AccueilLe « tout-inclus »

Le « tout-inclus »

The Notion of "All-Inclusive" in Tourism

*  *  *

Publié le lundi 07 février 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Appel à textes pour la revue Téoros : le « tout-inclus ».

Annonce

Rédacteur responsable du dossier :

Alain A. GRENIER (Université du Québec à Montréal)

Date de soumission des textes : 1er mai 2011

Date de publication : 1er trimestre 2012

Argumentaire

Le "tout-inclus" compte parmi l’une des expressions du tourisme les plus répandues. On peut distinguer les principaux types de  forfaits de voyage selon qu’ils sont entièrement planifiés par le voyagiste (le tout inclus - transport, hébergement, repas) ou semi-structurés (le forfait à la carte). Le tout inclus est payé entièrement avant le départ tandis que le forfait à la carte nécessitera d’autres déboursés tout au long du séjour. Cette façon de voyager remonte aux premiers balbutiements du tourisme moderne, alors que le touriste, dépourvu d’expérience et des connaissances nécessaires au voyage, s’en remettait à l’expertise d’un voyagiste qui lui procurait toute la sécurité d’un séjour bien planifié.

Ainsi se sont développées les destinations soleil, les stations balnéaires et, éventuellement, les Club Med et les « gated communities », proposant des infrastructures de séjour de plus en plus adaptés pour répondre à tous les besoins des vacanciers dans des lieux de plus en plus enclavés, loin des populations locales. Cette ségrégation des touristes, dans les pays visités (souvent des pays émergents) a soulevé, au fil des ans, l’indignation des critiques. On reproche à ce tourisme de masse bercé dans l’abondance de son resort, son indifférence à l’égard des populations et cultures locales, souvent affligées par la pauvreté, la manque de ressources, etc.

Dans le sillon de la crise environnementale des dernières décennies, la surmédiatisation des espaces naturels a stimulé la croissance des tourismes alternatifs et, parallèlement, renouvelé la critique du tourisme plus conventionnel de masse. Le tout inclus, qui incarne mieux que tout autre la destination soleil, est devenu l’objet de la critique anti-tourisme et du mépris, tant d’une certaine classe de voyageurs que des analystes. Mais devant les dérapages et abus de plus en plus nombreux rapportés des « bons tourismes alternatifs », nous voilà en droit de réexaminer le tourisme de forfait en destination soleil afin de voir comment ce tourisme réagit lui-même aux critiques et aux nouveaux paradigmes d’équité sociale, de respect des cultures et de l’incontournable développement durable. En fait, le tout-inclus a-t-il appris de ces critiques ? Si oui, comment, où en est-il et que reste-t-il à faire ?

L’OMT estime à 935 millions le nombre de voyageurs internationaux, en 2010. Comme les alternatives touristiques de type écotourisme et tourisme communautaire ne sont viables qu’à petite échelle, il serait irréaliste de croire que le tourisme de tout inclus (tourisme de masse conventionnel) cédera un jour sa place à titre de tourisme dominant. N’est-il pas ainsi plus efficace et justifié de participer à l’amélioration de la formule (à son « environnementalisation ») qu’à sa simple critique ?   

Sans mettre l’accent uniquement sur les enjeux du tout inclus dans l’univers des touristes francophones, ce dossier de Téoros s’intéresse d’abord au phénomène proprement dit du tourisme de tout inclus, aux possibilités de développement et d’améliorations qu’il représente pour la destination mais aussi aux enjeux soulevés par la crise écologique, l’épuisement des ressources, aux besoins en matière d’équité sociale (accès à l’emploi, acculturation locale, impacts environnementaux, etc.).  En plus de ces questions, votre texte peut porter sur l’un des sujets suivants :

  • la légitimité du tout inclus comme moyen d’orienter le tourisme loin des espaces sensibles aux masses;
  • la place du tout-inclus dans la société d’accueil;
  • l’influence du tout-inclus sur le façonnement de l’espace de la société d’accueil;
  • les stratégies de survie du touriste de forfait face aux attitudes anti-touristes;
  • les modifications apportées dans la formule du tout inclus, y compris dans les infrastructures de la destination pour s’adapter aux besoins d’équité sociale, économique, culturelle et éthique amenés par le paradigme du développement durable;
  • la question de l’authenticité et de la mise en scène (représentation) dans l’expérience du tout inclus;
  • tout sujet connexe lié au tout inclus.

Modalités pratiques

Les auteur(e)s doivent faire parvenir un manuscrit rédigé préférablement en français présenté selon les règles de la revue, disponibles au www.teoros.revue.org/.

Les textes qui ne respectent pas le format de la revue (sources dans le texte, pas de notes de bas de page et bibliographie selon les normes de la revue) seront rejetés.  Les textes soumis en format Word (pas de PDF), doivent compter environ 6 000 à 8 000 mots et doivent comprendre un objectif (question) de recherche clairement énoncé; un descriptif de la méthodologie de recherche employée, et un volet théorique. Une étude de cas peut s’ajouter à ces éléments.

Chaque article doit inclure les nom et prénom de tous les auteur(e)s, leur titre principal et leur affiliation (une seule), leur adresse électronique (courriel) et postale, un résumé de 150 à 200 mots maximum en français, ainsi qu'une une liste des mots clés (maximum de 5). Les auteurs sont invités à fournir 3 ou 4 illustrations, libres de droits et en haute résolution (300 dpi) en indiquant clairement la légende de la photo et le nom de l’auteur(e) de la photo.

Les manuscrits soumis pour la publication dans Téoros doivent être originaux. Les auteur(e)s restent responsables du contenu et des opinions exprimés ainsi que de la correction des données et des références bibliographiques.

La date limite pour soumettre un texte est le 1er mai 2011. 

Les propositions de textes doivent être adressées à la revue : teoros@uqam.ca

Catégories

Dates

  • dimanche 01 mai 2011

Contacts

  • Grenier, Alain A. ~
    courriel : grenier [dot] alain [at] uqam [dot] ca

URLS de référence

Source de l'information

  • Alain A. Grenier
    courriel : teoros [at] uqam [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Le « tout-inclus » », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 07 février 2011, http://calenda.org/203301