AccueilL'art et l'espace public

L'art et l'espace public

Art and public space

*  *  *

Publié le lundi 21 février 2011 par Karim Hammou

Résumé

Ce numéro se propose d’explorer les diverses articulations entre l’esthétique et le politique et de questionner les frontières parfois floues séparant l’art de la communication, l’économique du culturel, le privé du public, le signe de la marchandise.

Annonce

Revue Proteus. Cahiers des Théories de l'art

Appel à texte : Numéro 3 / L’art et l’espace public

Date limite d’envoi des propositions : 1er juillet 2011

Date limite d’envoi des articles : 1er octobre 2011

À un moment où la question du politique revient d’une manière insistante dans les débats autour de l’art et de la culture (la création en 2010 de l’École des arts politiques à Sciences Po en est le témoignage le plus marquant), il est important de revenir sur la dimension tactique ou stratégique de la démarche artistique, ses potentiels, ses apories et ses limites.

Partant du principe que la représentation a toujours possédé un caractère actif dans la production du réel ce numéro se propose d’explorer les diverses articulations entre l’esthétique et le politique et de questionner les frontières parfois floues séparant l’art de la communication, l’économique du culturel, le privé du public, le signe de la marchandise.

Pris entre son devenir « relationnel » et les politiques culturelles l’art peut-il toujours revêtir une fonction critique ? Quelle est la marge d’intervention du geste artistique et comment peut-on repenser sa place et sa fonction au sein de l’espace public au-delà de sa conception comme fabrique de sociabilité ? Quelles formes peut prendre l'engagement artistique aujourd'hui, et quelles pratiques témoignent d'une volonté de concevoir l'art comme politique ou comme résistance à l'effondrement du politique – contre l'usage politique de l'art ?

La modernité a posé le problème politique de l’art en termes d’opposition entre l’autonomie irréductible de l’expérience esthétique et ses déterminations sociales et culturelles. L’œuvre fermée sur elle-même fut l’objet d’un ensemble de critiques qui visaient à l’ouvrir aux conditions historiques de son effectuation, déplaçant au passage les limites de l’esthétique. Or, après la dénonciation de la complicité entre les utopies de l’émancipation et l’idéologie totalitaire, la mercantilisation non moins totalisante de l’art au sein de la globalisation économique et l’émergence de micro-politiques identitaires qui sont venues remplacer les revendications de classe, quelles sont les chances d’une démarche capable de rendre compte de la complexité des enjeux actuels tout en évitant de s’aligner sur l’idéologie dominante de la « fin des idéologies » ? D’autant plus que si l’autonomie de l’objet esthétique semble être presque intégralement devenue fonction sociale de la marchandise, l’argument hétéronome d’un art aux prises avec la réalité sociale apparaît très souvent, lui aussi, comme la garantie de l’insertion optimale de l’œuvre dans le circuit du marché. En ce sens il ne s’agit pas tellement de subordonner l’art à des considérations qui lui seraient extérieures (le bien-penser du politiquement correct) mais d’interroger la politique qui l’anime de l’intérieur et qui inscrit sa vocation collective au cœur même du processus créatif.

Axes de réflexion :

  • Esthétique relationnelle, critique artiste, net-art : l’art comme création de lien social, ses enjeux, ses limites.
  • L’art et le marché : qualité artistique et valeur économique
  • Politiques culturelles, politiques de l’art : critique institutionnelle et esthétique d’entreprise
  • Le « terrorisme artistique » : intrusions artistiques intempestives dans l’espace public
  • La place de l’art dans les politiques éducatives

Nous attendons vos propositions d'article d'une page environ, en pièce jointe anonyme, ainsi qu'une brève présentation de l'auteur située dans le corps du mail. La revue Proteus accueille également des articles hors-thèmes que vous pouvez envoyer en dehors des dates limites fixées pour les articles sur thème.

Avant de nous envoyer toute participation, veillez à avoir bien consulté notre protocole de rédaction ; la rédaction s’autorise à rejeter tout travail ne respectant pas les normes requises.

Tous ces articles, d'une longueur comprise entre 20 000 et 30 000 signes, devront être introduits par un résumé de quelques lignes. Les propositions d'articles sur le thème annoncé devront préférablement être annoncées par un abstract d'environ 3000 signes avant la date indiquée dans l'appel.

Afin de préserver l'impartialité du comité de rédaction, les articles proposés ne devront contenir aucune information révélant l'identité du ou des auteurs : ces informations, accompagnées d'une succincte notice biographique, doivent en revanche figurer dans l'e-mail transmettant le document à l'adresse revue.proteus[at]gmail.com 

Le comité scientifique 

  • Karin Badt (Université de New York)
  • Patrick Barrès (Université Toulouse II)
  • Omar Calabrese (Université de Bologne)
  • Dominique Chateau (Université Paris I)
  • Tom Conley (Université de Harvard)
  • Marc Jimenez (Université Paris I)
  • Milani Raffaele (Université de Bologne)
  • Pere Salabert (Université de Barcelone)
  • Olivier Schefer (Université Paris I)
  • Ronald Schusterman (Université Bordeaux III)
  • Karl Sierek (Université de Iéna)

Dates

  • vendredi 01 juillet 2011

Mots-clés

  • politique, esthétique, art, espace public

Contacts

  • Vangelis Athanassopoulos
    courriel : evangelos [dot] athanassopoulos [at] sfr [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Vangelis Athanassopoulos
    courriel : evangelos [dot] athanassopoulos [at] sfr [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'art et l'espace public », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 21 février 2011, http://calenda.org/203459