AccueilRegards sur la Commune de 1871 en France. Nouvelles approches et perspectives

Regards sur la Commune de 1871 en France. Nouvelles approches et perspectives

Views on the Commune of 1871 in France. New approaches and prospects

Colloque international, Narbonne (Aude, France), Hôtel de Ville, 24-26 mars 2011

International Conference, Narbonne (Aude, France), City Hall, March 24-26, 2011

*  *  *

Publié le jeudi 17 mars 2011 par Karim Hammou

Résumé

À l’occasion du 140e anniversaire de la Commune de 1871, ce colloque international organisé, symboliquement, à Narbonne, entend privilégier les nouvelles approches de l’événement et ouvrir de nouvelles perspectives. Au-delà d’un questionnement sur l’apport des recherches sur les Communes de province, il s’agit d’aller traquer dans les marges de l’événement global des pistes de recherche permettant de renouveler la compréhension nationale du mouvement communaliste et de l’aborder dans un cadre géographique et temporel élargi.

Annonce

Abstract

For the 140th Anniversary of the 1871 Commune, this international symposium is organized, symbolically, in Narbonne. It intends to focus on new approaches to the event and to open new prospects. Beyond questioning the contribution of modern research on the Communes of the province, it's aim is to work at the margins of the global event so as to open new paths of research and to renew the national interpretation of the communalist movement inside an expanded geographical and temporal framework.

Présentation

Colloque International co-organisé par le Centre de Recherche Espaces, Sociétés, Culture (CRESC, EA 2356, Université Paris13), la Commission Archéologique et Littéraire de Narbonne (CALN) et l’Institut d’Histoire Sociale (IHS) - CGT de l’Aude.

Un colloque international sur la Commune de 1871, en 2011, pourquoi ?

La Commune de 1871 est, cent-quarante ans exactement après les faits, un sujet qui ne semble pas avoir livré toutes ses clefs, et continue donc de passionner les chercheurs et de susciter beaucoup de débats.

La vivacité de ce mouvement révolutionnaire est aujourd’hui source de questionnement sur le vivre-ensemble démocratique. L’effervescence démocratique et sociale qui caractérisa la Commune, la force de l’engagement de ceux qui se lancèrent dans cette insurrection et la violence de la répression qui la suivit, ramènent le citoyen à des universaux sur le pouvoir politique, la démocratie et le changement social ou la révolution comme moment de ce changement. Que voulaient les communards ? Quelles valeurs étaient les leurs ? En quoi croyaient-ils ? Comment pouvons-nous chercher à comprendre leur action, dans cette fin du XIXe siècle, qui nous est à la fois si proche et si différente ? Et que penser de la place et de l’action de tous ceux qui ne se sont pas engagés dans le mouvement communaliste, ou même qui l’ont combattu ?

Ce colloque sera le moyen pour les meilleurs spécialistes français et étrangers de se retrouver pour échanger leurs idées, pour les confronter, mais il sera aussi un l’occasion de donner la parole à de jeunes chercheurs dont les travaux portent des germes de renouvellement. La confrontation des approches des uns et des autres permettra d’avoir une perception plus globale de l’événement, de faire émerger les points forts de la recherche actuelle sur le sujet, et, nous l’espérons, de tracer des perspectives pour la recherche à venir.

Pourquoi à Narbonne ?

Narbonne fut, en 1871, la plus petite ville de France à avoir connu une Commune. Pendant huit jours, des insurgés s’emparèrent de l’Hôtel de Ville et de la sous-préfecture, et, de là, voulurent soulever le Midi contre le gouvernement de Versailles.

Narbonne, c’est aussi le choix de ne pas faire ce colloque à Paris, pour redonner symboliquement sa dimension nationale et non pas seulement parisienne à un mouvement bien souvent connu sous le nom « Commune de Paris ». Narbonne, du point de vue de la recherche, symbolise aussi assez bien un mouvement de renouvellement du sujet qui s’est déployé, suite aux travaux majeurs de Jacques Rougerie, en approchant le sujet par de nouvelles pistes : les communes de province, bien sûr, mais aussi le Tiers-Parti ou les Versaillais, les figures moins connues et les anonymes, les études de quartier, du quotidien, la place des femmes, ou encore les représentations… ce colloque voudrait relier entre eux ces regards et ces débats pour essayer de faire émerger une approche nouvelle et si possible globale de ce mouvement.

Enfin, le soutien de la Ville de Narbonne permet de tenir les séances sur les lieux mêmes de la proclamation de la Commune, à l’Hôtel de Ville, dans l’exceptionnel ensemble architectural du palais des archevêques.

Programme

Mercredi 23 mars

18H : Vernissage de l'exposition La Commune de 1871, Hôtel de Ville, salle des consuls.

Jeudi 24 mars

Matinée (Hôtel de Ville de Narbonne, salle des synodes)

8H-8H45 : Accueil des participants, café.

8H45 : Ouverture du colloque par M. le député-maire de Narbonne, Jacques Bascou

  • 9H. M. Patric Grèze pour l’Institut d’Histoire Sociale – CGT de l’Aude. 
  • 9H15. M. Jacques Michaud, président de la Commission Archéologique et Littéraire de Narbonne. 

9H30.   Présentation des objectifs du colloque, par Marc César et Laure Godineau (CRESC,  Université Paris 13) 

9H45.    Pause

10h - 1971-2011. Témoignages et mise en perspective.

Présidence : Sylvie Caucanas (Directeur des Archives départementales de l’Aude), Nicolas Marty (Université de Perpignan)  

  • 10H      Les Archives et la Commune, ou un siècle de silence. L’exemple du fonds des bagnes, par Odile Krakovitch (Archives nationales) 
  • 10H20   Le centenaire de la Commune à Narbonne en 1971, par Gilbert Gaudin (Inspecteur général honoraire de l’Education nationale) 
  • 10H40   Mise en perspective. 1871-2011, par Jacques Rougerie (Université Paris 1) 
  • 11H10   Changement d'une problématique : étudier le cas bordelais, 1971-2011, par Jacques Girault (CRESC, Université Paris 13) 

11H30   Discussion 

12H       Pause-déjeuner

Après-midi (salle des synodes) - Héritages, 1848-1871

Présidence : André Encrevé (Université Paris 12)  

  • 13H30. Le devenir de 1848 et de la République démocratique et sociale, ou réflexion sur le rapport 1848/1871, par Michèle Riot-Sarcey (Université Paris 8) et Jacques Rougerie (Université Paris 1) 
  • 14H00. La Commune de Paris et l’école : un nouveau regard à travers l’héritage de 1848 et ses projets d’une instruction populaire, par Rémi Dalisson (Université de Rouen) 
  • 14H20. La Marseillaise, ou la formation d’une critique révolutionnaire et socialiste à la fin du Second Empire, par Antoine Schwartz (Université Paris 10 – Nanterre) 

14H40   Discussion

15H10   Pause 

La dimension nationale du mouvement communaliste  

15h30 - Provinciales, 1

Salle des synodes

Présidence : John Merriman (Yale University, US) 

  • Les luttes de pouvoir à Lyon de septembre 1870 à mai 1871, par Inès Ben Slama (Université Lille 3) 
  • Le Communard marseillais, par Roger Vignaud (Historien, avocat au barreau de Marseille) 
  • Des volontaires contre l’insurrection. Histoire comparée des appels de 1848 et 1871,par Jonathan Vouters (Université Lille 3)

Discussion

15h30 - Provinciales, 2

Salle des consuls

Présidence : Raymond Huard (Université Paul Valéry – Montpellier 3) 

  • Traces de la Commune dans le  Morbihan, par Laurent Le Gall (Université de Bretagne-Sud, Lorient)  
  • Perpignan et les campagnes du Roussillon (Corneilla, Pia) en 1871, par Jérôme Quaretti (directeur des cinémas Art et Essai de Perpignan, historien) 
  • L’Aveyron, les aveyronnais face à la Commune : opposants opiniâtres et acteurs engagés, par Jacques Frayssenge (Université Paul-Valéry Montpellier 3) 

Discussion

17H00.  Pause 

17H15. Salle des synodes. Synthèse des séances « La dimension nationale du mouvement communaliste », par Michel Cadé (Université de Perpignan) et Raymond Huard (Université Montpellier 3). 

17H45.  Quel sens donner à la relance de la commémoration de la Commune à Narbonne ? par Patric Grèze et/ou Magali Astruc (IHS-CGT Aude).

17H55. Fin de la première journée.

Vendredi 25 mars

Matinée : la Commune de Paris 

8H-8H45 : Accueil des participants, café. 

8h45 - La Commune vue d'en bas

Salle des synodes

Présidence : Jean-Louis Robert (Université Paris 1) 

  • Jeux d’échelles : quels sont les avantages d’une approche micro-analytique pour la Commune ? par Iain Chadwick (University of Oxford, UK) 
  • Le coeur ouvert à l'inconnu : des communards aux Champs-Elysées, par Quentin Deluermoz (CRESC / Université Paris 13) et Jérémie Foa (CHEC, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand) 
  • Le journal de Madame Accard, une écriture ordinaire au temps du siège et de la Commune, par Laure Godineau (CRESC / Université Paris 13)

Discussion

8h45 - Fonctionnement interne

Salle des consuls

Présidence : Michèle  Riot-Sarcey (Université Paris 8)  

  • La « minorité » de la Commune (mai 1871), par Claude Latta (Université de Saint-Etienne) 
  • Les frontières du Paris insurrectionnel (1871) : échanges, surveillances et enjeux, par Masaï Mejiaz (Université Paris 13) 
  • Le moratoire des loyers, mesure de circonstance ou utopie sociale ? par Danièle Voldman (Université Paris 1)

Discussion

10H15   Pause  

10h35 - Représentations culturelles

Salle des synodes

Présidence : Dominique Kalifa (Université Paris 1)

  • An eyewitness confirmed : things in the «new» wartime drawings of James Tissot (1836-1902), par Hollis Clayson (Northwestern University, Chicago, US)
  • La Poire et le Brigand, représentations satiriques des antagonismes de la Commune, par Fabrice Erre (Université Paris 1)

Discussion

10h35 - Ordre, violence, armée

Salle des consuls

Présidence : Robert Tombs (St John’s College, University of Cambridge, UK) 

  • Louis-François Parisel : un acteur au centre de la culture de guerre communarde, par Eric Fournier (Université Paris 1)
  • La gendarmerie et la Commune de Paris, par Benoit Doessant (Université Paris 4)

Discussion

11H45.  Pause

12H05.  Salle des synodes. Synthèse des séances « La Commune de Paris », par Quentin Deluermoz (CRESC, Université Paris 13) et Anne-Emmanuelle Demartini (Université Paris 7). 

12H45.  Pause-déjeuner

Après-midi : Présence de l’étranger, présence à l’étranger 

14h15 - La Commune et les étrangers [1]

Salle des synodes

Présidence : Laura Frader (Northeastern University – Boston, associée à Harvard University, US) 

  • Les étrangers en France sous la Commune, par Mareike König (Institut Historique Allemand, Paris) 
  • La province occupée pendant la Commune de 1871 : attitude des administrations allemandes et françaises, regards croisés des occupants et des occupés, par Guillaume Parisot (Université Lille 3) 
  • Les échos de la Commune chez les Ottomans, les Ottomans de la Commune, par Burak Onaran (Université de Mimar Sinan Güzel Sanatlar, Istanbul, T)

Discussion

14h15 - La Commune à l’étranger

Salle des consuls

Présidence : Alceo Riosa (Université de Milan, I) 

  • Felice Cameroni et le mythe de la Commune de Paris en Italie, par Filippo Benfante (Florence, I) 
  • La Commune de 1871 vue par les sociaux-démocrates autrichiens de l’entre-deux guerres, par Jean-Numa Ducange (Université de Rouen)
  • La Commune, symptôme du caractère national français ? Sur la perception de la Commune en Allemagne, 1871 – 1945, par Daniel Mollenhauer (Ludwig-Maximilians-Universität, München, D).

Discussion

15H45. Pause 

Répression et exil 

16h05 - Répression

Salle des synodes

Présidence : Claire Parfait (CRIDAF / Université Paris 13)  

  • The Deportation Lens : Images of Exile and Empire, par Carolyn Eichner (University of Wisconsin-Milwaukee, US)
  • The Commune and the French Prison between 1871 and 1900 par Gonzalo Sanchez (Julliard School, New-York, US) 

Discussion

16h05 - Exil

Salle des consuls

Présidence : Marc Vuillemier (Université de Genève, CH) 

  • Exilés et proscrits français aux États-Unis, de la Deuxième République à la Commune.  Continuité et changements, par Michel Cordillot (Université Paris 8) 
  • L’exil russe de Jules Montels auprès de Léon Tolstoï (1878-1880), par Marc César (CRESC / Université Paris 13) 

Discussion

17H15. Pause

17H30. Salle des synodes. Synthèse des séances « Présence de l’étranger, présence à l’étranger » et « Répression et exil », par Anne-Sophie Bruno (CRESC / Université Paris 13) et Quentin Dupuis (Génériques).

18H.      Fin de la deuxième journée.

Samedi 26 mars

Matinée : Parcours et mémoires

8H-8H45 : Accueil des participants, café.

8h45 - Parcours individuels

Salle des synodes

Présidence : Rémy Pech (Université Toulouse 2 – Le Mirail)

  • Eugène Vermersch : vertiges de l’infamie, par Antony Glinoer et Deborah Xuereb (Université de Toronto, CDN) 
  • Le parcours du communard Charles Amouroux, par Paul Tirand (Association Maitron Languedoc-Roussillon) 
  • Jules Amigues, un bonapartiste défenseur et éditeur de Louis Rossel, par Jean Sagnes (Université de Perpignan)

Discussion

8h45 - Parcours anarchistes et mémoires[2]

Salle des consuls

Présidence : Danielle Tartakowski (Université Paris 8)  

  • Fortuné Henry (1821-1882), itinéraire d’un communard méridional, par Gauthier Langlois (Société d’Etudes Scientifiques de l’Aude)  
  • La Commune, le terrorisme d'État, et leur influence sur les anarchistes à la fin du dix-neuvième siecle, par John Merriman (Université Yale, US) 
  • Ca branle dans le manche : chanter les Communes pour justifier l’événement et construire sa mémoire, par Philippe Darriulat (Université Lille 2, IEP)

Discussion

10H20   Pause  

10H40. Salle des synodes. Synthèses des séances « Parcours et mémoires », par Fabrice Erre (Université Paris 1) et Hervé Mazurel (Université Toulouse 2 – Le Mirail).

11H. Salle des synodes - Mémoires (Paris, Narbonne)  

Présidence : Jacques Michaud (Commission archéologique et littéraire de Narbonne)

  • 11H00   Impact de la Commune sur la vie politique dans le Narbonnais viticole (1871-1907), par Xavier Verdejo (Lycée Diderot, Narbonne, IHS-CGT Aude) 
  • 11H20   Un soleil trompeur : la mémoire de la Commune et les socialistes narbonnais, par Rémy Pech (Université Toulouse 2 – Le Mirail) 
  • 11H40   La Commune de Paris : le regard de l’histoire, le regard de la mémoire, par Jean-Louis Robert (Université Paris 1) 

12H00. Discussions.

12H30. Conclusion du colloque, par Robert Tombs (St John’s College, University of Cambridge).

12H55. Remerciements, par le comité de pilotage (Marc César, Laure Godineau, Jacques Michaud, Xavier Verdejo).

13H. Clôture du colloque

[1] Olivier Berger (Université Paris 4) étant empêché, sa communication Étude des relations entre la Commune et les Allemands, de nouvelles pistes pour comprendre l’événement et la position allemande sera publiée dans les actes.

[2] Constance Bantman (University of Surrey, UK, associée au CRIDAF / Université Paris 13) étant empêchée le 26 mars, sa communication Mémoires anarchistes de la Commune : interprétations libertaires et internationales sera publiée dans les actes.

Lieux

  • Hôtel de ville
    Narbonne, France

Dates

  • jeudi 24 mars 2011
  • vendredi 25 mars 2011
  • samedi 26 mars 2011

Mots-clés

  • 1871, Commune, Commune de 1871, Commune de Paris, communards, versaillais, 1848, communaliste, CRESC, colloque-commune1871.fr, Communes de province, étrangers, exil, bagne, répression, violence politique, insurrection, révolution, socialisme, anarchism

Contacts

  • Marc César
    courriel : marc [dot] cesar [at] univ-paris13 [dot] fr
  • Laure Godineau
    courriel : laure [dot] godineau [at] univ-paris13 [dot] fr

Source de l'information

  • Marc César
    courriel : marc [dot] cesar [at] univ-paris13 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Regards sur la Commune de 1871 en France. Nouvelles approches et perspectives », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 17 mars 2011, http://calenda.org/203767