AccueilPour une nouvelle mondialisation : le défi d’innover

Pour une nouvelle mondialisation : le défi d’innover

Toward a New Globalization: The Challenge of Innovation

Troisième colloque international du Centre de recherche sur les innovations sociales

3rd CRISES International Symposium

*  *  *

Publié le mardi 15 mars 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Le Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES) est heureux de vous présenter le programme de la troisième édition de son colloque international « pour une nouvelle mondialisation : le défi d’innover » qui se tiendra les 7 et 8 avril 2011 à l'Université du Québec à Montréal. Plusieurs conférencier-e-s d'envergure viendront présenter les résultats de leurs travaux lors de cet événement. Les communications aborderont les trois axes de recherche du CRISES : 1) travail et emploi ; 2) conditions de vie ; 3) développement et territoire. Saskia Sassen, professeure de sociologie à la Columbia University et auteure de nombreux ouvrages, dont le célèbre The Global City, prononcera la conférence d'ouverture, alors que Frank Moulaert (Katholieke Universiteit Leuven), un des principaux penseurs de l'innovation sociale, prononcera la conférence de clôture.

Annonce

Présentation

Les diverses collectivités de la planète font face à une crise majeure qui se révèle sur plusieurs facettes. L’envergure de la récente crise financière, le déclin de la participation démocratique, les inégalités croissantes sur le plan social et territorial, l’exclusion de populations entières des réseaux qui assurent le développement mettent en évidence l’échec d’une conception de la société fondée sur un modèle de croissance sans égard à la responsabilité sociale ni au respect environnemental. Ce modèle de croissance s’appuie, depuis les années 1980, sur la globalisation des marchés, sur l’érosion des pouvoirs étatiques, sur la fragilisation des moyens de protection sociale et sur une mobilisation utilitariste des capacités d’action de la société civile. Il fait la promotion d’une flexibilité et d’une mobilité qui élèvent le marché au rôle de principal mécanisme régulateur et qui assurent aux principaux détenteurs des pouvoirs, à tous les niveaux et à toutes les échelles, la mainmise sur les principaux mécanismes de régulation.

Un des enjeux posés par ce modèle de croissance consiste en la redistribution des fonctions jadis exclusivement assumées par l’État-nation. Les instances de pouvoir de niveau international se sont multipliées aux dépens des pouvoirs régulateurs des États. Plusieurs responsabilités étatiques ont ainsi été transférées à des organismes qui agissent au-dessus des pouvoirs publics démocratiquement élus. Par ailleurs, d’autres pouvoirs ont été transférés à des organismes et acteurs qui opèrent à des niveaux locaux, à travers des processus de décentralisation ou de déconcentration, souvent réclamées d’ailleurs par des instances locales, mais aussi dans des processus de privatisation de la dispensation de divers services. Ce « rescaling » aura-t-il des effets majeurs sur la capacité des sociétés à prendre des décisions appropriées pour agir sur les facteurs qui ont provoqué la crise ?

Le modèle de croissance qui a cédé sa place dans les années 1980 avait été construit et appliqué en réponse à la crise de surproduction de 1929. Inspirés par Keynes, les États mettent alors en place un modèle de croissance basé sur la consommation et se dotent de mécanismes d’intervention, ainsi que d’une conception de la citoyenneté qui intègre la solidarité sociale. Ce modèle incarnait aussi les compromis auxquels avaient conduit la pression des mouvements sociaux, lesquels luttaient pour obtenir et maximiser des droits civiques, sociaux et économiques, ce qui a permis aux citoyens d’obtenir des acquis – en termes de sécurité d’emploi, de protection du revenu, de services sociaux – qui caractérisaient les diverses variantes de la social-démocratie.

Le « basculement » du « système monde » structuré sur la base des États, qui survient comme conséquence de l’action des États eux-mêmes, met en place un nouveau modèle de croissance qui s’appuie sur des réseaux de pouvoir contrôlés par des centres financiers et productifs qui s’inter-relient et s’inter-influencent. Les États demeurent importants, mais ils sont de moins en moins souverains. Leur rôle étant, dans la plupart des cas, de cautionner, voire de rendre légitime leur dépossession.

La crise de 2008 a révélé les aberrations de ce modèle. Définie comme financière au départ, elle se prolonge sur les plans social, politique et géopolitique. Du coup, elle accélère la remise en question des acquis citoyens et, par le fait même, interpelle les mouvements sociaux. La société se remet en mouvement. Elle le fait notamment en renouvelant les formes de l’action collective, mettant à profit une action citoyenne qui puise dans des registres variés d’expression, de créativité, de revendication et de résistance. De cette interpellation, émergent les contours d’une proposition de conversion à un autre type de mondialisation. L’appel se fait sentir de différentes façons et transite par une accélération de la capacité d’innovation des populations, des organisations et de certains niveaux institutionnels, dont celui formé par le système scientifique.

Via cet appel, nous voyons se définir une mobilisation sociale inspirée par l’occasion que représente la crise pour proposer un nouveau modèle de société. Un nouveau modèle qui serait cohérent avec les nouvelles configurations sociétales suscitées par la mondialisation mais qui redonnerait au citoyen une reconnaissance et une réelle capacité d’exercer ses droits et ses responsabilités. En effet, ils sont nombreux ceux qui voient dans le processus actuel de mondialisation une chance historique de conversion à un vivre ensemble qui soit inclusif, solidaire et écologique. Cette perspective est à la base des revendications portées par des mouvements citoyens et par le mouvement altermondialiste.

La réponse à la crise actuelle réaffirme le rôle central des mouvements sociaux et des nouvelles formes d’action collective. De ces mouvements et actions collectives émergent de nouvelles expérimentations qui prennent place ici et ailleurs, et ce, dans divers domaines tels la gouvernance, la finance, la protection de l’environnement, la lutte à la pauvreté, la culture, l’inclusion, etc. Il importe donc de saisir l’importance du moment présent afin d’étudier collectivement le large éventail de propositions qui émergent de la base. Il importe aussi de saisir l’importance de ce moment pour proposer un programme de recherche théorique et d’action qui permette aux chercheurs-euses de contribuer à relever le défi posé par le besoin de construire de nouvelles modalités de vivre ensemble qui soient cohérentes avec les nouvelles exigences, les nouvelles valeurs et les nouvelles aspirations citoyennes.

Ce colloque se veut donc un rendez-vous sur l’innovation en vue d’une mondialisation inclusive, solidaire et écologique qui mettra en place les éléments pertinents pour faire converger les chercheurs-euses universitaires préoccupé-e-s par les défis à relever et les acteurs sociaux engagés dans des processus innovants de transformation sociale.

Ce rendez-vous permettra de réunir des chercheurs-euses universitaires, des représentant-e-s d’organisations de la société civile et des représentant-e-s d’organisations citoyennes. Il combinera des grandes conférences, des ateliers de travail sur des thèmes spécifiques liés aux axes de recherche du CRISES, à savoir ‹ le travail ›, ‹ les services › et ‹ les territoires ›, de même que des réflexions collectives sur des questions transversales à partir de plénières thématiques. Ce rendez-vous vise à répondre aux questions suivantes :

  • Quels sont les enjeux et les défis, en termes d’innovation sociale posés aux acteurs sociaux, politiques et économiques par la construction d’une mondialisation plurielle et inclusive ?
  • Quelles sont les innovations dans les différents domaines, tels l’économie, la culture, le territoire, la gouvernance et la société civile, qui favorisent une citoyenneté inclusive, la démocratie, ainsi qu’une participation large à la définition du bien commun et à la mise en œuvre des solutions aux inégalités sociales ?
  • Quelles sont les conditions pour que l’institutionnalisation des innovations se fasse dans le respect des valeurs, des principes et des besoins des acteurs qui les ont engendrées ?

Programme du 3ème Colloque international du CRISES / Program of the 3rd CRISES International Symposium

Pour une nouvelle mondialisation : le défi d’innover / Toward a New Globalization: The Challenge of Innovation

7 et 8 avril, 2011 / 7th- 8th April 2011

Université du Québec à Montréal, salle / room Marie-Gérin-Lajoie. Français et anglais (traduction simultanée disponible dans la salle principale) / French and English (simultaneous translation available in the main room)

Jeudi le 7 avril 2011 / Thursday April 7 2011

8h00 : Accueil et inscriptions / Registration

9h00 : Mot de bienvenue / Welcome - Yves Mauffette, Vice-recteur à la recherche et à la création, UQAM; Juan-Luis Klein, directeur du CRISES

9h15 : Conférence d’ouverture / Opening keynote speech

Territory, Authority and Rights: New Global Assemblages. Saskia Sassen, Columbia University

10h00 : PAUSE SANTÉ / BREAK

Séance 1 10h30 : Enjeux et défis en termes d’innovation sociale posés aux acteurs sociaux par la construction d’une mondialisation plurielle et inclusive / Challenges posed to the social actors in terms of social innovation by the building of a plural and inclusive globalization

Présidence : Marguerite Mendell, Université Concordia

Good life for all - A new eco-social civilisation model beyond the national welfare state. Andreas Novy, Vienna University of Economics and Business Administration

Social innovation… at the limits of neoliberalism. Jamie Peck, University of British Columbia

Les syndicats à la hauteur des défis de la mondialisation et de l’innovation sociale ? György Széll, Université d’Osnabrück

L'innovation sociale comme réponse aux critiques du capitalisme. Ève Chiapello, HEC Paris

12h30PAUSE REPAS / LUNCH

Séance 1A 14h00 Enjeux et défis territoriaux / Local Issues and Challenges

Présidence : Majella Simard, Université de Moncton

La mondialisation et son impact sur les stratégies de gestion des entreprises coopératives. Étude comparative de l’Espagne et du Chili. Mario Radrigan, Universidad de Santiago de Chile, Ana Maria Davila, Universidad de Santiago de Chile et Leslie Faure, Ministerio de Agricultura de Chile

When the third sector builds the city: Brownfield transformation projects in Montréal and Marseille. Barbara Van Dyck, University of Antwerp

Vers une société sans pauvreté : la lutte à l’insécurité alimentaire. Dario Enriquez, doctorant en études urbaines, Université du Québec à Montréal

Séance 1B 14h00 Innovations sociales dans le domaine du travail / Social Innovations in the field of work

Présidence : Rachid Bagaoui, Université Laurentienne

L’action internationale des centrales syndicales québécoises à l’épreuve des enjeux de la division internationale du travail. Sid Ahmed Soussi, Université du Québec à Montréal

Quelles recompositions des logiques professionnelles face à la flexibilité organisationnelle ? L’exemple des ouvriers de l’industrie en France. ,Christel Beaucourt et Laëtitia Roux, IAE de Lille

Les innovations en matière de représentation collective en contexte de diversification de l’emploi. Martine D’Amours, Université Laval

Séance 1C 14h00 Réponses des acteurs sociaux pour améliorer les conditions de vie / Civil society actions to improve living conditions

Présidence : Christian Jetté, Université de Montréal.

José Carlos Suárez-Herrera, IRSC, Global Health Research Capacity Strengthening Program (GHR-CAPS), Liliana Gómez Cardona et Marie-Jeanne Blain, CHU Sainte-Justine

La recherche partenariale : le point de vue des praticiens. Denis Bussières, Université du Québec à Montréal

Le rôle des structures de médiation dans la lutte contre la précarité énergétique : atouts, freins et limites. Dominique Le Roux, Direction Recherche & Développement d’EDF–Electricité de France et Groupe de Recherches Energie Technologie Société

15h30 PAUSE / BREAK

Séance 2 15h45 :  Mondialisation et innovation sociale : défis théoriques pour la compréhension du changement / Globalization and social innovation: theoretical challenges for understanding change

Présidence : Paul Leduc Browne, Université du Québec en Outaouais

Analyser les théories pour comprendre l’innovation sociale. Denis Harrisson, Université du Québec à Montréal

Prolégomènes à l’innovation matricielle. Jean-Marc Fontan, Université du Québec à Montréal

Séance 3 16h45 : Table-ronde des intervenants communautaires et syndicaux / Round Table: Community actors and Unions

Présidence : Michel Venne, Institut du Nouveau Monde

Nancy Neemtam, Chantier de l’Économie sociale ; Pierre Morrissette, Regroupement économique et sociale du Sud-Ouest (RESO); Nathalie Guay, Confédération des syndicats nationaux (CSN); Atim Leòn, Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ)

Séance 3 17h45 Déclaration québécoise pour l'innovation sociale / Quebec Declaration for social innovation – Réseau québécois en innovation sociale (RQIS)

18h00 COCKTAIL / COCKTAIL

Vendredi le 8 avril 2011 / Friday April 8 2011

8h30 : Accueil et inscriptions / Registration

Séance 4 9h00 Vers une participation plus large à la définition du bien commun et à la mise en œuvre de solutions aux inégalités sociales / Toward a larger implication into defining the Common Good and implementing solutions to social inequalities

Présidence : Marie-Josée Legault, TELUQ – Université à distance de l’Université du Québec à Montréal

Lieu, Région, Nation, Monde : luttes populaires et échelles d’action. L’expérience du Mouvement des Affectés par les Barrages, Brésil. Carlos Vainer, Université Fédérale de Rio de Janeiro

Challenging the New Imperialism: Towards a Theory of the Translocal. Bobby Banerjee, University of Western Sydney

Inside the New Professionalism: Innovative Institutional Agents and Social Change. Damian Hodgson, Manchester Business School, University of Manchester

10h15 PAUSE SANTÉ / BREAK

SÉANCE DE COMMUNICATIONS PAR AFFICHE / poster SESSION

  • Le territoire compte? Oui, Dieu merci! Tarek Ben Hassen, Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Marché du travail et reconfiguration métropolitaine : nouvelles inégalités socio-territoriales. Le cas de Valparaiso au Chili. Nelson Carroza Athens, Universidad Católica de Chile, Ping Huang et Reina Victoria Vega, UQAM
  • Innovation culturelle, espace public et ville capitaliste à Puebla, Mexique. Eduardo Gonzalez Castillo, Université de Montréal
  • La pratique quotidienne de l’auto-construction vs la « rhétorique verte »: le cas des bassins d’eau dans la région métropolitaine de São Paolo, Brésil. Luciana Ferrara, Université de São Paulo
  • La gestion stratégique des organisations d’économie sociale. Paulo R. A. Cruz Filho, ESG-UQAM
  • La dynamique des projets de développement urbain de la Banque Mondiale au Sénégal (1972-2006) : jalons vers une gouvernabilité inclusive, une autre mondialité. Mebometa Ndongo, Carleton University
  • Attraction et rétention des centres d’appels sur les territoires dans un contexte de mondialisation. Xavier Pierre, Université de Lyon et Diane-Gabrielle Tremblay, Teluq-UQAM
  • El Raval (Barcelona) and Mile End (Montréal): a comparative study of the renewal of two cultural quarters in the context of globalization. Angélo Battaglia, Université de Rome et Tremblay, Téluq-UQAM Louise Briand , Université du Québec en Outaouais

Séance 4A  11h00 Innovations socio-territoriales : citoyenneté et lutte contre les inégalités / Social and local innovations: citizenship and the fight against inequalities

Présidence : Jacques Caillouette, Université de Sherbrooke

L’initiative locale, l’économie sociale et la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Juan-Luis Klein, Jean-Marc Fontan, Carol Saucier, Majella Simard, Diane-Gabrielle Tremblay, Pierre-André Tremblay et Christine Champagne, Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)

Le rythme des arts dans la ville « socialement créative ». Isabel André, Jorge Malheiros, André Carmo, Université de Lisbonne

Séance 4B 11h00 : Amélioration des conditions de travail et d’emploi / Improving working and employment conditions

Présidence : Nizar Chaari, Université du Québec à Montréal

La démarche de vieillissement actif : une innovation sociale avec empowerment ou une responsabilisation des individus ? Diane-Gabrielle Tremblay et Juliette Rochman, Chaire de recherche du Canada sur les enjeux socio-organisationnels de l’économie du savoir, TÉLUQ

Intégration économique, mondialisation et conflictualité sociale. Défis et perspectives de l’amélioration des conditions de travail dans le cas des centres commerciaux. Frédéric Hanin, Université Laval

Le crowdsourcing à la croisée des innovations. Jérôme Youmani Lankoande, Analyste économique et politique à l’organisation Partenariat international

Séance 4C 11h00. Lutte contre la précarité dans le respect de la diversité / The fight against vulnerability with respect to diversity

Présidence : Lucie Dumais, Université du Québec à Montréal

Espace public délibératif comme source d’innovation dans les communautés de petite taille : le cas de l’égalité entre les sexes. Denyse Côté et Étienne Simard, Université du Québec en Outaouais, Camille Tremblay-Fournier, Université du Québec à Montréal

Mondialisation et religions : nouvelles appartenances et stratégies des religions brésiliennes de matrice africaine. Sonia Maria Giacomini, Université Catholique de Rio de Janeiro

Communities bank and social currency: mechanisms for local and sustainable development from Brazilian experiences. Frédéric Lavoie et Marlei Pozzebon, HEC Montréal, GRIDD

12h30 PAUSE REPAS / LUNCH

Séance 5A 14h00 Pour une institutionnalisation des innovations dans le respect des principes et besoins des acteurs les ayant engendrées / Institutionalizing innovations by considering the social needs and according to the social actors

Présidence : Emmanuel B. Raufflet, HEC Montréal

La valeur ajoutée sociale des organisations de l’économie sociale et solidaire. Andrea Bassi, Université de Bologne

Vers une globalisation responsable des connaissances : Innovations sociales et nouvelles architectures des connaissances. Morad Diani, Université Cadi Ayyad de Marrakech

Séance 5B 14h00 : Territoires et innovations sociales en contexte de mondialisation / Local spaces and social innovations in the global context

Présidence : Martine Vézina, HEC Montréal

La résilience des territoires face à la mondialisation : problématisation et trajectoire. Abdelilah Hamdouch, Université des Sciences et Technologies de Lille (Lille 1), Marc-Hubert Depret, Université Henri Poincaré, Corine Tanguy, Institut National Supérieur Des Sc. Agronomiques, de l’Alimentation et de l’environnement.

La réaction des acteurs sociaux face aux grands projets urbains : de la participation citoyenne à la conflictualité. Catherine Trudelle, Salvador Hernandez et Simon Koci, Chaire de recherche du Canada sur les conflits socioterritoriaux et la gouvernance locale, Université du Québec à Montréal

Basque cooperatives and economic crisis. Fred Freundlich, Université de Mondragon.

15h30 PAUSE / BREAK

Séance 6  15h45 Table ronde – Pour une redéfinition de l’économie : principales pistes et éléments de débat / Roundtable – Toward a redefinition of the economy

Vincent Van Schendel, Université Laval; Pierre-Antoine Harvey, Institut de recherche et d’information socio-économiques (IRIS) et Robert Laplante, Institut de recherche en économie contemporaine (IREC)

16h45 Conférence de clôture / Closing speech

La région sociale : ses opportunités et blocages au sein de la globalisation. Frank Moulaert, Katholieke Universiteit Leuven.

Remerciements / Acknowledgements

Lieux

  • 405 rue Ste-Catherine (Université du Québec à Montréal, Salle Marie-Gérin-Lajoie Pavillon Judith-Jasmin, Est Local J-M400 (niveau Métro) Métro Berri-UQAM)
    Montréal, Canada

Dates

  • jeudi 07 avril 2011
  • vendredi 08 avril 2011

Mots-clés

  • Mondialisation, globalisation, conditions de vie, travail, territoire, citoyenneté, innovation sociale, actions collectives

Contacts

  • Christine Champagne
    courriel : champagne [dot] christine [at] uqam [dot] ca

Source de l'information

  • Christine Champagne
    courriel : champagne [dot] christine [at] uqam [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Pour une nouvelle mondialisation : le défi d’innover », Colloque, Calenda, Publié le mardi 15 mars 2011, http://calenda.org/203719