AccueilL'empathie

*  *  *

Publié le mercredi 02 mars 2011 par Karim Hammou

Résumé

Créée pour rendre compte de l’accès à l’esthétique ou à l’ineffable, la notion d’empathie suscite un intérêt renouvelé du fait des questions qu’elle pose au carrefour de la philosophie, des neurosciences, de la psychologie cognitive et de la psychanalyse. Définie comme la capacité de se mettre à la place de l’autre, elle est devenue l’un des paradigmes du débat sur la place de l’esprit dans son rapport au corps, à l’interface de la philosophie et des neurosciences. Au-delà de ces dimensions importantes, ce que l’empathie incarne, c’est l’ambiguïté même de la notion d’esprit. S’agit-il de l’esprit de la psychologie cognitive (celui qui intervient dans la reconnaissance de la différence et du commun entre soi et l’autre ; ce qu’on nomme la théorie de l’esprit pour désigner le mouvement cognitif qui nous permet d’attribuer des états mentaux à autrui) ou s’agit-il plutôt de celui de la psychanalyse (celui qui se caractérise surtout par la place qu’il donne à l’affect et aux fantasmes dans la construction de soi et de l’autre, et dans les relations entre eux).

Annonce

DU SAMEDI 18 JUIN (19 H) AU SAMEDI 25 JUIN (14 H) 2011

L'EMPATHIE

DIRECTION : Antoine BESSE, Michel BOTBOL, Nicole GARRET-GLOANEC

Avec la collaboration de Nicolas GEORGIEFF et Bernard PACHOUD

ARGUMENT :

Créée pour rendre compte de l’accès à l’esthétique ou à l’ineffable, la notion d’empathie suscite un intérêt renouvelé du fait des questions qu’elle pose au carrefour de la philosophie, des neurosciences, de la psychologie cognitive et de la psychanalyse.

Définie comme la capacité de se mettre à la place de l’autre, elle est devenue l’un des paradigmes du débat sur la place de l’esprit dans son rapport au corps, à l’interface de la philosophie et des neurosciences.

Au-delà de ces dimensions importantes, ce que l’empathie incarne, c’est l’ambiguïté même de la notion d’esprit. S’agit-il de l’esprit de la psychologie cognitive (celui qui intervient dans la reconnaissance de la différence et du commun entre soi et l’autre ; ce qu’on nomme la théorie de l’esprit pour désigner le mouvement cognitif qui nous permet d’attribuer des états mentaux à autrui) ou s’agit-il plutôt de celui de la psychanalyse (celui qui se caractérise surtout par la place qu’il donne à l’affect et aux fantasmes dans la construction de soi et de l’autre, et dans les relations entre eux).

L’empathie est ainsi impliquée dans les activités les plus élémentaires de l’humain, qui sont également celles qui le spécifient le plus radicalement dans ses composantes réflexives et relationnelles, ainsi que dans la satisfaction de son besoin narratif pour donner sens et faire histoire. Elle l’est aussi dans ce que l’homme produit de plus élaboré: la création "d’instruments" de transmission de l’émotion ou du sens, la mise en mot de l’émotion esthétique, l’art comme expérience unique et/ou comme manifestation de la communauté d’une culture ou d’une civilisation. L’empathie est également essentielle dans toutes les activités qui visent à la reconnaissance et au soulagement de la souffrance de l’autre, tant dans l’empathie miroir (celle qui vise essentiellement à reconnaitre chez l’autre une souffrance psychique qu’il ressent ou qu’il a parfois du mal à appréhender lui-même), que dans l’empathie "interprétative ou métaphorique" (celle qui vise surtout à donner sens narratif à ce que l’autre dit ou montre éventuellement à son insu, en tout ou parties).

C’est aussi l’empathie qui est en cause dans l’intime conviction du juge, l’empathie sociale qui fait communauté, celle qui permet la transmission des valeurs au sein d’un groupe ou d’une société, les formes que celles-ci donnent au "nous" ; enfin c’est elle aussi qui est mise en jeu dans ce qui vise à influencer les individus ou les collectifs qu’ils constituent, du marché au politique en passant par la séduction amoureuse.

Dans toutes ces emplois, l’empathie pose en tout cas une question commune: qu’est ce qui au juste se transmet entre le sujet empathique et celui avec lequel il emphatise? Et comment?

La découverte récente des neurones miroirs (1994), et les nombreux travaux qui se sont succédés ensuite, ont ouvert une nouvelle voie dans la recherche d’une explication au "fossé de la transmission" entre l’un et l’autre.

Créée pour rendre compte du plus ineffable, l’empathie offrirait-elle une nouvelle voie royale pour comprendre la complexité de l’humain à partir de l’exploitation cognitive et psychique de "ce qu’il y a là": la mécanique cérébrale et la neurophysiologie neuronale.

CALENDRIER PROVISOIRE :

Samedi 18 juin

Après-midi:

ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée:

Présentation du Centre, du colloque et des participants

Dimanche 19 juin. L’empathie entre neurosciences et philosophie

Matin:

  • Jacques HOCHMANN: Histoire de l'empathie
  • Shaun GALLAGHER: Empathie, cognition sociale et phénoménologie

Après-midi:

  • Bernard PACHOUD: Phénoménologie de l'empathie
  • Jacques COSNIER: Empathie et communication langagière

Lundi 20 juin. L’empathie entre psychanalyse et psychologie cognitive

Matin:

  • Nicolas GEORGIEFF: Empathie et construction de soi
  • René ROUSSILLON: Empathie, partage d'affect et homosexualité

Après-midi:

  • Séminaire SIP (Société de l’Information Psychiatrique)

Soirée:

  • Séminaire AFPEP (Association Française des Psychiatres d'Exercice Privé)

Mardi 21 juin. Les voies de l’empathie: du neurone à la reconnaissance des émotions

Matin:

  • Jean DECETY: The Neuroevolution of Empathy

Après-midi:

  • Perrine RUBY: L'empathie est-elle une aptitude si sociale? Apport de la neuroimagerie
  • Nicolas DANZIGER: La perception de la douleur d'autrui: entre reconnaissance et déni

Soirée:

  • Jacques KRAEMER: L'identification dans le processus de création théâtrale

Mercredi 22 juin. L’empathie esthétique

Matin:

  • Jean-Louis PRADEL: Art et Empathie

Après-midi:

  • Visite du Mont-Saint-Michel

Soirée:

  • Thierry DELCOURT: Les portraits d'Ingres

Jeudi 23 juin. Aux confins de l’empathie

Matin:

  • Colvin TREVARTHEN: La reconnaissance précoce

Après-midi:

  • Alexis CUKIER: La nature ambivalente de l'empathie
  • Séminaire Whaim Francophone: Empathie précoce

Soirée:

  • Serge TISSERON: L'empathie au coeur du jeu social

Vendredi 24 juin. Empathie, phénoménologie et reconnaissance sociale

Matin:

  • Nathalie DEPRAZ: Phénoménologie et reconnaissance
  • Jean-Jacques LABOUTIÈRE: Psychopathologie de la reconnaissance sociale

Après-midi:

  • Alain CAILLÉ: Empathie et échanges sociaux
  • Stefan COLLIGNON: Economie et empathie

Samedi 25 juin. Les bases langagières de l'empathie

Matin:

  • Laurent DANON BOILEAU: L’empathie chez l'enfant autiste, considérations cliniques et incidences théoriques

Après-midi:

DÉPARTS

Avec le soutien
de la Société de l’Information Psychiatrique (SIP),
de l’Association Française des Psychiatres d'Exercice Privé (AFPEP)
et du Centre de Recherche Psychanalyse, Médecine et Société (CRPMS) de l 'Université Paris VII

Catégories

Lieux

  • Centre Culturel International de Cerisy, Le Château
    Cerisy-la-Salle, France

Dates

  • samedi 18 juin 2011
  • dimanche 19 juin 2011
  • lundi 20 juin 2011
  • mardi 21 juin 2011
  • mercredi 22 juin 2011
  • jeudi 23 juin 2011
  • vendredi 24 juin 2011
  • samedi 25 juin 2011

Contacts

  • Centre Culturel International de Cerisy
    courriel : info [dot] cerisy [at] ccic-cerisy [dot] asso [dot] fr

Source de l'information

  • michaël morel
    courriel : info [dot] cerisy [at] ccic-cerisy [dot] asso [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'empathie », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 02 mars 2011, http://calenda.org/203589