AccueilÉducation, développement et environnement en Afrique

Éducation, développement et environnement en Afrique

Revue internationale des sciences humaines et sociales (RISHS)

International Review for Human and Social Sciences

*  *  *

Publié le jeudi 24 février 2011 par Karim Hammou

Résumé

Ce numéro a l’ambition de contribuer à une réflexion générale sur la problématique de développement durable dans un contexte où les sociétés modernes font face à une série de crises multiformes (politiques, sociales, économiques, environnementales, etc). Le développement durable appelle en effet des réalités connexes rapportées à l’éducation, l’environnement, la gouvernance, le foncier et bien d’autres encore. La compréhension des caractéristiques structurales, culturelles, identitaires, ainsi que des stratégies des groupes et des communautés hétérogènes - qui s’associent dans le développement des activités économiques est nécessaire dans un contexte globalisé où les responsabilités, les liens de propriété et les inégalités sont distribués bien au-delà des capacités d’appréhension de l’individu isolé.

Annonce

APPEL A CONTRIBUTIONS - REVUE INTERNATIONALE DES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES  (RISHS)

Institution publique de recherche en sciences sociale sous-tutelle du Ministère camerounais de la recherche scientifique et de l’innovation, le CNE (Centre National d’ Education) créé en 1976 a connu une restructuration en 1996 suite à la fermeture de l’ISH (Institut des Sciences Humaines). Avec l’arrivée des chercheurs de cette institution le Centre s’ouvre à d’autres spécialisations que le seul domaine de l’éducation. Il verra également s’élargir sa mission avec le recrutement en 2002 de seize nouveaux chercheurs dont le profil balaie une gamme variée de spécialités. Fort de cette dynamique de recomposition la mission du CNE a subi d’importantes mutations. A ce titre, le CNE a en charge de :

  • relancer et coordonner la recherche en sciences sociales et humaines au Cameroun ;
  • inscrire les sciences sociales dans les nouvelles approches de programmation impliquant l’interdisciplinarité ;

Le contexte de paupérisation croissante des couches sociales vulnérables en posant aux sciences sociales et aux institutions spécialisées comme le CNE de nouveaux défis en matière de recherche pour le développement. Pour tenter de répondre aux besoins de la population et du gouvernement, plusieurs programmes de recherche en sciences sociales pour le développement sont en cours d’exécution en collaboration avec des organismes nationaux (CNLS) et internationaux (UNESCO, ANRS, COMMONWEALTH, Coopération brésilienne, etc.). Ces études pluridisciplinaires couvrent des domaines aussi variés :

  • NTIC et SIDA,
  • Approche comportementale des ripostes au VIH SIDA,
  • Gestion sociale des catastrophes,
  • Evaluation des structures d’éducation au Cameroun
  • Politiques sociales
  • Dynamiques sociales
  • Dynamiques des écosystèmes
  • Croissance urbaine et problèmes sociaux
  • Migrations
  • Education et insertion des populations vulnérables
  • Gérontologie

La Publication Scientifique

RISHS est une revue internationale spécialisée dans les analyses des thèmes dans le domaine social. Son contenu éditorial combine la sélection de recherches empiriques originales, en anglais et en français. Les langues officielles sont l’anglais et le français. Depuis sa création, en 2006, RISHS a commis trois volumes. 

Argumentaire

Ce numéro a l’ambition de contribuer à une réflexion générale sur la problématique de développement durable dans un contexte où les sociétés modernes font face à une série de crises multiformes (politiques, sociales, économiques, environnementales, etc). Le développement durable appelle en effet des réalités connexes rapportées à l’éducation, l’environnement, la gouvernance, le foncier et bien d’autres encore. La compréhension des caractéristiques structurales, culturelles, identitaires, ainsi que des stratégies des groupes et des communautés hétérogènes - qui s’associent dans le développement des activités économiques est nécessaire dans un contexte globalisé où les responsabilités, les liens de propriété et les inégalités sont distribués bien au-delà des capacités d’appréhension de l’individu isolé. Eu égard aux défis auxquels les pays africains font face en vue d’accélérer la croissance et le développement durable et de réduire la pauvreté, ainsi que les effets néfastes du VIH/SIDA et la misère la conclusion suivante s’est imposée: Dix ans après le Sommet du Millénaire, nos pays, malgré les efforts engagés et les sacrifices consentis par nos peuples, ne parviennent pas encore, où retourner le chemin de la croissance. Cet état de chose est dû, entre autres à des problèmes générés par le poids exorbitant de la dette extérieure, à la faible mobilisation de l’aide internationale et aux difficultés croissantes pour accéder aux marchés des pays développés. Nous sommes convaincus que l’implication qualitative et quantitative des scientifiques contribuera efficacement à endiguer les problèmes auxquels sont confrontés nos pays dans le processus de leur développement, et à inverser la marginalisation du continent africain au sein de l’économie mondiale. 

Le monde est actuellement le théâtre d’évolutions économiques et environnementales sans précédent. L’intégration économique mondiale progresse, mais les marchés sont également de plus en plus faussés ; l’interdépendance économique des pays s’accroît, mais le fossé se creuse entre les riches et les pauvres. Les zones protégées sont plus nombreuses que jamais, mais la pression croissante du marché ruine ces efforts. Les pouvoirs publics s’engagent de plus en plus à lutter contre la pauvreté, mais beaucoup moins à prendre en compte les enjeux considérables que représentent les changements climatiques, en particulier pour les communautés pauvres. Comme le montre le  rapport « Planète vivante » du WWF (2004), nous ne vivons plus dans les limites d’une exploitation durable de la planète. Consommation des ressources naturelles par les populations humaines dépasse de 20% la capacité de régénération du globe.

C’est dire que la Terre abrite une extraordinaire diversité biologique, qui est aujourd’hui sérieusement menacée par l’accroissement des activités humaines. La biodiversité requiert un changement de notre perception de la nature et de notre attitude à son égard. L’humanité a transformé la nature tout en se développant en son sein et en maintenant de multiples relations de dépendance vis-à-vis de la biodiversité. La biodiversité est source de la quasi-totalité de nos ressources alimentaires et pharmaceutiques ; de ce fait, elle a permis l’avènement des civilisations modernes. Elle constitue un patrimoine naturel à l’origine de nombre de nos valeurs esthétiques, spirituelles, culturelles et récréatives. Elle soutient également un large éventail de services écologiques, dont les sociétés humaines dépendent souvent indirectement et qui seront de plus en plus difficiles et coûteux à compenser par des substituts technologiques. Il est urgent de développer nos connaissances scientifiques et de promouvoir la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité. La conservation et l’utilisation durable de la biodiversité doivent devenir des parties intégrantes du développement économique et social. 

Des actions énergiques sont nécessaires aujourd’hui pour recenser, comprendre et protéger la biodiversité afin d’atteindre les objectifs du « Millenium Développement » et d’assurer la sécurité alimentaire, la santé humaine et la qualité de la vie.

L’analyse de réseaux sociaux s’avère particulièrement pertinente dans la compréhension des phénomènes développementaux et environnementaux.

Les contributions (théoriques ou études de cas) émanant de diverses disciplines en sciences sociales (sociologie, anthropologie, histoire, économie, etc) pourront s’inscrire dans les thématiques suivantes :

  • Développement durable et environnement ;
  • Education et développement ;
  • Gouvernance et développement politique ;
  • Agriculture durable et développement économique ;
  • Gestion forestière et crise écologique ;
  • Dynamiques urbaines et mutations socioéconomiques ;
  • Le foncier et le développement durable ;
  • Assainissement et approvisionnement en eau potable ;
  • Biodiversité et échanges économiques ;
  • Changement climatique et crises sociales ;
  • NTIC et éducation universelle.

Informations relatives aux propositions d’articles :

  • Les articles proposés doivent être précédés d’une demie page d’abstract (en anglais si le texte est en français et vice versa) avec mots clés, avoir au maximum 15 pages dactylographiées, doivent être originaux et n’avoir pas été l’objet d’une publication à d’autres revues ;
  • Les textes proposés doivent respecter les caractères typographiques de police de taille 12, de type Times New Roman, d’interligne simple ;
  • La présentation des citations et des références doit obéir à l’une des méthodes choisie par l’auteur, qu’il s’agisse de la méthode intra ou infra paginale et ne doit pas combiner les deux dans le même texte;
  • La bibliographie doit obéir aux mêmes exigences de présentation à la fin du texte ;  ex.

SANTOS M. 1970       Dix essaies sur les villes des pays sous-développés, Paris, Opyrs. UNDP 1996    Urban Agriculture: Food, Jobs and Sustainable Cities, United  Nations Development Program, New York, NY, USA

Envoi des manuscrits

Le calendrier proposé est le suivant :

  • Envoi des résumés et propositions de contribution (env. 2500 signes) avant :  31 mars 2011

  • Envoi des textes définitifs avant : 30 avril 2011.
  • Publication : juin 2011.

Envoyez les propositions aux adresses suivantes:
tohnole@yahoo.com  et alazelao@yahoo.fr  

Coordination du numéro

Dr. Elizabeth Tamajong (Maître de Recherche)
Chef du Centre National d’Education
vukehtamajong@yahoo.com

Comité de rédaction

  • Dr. TOHNAIN Nobert
  • Dr. Alawadi
  • M. Yambene Henri
  • Dr. Makani Antoine Guillaume

Catégories

Lieux

  • BP 1721
    Yaoundé, Cameroun

Dates

  • jeudi 31 mars 2011

Mots-clés

  • éducation, développement, environnement, social, foncier

Contacts

  • Dr. TOHNAIN Nobert
    courriel : tohnole [at] yahoo [dot] com

Source de l'information

  • Nobert Lengha Tohnain
    courriel : tohnole [at] yahoo [dot] com

Pour citer cette annonce

« Éducation, développement et environnement en Afrique », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 24 février 2011, http://calenda.org/203487