AccueilTransitions, ruptures et continuités

Transitions, ruptures et continuités

Transitions, continuities and ruptures.

Reconsidérer l'histoire de l'Égypte médiévale

Reconsidering history of Medieval Egypt.

*  *  *

Publié le mercredi 16 mars 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Cette journée d'études, est consacrée à l'Égypte médiévale. Les participants ont été invités à s'interroger sur les périodisations qui ont généralement cours, dans la communauté scientifique, en s'appuyant sur une documentation archéologique, papyrologique et littéraire nouvelle ou peu exploitée (papyrus, ostraca, chroniques et dictionnaires biographiques, littérature...) et en s'inscrivant dans les renouvellements historiographiques récents.

Annonce

Présentation

Souvent héritées de modèles conceptuels mis en place il y a plusieurs siècles, les périodisations ont une part d’arbitraire reconnue par tous. C’est ainsi que le concept d’ « Antiquité tardive » (Late Antiquity) s’est imposé aux médiévistes par nécessité de corriger la division trop stricte entre Antiquité et Moyen Âge. En Égypte, la conquête arabe ne provoqua pas dans tous les domaines de la vie humaine les changements abrupts et/ou définitifs que les historiographes médiévaux se plaisent souvent à décrire. Il faut dire que les rythmes d’évolution diffèrent, selon les domaines et les espaces considérés. Changements politiques, transformations sociales, mutations techniques, évolutions économiques ou variation des systèmes de pensée… : chacun de ces domaines évolue selon son rythme propre, qui plus est selon son échelle de déclinaison (locale, régionale, nationale).
Pour autant, nul ne peut nier la nécessité, pour l’analyste du passé, d’élaborer un ou des modèles interprétatifs cohérents, seuls à même de rendre intelligible l’évolution de sociétés aux mécanismes désormais oubliés. Dès lors, sur quelles lignes de fractures s’arrêter ? Quelles « ruptures » identifier, pour peu que ce concept soit encore pertinent – n’y a-t-il pas de « rupture » réelle, ou absolue, que pour ceux qui ont l’illusion de la penser comme telle, du fait des bouleversements qu’ils vivent et/ou des souffrances qu’ils constatent ? La rupture ne constitue-t-elle pas un concept commode et utile, permettant de rayer d’un trait les traces d’un courant de pensée ou même d’une dynastie considérée comme non orthodoxe ?
Ne doit-on pas, au contraire, se contenter de découpages lâches, ne penser qu’en termes de « transitions », des transitions entendues comme des temps de passage d’un mode de fonctionnement à un autre ? Ces moments peuvent donner lieu à des crises révélatrices des tensions générées par l’entrechoquement des vastes déterminismes culturels et d’événements plus soudains, l’invasion, la famine ou l’épidémie, l’émergence brutale d’un nouveau pouvoir. Cette question du passage – et donc de la transmission – est fondamentale. Elle permet de centrer l’analyse sur l’articulation entre les « périodes » les mieux identifiées, antique et médiévale, omeyyade et abbasside, fatimide et ayyoubide etc.

Programme

9:00 Accueil des participants Cyrille Aillet (Univ. Lyon 2 - Ciham) et Abbès Zouache (Ifao et Ciham)

9:45 Sylvie Denoix Ifao, Le Caire
Les intermittences du temps. L’historiographie de l’Égypte revisitée.

Première session Cultures en transmission

Président de séance : Thierry Bianquis

10:00 - 10:30 Bérangère Redon Ifao, Le Caire
Les bains en Égypte entre l’époque romano-byzantine et les premiers siècles de l’islam.

10:30 - 11:00 Jean-Claude Garcin Univ. de Provence
Ruptures et continuité dans les Mille et une Nuits, à l’époque mamelouke.

11:00 - 11:30 Abbès Zouache Ifao, Le Caire et Ciham
Furūsiyya ? À propos du Kitāb manāhiǧ al-surūr de ˁAbd al-Qādir al-Fākihī (m. 982/1574), ms Ifao Ar. 106.

Deuxième session Régime d’historicité – quand le passé éclaire l’avenir

Président de séance : Mathieu Tillier

11:30 - 12:00 Julien Loiseau IuF, Univ. Montpellier 3
Les événements de l’année 806 h. ou comment al-Maqrīzī a-t-il pensé une rupture majeure dans l’histoire de l’Égypte ?

12:00 - 12:30 Thierry Bianquis Univ. Lyon 2 - Ciham
La double structure de la souveraineté dans l’Égypte musulmane : essai d’interprétation.

12:30 - 14:00 Repas

Troisième session Sociétés en transition

Présidente de séance : Sylvie Denoix

14:00 - 14:30 Florence Lemaire Ifao, Le Caire
De l’empire byzantin à l’Égypte omeyyade : la fiscalité du village d’Aphrodité/Aphroditô d’après la documentation papyrologique.

14:30 - 15:00 Mathieu Tillier Ifpo, Damas
Du pagarque au cadi : ruptures et continuités dans l’administration judiciaire des campagnes égyptiennes (ier-iiie / viie-ixe siècle).

15:00 - 15:30 Marie Legendre Universités de Leyde et de Paris IV
Avant l’iqṭ ˀ : politique de la terre et propriété privée entre Byzance et l'Islam. à l’époque pré-toulounide entre pratique socio-économique et théorisation juridique.

Pause café

16:00 - 16:30 Sobhi Bouderbala Ifao, Le Caire
Les aḥbās de Fusṭaṭ  

16:30 - 17:00 Mathieu Eychenne Ifpo, Damas
Entre ruptures et continuités : la dynamique des réseaux dans l’administration mamelouke.

Conclusion Cyrille Aillet Univ. Lyon 2 - Ciham Abbès Zouache Ifao et Ciham

Catégories

Lieux

  • 14 rue Berthelot (Institut des Sciences de l'Homme)
    Lyon, France

Dates

  • mardi 29 mars 2011

Mots-clés

  • Égypte, Moyen-Âge, périodisations, ruptures, transitions, continuités, transmission

Contacts

  • Abbès Zouache
    courriel : ab1zouache [at] yahoo [dot] fr
  • Cyrille Aillet
    courriel : cyrilleaillet [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Abbès Zouache
    courriel : ab1zouache [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Transitions, ruptures et continuités », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 16 mars 2011, http://calenda.org/203749