AccueilL'environnement francophone en milieu plurilingue

*  *  *

Publié le mardi 01 février 2011 par Karim Hammou

Résumé

Dans le cadre du contrat quadriennal 2011-2014 le CELFA (Centre d'études linguistiques et littéraires francophones et africaines), affilié à l'EA 4198 CLARE (Cultures, littératures, arts, représentations, esthétiques), organise, du 20 au 22 octobre 2011, un colloque international sur le thème « L'environnement francophone en milieu plurilingue ». L'objectif de ce colloque auquel sont conviés des spécialistes de la sociolinguistique et de l'écolinguistique, sans exclure ceux des autres disciplines des sciences sociales (littérature, géographie, histoire, anthropologie, etc.), est de décrire, caractériser et illustrer la réalité de l'environnement francophone dans les espaces où le français coexiste avec d'autres langues, souvent en position dominante juridiquement mais minoritaire socialement.

Annonce

Il s'agit, concrètement, d'apprécier l'importance et la qualité de l'offre en français dans des contextes où celui-ci n'est pas la langue maternelle des populations mais la langue seconde d'un grand nombre d'individus. On se limitera à l'Afrique et aux espaces créoles de la Caraïbe et de l'Océan Indien.

Deux axes thématiques seront privilégiés : environnement vidéo-graphique (marquage du territoire, affichage administratif et commercial, production littéraire, presse écrite, etc.) et environnement audio-oral (interactions en milieu familial, scolaire, administratif, sportif, émissions de radio et de télévision, etc.).

Argumentaire

Dans les Etats d'Afrique ou d'ailleurs qui l'ont choisi comme langue officielle et dans les espaces insulaires où il coexiste avec des parlers créoles, le français n'est plus considéré comme une langue étrangère mais comme une langue seconde. Il est langue de scolarisation, langue de travail ou langue véhiculaire courante et bénéficie d'une solide réputation de « langue du savoir, du pouvoir, de l'ascension sociale, du développement économique, de la démocratie ». Un des éléments qui fondent une telle affirmation c'est la notion d'environnement linguistique, c'est-à-dire l'ensemble des marques physiques, visibles et audibles, qui manifestent la co-présence des langues dans un espace donné, urbanisé ou non. On se souviendra qu'une langue seconde n'est pas seulement une langue enseignée, qu'elle est aussi une langue d'enseignement ; qu'elle n'est pas d'abord apprise pour découvrir la culture étrangère mais comme un moyen de vivre la culture propre au milieu de vie ; qu'à ce titre elle fait partie du paysage sociolinguistique du pays : c'est une langue d'échange et de travail, une langue qui intègre tout le contexte spatial, social, médiatique, économique et politique.

Les participants à ce colloque, organisé dans la perspective d'un ouvrage collectif, s'interrogeront principalement mais non exclusivement sur les points suivants :

Dans les situations de plurilinguisme qui caractérisent la plupart des pays francophones quelles sont les fonctions sociales et les valeurs symboliques attachées au français ?

Quel est le poids du français dans le système éducatif comme moyen d'accès à l'écrit, comme matière et comme véhicule des autres disciplines scolaires ?

Quelles utilisations sont faites de la langue française en famille, à l'école, dans l'administration, dans le milieu du travail, dans le commerce, dans les lieux de loisirs ?

Quel environnement vidéo-graphique (livres scolaires, littéraires et paralittéraires, journaux, revues et magazines, affichage administratif et commercial, publicité écrite, inscription de la langue sur la monnaie et les billets de banque) ou audio-oral (musique, théâtre et cinéma dans la langue, émissions de radio et de télévision, publicité orale) est offert aux populations qui vivent dans le pays et aux touristes qui le visitent ?

Quelle présence du français peut-on observer dans le marquage du territoire, qu'il s'agisse de la toponymie (noms des lieux, des régions, des villes, des quartiers), de l'odonymie (noms des rues, des places, des voies et des chemins), de l'hydronymie (noms des cours d'eau : fleuves et rivières), de la statonymie (noms des Etats et de Nations) ? Quelle présence dans l'espace social, qu'il s'agisse de l'anthroponymie (noms des personnes), de l'ethnonymie (noms des peuples) ou de la glossonymie (noms des langues) ? Quelle présence dans l'affichage administratif (bâtiments publics, signalisation routière) et commercial (devantures des magasins et des boutiques, prix des produits de consommation courante sur le marché, panneaux publicitaires, etc.).

Quels lieux, quels temps et quelles situations de contact réel avec le français sont identifiables ? Quelles formes de langue sont pratiquées au quotidien ?

Quelles normes systémiques et sociales, endogènes ou exogènes, sont valorisées, quels écarts sont stigmatisés ?

Certains pays francophones (comme le Togo, le Sénégal ou la Côte-d'Ivoire) offrent des formations en français à l'intention des apprenants en provenance des pays anglophones ou lusophones voisins. Peut-on parler d'une véritable « immersion » et quelle est la qualité du « bain linguistique » offert ? Quels lieux d'immersion (famille, places publics, administration, commerce, loisirs) ?

Finalement, quel est le degré de l'enracinement du français en Afrique et dans les espaces créolophones (Haïti, Ile Maurice, Seychelles, etc.) ? Quel est l'impact de la francophonie sur la vie quotidienne des populations, en ville et à la campagne ?

Quelle efficacité de la langue française dans les secteurs formels (école, administration, entreprise, communication publique, etc.) et non-formels (alphabétisation, métiers artisanaux, petit commerce, etc.) ? Quelles lignes de partage, quels circuits d'échange et quelles possibilités de dialogue avec les langues locales dans une perspective de développement ? Quelle efficacité dans la circulation des informations ? Quelle capacité de mobilisation ? Quelle part de rêve pour l'avenir ?

Les réponses à ce multiple questionnement suppose une solide connaissance des lieux et une observation attentive des pratiques linguistiques qui s'y déroulent. Il s'agira bien de confronter la réalité francophone observable sur le terrain aux images et représentations plus ou moins fantasmagoriques qui la portent.

Enfin, puisque la recherche scientifique se doit d'éclairer l'action politique, on s'interrogera sur les formes innovantes à préconiser et les nouvelles manières de créer un environnement francophone efficace en harmonie avec la pratique plurielle des langues partenaires.

Il est demandé aux auteurs de propositions

  • d'indiquer leur nom, leur fonction et leur institution de rattachement,
  • de fournir le titre de leur communication accompagné d'un résumé (environ 2000 signes).

Les propositions devront être envoyées par courriel en format DOC ou PDF.

Dates à retenir

Vendredi 11 mars 2011 : date limite pour l'envoi des propositions de communications (résumé et notice bio-bibliographique)

Vendredi 08 avril 2011 : notification de la décision du comité scientifique aux auteurs

Vendredi 16 septembre 2011 : envoi des textes des communications au comité d'organisation

Vendredi 10 novembre 2011 : notification de la décision du comité scientifique quant à la publication

Vendredi 09 décembre 2011 : date limite pour la remise des textes définitifs corrigés par les auteurs

Printemps 2012 : publication des actes.

Comité scientifique :

  • Michel Beniamino (Université de Limoges)
  • Jacqueline Billiez (Université Stendhal – Grenoble 3)
  • Marc Bonhomme (Université de Berne, Suisse)
  • Zohra Bouchentouf-Siagh (Université de Vienne, Autriche)
  • Annette Boudreau (Université de Moncton, Nouveau Brunswick, Canada)
  • Henri Boyer (Université Paul Valéry – Montpellier)
  • Louis-Jean Calvet (Université de Provence – Aix-Marseille)
  • Andrée Chauvin-Viléno (Université de Franche-Comté – Besançon)
  • Jean-Pierre Cuq (Université de Nice)
  • Moussa Daff (Université Cheikh Anta Diop – Dakar, Sénégal)
  • Pierre Dumont (Université Paul Valéry – Montpellier)
  • Jürgen Erfurt (Université de Francfort, Allemagne)
  • Françoise Gadet (Université Paris-Ouest – Nanterre)
  • Kashema Masegeta (Université de Strasbourg)
  • Julien Kilanga-Musinde (Université de Lubumbashi, Congo-Kinshasa)
  • Jérémie Kouadio Nguessan (Université de Cocody, Côte-d'Ivoire)
  • Foued Laroussi (Université de Rouen)
  • Rafaël Lucas (Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3)
  • Bruno Maurer (Université Paul Valéry – Montpellier)
  • Marie-Louise Moreau (Université de Mons, Belgique)
  • Auguste Moussirou Mouyama (Université Omar Bongo – Libreville, Gabon)
  • Mufwene Salikoko (Université de Chicago, USA)
  • Musanji Ngalasso-Mwatha (Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3)
  • Ambroise Queffelec (Université de Provence – Aix-Marseille)
  • Jean Tabi-Manga (Université de Yaoundé 2, Cameroun)
  • Michèle Verdeilhan (Université Paul Valéry - Montpellier)

Comité d'organisation :

Yamna Abdelkader, Gérard Ayémien, Aïcha Belhaiba, Virginie Coulon, Patrick Dutard, Omar Fertat, Rafaël Lucas, Musanji Ngalasso-Mwatha, Jean-Norbert Vignondé.

Contact et coordination

  • M. Ngalasso-Mwatha, Professeur à l'Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3,
  • Directeur du CELFA : musanji.ngalasso-mwatha@u-bordeaux3.fr

CELFA

Responsable : CELFA (Centre d'Études Linguistiques et Littéraires Francophones et Africaines)

Adresse : CELFA Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine · Domaine Universitaire · 10 esplanade des Antilles · 33607 Pessac

Lieux

  • 10 esplanade des Antilles (CELFA, Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, Domaine Universitaire)
    Pessac, France

Dates

  • vendredi 11 mars 2011

Contacts

  • M. Ngalasso-Mwatha, Professeur à l'Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3, Directeur du CELFA ~
    courriel : musanji [dot] ngalasso-mwatha [at] u-bordeaux3 [dot] fr

Source de l'information

  • Mian Gérard Ayémien
    courriel : ayemien [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'environnement francophone en milieu plurilingue », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 01 février 2011, http://calenda.org/203227