AccueilFictions, immersions et univers virtuels

Fictions, immersions et univers virtuels

Fictions, immersions and virtual worlds

*  *  *

Publié le mardi 22 mars 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Ces colloques et recherches qui lui sont associées ont pour objectifs de clarifier les rapports entre trois situations d’immersion : 1) l’immersion du sujet en situation réelle, 2) l’immersion du sujet (lecteur ou spectateur) en situation fictionnelle, 3) l’immersion du sujet en situation virtuelle. Plus précisément, ce sont les situations d’interactions entre ces trois sortes d’univers qui seront abordées car chacun désormais ne peut se concevoir de façon autonome. Mais ce seront aussi les modalités des entrées et sorties entre situation immersive et situation non immersive qu’il faudra envisager pour chacun de ces modes d’immersion.

Annonce

Présentation

Comment percevons-nous le monde ? Comment y sommes-nous absorbés ? Les différents attributs que l’on peut attacher à la conscience ordinaire : sélectivité, exclusivité, enchaînement, unité (Harth, 1993) sont probablement à reconsidérer en situation d’immersion. L’intensité de ces attributs et leurs coordinations sont à mettre en rapport avec la théorie de l’activation et de la nouveauté. Formulé simplement, on considèrera qu’une situation « nouvelle » permet de générer un niveau suffisant d’activation pour que le sujet s’y trouve confronté de façon intense, c’est-à-dire dépossédé d’une conscience scindée et fragmentaire. En situation d’immersion réelle, l’activation de l’attention du sujet est produite directement par son environnement. Perception et action y sont étroitement corrélées. S’il y a recours aux représentations, elles appartiennent en propre au sujet et ne sont pas construites par des tiers.

Toutes différentes sont les situations d’immersion fictionnelle et d’immersion virtuelle produites au moyen de leurres et d’artefacts. Dans les deux cas, il y a immersion mimétique. Celle-ci repose sur la capacité de compter quelque chose « comme » autre chose, ce qui n’est évidemment pas le cas dans la situation réelle. La feintise ludique partagée (en tant qu’activité construite et orientée du sujet) permet de distinguer la situation d’immersion fictionnelle de celle de l’immersion réelle ou mensongère. C’est la modélisation analogique qui caractérise les produits de l’immersion fictionnelle par rapport à d’autres produits types de produits mimétiques. L’immersion fictionnelle utilise les leurres d’une façon qui lui est propre et suppose un découplage entre les données représentationnelles suscitées par les leurres d’une part et le traitement conscient de ces données d’autre part (Schaeffer, 1999).

Qu’en est-il de l’immersion virtuelle ? Peut-on également repérer une forme de découplage entre les données représentationnelles suscitées par des leurres et le traitement de ces données ? N’est-ce pas au contraire le couplage de plus en plus serré entre les leurres et le traitement de ces données par le sujet qui est visé par l’appareillage technique qui sous-tend les univers virtuels ? Pourtant, il serait certainement trop simpliste d’assimiler l’immersion virtuelle à l’illusion. Dans la plupart des cas, le sujet reste conscient des limites qui sont imparties à la modélisation virtuelle. Qu’il s’agisse de l’immersion virtuelle en rapport à une situation réelle (pilotage, simulation de vol, Google Earth…) ou en rapport avec un univers inventé, l’immersion virtuelle n’efface pas complètement le cadre réel dans lequel elle est engagée. Enfin, en delà des questions propres à chacun de ces modes d’immersion, que se passe-t-il lorsque l’immersion fictionnelle prend place à l’intérieur d’un cadre virtuel ? Ces deux modes d’immersion deviennent-ils alors concurrents, complémentaires ou confondus ?

  • PARIS : 27 & 28, 29 AVRIL 2011 - (puis MONTRÉAL : 7 & 8 NOVEMBRE 2011)
    Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne / CERAP, Centre d’Etude et de Recherche en Arts Plastiques, U.F.R. 04 / 47/53 rue des bergers, 75015 Paris
  • http://www.fictions-et-interactions.org

Organisateurs : Bernard GUELTON, Renée BOURASSA, Bertrand GERVAIS

Programme

INTERVENANTS POUR LE PREMIER COLLOQUE FRANCO-CANADIEN « IMMERSIONS »
PARIS, 27 ET 28 AVRIL 2011

BRUNO TRENTINI, Post-doc. Université Paris 1
« La dunamis particulière de l'immersion : approches cognitive et esthétique »

SAMUEL ARCHIBALD, Professeur, UQAM
« Bienvenue dans la fiction à tout ceux qui y sont déjà: la fiction férale des ARG »

RENÉE BOURASSA, Professeur, Université Laval
« Immersion, performativité et effets de présence dans les fictions urbaines géolocalisées »

GREGORY CHATONSKY, Doctorat UQAM
« Dans les flots »

LUC COURCHESNES, Professeur, Université de Montréal
« Embarquement pour le cyberespace »

MARIE-EVE DESJARDINS, Doctorat, UQAM
« Des couloirs de Paris de W. Benjamin aux œuvres et performances interactives : le lieu de passage comme territoire de l’immersion et de la modification du sensorium humain »

PHILIPPE DUBÉ, Professeur, Université Laval
« Du tout au tout ou l’appétit glouton du musée »

BERTRAND GERVAIS, Professeur, UQAM
« ‘Dali attaqué par le réel !’ : variation sur une figure de l’immersion »

CARL THÉRIEN, Chercheur post-doctoral, Standford Libraries, Palo Alto
« L’immersion dans les univers de fiction vidéoludiques: idéalisation de l’expérience »

MATT ADAMS, Artiste (BLAST THEORY) Grande Bretagne
« A Machine To See With: location based performances »

ALAIN BERTHOZ, Professeur Honoraire au Collège de France, Membre de l'Académie des Sciences et de l'Académie des Technologies
« La notion d’immersion dans les relations du cerveau, du corps et de l’espace »

OLIVIER CAIRA, Maître de conférences, Université d'Evry, EHESS
« Courir sur les toits : trois approches de l'immersion en jeu vidéo »

OLIVIER GRAU, Professeur, Université du Danube, Autriche
« Will We Ever Become Used to Immersion ? »

BERNARD GUELTON, Professeur, Université Paris 1
« Immersion et émersion dans les dispositifs fictionnels et virtuels »

E. MAGNAN / A. HERBET, Doctorat, Université Paris 1
« Dispositifs et fictions géographiques : une expérience immersive ? »

STEPHANE NATKIN, Professeur, CNAM
« L’immersion vidéoludique »

English version

  • FICTION, IMMERSION AND VIRTUAL WORLDS
  • SYMPOSIA MONTREAL – PARIS
  • PARIS : 27 & 28 AVRIL 2011 (and MONTRÉAL : 25 & 26 NOVEMBRE 2011)

These symposia and the research associated with them aim to clarify the relationship between three situations of immersion: 1) the immersion of the subject in a real situation, 2) the immersion of the subject (reader or viewer) in a fictional situation, 3) the immersion of the subject in a virtual situation. Specifically, the interactions between these three kinds of universe will be approached because none of them can be conceived separately. But it will also be necessary to consider the modes of inputs and outputs between the immersed and non-immersed positions, for these different immersion modes.

How do we perceive the world? How are we absorbed by it? The various attributes that can be attached to ordinary consciousness (selectivity, exclusivity, continuity, unity; see, for example, (Harth, 1993) are probably to be reconsidered in a situation of immersion. The intensity of these attributes and their coordination need to be compared with the theory of activation and novelty. Put simply, it can be considered that a “new” situation is able to generate a sufficient level of activation, that the subject is confronted so intensively that he/she is deprived of divided and fragmented consciousness. In a real situation of immersion, the activation of the subject’s attention is directly generated by his/her environment. Perception and action are closely correlated. If we use representations, then they belong properly to the subject and are not constructed by others.

Fictional immersion and virtual immersion produced by decoys and artifacts are very different from real immersion. In both cases, mimetic immersion exists. This relies on the ability of considering that something is "like" something else, which is obviously not the case in the real situation. The playful, shared pretense (as an activity built and focused on by the subject) makes it possible to distinguish between a situation of fictional immersion as compared to real or false immersion. This is the analog modeling that characterizes the products of fictional immersion, when compared to other types of mimetic products. Fictional immersion uses decoys in its own way and assumes a decoupling between this data generated by representational lures on the one hand, and the conscious processing of these data on the other hand (Schaeffer, 1999).

What about virtual immersion? Can we also find a form of decoupling between this data generated by representational decoys and the treatment of these data? Is it not rather the increasing treatment of coupling between the decoys and the processing of such data by the subject that is covered by the technical apparatus underlying virtual worlds? However, it would certainly be too simplistic to equate immersion and virtual illusion. In most cases, the subject remains conscious of the limits that are assigned to the virtual modeling. In virtual immersion, in relation to a real situation (flight simulation, Google Earth, etc.), or in connection with an invented universe, virtual immersion does not erase completely the actual context in which it is engaged. Finally, in addition to issues specific to each of these modes of immersion, it can be asked what happens when fictional immersion takes place within a virtual setting. In this case, do these two modes of immersion become competitive, complementary or confused?

Lieux

  • 47 rue des bergers (puis 12 place du Panthéon, 75005)
    Paris, France

Dates

  • mercredi 27 avril 2011
  • jeudi 28 avril 2011
  • vendredi 29 avril 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Fiction, immersion, univers virtuels

Contacts

  • Bernard Guelton
    courriel : Bernard [dot] Guelton [at] univ-paris1 [dot] fr
  • Aurélie Herbet
    courriel : aurelie [dot] herbet [at] univ-paris1 [dot] fr

Source de l'information

  • Bernard Guelton
    courriel : Bernard [dot] Guelton [at] univ-paris1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Fictions, immersions et univers virtuels », Colloque, Calenda, Publié le mardi 22 mars 2011, http://calenda.org/203799