AccueilCréations d'atelier. L'éditeur et la fabrique de l'œuvre à la Renaissance

*  *  *

Publié le mercredi 02 mars 2011 par Karim Hammou

Résumé

L'appel à contribution en vue du colloque « Créations d’atelier. L’éditeur et la fabrique de l’œuvre à la Renaissance », Paris, 1er-2 juin 2012, organisé par Anne Réach-Ngô (Atelier XVIe siècle de Paris-Sorbonne), s'adresse aux chercheurs spécialistes de littérature, histoire du livre et de l'édition, histoire des idées culturelles, génétique des textes, linguistique qui s'intéressent à la genèse de l'oeuvre littéraire envisagée d'un point de vue éditorial. Il s'agit de réunir des contributions qui interrogeront le rôle de l'éditeur lorsque celui-ci se situe à l’initiative de l’œuvre, non pas seulement de la fabrication du livre, mais également de la conception de l'œuvre, au-delà de la dichotomie traditionnelle qui distingue mise en texte et mise en livre. On cherchera ainsi à examiner des situations éditoriales où l'on peut établir ou supposer que les pratiques d’écriture se sont réalisées au moment même où s'est conçu le livre imprimé afin de penser la création littéraire à travers la complexité des collaborations et concurrences, pratiques rédactionnelles et éditoriales, jeux et émulations intellectuelles qui caractérisent son son contexte de production et de diffusion.

Annonce

« Créations d’atelier. L’éditeur et la fabrique de l’œuvre à la Renaissance »
Colloque organisé par Anne Réach-Ngô (Atelier XVIe siècle de Paris-Sorbonne),
1er-2 juin 2012, Paris

Le colloque « Créations d’atelier. L’éditeur et la fabrique de l’œuvre à la Renaissance » s’inscrit dans la lignée des travaux collectifs déjà menés dans le cadre de l’atelier XVIe siècle de Mireille Huchon, dont l’un des axes de travail vise à interroger les pratiques éditoriales de la Renaissance (voir les actes des journées d’études et colloque : Brigitte Ouvry-Vial, Anne Réach-Ngô (dir.), L’acte éditorial. Publier à la Renaissance et aujourd’hui, Paris, Classiques Garnier, 2010 et Anna Arzoumanov, Anne Réach-Ngô, Trung Tran (dir.), Le discours du livre. Mise en scène du texte et fabrique de l’œuvre sous l’Ancien Régime, Paris, Classiques Garnier, actuellement sous presse). Jusqu’à présent, les réflexions ont pour l’essentiel porté sur des situations éditoriales où l’imprimeur-libraire participe à l’incarnation des œuvres « en belle forme de livre » et aux métamorphoses de l’objet une fois la mise en texte effectuée. Les hommes du livre ont alors pu apparaître comme des « passeurs de textes » (voir le colloque « Passeurs de textes : imprimeurs et libraires à l'âge de l'Humanisme » organisé par Christine Bénévent, Annie Charon, Isabelle Diu et Magali Vène en mars 2009), se chargeant de transmettre – en l’interprétant ‒ un écrit né du travail d’une autre instance, anonyme ou identifiée, qui apparaît sous le titre d’« auteur » et dont l’autorité et la légitimité commencent alors à se constituer.

Or certaines études récentes ‒ portant plus spécifiquement sur des auteurs, comme Louise Labé ou Helisenne de Crenne, sur des ateliers, comme ceux d’Antoine Vérard ou de Jean de Tournes, sur des milieux, comme celui des imprimeurs lyonnais ou parisiens des années 1530-1550, ou encore sur des procédés éditoriaux, allant de l’illustration à la catégorisation générique, comme dans le cas du canzoniere, pour ne citer que quelques exemples ‒ de même que les recherches rattachées plus directement à la question de l’auteur, d’un point de vue aussi bien historique, juridique que littéraire ‒ comme l’illustre le cas Marot qui témoigne du rôle de l’acte de publication dans l’établissement d’un ethos d’auteur ‒, tendent également à montrer que l’auteur, entendu comme une instance en voie d’élaboration, est le résultat d’une construction, d’une « fabrication » (Marie-Pier Luneau et Josée Vincent (dir.), La fabrication de l’auteur, Québec, Nota Bene, 2010) et que l’éditeur entretient avec la figure auctoriale, présente au cœur du dispositif communicationnel de l’œuvre en tant que rédacteur, traducteur ou compilateur, une relation complexe (Martine Furno (dir.), Qui écrit ? Figures de l’auteur et poids des co-élaborateurs du texte, de la fin du manuscrit à la Révolution (XVe – XVIIIe siècles), Lyon, Presses de l'ENS-LSH, 2009).
Au-delà du simple rôle d’agent littéraire notamment mis en valeur par les travaux de Brian Richardson, il peut donc paraître intéressant de s’intéresser aux fonctions et pratiques de l’éditeur de la Renaissance lorsqu’il se situe à l’initiative de l’œuvre, non pas seulement de sa mise en livre, mais également de sa conception. Ceci nous amènera dès lors à considérer les cas où la genèse de l’œuvre n’est pas nécessairement envisageable suivant deux étapes distinctes qui différencieraient mise en texte et mise en livre, mais en un unique projet où les pratiques d’écriture se réalisent au moment même où se conçoit le livre imprimé. Certes, la situation décrite est loin de correspondre à la majorité des œuvres publiées, loin de là ; toutefois, les quelques cas qui ont pu être mis en valeur pourraient être révélateurs de pratiques d’atelier plus courantes qu’il n’y paraît à première vue.
Ce colloque voudrait donc réunir des études de cas où l’on peut établir ou déduire que l’éditeur est intervenu en tant que commanditaire de l’œuvre, l’atelier apparaissant alors comme un lieu où s’invente l’œuvre elle-même. On s’intéressera notamment aux situations éditoriales où l’éditeur fédère, orchestre ou avalise un projet d’édition, où l’œuvre est le résultat de travaux d’écriture à plusieurs mains, de jeux littéraires destinés à la publication, où la traduction est explicitement le résultat d’une commande éditoriale, où les ouvrages s’écrivent pour répondre à une demande ponctuelle, à un contexte polémique ou à un effet de mode éditoriale. On soulignera également l’importance de certaines figures de la vie intellectuelle qui fréquentent les milieux éditoriaux, participent à la diffusion des idées et des écrits nouveaux, interviennent parfois silencieusement pour favoriser l’innovation et la créativité littéraire en envisageant notamment les pratiques d’écriture collaborative ou ludique. On pourra enfin se demander quelles figures auctoriales véhiculent ces ouvrages, selon quels procédés ils élaborent une représentation, fidèle ou fictive, de la création littéraire et dans quelle mesure la réalité de l’atelier d’imprimerie et ses représentations, dans leur écart même, participe à la constitution d’une imaginaire de l’auteur, de l’éditeur et du lecteur qui concourt au renouvellement, avec le développement d’une culture de l’imprimé, du mythe de la création littéraire à la Renaissance.

Les propositions de communication, d’une demi-page, assortie d’un titre provisoire et de l’adresse institutionnelle de leur auteur, sont à envoyer par voie électronique

avant le 15 mai 2011 à Anne Réach-Ngô (anne.reachngo@yahoo.fr).

Comité scientifique :

  • Roger Chartier (Collège de France)
  • Mireille Huchon (Université Paris-Sorbonne)
  • William Kemp (Université McGill, Montréal)
  • Jean Vignes (Université Paris Diderot-Paris 7)

Lieux

  • Université Paris-Sorbonne
    Paris, France

Dates

  • dimanche 15 mai 2011

Mots-clés

  • imprimerie, mise en livre, édition, Renaissance, éditeur, imprimeur-libraire, création, livre, texte, œuvre

Contacts

  • Anne Réach-Ngô
    courriel : anne [dot] reachngo [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Anne Réach-Ngô
    courriel : anne [dot] reachngo [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Créations d'atelier. L'éditeur et la fabrique de l'œuvre à la Renaissance », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 02 mars 2011, http://calenda.org/203399