AccueilChanger d’échelle pour renouveler l’histoire de la Shoah

Changer d’échelle pour renouveler l’histoire de la Shoah

Shifting scales. The holocaust and micro-history

Approches monographiques et prosopographiques

Prospographical and monographic approaches

*  *  *

Publié le mercredi 16 mars 2011 par Karim Hammou

Résumé

Ces journées d’études ont pour but de réfléchir aux apports des changements d’échelles dans l’écriture de l’histoire de la Shoah. Depuis quelques années, de nombreuses enquêtes sont venues enrichir notre connaissance de la période en adoptant une focale « micro » sur plusieurs types de terrains (étude des trajectoires d’une ou plusieurs familles, suivis de convois, histoires d’un ghetto, d’un camp, d’une ville, d’une région)… Nous aimerions questionner la spécificité de cette échelle d’observation dans la compréhension de l’histoire des persécutions.

Annonce

Journées d’études des 9 et 10 juin 2011 de l’IHMC à l’ENS

Organisateurs : Tal Bruttmann, Ivan Ermakoff, Nicolas Mariot et Claire Zalc 

Ces journées d’études ont pour but de réfléchir aux apports des changements d’échelles dans l’écriture de l’histoire de la Shoah. Depuis quelques années, de nombreuses enquêtes sont venues enrichir notre connaissance de la période en adoptant une focale « micro » sur plusieurs types de terrains : étude des trajectoires d’une ou plusieurs familles, suivis de convois, histoires d’un ghetto, d’un camp, d’une ville, d’une région… Si ces travaux entendent apporter une pierre locale à l’édifice national ou européen de l’histoire de la destruction des Juifs d’Europe, nous aimerions questionner ici la spécificité de cette échelle d’observation dans la compréhension de l’histoire des persécutions.  

Il s’agit pour cela de s’interroger sur les effets historiographiques d’une approche locale. Si le changement d’échelle d’observation produit des connaissances spécifiques, non aisément observables à des échelles plus larges, il constitue également une opération scientifique aux présupposés et aux implications sur lesquels nous nous proposons de revenir en détail au cours de cette journée d’études. Circonscrire le terrain d’observation revient à penser en termes d’espace social et donne la possibilité de restituer, entre choix et contrainte, les déterminants sociaux des itinéraires et les choix auxquels les individus sont confrontés.

Le cadre monographique permet-il de relire autrement les relations sociales qui se jouent entre les individus, en particulier au sein de la trilogie victimes, exécuteurs, témoins ? Comment l’approche prosopographique, en renseignant sur les réseaux d’interconnaissance, les groupes d’appartenance, les trajectoires biographiques, vient informer sur les moyens, les connaissances et les possibilités dont les hommes et femmes confrontés à la persécution comme acteurs, observateurs ou victimes, disposent ? Ces démarches conduisent à aborder les hypothèses développées depuis les années 1980 par les promoteurs de la microstoria pour d’autres périodes, mais qui peuvent être mises en œuvre de manière féconde pour l’analyse de la Shoah. Les notions d’interaction, de champ des possibles ou encore d’encastrement permettent-elles de penser différemment l’histoire des persécutions ? Quelles sont les vertus heuristiques, les difficultés et éventuellement les limites de ces approches ?

Mais ces journées d’études proposent aussi enfin réfléchir aux manières pratiques de mettre en œuvre ces recherches : quelles sont les sources qui s’y prêtent ? Comment utiliser la quantification sur des terrains locaux ? Est-il possible, et à quelles conditions, d’adopter des méthodologies classiques de l’histoire sociale sur des questions controversées et enjeux de mémoire, et plus précisément sur le terrain de la Shoah, défini en grande partie par son exceptionnalité ? Il s’agit donc de confronter les approches de chercheurs qui, tous, abordent l’histoire des persécutions à partir d’un angle local en comparant les points de vue engagés par les différents terrains, les méthodes et les échelles adoptées. 

PROGRAMME

Jeudi 9 juin 2011, salle des Actes (9h-17h30)

Matin : « Focales d’observation »

Présidente-discutante : Nathalie Moine (CNRS)

  • Alexandre Doulut et Sandrine Labeau (Marmande): « Etude de la déportation des Juifs dans un département (le Lot-et-Garonne). Méthode, intérêt et limites »
  • Tal Bruttmann (Ville de Grenoble) : « Les acquéreurs de biens juifs : l’exemple isérois »
  • Christoph Kreutzmüller (Humboldt Universität, Allemagne): «In the eye of the storm? Jewish owned businesses in Berlin 1933-1942 »
  • Isabelle Backouche (EHESS) et Sarah Gensburger (CNRS) : « Les habitants et immeubles de l'îlot 16 à Paris : une étude de cas ».

Après-midi : « De la famille au groupe »

Président-discutant : Christophe Charle (Université de Paris 1-CNRS)

  • Paul-André Rosental (Sciences po Paris) : « La Shoah, et après ? Vivants et fantômes, histoire d'une famille mixte ».
  • Ivan Jablonka (Université d’Angers/Collège de France) : « Écrire l’histoire de ses proches »
  • Peter Tammes (Leiden Universitat) : « Changing perspectives on comparing survival chances of Jews in the Netherlands: from national to local and individual level »
  • Nicolas Mariot (CNRS) et Claire Zalc (CNRS): « Destins individuels ou communautés de destin ? Analyser des trajectoires de persécution »
  • Marnix Croes (ministère de la Justice, Pays-Bas): « Chance of survival and moment of deportation of the Jews in Overijssel (Netherland) : data and methods » 

Vendredi 10 juin 2011, salle Henri Cartan  (9h30-13h00)

9h30-12h30. « Face-à-face locaux»

Présidente-discutante : Sophie Coeuré (ENS Paris)

  • Ivan Ermakoff (University of Wisconsin-Madison, USA) : « Police et arrestations »
  • Laurent Joly (CNRS) : « Une pratique sociale ? La délation des Juifs à Paris (1940-1944) »
  • Jan Grabowski (University of Ottawa, Canada) : « Judenjagd – la chasse aux Juifs dans la région de Dabrowa Tarnowska, Pologne, 1942-1945 »
  • Virginie Sansico (CNRS) : « La répression judiciaire contre les Juifs : un face-à-face entre victimes et bourreaux, de l’arrestation au procès »

Conclusions. Florent Brayard (CNRS) 

Journées d’études organisées avec le soutien de CURAPP (Amiens, CNRS-UPJV)- Département d’histoire de l’ENS- University of Madison - Ville de Grenoble

Les travaux auront lieu  à l’ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris (RER Luxembourg, bus 21 et 27)

Pour tout renseignement : Claire.Zalc@ens.fr

Lieux

  • 45 rue d'Ulm (École normale supérieure)
    Paris, France

Dates

  • jeudi 09 juin 2011
  • vendredi 10 juin 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Shoah, microhistoire, Historiographie

Contacts

  • Claire Zalc
    courriel : claire [dot] zalc [at] ens [dot] fr

Source de l'information

  • Claire Zalc
    courriel : claire [dot] zalc [at] ens [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Changer d’échelle pour renouveler l’histoire de la Shoah », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 16 mars 2011, http://calenda.org/203738