AccueilTerritoires écologiques

Territoires écologiques

Ecological Territories

Responsabilités solidaires face à la résilence écologique

Social responsibilities in the face of ecological resilience

*  *  *

Publié le jeudi 27 janvier 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Les écosystèmes doivent faire face à de nombreuses perturbations d’origine naturelle et/ou anthropique. Comprendre leurs capacités de résilience est devenu un enjeu fondamental car les écosystèmes possèdent une double valeur écologique et sociétale. Que font, que peuvent faire, que veulent faire nos sociétés face à la capacité de réactions des écosystèmes aux perturbations, notamment celles provoquées par l’homme ? Devons-nous être solidaires, car tous responsables ? Dans ce cas, quelles formes de « responsabilités solidaires » doit-on mettre en œuvre ?

Annonce

En vue de permettre à l’ensemble des acteurs des territoires, des futurs gestionnaires et des citoyens de se rencontrer, les étudiants d’"Espace et milieux" de l’Université Paris Diderot-Paris 7, l’Université de Chicago et l’UNESCO, vous invitent à venir écouter et à partager une réflexion pluridisciplinaire sur ces questions contemporaines. Ce colloque est organisé par le Master "Espace et Milieux" de l’Université Paris Diderot - Paris 7, l’Université de Chicago et l’UNESCO.

Liste des intervenants:

  • Patrick Blandin, professeur émérite au Muséum d’Histoire Naturelle, est membre du département Hommes-Natures-Sociétés. Il a dirigé le laboratoire d’Ecologie générale  et la Grande Galerie de l’Evolution.  
  • Anne Caron Deglise, Magistrat, Conseiller à la Cour d'appel de Paris, est membre du Conseil  Scientifique de la Caisse nationale de la Solidarité pour l'autonomie.
  • Julien Cordier, ancien étudiant du master Espace et Milieux, directeur régional Grand Ouest de Biotope
  • Gilles Hirzel, Après avoir été chargé d’information représentant la FAO en France, il est   consultant sur la dimension sociétale du développement durable, et préside le Comité  d’éthique d’Alliés, membre de l’alliance internationale contre la faim.
  • Alan Kolata, the Neukom Family Distinguished Service Professor of Anthropology and the Social Sciences at the University of Chicago. He has organized multidisciplinary research examining complex interactions between humans and the environment at distinct temporal and spatial scales.
  • S.Romi Mukherjee, docteur en histoire des religions de l'université de Chicago. Il est  actuellement spécialiste adjoint de programme de la section « éthique des sciences et  technologies » à l’UNESCO.

Programme

9h00 : Accueil des participants.

9h30 : Allocutions d’ouverture par les trois organisateurs (J. Crowley, A. Kolata, G. Benest).

10h00 – 12h30 : Trois communications de 20min suivies de 20min de débats.

  • S.Romi Mukherjee : Vers une éthique écosophique : pour une responsabilité morale au-delà de l’ontologie
    Résumé : La question de la responsabilité écologique nous place face à plusieurs impasses philosophiques et éthiques. Après le travail de Hans Jonas, il est entendu que l’histoire de la philosophie ne nous permet par de penser la crise écologique, ne nous donne pas les bases d’une éthique environnementale. Par ailleurs, plongés dans un nihilisme post-moderne, nous existons dans un monde où les grands ordres symboliques et ontologiques (la raison transcendantale, Dieu, l’Homme, la Société) sont mis en cause. Le premier constat qui s’impose, c’est qu’il faut dépasser une certaine crise éthico-épistémologique afin d’aborder la crise écologique. Il s’agit de repenser philosophiquement les relations entre l’homme et la nature pour dégager les conditions de la responsabilité morale. Une perspective écosophique ou « géo-philosophique », délivrée du fardeau de la métaphysique afin de penser l’homme comme une espèce (menacée ?) parmi d’autres dans un grand socio-éco-techno-système, nous permettra de réévaluer les fondements de la responsabilité écologique. Une telle responsabilité n’émanera pas de l’obéissance à des lois ou impératifs moraux, mais plutôt d’une reconnaissance de notre finitude collective et de l’imminence d’une catastrophe écologique qui a déjà commencé et dont nous sommes en partie responsables.
  • Patrick Blandin : Des écosystèmes et des hommes : quelques considérations sur l’évolution récente des paradigmes de l’écologie
    Résumé : Les écosystèmes ont été longtemps considérés en équilibre dynamique, l’homme constituant un facteur externe de perturbation. Aujourd’hui, l’écologie et l’anthropologie montrent que sociétés humaines et systèmes écologiques coévoluent. Le paradigme du « co-changement » se substitue ainsi à celui de l’équilibre. Il oblige à poser la question des responsabilités des humains en terme de pilotage des trajectoires temporelles des écosystèmes.
  • Gilles Hirzel : Investissements dans le secteur agricole, et politiques de développement rural, éléments clés de l’avenir de nombreux territoires
    Résumé : Après avoir rappelé rapidement les principaux défis relatifs à l’alimentation mondiale à l’horizon 2050, il s’agit de réfléchir ensemble aux incidences multiples de la pauvreté rurale au plan social et économique et son impact sur la dégradation des territoires. L’approche territoriale du développement sera centrée sur la nécessité d’investir dans les infrastructures rurales et sur la formation pour faciliter une prise en compte collective des modalités d’accès aux biens essentiels et ce, dans le cadre de politiques de développement rural.

12h45 : Buffet et présentation de posters.

14h00 – 16h20 : Trois communications de 20min suivies de 20min de débats.

  • Alan Kolata : Environmental Risk, Vulnerability and Human Adaptation in Historical Perspective
    Résumé: Environmental forcing factors, the product of a complex interaction effect between natural and anthropogenic effects, produce socio-economic uncertainty, risk and vulnerabilities for rural society and induce human adaptations at four general scales: households, villages (self-governing entities with institutions and practices for collective action), firms (especially financial, agro-industrial, and resource extraction corporations) and institutions, including municipal and federal governments and non-governmental organizations. Households, villages, firms and institutions themselves interact through risk-sharing institutions such as social networks, credit, insurance, markets, regulations and government policy. This presentation will examine both theoretical and empirical issues concerning environmental risk, vulnerability and human adaptation in two distinct cultural and historical contexts: first, that of pre-modern indigenous societies in the Andean region, and second that of contemporary Khmer society in the lower Mekong River basin of Cambodia.
  • Julien Cordier : Solidarités intervillageoise et internationale pour la gestion d'une pêche locale
    Résumé : Retour d'expérience d'une mission de mécénat technique d'Ecologues volontaires (Biotope) : élaboration d'un plan de gestion de l'Aire Marine Protégée Communautaire du Bamboung (AMPCB) dans le delta du Siné Saloum au Sénégal créée par l'ONG sénégalaise l'Océanium. Constat : surpêche, dégradation de la mangrove et diminution des prises dans cette partie du delta du Saloum Solution : création d'une aire marine protégée intégrale (6500 ha îles, mangrove et bolongs) Concertation : 14 villages de pêcheurs impliqués acceptant la création d'une réserve intégrale dans le bolong du Bamboung où ils avaient l'habitude de venir pêcher. Écho à la notion de résilience écologique : depuis la mise en réserve, le suivi du peuplement piscicole montre une augmentation des richesses et diversités spécifiques, ainsi qu’une réapparition d'espèces disparues et de grands prédateurs. L’effet est bénéfique sur les zones de pêches périphériques qui se ré-empoissonnent grâce au réservoir AMPCB. Double écho de la notion de responsabilité solidaire : solidarité nord-sud, mécénat technique (apport de compétences, formation, échange de savoirs, voyagé intelligemment !) et solidarité locale intervillageoise pour répondre à la diminution d'une ressource naturelle et à la dégradation d'un écosystème.
  • Anne Caron Deglise : Préserver la biodiversité : quelles responsabilités et quels arbitres ?
    Résumé : La biodiversité est un concept jeune, dont chacun s'accorde aujourd'hui à admettre qu'il est devenu urgent non seulement de le comprendre et de le définir, notamment dans sa dimension dynamique et temporelle comme dans ses liens étroits avec les activités humaines, mais surtout de la protéger parce que les pressions traditionnelles s'accroissent. Réfléchir sur ce sujet, faire un état des lieux objectif, envisager les incidences sur le cycle de vie des hommes présents et à venir, les êtres vivants, les territoires, c'est accepter d'envisager une nouvelle vision du monde et redéfinir la responsabilité humaine face aux risques et à leurs conséquences. En France, la directive européenne du 21 avril 2004 sur la responsabilité environnementale a fait l'objet d'une loi d'adaptation au droit national le 1er août 2008. La Charte de l'environnement, inscrite dans la Constitution en 2005, a posé le principe de réparation des dommages causés à l'environnement, fondant ainsi la mise en place d'un régime de responsabilité. Surtout, des juges ont rendu des décisions dans le cadre d'actions en responsabilité de l'Etat, en matière pénale ou dans le cadre de procès civils. Sur ce dernier point, la notion de « préjudice résultant de l'atteinte à l'environnement » a été clairement reconnue par le juge judiciaire (procès de l'Erika). Aujourd'hui, en effet, la question des équilibres des autorités et des pouvoirs est devenue majeure. Au-delà des comportements citoyens, quels pourront être les arbitres de ces nouvelles responsabilités, sous quelles conditions, et avec quelle réelle indépendance ?

16h30 - 17h00 : Synthèses et conclusions par les trois partenaires.

Inscription: Gratuite et obligatoire

Catégories

Lieux

  • Université Paris Diderot-Paris 7, 15 rue Hélène Brion (Amphi Buffon)
    Paris, France

Dates

  • vendredi 11 février 2011

Mots-clés

  • Environnement, développement durable, écologie, solidarité, territoire, écosystème

Contacts

  • G. Benest
    courriel : territoiresecologiques [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Frédéric Asara
    courriel : territoiresecologiques [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Territoires écologiques », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 27 janvier 2011, http://calenda.org/203171