AccueilSpectacle vivant et interdiscipline

*  *  *

Publié le mardi 15 mars 2011 par Karim Hammou

Résumé

Les arts du spectacle vivant inspirent à la recherche scientifique des questions transversales portant sur la validité des modèles explicatifs ou descriptifs et sur le découpage institutionnel du savoir. Des interrogations plus spécifiques sont inévitables, suscitées entre autres par de nouveaux objets (les spectacles hybrides, les formes virtuelles de théâtralité, les mises en cause performatives) et par de nouveaux discours. Depuis l’apparition des metteurs en scène pédagogues (Artaud, Grotowski, Barba), les lieux de parole se déplacent. Le rapport entre théorie et pratique évolue ou, parfois, reproduit par inadvertance des clivages qu’il croit dépasser. Certaines questions anciennes se posent autrement : comment théoriser un faire souvent insaisissable, comment appréhender la dimension interculturelle des patrimoines vivants ? Comment saisir la posture, les attentes, l’énonciation du spectateur / spectateur au sein de l’événement spectaculaire.

Annonce

Les arts du spectacle vivant inspirent à la recherche scientifique des questions transversales portant sur la validité des modèles explicatifs ou descriptifs et sur le découpage institutionnel du savoir. Des interrogations plus spécifiques sont inévitables, suscitées entre autres par de nouveaux objets (les spectacles hybrides, les formes virtuelles de théâtralité, les mises en cause performatives) et par de nouveaux discours. Depuis l’apparition des metteurs en scène pédagogues (Artaud, Grotowski, Barba), les lieux de parole se déplacent. Le rapport entre théorie et pratique évolue ou, parfois, reproduit par inadvertance des clivages qu’il croit dépasser. Certaines questions anciennes se posent autrement : comment théoriser un faire souvent insaisissable, comment appréhender la dimension interculturelle des patrimoines vivants ? Comment saisir la posture, les attentes, l’énonciation du spectateur / spectateur au sein de l’événement spectaculaire.

Plus récemment se développent des réflexions relatives aux savoirs experts, savoir du faire, savoir du comédien, savoir du spectateur. Les disciplines de référence mobilisées aujourd’hui par les sciences de spectacle sont aussi diverses que leur objet : sémiotiques, anthropologie, sociologie, ethnoscénologie, historiographie, Performance Theories, neurosciences, psychologie, sciences de la communication. Au croisement de ces regards, la sémiologie apparaît plus que jamais comme une interface permettant d’organiser le dialogue. Face à un objet insaisissable comment la sémiologie se redéfinit-elle dans le paysage scientifique contemporain ? Le discours inter/pluri/transdisciplinaire est-il en prise sur les mutations de son objet, quels sont la place et les enjeux des savoirs experts, la pratique peut-elle se constituer en métadiscours ? Telles sont, parmi d’autres, les problématiques que pourrait explorer le colloque.

Colloque Spectacle vivant et interdiscipline

Dates et lieu

Bruxelles, 28 et 29 avril 2011

Palais des Académies (Rue Ducale 1, B-1000 Bruxelles), le jeudi 28 avril 2011 dans le grand auditorium Bruxelles, Palais des Académies, le vendredi 29 avril 2011 dans les Écuries royales.

Argumentaire

Les arts du spectacle vivant inspirent à la recherche scientifique des questions transversales
portant sur la validité des modèles explicatifs ou descriptifs et sur le découpage institutionnel du savoir.

Des interrogations plus spécifiques sont inévitables, suscitées entre autres par de nouveaux objets (les spectacles hybrides, les formes virtuelles de théâtralité, les mises en cause performatives) et par de nouveaux discours. Depuis l’apparition des metteurs en scène pédagogues (Artaud, Grotowski, Barba), les lieux de parole se déplacent. Le rapport entre
théorie et pratique évolue ou, parfois, reproduit par inadvertance des clivages qu’il croit dépasser.

Certaines questions anciennes se posent autrement : comment théoriser un faire souvent insaisissable, comment appréhender la dimension interculturelle des patrimoines vivants ? Comment saisir la posture, les attentes, l’énonciation du spectateur/spectateur au sein de l’événement spectaculaire.

La théâtrologie d’abord, les sciences du spectacle ensuite ont tenté d’apporter des réponses à toutes ces questions. Depuis un certain nombre d’années, la pluridisciplinarité voire la transdisciplinarité s’installe au coeur du débat, suscitant une réflexion sur le processus d’étude même. Sans doute faut-il réexaminer les modes d’approches du spectacle vivant, objet caractérisé par sa complexité, sa plurimodalité et son caractère éphémère. Des études fondatrices s’intéressent aux modèles et paradigmes qui permettent la simulation ou la compréhension de l’objet spectacle vivant. Certaines recherches, plus empiriques, prennent place en amont de la représentation et cernent des problématiques de nature génétique (étude des répétitions, constitution des collectifs, processus de reprises, avatars du texte spectaculaire, etc.) De nombreux travaux, tantôt théoriques tantôt pratiques, s’intéressent aux processus de représentation dans l’instant, à l’énonciation de la présence et à la matérialité de la performance. D’autres points de vue se situent en aval et portent sur la légitimation, la critique, les publics, la réception.

Plus récemment se développent des réflexions relatives aux savoirs experts, savoir du faire, savoir du comédien, savoir du spectateur. Les disciplines de référence mobilisées aujourd’hui par les sciences de spectacle sont aussi diverses que leur objet : sémiotiques, anthropologie, sociologie, ethnoscénologie, historiographie, Performance Theories, neurosciences, psychologie, sciences de la communication. Au croisement de ces regards, la sémiologie apparaît plus que jamais comme une interface permettant d’organiser le dialogue. Face à un objet insaisissable comment la sémiologie se redéfinit-elle dans le paysage scientifique contemporain ? Le discours inter/pluri/transdisciplinaire est-il en prise sur les mutations de son objet, quels sont la place et les enjeux des savoirs experts, la pratique peut-elle se constituer en métadiscours ? Telles sont, parmi d’autres, les problématiques que pourrait explorer le colloque.

Programme

JEUDI 28 AVRIL 2011

9h : ouverture du colloque par Hervé Hasquin, secrétaire perpétuel de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-arts de Belgique

9h20 : Introduction au colloque par André Helbo ULB/ARB : Pour une approche interstitielle du spectacle vivant

SESSION 1 : Questions d’épistémologie

  • 9h45 : Jacques Fontanille, U. Limoges : La sémiotique du spectaculaire, entre textualité et pratique
  • 10h05 : Jean-Marie Pradier, U. Paris 8 et Maison des Sciences de l’homme Paris-Nord : Ethnoscénologie et spectacle vivant
  • 10h25 : Marco De Marinis,U. Bologne: Nouvelle théâtrologie et pluridisciplinarité : l’exemple du « corps »

10h45 : pause

  • 11h05 : Jean-Marc Leveratto, U. Metz : Anthropologie du spectacle et savoirs de la qualité
  • 11h25 : Fernando De Toro, U. Manitoba : Sémiologie, transdisciplinarité, théâtre et nouvelles technologies au Canada
  • 11h45 : Eero Tarasti, U. Helsinki : Entre Moi et Soi. Proposition pour une théorie des arts exécutifs ?

12h05 : discussion

13h10-14h30: pause

SESSION 2 : Sémiologie du spectacle vivant

  • 14h30 : François Jost, U. Paris 3: La performance télévisuelle comme défi théorique
  • 14h50 : Jose Maria Paz Gago, U. La Coruna: L’écran en scène. Arts du spectacle et arts visuels.
  • 15h10 : Catherine Bouko, ULB  : La corporéité des spectacles immersifs et les neurosciences

15h30 : pause

  • 15h50 : Elodie Verlinden, ULB: Le corps du spectateur : approche pluridisciplinaire
  • 16h10 : Rocco Mangieri, ULA, Merida : Corps extra-ordinaire, corps vivant

16h30 : discussion

17h30: fin des activités

VENDREDI 29 AVRIL 2011

SESSION 3 : Enjeux de l’interdiscipline

  • 9h30 : Paul Bouissac, U. Toronto: Theorie des jeux, spectacle et émotion: la réinvention du cirque au Canada
  • 9h50 : Richard Schechner, U. New York :   Performed imaginaries : Le Ramlila de Ramnagar et le Cosmos Maya-Lila
  • 10h10 : Catherine Naugrette, U. Paris 3, Interdisciplinarité des arts et déplacements de la perception

10h30 : pause

  • 10h50 : Judith Lynne Hanna, U. Maryland : Le spectateur de strip-tease. L’expérience du direct et l’imaginaire
  • 11h10 : Michèle Gellereau, U. Lille 3 : Visites spectacles des lieux patrimoniaux: esthétique et renouvellement des  publics
  • 11h30 : Hyunsook Shin, U. des femmes Duksong : Approche  sémiotique de la performance rituelle et confucianiste au “Sanctuaire Chongmyo”

11h 50 : discussion

12h40-14h : pause

SESSION 4 : Interdiscipline et savoirs pratiques

  • 14h : Jean-Pierre Triffaux, U. Nice Sophia Antipolis : Le spectacle vivant : de sa théorie à sa pratique.
  • 14h20 : Katia Légeret , U.Paris 8 : Enjeux épistémologiques du “savoir faire” dans l’approche transculturelle du spectacle vivant : cas du langage non verbal de l’acteur-danseur
  • 14h50 : Carlo Boso, ULB: Interdiscipline et commedia dell’arte
  • 15h20 : Serge Nail, U. Caen : Le métier d’acteur est il encore un art?

15h50 : discussion et conclusions

17h30 : fin des activités

Catégories

Lieux

  • 1 rue Ducale (Palais des Académies)
    Bruxelles, Belgique

Dates

  • jeudi 28 avril 2011
  • vendredi 29 avril 2011

Contacts

  • Catherine Bouko
    courriel : cbouko [at] ulb [dot] ac [dot] be
  • André Helbo
    courriel : ahelbo [at] ulb [dot] ac [dot] b
  • Elodie Verlinden
    courriel : elodie [dot] verlinden [at] ulb [dot] ac [dot] be

Source de l'information

  • Emmanuelle Sirois
    courriel : emmanuelle [dot] sirois [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Spectacle vivant et interdiscipline », Colloque, Calenda, Publié le mardi 15 mars 2011, http://calenda.org/203701