AccueilLa pensée motrice. Études préparatoires en art et en sciences, XVe-XXIe siècle

*  *  *

Publié le mercredi 29 décembre 2010 par Karim Hammou

Résumé

Le rapprochement entre l'histoire de l'art et l'histoire des sciences a mis en avant un savoir-faire propre aux spécialistes de l'image : l'analyse des esquisses et études préparatoires à une œuvre peinte, dessinée ou écrite. L'esquisse apparaît dans ces deux disciplines comme un élément central car elle montre les différentes étapes de la pensée en mouvement. Or le passage à la production des images d'enregistrement, notamment avec la photographie au XIXe siècle a transformé ce rapport au dessin comme médium de la pensée. Désormais, il faut comprendre les rapports entre savoirs et images à travers des dispositifs techniques qui donnent au dessin une place à première vue moins importante qu'auparavant. Peut-on encore parler d'une motricité de la pensée quand son médium n'est plus principalement le geste de la main ?

Annonce

Atelier franco-allemand de jeunes chercheurs

La pensée motrice
Études préparatoires en art et en sciences, XVe-XXIe siècles
Lyon, 24-25 février 2011

Appel à contributions

Le rapprochement entre l'histoire de l'art et l'histoire des sciences a mis en avant un savoir-faire propre aux spécialistes de l'image : l'analyse des esquisses et études préparatoires à une oeuvre peinte, dessinée ou écrite. L'esquisse apparaît dans ces deux disciplines comme un élément central car elle montre les différentes étapes de la pensée en mouvement. Même les griffonnements marginaux importent par l'amplitude de leurs fonctions dans la production d'une pensée ; ils superposent souvent, dans un même geste de la main, les niveaux descriptifs, métaphoriques ou théoriques. Inversement, le statut de l'esquisse préparatoire à une oeuvre d'art — peinture, sculpture, architecture ou installation — peut investir des savoirs théoriques ou scientifiques qui transcendent le projet, donnant une ampleur théorique à l'oeuvre. En art comme en science, le dessin apparaît comme le moteur de la pensée.
Or le passage à la production des images d'enregistrement, notamment avec la photographie au XIXe siècle a transformé ce rapport au dessin comme médium de la pensée. Désormais, il faut comprendre les rapports entre savoirs et images à travers des dispositifs techniques qui donnent au dessin une place à première vue moins importante qu'auparavant. Les oeuvres scientifiques et artistiques du XIXe et du XXe siècle mettent en jeu, dans les différents stades de leur préparation, un important capital d'images techniques et la maîtrise de dispositifs complexes d'enregistrement ou de montage visuels. Peut-on encore parler d'une motricité de la pensée quand son médium n'est plus principalement le geste de la main ?

Les interventions de cet atelier pourront porter soit sur le rôle de l'image dans la construction progressive d'un savoir, soit sur son rôle quant à l'investissement d'un savoir scientifique, théorique ou technique dans l'élaboration d'une œuvre d'art.

Les candidatures (CV, liste de publications et résumé de la communication) devront être déposées

avant le 15 janvier 2011

à Christian Joschke : christian.joschke@univ-lyon2.fr

Catégories

Lieux

  • Institut des Sciences de l'Homme, 14 av. Berthelot
    Lyon, France

Dates

  • samedi 15 janvier 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • histoire de l'art, visual studies, arts et sciences, dessin, photographie

Contacts

  • Christian Joschke
    courriel : christian [dot] joschke [at] univ-lyon2 [dot] fr

Source de l'information

  • Christian Joschke
    courriel : christian [dot] joschke [at] univ-lyon2 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La pensée motrice. Études préparatoires en art et en sciences, XVe-XXIe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 29 décembre 2010, http://calenda.org/202917