AccueilThéâtre et langue(s) : interactions, créations, perspectives

*  *  *

Publié le mercredi 12 janvier 2011 par Karim Hammou

Résumé

Le numéro 8 de Synergies France est consacré aux relations entre théâtre et langue(s) et veut s'inscrire dans une perspective contemporaine sans restriction du champ : littérature (adulte ou jeunesse), critique, jeu d'acteur ou mise en scène, histoire du spectacle, éducation du spectateur, didactique, formation, linguistique, enseignement des langues, FLE, interculturel, culture, liens avec les autres arts...

Annonce

Appel à contributions

Synergies France n° 8

Le numéro 8 de Synergies France portera sur :

“Théâtre et langue(s) : interactions, créations, perspectives” 

Pratique artistique, pratique culturelle, performance scénique, évènement spectaculaire, genre littéraire…, le théâtre est de toute évidence un objet complexe. Et cette complexité s’est accrue au cours des dernières décennies : les écritures dramatiques se sont diversifiées et émancipées des conventions dramaturgiques ; les formes scéniques, dont certaines ont intégré les arts du visuel et les nouvelles technologies, se sont singularisées au point de rendre vaine toute classification esthétique et de désarçonner un public non averti. Si l’on admet par ailleurs que le texte de théâtre a pour spécificité d’être constitué d’une « parole qui agit » (Vinaver, 1993) et que les écritures contemporaines tendent à « construire une dramaturgie de la parole » (Azama, 2003), on peut s’interroger sur ce que le texte de théâtre a à nous dire sur la langue que cette parole véhicule. Comment dramaturge, metteur en scène, spectateur et même lecteur s’approprient-ils cette langue, qui peut parfois être bien éloignée de ses usages académiques voire de son usage parlé ordinaire ? Comment sensibiliser les jeunes générations à une écriture multiforme, qui hésite entre dire l’intime et dire le monde ? Comment leur faciliter l’appropriation de créations théâtrales contemporaines qui se plaisent à déconstruire tout ce qui, à leurs yeux, constitue l’essence même de l’art dramatique ?

Du côté de l’école, l’histoire des relations entre les traditions pédagogiques et le théâtre n’est pas identique d’un pays à l’autre. L’iconoclasme et l’intellectualisme “protecteurs” de certains systèmes éducatifs ont souvent contribué à préserver l’espace scolaire des effets compromettants du théâtre alors qu’ailleurs, la culture scolaire l’a intégré de façon de plus en plus affirmée tout au long de la seconde moitié du xxe siècle. Outre sa propension à favoriser le plaisir de l’émotion envers et contre les dispositifs pédagogiques, le théâtre a ceci de particulier qu’il propose des « schèmes d’intellection » (Bonnefoy), des schèmes du rapport entre la conscience individuelle et le monde. Or l’histoire de l’individu n’est pas non plus la même d’une culture à l’autre et cela oriente de façon décisive les priorités et les choix éducatifs. Réduit au statut de moyen, le théâtre est souvent déporté dans les marges des programmes et des cursus pour servir des idéaux désuets ou difficilement mesurables (la socialisation, l’épanouissement personnel, l’ouverture à l’autre etc.), pour faire office de support à des apprentissages dits fonctionnels ou techniques (lexique, syntaxe etc.) ou pour être platement mis au service des capacités premières de communication ou d’argumentation.

Mais à l’école aussi, les formes et les pratiques se diversifient et se renouvellent : éducation du spectateur (spectacle vivant, travail du plateau, partenariat, exercice de l’analyse chorale, implication émotionnelle et distanciation intellectuelle) ; lecture dramaturgique pour briser le hiatus entre texte et représentation ; lecture à haute voix (la profération) ; travail du corps et de la voix (en classe et dans la formation des enseignants) ; travail sur l’adresse, l’implicite, le non dit, le non montré… Quelle est l’histoire des rapports entre les orientations pédagogiques et le théâtre ? Comment se manifestent ces interactions ? Quelle place est accordée à la culture et à la dimension de la parole dans ces pratiques ? Quelles œuvres théâtrales apparaissent le plus souvent dans les corpus scolaires et de formation ? Lesquelles en sont exclues ? Pour quelles raisons ? Quels dispositifs de formation faut-il prévoir pour que les disciplines contributives du théâtre soient mieux maitrisées par les candidats à l’enseignement, celui des langues notamment ?

Autant de pistes qui pourront être explorées dans les contributions à ce nouveau numéro de Synergies France, dans lequel nous aimerions montrer que les créations contemporaines, au sens d’écritures dramatiques et/ou d’écritures scéniques, renouvellent les formes traditionnelles du théâtre et requièrent par conséquent d’autres approches que celles majoritairement privilégiées.

Plusieurs axes d’analyse pourront être développés.

On s’intéressera par exemple à l’écriture dramatique contemporaine en soulignant notamment les continuités et les ruptures que celle-ci établit avec les formes théâtrales plus traditionnelles (intertextualité, topoï théâtraux, épicisation…). L’hétérogénéité formelle et linguistique qui marque l’écriture théâtrale pourra être interrogée dans une perspective de formation des jeunes publics. La dimension interculturelle voire multiculturelle qui caractérise certaines écritures dramatiques sera aussi à envisager.

On pourra également étudier la place et le rôle du metteur en scène, des acteurs, de la critique et du spectateur dans la réception des créations contemporaines. On réfléchira aux modalités selon lesquelles un partenariat culturel avec les professionnels du théâtre permet de concilier éducation artistique et éducation culturelle.

Les phénomènes d’hybridation générique ainsi que le recours aux arts du visuel et aux nouvelles technologies inviteront à se questionner sur la porosité des frontières entre l’art théâtral et les autres formes du spectacle vivant. On réfléchira aux modalités de production et de réception de ces nouvelles formes scéniques.

Diverses approches tendant à sensibiliser le jeune public à la théâtralité pourront être présentées et analysées. On pourra ainsi montrer comment conjuguer une approche littéraire et une approche dramaturgique des textes de théâtre, comment lier apprentissages linguistiques et apprentissages culturels. On s’interrogera notamment sur la place que l’apprentissage d’une langue, qu’elle soit maternelle, seconde ou étrangère, peut prendre dans le cadre de pratiques didactiques misant sur les interactions entre théâtre et langue(s).

Les contributions s’appuieront sur les créations théâtrales contemporaines destinées au jeune public et aux adultes. Elles devront :

  • s’attacher explicitement au genre théâtral ;
  • s’inscrire dans une problématique clairement définie (historique, littéraire, linguistique, culturelle, artistique, didactique…) ;
  • s’inscrire dans l’époque contemporaine ;
  • décrire le corpus d’étude ou, à défaut, situer l’étude.

Coordination du numéro :

  • Sylviane Ahr (Université de Cergy-Pontoise-IUFM, EA 4507 EMA) et
  • Soumya El Harmassi (Université Mohamed V Souissi, Rabat) 

Les articles seront prioritairement rédigés en langue française.

Les doctorants et jeunes chercheurs sont cordialement encouragés à proposer des articles.

Les auteurs sont invités à envoyer leurs propositions de contributions (article complet) par courrier électronique à la rédaction (synergies.france@gmail.com)

avant le 31 mars 2011.

Les propositions devront comporter les références institutionnelles et scientifiques des auteurs, un titre explicite, un résumé significatif présentant notamment la démarche de recherche suivie et ses principaux résultats, de 3 à 5 mots-clés ainsi qu’une bibliographie permettant d’identifier le cadre théorique.

Chaque article sera évalué anonymement par deux membres du comité de lecture et un retour sera communiqué à tous les auteurs de propositions. Pour celles recueillant au moins un avis favorable, des consignes complémentaires sur le format de soumission des articles et des demandes d’éventuelles modifications seront indiquées aux auteurs et l’article dans sa forme définitive devra être envoyé à la rédaction pour le 30 juin 2011 au plus tard. Il subira alors une seconde évaluation en double anonymat avant avis définitif sur sa publication.

La parution du numéro est prévue pour octobre 2011.

Pour la rédaction des articles, les auteurs seront priés de bien vouloir se conformer dès l’envoi des propositions aux Spécifications rédactionnelles.

Dates

  • jeudi 31 mars 2011

Mots-clés

  • théâtre, langue, culture, littérature, enseignement

Contacts

  • Synergies France
    courriel : synergies [dot] france [at] gmail [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Dominique Ulma
    courriel : dominique [dot] ulma [at] univ-angers [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Théâtre et langue(s) : interactions, créations, perspectives », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 12 janvier 2011, http://calenda.org/203010