AccueilUsages et enjeux du raisonnement contrefactuel en histoire et dans les sciences sociales

Usages et enjeux du raisonnement contrefactuel en histoire et dans les sciences sociales

The Use of Counterfactuals in History and the Social Sciences and their Surrounding Issues

*  *  *

Publié le vendredi 21 janvier 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Le but de ce séminaire est d’approfondir les questions historiographiques, épistémologiques voire ontologiques soulevées par les raisonnements contrefactuels en histoire et dans les sciences sociales, et ce, dans une perspective interdisciplinaire.

Annonce

Présentation

Le but de ce séminaire, qui s’inscrit dans la continuité des discussions ayant vu le jour dans le séminaire sur la  « What if history »  à l’EHESS (Q. Deluermoz, P. Singaravelou), ainsi que dans le cadre d’un séminaire au Collège de France consacré à l’épistémologie de la causalité (J.-M. Fleury) l’année dernière, est d’approfondir les questions historiographiques, épistémologiques voire ontologiques  soulevées par les raisonnements contrefactuels en histoire et dans les sciences sociales, et ce, dans une perspective interdisciplinaire.

Depuis les travaux pionniers de la cliométrie dans les années 60, la reconstitution des alternatives contrefactuelles de situations historiques, économiques ou sociales données, s’est largement développée dans les sciences sociales, sous des formes et dans des stratégies de recherche souvent très variées. Là où l’économiste pourra, par exemple, chercher à imaginer le développement industriel des Etats-Unis sans le chemin de fer pour évaluer, par contraste, la pertinence causale de ce dernier facteur, le théoricien des relations internationales pourra, lui, utiliser les alternatives contrefactuelles pour reconstituer les processus de prises de décision qui ont permis, par exemple, d’éviter une troisième guerre mondiale lors de la crise des missiles de Cuba. Mais les développements récents de cette approche ont montré que les questions soulevées par l’usage des contrefactuels en histoire dépassent largement ce cadre méthodologique, et invitent aussi à réfléchir sur les ressources cognitives de ces scénarios contrefactuels particuliers que sont les fictions historiques.

Parallèlement à la diffusion de ce type de question en histoire et dans les sciences sociales, la philosophie des modalités a connu, elle aussi, des développements considérables ces dernières décennies, qu’il s’agisse des programmes associés à la logique modale ou aux recherches portant sur l’épistémologie des modalités ou leur interprétation ontologique. Or, même si ces analyses sont régulièrement citées dans certains travaux d’histoire ou de science sociale, force est de constater qu’à de très rares exceptions, le dialogue entre les deux entreprises n’a pas vraiment eu lieu, particulièrement en France où la réception de l’histoire contrefactuelle est restée relativement marginale. Nous espérons que le cadre de ce séminaire pourra contribuer à entamer ce dialogue entre philosophes et praticiens des sciences sociales.

Organisateurs

  • Jean-Matthias Fleury
  • Quentin Deluermoz
  • Pierre Singaravelou

Programme des séances

Mercredi 26 janvier

Jacques Bouveresse (Collège de France) : « Robert Musil et la question de savoir comment on fait l’histoire »

 Mercredi 9 février

Claude Diebolt (Univ. Strasbourg) : « Le raisonnement contrefactuel en cliométrie : étude de cas et usage personnel de la démarche »

Mercredi 23 février

Jean-Matthias Fleury (Collège de France) & Bogdan Rusu (I.Jean Nicod/EHESS) : « Contrefactuels et causalité historique : une approche weberienne »

Mercredi 9 mars

Jacques Sapir (EHESS) : « De la démonstration par l’absurde à la possibilité d’une histoire autre : le cas d’une uchronie réaliste (1940) »

Mercredi 23 mars

Pierre-Michel Menger (EHESS) :"Fonctions heuristiques et dérives constructivistes du raisonnement contrefactuel en sciences sociales"

Mercredi 27 avril

Christophe Prochasson (EHESS) : "Et si la révolution n'avait pas eu lieu ? Critique du déterminisme et restauration de la contingence dans l'oeuvre de François Furet"

Mercredi 11 mai

Jérôme David (Univ. de Genève) : "Les ressorts contrefactuels du roman et du récit historique au XIXe siècle"

Mercredi 25 mai

Jon Elster (Collège de France) : « Si Marx et Freud n’avaient jamais vécu »

Mercredi 8 juin

Stephane Chauvier (Univ. de Paris IV) : « Les leçons du possible en histoire : pondération dramatique ou contingence réelle ? ».

Lieux

  • 11 place Berthelot (salle 1)
    Paris, France

Dates

  • mercredi 26 janvier 2011
  • mercredi 09 février 2011
  • mercredi 23 février 2011
  • mercredi 09 mars 2011
  • mercredi 23 mars 2011
  • mercredi 27 avril 2011
  • mercredi 11 mai 2011
  • mercredi 25 mai 2011
  • mercredi 08 juin 2011

Mots-clés

  • epistemologie, historiographie, sciences

Contacts

  • Jean-Matthias Fleury
    courriel : jean-matthias [dot] fleury [at] college-de-france [dot] fr
  • Pierre Singaravelou
    courriel : pierre [dot] singaravelou [at] sciences-po [dot] org
  • Quentin Deluermoz
    courriel : quentin [dot] deluermoz [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Jean-Matthias Fleury
    courriel : jean-matthias [dot] fleury [at] college-de-france [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Usages et enjeux du raisonnement contrefactuel en histoire et dans les sciences sociales », Séminaire, Calenda, Publié le vendredi 21 janvier 2011, http://calenda.org/203131