AccueilL'art d'interroger

L'art d'interroger

The Art of Asking Questions

Droit, sciences sociales et histoire

Law, Social Sciences and History

*  *  *

Publié le vendredi 04 février 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Instrument d'accès à la vérité et producteur de connaissance, l’acte d’interroger interpelle les sciences sociales à plusieurs égards. Comme procédure susceptible de s'appliquer à divers contextes sociaux, l'interrogation a fait l'objet d'un travail de formalisation plus ou moins poussé, affiné tant par les savants que par les praticiens censés s’en servir. Historiens, sociologues, anthropologues, juristes, linguistes et magistrats seront mis en présence pour une journée articulée en études de cas dont devra pouvoir se dégager une réflexion générale. Chaque exposé sera suivi par le commentaire d’un discutant, tandis qu’une discussion générale fera le point final sur les travaux de la journée.

Annonce

Les journées de la casuistique - Institut Marcel Mauss - Centre d’Etude des Normes Juridiques « Yan Thomas » - en collaboration avec l’Ecole Nationale de la Magistrature, Paris

L’art d’interroger : Droit, sciences sociales et histoire 

4 Février 2011, EHESS - Salle Lombard, 96 Bd Raspail, 75006 Paris 

Présentation

Instrument d'accès à la vérité et producteur de connaissance, l’acte d’interroger interpelle les sciences sociales à plusieurs égards. Comme procédure susceptible de s'appliquer à divers contextes sociaux, l'interrogation a fait l'objet d'un travail de formalisation plus ou moins poussé, affiné tant par les savants que par les praticiens censés s’en servir. Elle figure une véritable téchne au sens aristotélicien du terme, c'est-à-dire un art. Les historiens sont parmi les premiers à pouvoir témoigner de la mise au point de cet art, lorsque leur recherche creuse  les archives judiciaires d’institutions séculières et confessionnelles ou bien lorsqu'elle touche à cette sphère beaucoup plus floue qu’on pourrait qualifier de correctionnelle et qui investit à la fois le for interne de chaque interrogé et l’ordre public de la communauté civile et religieuse. Dans un cas comme dans l'autre, les procès verbaux d’interrogatoires, conduits selon un canevas de plus en plus détaillé, attestent un système de production de la connaissance qui ne saurait se réduire à une vérité propre à la seule institution, mais éclaire aussi la vie « environnementale » de celle-ci.

Si les historiens peuvent constater, à titre de source documentaire parmi d’autres, les potentialités cognitives attachées aux interrogatoires, d’autres disciplines ont érigé en véritable protocole de travail l’acte d’adresser des questions à quelqu’un. A différence des historiens qui trouvent cette source comme un legs du passé – exception faite, bien sûr, des études qui se réclament de l’histoire orale – les juristes, les sociologues et les anthropologues la constituent plutôt comme un outil heuristique essentiel à leur démarche investigatrice. L'examen des prévenus et des témoins dans un procès, les interrogatoires policiers, les questionnaires et les sondages de l’enquête sociologique, le recueil d’informations auprès de dénommés « autochtones » : voici autant de situations qui ritualisent une interaction linguistique dont l’issue est loin de correspondre aux intentions des parties ou de satisfaire aux attentes de ceux qui formulent les questions. 

Historiens, sociologues, anthropologues, juristes, linguistes et magistrats seront mis en présence pour une journée articulée en études de cas dont devra pouvoir se dégager une réflexion générale. Chaque exposé sera suivi par le commentaire d’un discutant, tandis qu’une discussion générale fera le point final sur les travaux de la journée.

Programme

9h30-13h       

Paolo Napoli (EHESS), Introduction de la journée

Présidence : Olivier Cayla (EHESS) 

Julien Théry (Univ. Montpellier III), Les procès-verbaux d'interrogatoire enregistrés lors des 'enquêtes de vérité'  à la fin du Moyen Âge. Présentation à partir d'un exemple.
Discutant : Simona Cerutti (EHESS) 

Denis Salas (ENM), Lecture dostoïevskienne de l’art d’interroger
Discutant : Serge Portelli (TGI Paris), Faux aveux comme révélateur 

Elisabeth Claverie (CNRS/EHESS), Interroger et contre interroger des témoins au Tribunal pénal pour l’ex Yougoslavie et à la Cour pénale internationale
Discutant : Jacques Chiffoleau (EHESS)

15h-18h 

Présidence : Marie-Angèle Hermitte (EHESS) 

Alban Bensa (EHESS), Des questions posées par l’ethnographe à la réflexion anthropologique
Discutant : Christian Jacob (CNRS/EHESS) 

Cyril Lemieux (EHESS), Interroger en public: l'entretien politique télévisé et ses contradictions pratiques
Discutant : Michel De Fornel (EHESS) 

Discussion générale

Catégories

  • Droit (Catégorie principale)

Lieux

  • EHESS, 96 Boulevard Raspail
    Paris, France

Dates

  • vendredi 04 février 2011

Mots-clés

  • Interroger, casuistique, droit, cas, procès

Contacts

  • Napoli Paolo
    courriel : napoli [at] ehess [dot] fr

Source de l'information

  • Falconieri Silvia
    courriel : silvia [dot] falconieri [at] ehess [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'art d'interroger », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 04 février 2011, http://calenda.org/203264