AccueilVoix-off et narration cinématographique

*  *  *

Publié le mercredi 16 février 2011 par Karim Hammou

Résumé

Stefano Leoncini, Alain Boillat, Silvina Benevent Gonzalez, Corinne Giordano et Séverine Abhervé seront les intervenants du premier volet des Journées d'étude « Voix-off et narration cinématographique ».

Annonce

Programme

  • 9h30 Stefano Leoncini Propos introductifs

Membre du CIRCPLES, Stefano Leoncini est docteur en Langues, littératures et civilisations romanes (thèse sur la présence de la télévision dans le cinéma italien des années quatre-vingt). Il est Maître de conférences à l’Université Nice Sophia Antipolis où il dirige le Master pro « Traduction, sous-titrage, doublage des production cinématographiques et audiovisuelles ».

  • 10h00 Alain Boillat « Le statut des voix-over dans trois films de Joseph L. Mankiewicz (A Letter to 3 Wiwes, All about Eve et The Barefoot Contessa) : pour une approche énonciative de la narration (over) au cinéma »

Analyse comparative axée sur la question du statut énonciatif des narrateurs et narratrices over de trois films hollywoodiens de Mankiewicz qui ont la particularité de construire leur personnage féminin « central » par le truchement des discours d’autres protagonistes.

Alain Boillat est professeur ordinaire à la Section d’histoire et esthétique du cinéma de l’Université de Lausanne. Il est notamment l’auteur de La Fiction au cinéma (Paris, L’Harmattan, 2001) et de Du bonimenteur à la voix-over. Voix-attraction et voix-narration au cinéma (Lausanne, Antipodes, 2007), ainsi que de nombreux articles académiques sur le cinéma, la bande dessinée et la place accordée à la voix au sein de dispositifs audiovisuels. 

  • 11h15 Cyril Laverger « Empty Quarter (Une Femme en Afrique) de Raymond Depardon : l’image d’une voix off »

De l’intimité de la « voix-je » à la distanciation du texte en voix off, Raymond Depardon semble créer une frontière poreuse entre la contemplation voyeuriste, le souvenir en construction et un présent qui se dérobe. Analyse des rapports entre image et voix off.

Cyril Laverger est Docteur en Art et Sciences de l’Art : Cinéma, Télévision, Audiovisuel (thèse sur la représentation de la société française dans le cinéma français de 1975 à 1985). Il est enseignant d’histoire du cinéma, d’esthétique de l’image et de mise en scène à l’ESRA Côte d’Azur et a été chargé de cours d’histoire du cinéma à l’Université de Nice.

  • 14h00 Corinne Giordano « Voix off et articulation du récit filmique dans Évangile selon St Mathieu, Médée et Œdipe-Roi  de Pasolini » 

Parler de la voix off dans l’œuvre de Pasolini, c’est indubitablement soulever la question de la mise en place de l’espace filmique: en effet, l’emploi de la voix off ne se réduit pas seulement à une fonction narrative, mais elle contribue à l’émergence d’une mise en scène audio-visuelle. Quelles sont les modalités de la voix off dans le récit pasolinien ? Quel(s) rôle(s) y joue-t-elle ? Comment participe-t-elle à la mise en place du récit filmique ? La voix off n’entraîne-t-elle pas une théâtralisation de la diégèse en se demandant comment oriente-elle le regard? L’enjeu de notre problématique est de comprendre, ou du moins de saisir, comment la voix off investit l’espace spatio-temporel qu’est le récit filmique ? Pour répondre à nos interrogations, nous aborderons à travers le corpus choisi, la question de la vectorisation de la voix off au sein de l’espace filmique, à savoir les notions de verticalité et d’horizontalité dans l’élaboration de cet espace, le rôle de la voix off dans la perception de spatio-temporelle ou encore, la représentation d’une corporéité invisible et l’émergence d’une sensorialité métaphorique.

Corinne Giordano est chercheure associée à l’IRIEC-Montpellier III et au CIELAM- Université de Provence. La question de l’écriture transmodale, ainsi que l’intermédialité, font partie de ses principaux axes de recherche. La notion de la voix off s’impose comme l’une des entrées de cette réflexion.

  • 15h00 Séverine Abhervé « Quelles frontières sonores pour la voix-off ? Étude de cas avec le film De Beaux Lendemains, d’Atom Egoyan (1997) » 

Dans le film De Beaux Lendemains (1997) d’Atom Egoyan, la voix du personnage de Nicole Burnell subit, tout au long du récit, une modification progressive de son statut narratif qui nous amène à repenser les frontières de la voix-off (voix lue, voix chantée, voix discursive…) et les répercussions que ces traitements ont sur le récit filmique.

Séverine Abhervé est doctorante en cinéma à Paris 1 (Panthéon-Sorbonne) sous la codirection de Daniel Serceau (Université Paris 1) et de Frédéric Gimello-Mesplomb (Université de Metz). Ingénieur du son et musicienne, ses travaux portent essentiellement sur la musique dans le cinéma. Membre de l'AFFECAV, elle est également chargée de cours pour le Master Pro 2 de cinéma de l’Université Paris 1. Elle est, enfin, l'initiatrice et la coordinatrice d'un projet international de développement de la recherche consacrée à la musique et au son dans le cinéma (http://safmrn.blogspot.com/

18h00 Projection du film Le roman d’un tricheur, de Sacha Guitry, à la Cinémathèque de Nice. Film présenté par Alain Boillat.

Adresse : 3 Esplanade J.F. Kennedy 06034  Nice Cedex 4

Lieux

  • Université de Nice-Sophia Antipolis, 98 boulevard Edouard Herriot (UFR LASH, Salle du Conseil)
    Nice, France

Dates

  • jeudi 31 mars 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • cinéma, voix-over, silence, articulation, frontière, Joseph L. Mankiewicz, Isabel Coixet , Pasolini, d’Atom Egoyan, Sacha Guitry

Contacts

  • Christel Taillibert
    courriel : taillibe [at] unice [dot] fr

Source de l'information

  • Solen Cozic
    courriel : solen [dot] cozic [at] unice [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Voix-off et narration cinématographique », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 16 février 2011, http://calenda.org/203415