AccueilVoix-off et narration cinématographique : deuxième journée

*  *  *

Publié le mercredi 16 mars 2011 par Karim Hammou

Résumé

Deuxième volet de la journée d'étude « Voix-off et narration cinématographique ».

Annonce

Programme

Salle du Conseil

9h30

Silvia Paggi, Propos introductifs : voix-off et documentaires 

Silvia PAGGI est professeur d’anthropologie filmique et communication visuelle à l’université de Nice-Sophia Antipolis. Anthropologue-cinéaste, formée à l’école de Jean Rouch et Claudine de France, elle réalise depuis 1985 en vidéo légère des films liés à ses recherches de terrain (Italie, Côte d’Ivoire, Samoa, France, Espagne). Ses publications portent sur les aspects théoriques et méthodologiques du cinéma documentaire en sciences sociales, notamment ethnographique, considéré à la fois comme moyen de recherche et de communication. Des sujets privilégiés traversent ses recherches de terrain : techniques du corps, techniques matérielles, transmissions et apprentissages non-formalisés, mémoire, musiques et danses traditionnelles, l’espace domestique et les activités quotidiennes reliées, notamment des femmes. 

10h00

Pascal Laborderie, « Voix-off et film-fable : le cinéma d’éducation populaire à l’épreuve du parlant »

Comment l’étude de la généralisation du parlant dans les films-fables du cinéma éducateur permet-elle de comprendre la participation de la voix over dans la non-fiction ?

L’hétérogénéité énonciative des films-fables correspond aux deux grandes fonctions de la voix over : raconter et commenter. Aussi, l’observation de l’émergence du parlant dans ces films permet d’étudier de manière privilégiée le statut de la voix over dans les films de non-fiction. C’est pourquoi nous proposons de considérer les modalités et les enjeux de l’apparition de la voix over dans les films-fables programmés par les réseaux d’éducation populaire laïque dans les années 1930. Dans un premier temps, nous envisageons la manière dont s’est opéré le transfert médiatique des genres oraux qui encadraient les séances du cinéma éducateur muet, la conférence et le débat avec le public. Dans un second temps, nous distinguons deux catégories de films-fables : le film-conférence dans lequel le récit sert à introduire un exposé et le film-parabole où le récit permet d’illustrer deux comportements opposés. L’étude comparée de l’intégration du parlant dans ces deux catégories permet de mieux appréhender les caractéristiques médiatiques, communicationnelles et narratologiques de la voix over.

Pascal Laborderie a soutenu une thèse intitulée « Le film-parabole dans les Offices du ‘cinéma éducateur’. Histoire d’un cinéma de propagande et étude d’un genre cinématographique » (Paris 3, 2009). Il est associé à l’Institut de recherche sur le cinéma et l'audiovisuel. Dernière contribution : « Le Voile sacré (Jean Benoit-Lévy, 1926), un film d’éducation populaire dans le réseau du cinéma éducateur laïque » (L’image dans l’histoire de la formation des adultes, dir. Françoise Laot, Paris, L’Harmattan, 2010, pp. 31-48).

11h00 Pause

11h15

Anthony Fiant, « Entre subjectivité et narration : la voix-off dans quelques documentaires contemporains » 

De Raymond Depardon à Chantal Akerman, de Vladimir Léon à Alain Cavalier, de Vincent Dieutre à Henri-François Imbert ou Denis Gheerbrant, nombreux sont les documentaristes contemporains utilisant la voix-off à des fins subjectives mais aussi narratives. Entre voyages, enquêtes ou réminiscences, la voix-off ou voix-je relève alors de l’intimité mais aussi de la narration en ce sens qu’elle organise le récit, retranscrit un itinéraire physique ou spirituel pour aboutir à un questionnement existentiel voire métaphysique.

Antony Fiant est maître de conférences en études cinématographiques à l’université Rennes 2. Il collabore à plusieurs revues de cinéma (Trafic, Positif et Images Documentaires) et est l’auteur de deux essais monographiques : (Et) Le cinéma d'Otar Iosseliani (fut) (2002, L'Âge d'Homme) et Le cinéma de Jia Zhang-ke. No future (made) in China (2009, Presses Universitaires de Rennes). 

12h30 Pause 

14h00

Valérie Morisson, « Le sens de l’écart : la narration déconstruite dans les vidéos de Willie Doherty » 

Dans les œuvres vidéographiques de l’artiste nord-irlandais Willie Doherty, les éléments narratifs entretiennent une relation complexe avec les images filmiques. Témoin de la guerre civile, récepteur méfiant des images du conflit, Doherty n’a de cesse de rappeler que la mémoire individuelle du traumatisme est erratique et le statut de victime problématique. La déconstruction du récit, l’instabilité de la focalisation, ainsi que l’écart, voire l’incompatibilité, entre l’image et le texte qui l’accompagne aboutissent à une réflexion sur les dissensions historiques. La voix-off devient alors un facteur de d’irrésolution.

Valérie Morisson, Maître de Conférences en anglais à l’Université de Bourgogne, Dijon, est l’auteure d’une thèse portant sur l’art irlandais contemporain et ses rapports à l’identité nationale. Elle a publié plusieurs articles relatifs à l’histoire culturelle irlandaise explorant, dans une perspective ethnosymboliste, les liens unissant l’art au champ du politique et l’évolution du nationalisme culturel en Irlande depuis le XIXe siècle.  

15h00

Jennifer Cazenave, « La voix-off au féminin : Hiroshima mon amour (1959) et Aurélia Steiner (1978) » 

À partir d’une réflexion sur le rapport entre les non-lieux de mémoire et la voix off au féminin dans Hiroshima mon amour, nous analyserons la représentation de la Shoah dans deux courts-métrages de Marguerite Duras, Aurélia Steiner (Melbourne) et Aurélia Steiner (Vancouver).

Docteure en cinéma (Paris 7 / Northwestern University), Jennifer Cazenave a récemment soutenu une thèse sur la représentation des femmes dans Shoah, ainsi que dans les rushes de ce film. 

18h00

Projection du film : Afriques : comment ca va avec la douleur ? (Raymond Depardon, 1996), présenté par Anthony Fiant, à la Cinémathèque de Nice.

Catégories

Lieux

  • 98 boulevard Edouard Herriot (Université de Nice-Sophia Antipolis, UFR LASH)
    Nice, France

Dates

  • jeudi 21 avril 2011

Mots-clés

  • documentaire, éducation, récit, conflit, féminin, Willie Doherty,

Contacts

  • Christel Taillibert
    courriel : taillibe [at] unice [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • solen cozic
    courriel : cozic [at] unice [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Voix-off et narration cinématographique : deuxième journée », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 16 mars 2011, http://calenda.org/203727