AccueilSe défendre en justice : pratiques de l'Antiquité à nos jours

Se défendre en justice : pratiques de l'Antiquité à nos jours

Practices of Defense in Justice: Antiquity - Present Day

*  *  *

Publié le jeudi 27 janvier 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Les traces des pratiques de défense ou de représentation en justice sont attestées à de nombreuses époques. Au bénéfice des récents travaux parus sur la professionnalisation des avocats, sur leur rôle dans l’espace public, sur la médiation et l’accommodement entre les parties hors des champs judiciaires, sur la genèse de l’adversarial trial, par exemple, ces journées réuniront des chercheuses et chercheurs de toutes disciplines qui pourront confronter leurs recherches sur les modalités que prend la défense et/ou la représentation dans les pratiques de justice. La réunion des travaux sur des périodes et des pays différents veut initier une réflexion comparée favorable à un état des lieux des pratiques de défense au fil des siècles.

Annonce

Présentation

Les traces des pratiques de défense sont attestées à de nombreuses époques. Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut évoquer, pour l’Antiquité gréco-romaine, le système du logographe athénien, ou encore le système du patronus romain. Après la diffusion des Douze Tables, naît l’assistance en justice librement choisie, qui est dès lors prise en charge par des advocati (litt. « appelés [à la rescousse] »). Le changement est notoire entre la République, qui privilégie l’oral, la poursuite par la partie civile devant une juridiction non permanente et l’Empire qui consacre progressivement l’écrit, la poursuite d’office et les juridictions permanentes.

Plus tardivement, d’autres études ont souligné l’importance des « avants-parliers » ou « prolocutors » d’origine germanique qui, dès le 11e siècle, assistent oralement les parties. L’adoption de la procédure inquisitoire dès le 13e siècle dans les pays d’Europe continentale change notablement le caractère oral du procès pour intégrer largement l’écrit. La parole défensive orale et contradictoire se concentre dans les procès ordinaires et civils pour disparaître presque totalement des procès criminels durant les 16e et 17e siècles. Au pénal, les pratiques officieuses défensives en faveur des accusés attestent d’un aménagement des Ordonnances royales françaises qui limitent depuis 1539, elles aussi, la défense des criminels. Dans l’Empire, la Caroline de Charles Quint de 1532 prévoit la défense des accusés ; toutefois face à l’autonomie laissée aux princes allemands, l’article CCC de la Caroline autorisant la défense des criminels semble peu appliqué. En Savoie, dès le 15e siècle, l’avocat des pauvres procure son aide aux plus démunis, alors qu’au criminel, l’adoption des Royales Constitution dès le 18e siècle permet à l’accusé de présenter sa défense. La tradition de la Common law et plus particulièrement l’Angleterre atteste, elle aussi, de pratiques de défense, notamment dès la fin du 17e siècle pour les crimes de trahison et dès les années 1730 pour les crimes graves. La République de Genève introduit, en parallèle à la défense au civil, la défense des criminels dès le premier tiers du 18e siècle.

Et dès la fin du 18e siècle, les changements en matière pénale sont majeurs dans de nombreux pays (Prusse, Russie, etc.) et la Révolution française, dont l’influence déborde largement au-delà de ses frontières limitrophes, réintroduira la défense au pénal par la voie des défenseurs officieux. Au cours des 19e et 20e siècles, les aménagements des pratiques de la défense seront nombreux au civil comme au pénal.

Afin d’approfondir et de compléter les quelques exemples évoqués, deux journées d’étude intitulées "Se défendre en justice : pratiques de l'Antiquité à nos jours", seront organisées les vendredi 4 et samedi 5 Novembre 2011 à l’Université de Genève. Ces journées visent à réunir des chercheuses et chercheurs débutants et confirmés travaillant sur les pratiques de défense dans les procès criminels et civils, de l’Antiquité à nos jours. Afin de privilégier le temps de présentation et de discussion, le nombre de participants sera limité. Les travaux d’historiens, de juristes, de linguistes et de chercheurs d’autres disciplines sont les bienvenus.

Plusieurs pistes de réflexions, non exhaustives, pourraient être abordées :

  • Au niveau de la procédure, il s’agirait de s’interroger sur les modalités que prend la défense. Celle-ci est-elle assurée oralement, par écrit ? Existe-il des usages langagiers, des gestes, des codes de conduite spécifiques ou des costumes particuliers qui ont cours pour la défense ou lorsqu’il s’agit de se faire représenter en justice ? Quel impact l’introduction de la défense a-t-elle eu sur la procédure, sur l’appréciation des preuves, sur le rôle des juges et sur la place des parties et/ou de l’accusé dans le déroulement du procès ?
  • Quel public est visé par la défense (un jury, des juges, un public plus large ?) En quoi ces publics déterminent-ils des modes différents de parler, de se comporter, de présenter la cause, d’argumenter ? En quoi ces modes d’être et de faire peuvent avoir un effet de persuasion sur l’auditoire concerné ?
  • Qui prend la défense ou représente des parties et/ou des accusés : avocats, procureurs, parties, membres de la famille ? La délégation de la défense questionne la fonction et les modes de représentation en justice : quelles sont les valeurs qui sous-tendent cette fonction ? La défense peut-elle être assimilée à une simple assistance, à une aide ou induit-elle d’autres dimensions, notamment éthiques de la part de celui qui défend ou prend la parole ou la plume pour une partie ? La professionnalisation des barreaux influence-t-elle les pratiques de défense ?
  • Concernant les actes de langage ou d’écriture qui présentent les arguments défensifs, peut-on y lire une matrice qui s’appuie sur la rhétorique judiciaire antique ou existe-t-il d’autre modèle de persuasion ? Les arguments invoqués permettent-ils de saisir les valeurs personnelles, familiales, sociales, professionnelles ou une nouvelle forme de sensibilité à l’égard de l’individu sur lesquelles les parties fondent leurs droits, leurs intérêts, leur honneur ou leur vie ? Comment ces valeurs sont-elles décrites, quels champs lexicaux sont utilisés ? De même, l’image de l’accusé, les valeurs sociales ou humaines invoquées permettent-elles de comprendre la place de la déviance ou des conflits à des époques données ? En quoi les arguments de droit dans les plaidoyers informent-ils sur les héritages, les changements et la diffusion de la « science du droit » ?
  • Finalement, est-il possible d’évoquer la diffusion des pratiques de défense d’une juridiction à une autre, d’un pays à un autre ou encore d’une sphère civile à une sphère criminelle ? Les perméabilités et les emprunts sont-ils dus à une proximité géographique, aux liens entre praticiens dans et hors de leur juridiction, à la diffusion de connaissances grâce à l’imprimé ou au fait que les mêmes individus assument la défense au civil et au pénal ? Les praticiens qui se spécialisent dans des domaines particuliers du droit ne sont-ils le fait que de l’époque contemporaine ?

Organisation

  • Maison de l’Histoire, Université de Genève.
  • Laboratoire « Biens, normes, contrats », Faculté de Droit, Université d’Avignon.
  • Unité d’histoire moderne, Département d’histoire générale, Université de Genève.
  • Centre Lorrain d’Histoire du Droit (CLHD), Faculté de Droit, Université de Nancy 2.

Modalités de soumission

Une proposition d'une page (maximum) devra être envoyée par email avant le 

1er avril 2011

accompagnée de votre nom, prénom, vos coordonnées et le cas échéant l'institution de rattachement, à :

Comité scientifique

  • Professeur Antoine Astaing (CLHD, Faculté de Droit, Université de Nancy 2).
  • Professeur Donald Fyson (Département d’histoire, Université de Laval).
  • Professeur Robert Jacob (Faculté de Droit et de science politique, Université de Liège).
  • Professeur Hervé Leuwers (IRHiS, Université de Lille 3).
  • Professeur Michel Porret (Unité d’histoire moderne, Département d’histoire générale, Université de Genève).
  • Professeur Xavier Rousseaux (CHDJ, Université de catholique de Louvain)
  • Professeur Pierre Sánchez (Département des sciences de l’Antiquité, Faculté des Lettres, Université de Genève).

Catégories

Lieux

  • Université de Genève, 1204 Genève 11
    Genève, Confédération Suisse

Dates

  • vendredi 01 avril 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • pratiques, défense, justice

Contacts

  • Françoise Briegel
    courriel : francoise [dot] briegel [at] unige [dot] ch
  • Eric Wenzel
    courriel : eric [dot] wenzel [at] univ-avignon [dot] fr

Source de l'information

  • Françoise Briegel
    courriel : francoise [dot] briegel [at] unige [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Se défendre en justice : pratiques de l'Antiquité à nos jours », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 27 janvier 2011, http://calenda.org/203172