AccueilL’utilisation contemporaine de la mémoire collective

L’utilisation contemporaine de la mémoire collective

The contemporary use of the collective memory

la création des identités nationales

The creation of national identities

*  *  *

Publié le mercredi 23 mars 2011

Résumé

La mémoire, comme forme de renvoi à une absence, est, par définition, fragile, instable, changeante, oublieuse et hasardeuse. Cela ne veut pas dire que la mémoire est un élément passif, mais plutôt le contraire. Au niveau collectif, cette activité, qui restitue des souvenirs partiellement oubliés, a des conséquences politiques. En effet, il s’agit d’une activité qui réintroduit, ou élimine, les preuves d’un passé, et pour ce faire, elle fabrique, en quelque sorte, le présent.

Annonce

Jeudi 24 mars 2011, 10 h – 13 h, Institut d’études européennes (Bâtiment A, salle A 243)

Présentation

La mémoire, comme forme de renvoi à une absence, est, par définition, fragile, instable, changeante, oublieuse et hasardeuse. Cela ne veut pas dire que la mémoire est un élément passif, mais plutôt le contraire. Au niveau collectif, cette activité, qui restitue des souvenirs partiellement oubliés, a des conséquences politiques. En effet, il s’agit d’une activité qui réintroduit, ou élimine, les preuves d’un passé, et pour ce faire, elle fabrique, en quelque sorte, le présent.

Par ailleurs, les pouvoirs qui changent chaque reconstruction mémorielle du passé au profit d’autres alternatives, obligent chacune d’entre elles à exercer de manière violente son pouvoir de véracité sur les autres. Ce fait génère des affrontements identitaires fondés sur l'exclusion/intégration (c’est-à-dire dans l’habitable /l’inhabitable), tantôt à l’intérieur d’un collectif ou tantôt entre différents groupes, et ce, dans la mesure où la revendication de la mémoire sert à reconstruire ou renforcer des identités qui s’opposent et à partir desquelles les différents groupes, dans une actualité précise, adhérent à une interprétation (ou explication) du passé.

La présente matinée d’études interrogera les paradigmes de ces utilisations mémorielles, qui, au final, produisent des identités individuelles et sociétales.

Programme

10h-10h30 : Alain Sinou (IEE) : « Les processus de mise en mémoire des lieux »

10h30-11h : Hero Suarez (IEE) : « L’institutionnalisation des mémoires alternatives »

11h-11h30 : Hripsimé Chadrian (IEE) : « Représentations collectives dans le Sud Caucase »

11h30-12 : Ernesto Fuentes (EHESS): « Espagne-Mexique: identité et mémoire en exil. Une histoire de fantômes pour grandes personne »

12h-12h30 : Yeray Bazo (NTF): « L’hier encore une fois : Nouvelles stratégies de récupération de la mémoire de la répression franquiste »

Organisation : Hero Suarez - Animation : Anne-Marie Autissier

Lieux

  • Institut d’études européennes, Université Paris 8, salle A243 - 2 rue de la Liberté
    Saint-Denis, France (93)

Dates

  • jeudi 24 mars 2011

Mots-clés

  • Politiques mémorielles, identités nationales, europe

Contacts

  • Hero Suarez
    courriel : herosuarez [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Hero Suarez
    courriel : herosuarez [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« L’utilisation contemporaine de la mémoire collective », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 23 mars 2011, http://calenda.org/203832