription dans des espaces sociaux variés, rattachés autant à la sphère domestique qu’à l’espace public, leur offrent la possibilité de développer des perspectives spécifiques sur leur environnement social et sur eux-mêmes.
En rejetant toute démarche essentialiste, nous nous interrogerons sur la rigidité et la flexibilité des registres d’appartenances et nous demanderons comment les enfants et les adolescent•e•s :
  • perçoivent, conjuguent et mettent en scène leurs différentes appartenances dans des contextes variés ?
  • sont valorisés, stigmatisés et instrumentalisés par différents groupes et institutions et à quelles fins ?
  • sont conditionnés par des logiques d’ethnicisation et de cloisonnement identitaires ou, au contraire, s’affranchissent d’appartenances prescrites, devenues labiles dans certains contextes ?
  • transcendent les frontières entre catégories sociales (‘communautés religieuses’, ‘groupes ethniques’, genres, classes sociales, etc.) en mobilisant des relations d’amitié, de germanité, de genre, de voisinage, de classes d’âge.
  • Sont inscrit•e•s ou s’inscrivent dans des espaces de citoyenneté participative
Les articles se référeront à des contextes socio-politiques différents et examineront des espaces et contextes où évoluent les enfants/adolescent•e•s entre eux ou dans un lien intergénérationnel : clubs sportifs, clubs de loisir, église, lieu de convivialité, scoutisme, contexte scolaire non formalisé (cour de récréation, cantine, camps) , contexte pré-scolaire, anniversaires d’enfants, places de jeux, places publiques, assemblées d’enfants et autres espaces de promotion d’identité citoyenne, Internet et réseaux sociaux, associations de migrant•e•s, cours de ‘culture et de civilisation d’origine’, association d’enfants adoptés, institutions éducatives spécialisées, lignes téléphoniques d’aide à l’enfance (exemple: SOS enfant), le care dans la sphère domestique (‘accueil familial de jour’, gouvernante, babysitter), contexte hospitalier, monde du travail bénévole ou rémunéré (où les enfants bénéficient ou prodiguent des services, produisent ou consomment des biens).

Les articles, fondés sur une enquête de terrain et une réflexion théorique, mentionneront leur démarche méthodologique et les éventuelles considérations éthiques imposées par le sujet traité.

Les articles peuvent être en français, anglais, allemand et italien. Les propositions sont à adresser par Email, conjointement à Véronique Pache, jeanne-veronique.pache@unifr.ch et Laurence Ossipow, laurence.ossipow-wuest@hesge.ch.

Calendrier

  • 1 février 2011 :

    délai pour recevoir la déclaration d’article avec un résumé présentant le but de l’article, son ou ses axes principaux, sur deux paragraphes (250-300 mots)

  • 15 juillet 2011 : première version de l’article (max. 40’000 signes, espaces compris) qui sera soumis à une double évaluation (interne et externe)
  • 1er novembre 2011 : transmission aux auteur∙e∙s par la rédaction des évaluations et des éventuelles demandes de modifications
  • 1er janvier 2012 : retour des articles définitifs
  • Début mai 2012 : Parution de Tsantsa 17

Catégories

Dates

  • mardi 01 février 2011

Mots-clés

  • enfance, adolescence, jeunesse, anthropologie

Contacts

  • Véronique Pache
    courriel : jeanne-veronique [dot] pache [at] unifr [dot] ch
  • Laurence Ossipow
    courriel : laurence [dot] ossipow-wuest [at] hesge [dot] ch

URLS de référence

Source de l'information

  • Anne Lavanchy
    courriel : anne [dot] lavanchy [at] unine [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Les enfants comme enjeux et comme acteurs : appartenances, relations interindividuelles et logiques institutionnelles », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 20 décembre 2010, http://calenda.org/202898