Accueil2011, une année mexicaine

2011, une année mexicaine

2011, Mexican Year

À l'occasion de l’année du Mexique en Région PACA

The Year of Mexico in the PACA Region

*  *  *

Publié le jeudi 20 janvier 2011 par Karim Hammou

Résumé

Le Mexique reste un État en voie de développement et doit tenter d’être le pont entre les différentes nations latino-américaines et le puissant bloc que forment les États-Unis et le Canada. L’alternance des pouvoirs que le Mexique vit aujourd’hui, est le meilleur exemple de la période de transition que connaît le pays. En outre, la situation de conflit et de conjoncture que vit le pays a montré que les acteurs politiques influencent directement et indirectement le cours des événements. Les temps difficiles que vit aujourd’hui le Mexique nous amènent à nous demander comment s’est établie telle situation. Par ailleurs, on reconnaît que le Mexique est toujours riche dans le domaine de la culture, les arts, la science, la technologie, etc. À partir des conférences que on envisage réaliser on aspire à connaître de une façon particulière la réalité, dont la percevaient les acteurs mêmes de cette histoire et la façon d’agir en conséquence.

Annonce

Présentation du projet de cycle de conférences sur l’année Mexique en France

27 Janvier 2011

"Le Mexique au XXIe siècle: identités, patrimoine et culture", Jean Franco et Elodie Brodat

On distingue au Mexique, pays riche d'un patrimoine culturel millénaire, un foisonnement artistique traduisant des identités fortes et multiples. Derrière des grands noms de la littérature (Octavio Paz, Carlos Fuentes, etc.) ou de la peinture (Diego Rivera, Frida Kahlo, etc.) apparaît une diversité culturelle qui ne demande qu'à être explorée. En outre, on peut se demander comment un pays culturellement riche fait-il pour conserver et développer son patrimoine culturel? et quel rôle joue la culture au Mexique à l'heure actuelle?

24 février 2011

"Le Mexique dans le concert international" avec Daniel Van Eeuwen et Ángel Ávila

Tout au début du XXIe siècle il semblait certain que le monde évoluerait à partir de blocs économiques-politiques et que le Mexique jouerait un rôle fondamental dans l’évolution de l’Amérique latine. Le pays est pourtant resté en voie de développement et n’est pas parvenu à devenir un pont entre les différentes nations latino-américaines et le puissant bloc formé par les États-Unis et le Canada. Aujourd’hui, la métamorphose politique, sociale, économique et culturelle est le meilleur exemple de la période de transition que traverse le pays. Mais cette métamorphose a été conflictuelle et a montré les limites d’un pays toujours en transition vers le “premier monde”. En outre, les conflits internes et la conjoncture politique et économique actuelle ont entraîné un décalage par rapport aux autres pays d’Amérique. Dans ce contexte, quel rôle joue encore le Mexique dans le concert international ? Que peut-on espérer pour l’avenir du Mexique face à ce nouvel ordre continental ?

28 avril 2011

"1968 au Mexique, le massacre de Tlatelolco. Mémoire et Imagination" avec Néstor Ponce et Ernesto Ascencio

Erratum : cette séance se déroulera à l'Université de Provence, site Saint Charles. Amphi "CHARVE". 3, place Victor Hugo.

Peu d’événements de l’Histoire latino-américaine ont généré autant de controverses que ceux qui ont eu lieu le 2 octobre 1968 sur la Place des Trois-Cultures, à Mexico. 35 ans après ces événements tragiques, certaines questions demeurent. Le mouvement de 1968 au Mexique a commencé à réunir diverses forces sociales : une partie des secteurs populaires et de la classe moyenne a adhéré à la protestation étudiante pour les droits civiques et la démocratie. Mais le fait que le pays se soit engagé à accueillir les Jeux olympiques cette année-là a joué un rôle extrêmement important. La priorité du gouvernement était de maintenir une image de stabilité face à l’opinion internationale. Pour certains, le massacre de cet après-midi-là a été le résultat d’un “chaos organisé”. Mais organisé par qui ? Dans quel but ? Jusqu’à aujourd’hui, le gouvernement est toujours resté silencieux sur cet événement…

26 mai 2011

"Les enjeux actuels du Mexique à la lumière de l’Histoire du XXe siècle" avec Nelly Chávez et Raphaële Plu

Erratum : cette séance se déroulera à l'Université de Provence, site Saint Charles. Amphi "CHARVE". 3, place Victor Hugo.

Avec l’arrivée de gouvernements “néolibéraux”, le nationalisme révolutionnaire touche à sa fin, signifiant une rupture implicite dans le groupe au pouvoir, le pays s’acheminant vers une lutte idéologique où les principes de la Révolution mexicaine s’opposent aux politiques du libre marché. En 2006, deux options historiquement opposées se sont pour la première fois clairement affrontées face à la société : la droite, représentée par le PAN et Felipe Calderón Hinojosa, et la gauche avec Andrés Manuel López Obrador et le PRD à la tête d’une alliance de gauche. Ces élections ont montré une société divisée mais avec un espoir en l’avenir. Face à un siècle qui s’annonce comme celui de la haute technologie et de l’information, quel rôle peut jouer ce Mexique coupé en deux, avec, d’un côté, le narcotrafic, la violence et la pauvreté et, de l’autre, des niveaux de vie comparables aux pays du “premier monde” ?

29 septembre 2011

"Le rôle de l’indigène dans le Mexique d’aujourd’hui" avec Pável Meléndez et Virginie Ruiz

Le 1er Janvier 1994, le Mexique entre dans l’ALENA tandis que le cri des indigènes mexicains retentit au niveau international. La Declaración de la Selva Lacandona, montre le Mexique oublié et jusque-là caché et ignoré. Après plusieurs journées de confrontations armées, un accord est passé entre les zapatistes et le gouvernement Salinas pour établir un dialogue. Une série de réformes constitutionnelles concernant les droits et les cultures indigènes a été adoptée par le Congrès. Malgré ces réformes, le statut de l’indigène n’est pas clair dans la société mexicaine actuelle. Quel est son rôle aujourd’hui ? Que signifie être indigène au Mexique ? Quels sont les défis et les enjeux de l’indigénisme mexicain ?

24 novembre 2011

Clôture – "Cent ans plus tard : la signification de la Révolution Mexicaine." Conférence magistrale de Cuauhtémoc Cárdenas Solórzano

20 novembre 1910 : un groupe de propriétaires fonciers du nord du pays et des paysans des États du sud suivent l’appel lancé par Madero pour en finir avec la tyrannie de Porfirio Díaz. Bien que le dictateur s’exile à Paris, plusieurs groupes révolutionnaires commencent la lutte avec des revendications diverses : terre, liberté, droits sociaux, non-réélection, etc. Parmi les leaders se détachent P. Villa, E. Zapata, V. Carranza et A. Obregón. Après de longs débats idéologiques, les groupes parviennent finalement aux accords de la constitution de 1917. Malgré cet accord politique, la violence continue jusqu’en 1921, quand le “groupe de Sonora”, mené par A. Obregón, obtient finalement un retour à la paix sociale, posant les formes politiques et sociales du Mexique moderne. Cent ans après cette révolte armée, quelles sont les répercutions de la Révolution mexicaine aujourd’hui ? La révolution a-t-elle toujours un impact sur le Mexique ? Que signifie-t-elle pour les jeunes générations ?

Lieux

  • Auditorium de la Maison de la Région. 61, La Canebière
    Marseille, France

Dates

  • jeudi 27 janvier 2011
  • jeudi 24 février 2011
  • jeudi 28 avril 2011
  • jeudi 26 mai 2011
  • jeudi 29 septembre 2011
  • jeudi 24 novembre 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Mexique, histoire, culture, politique, indigène

Contacts

  • Rubén Torres Martinez
    courriel : jhenrrus [at] hotmail [dot] com
  • Sandra Gondouin
    courriel : sandragondouin [at] hotmail [dot] com
  • Hernan Harispe
    courriel : hernanharispe [at] hotmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Rubén Torres Martinez
    courriel : jhenrrus [at] hotmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« 2011, une année mexicaine », Cycle de conférences, Calenda, Publié le jeudi 20 janvier 2011, http://calenda.org/203115