AccueilL’histoire des migrations dans les musées : entre mémoire et politique

L’histoire des migrations dans les musées : entre mémoire et politique

The History of Migration in Museums: between History and Politics.

*  *  *

Publié le lundi 28 mars 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

This conference will examine museum spaces – local, regional, national – which focus, wholly or in part, on the history of migrations, including both internal migration, emigration and immigration. Conference papers might address, but are not limited to, the following issues: - Museums and their social, economic, political and cultural environments; - The history of migration in museums and identity construction; - The influence of dominant policies and discourses on such representations; - Museographical choices and migration stories; - The history of migration and museums as memorial spaces.

Annonce

  • Venue: Blaise Pascal University, Clermont-Ferrand, France.
  • Dates: 17-19 November 2011
  • Conference organisers: EHIC (EA 1087)
  • Submission deadline: 2 may 2011. 

English version

If the history of migration lies at the heart of many museums in the ‘New World’, moulded by colonisation and imperialism, it is also a major issue for European states, as demonstrated by the controversy surrounding the opening of the Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration in Paris. This conference will examine museum spaces – local, regional, national - which focus, wholly or in part, on the history of migrations, including both internal migration, emigration and immigration. Museums are sites of memory per se, and are also sites of exchange, and / or contact, in short effecting mediation between various social groups, they may also be sites of contest and riposte.

Conference papers might address, but are not limited to, the following issues:

- Museums and their social, economic, political and cultural environments.

In museums the paths of various interest groups and organisations intersect, yet they may not necessarily be compatible. Museums have to combine the orientations endorsed by the structures on which they rely, those of their paymasters, those of their potential visitors / consumers, those of their curators, and those of the cultural policies from which they may well spring. In them coalesce commercial, political and ideological interests, often sources of compromise and contradictions.

- The history of migration in museums and identity construction.

Implicit models of national identity frequently underpin the migration narratives constructed  in such museums, for instance those founded on notions of hybridity and transitory identity and implying potential redefinition and reshaping; or alternatively those based on notions of persistence and continuity and, consequently, on stable and enduring identities. How are migration narratives – frequently transnational – woven within such paradigms by museums, be they local, regional or national? Conversely how are representations affected by such processes / phenomena related to globalisation?

- The influence of dominant policies and discourses on such representations.

How do such institutions, where a public memory is constructed, respond to changing governmental initiatives and discourses such as cultural diversity, social inclusion, integration, assimilation or multiculturalism? Do these institutions – national, regional, local – promote social cohesion and inclusion through their treatment of migrations? Do they give expression to alternative histories, contemporary debates and minority voices? Another approach might address the cultural constructions that host societies project about themselves – celebrating their openness and long-term policy (ies) of immigration.

- Museographical choices and migration stories.

What are the narrative devices used to relate itineraries (use of metaphors symbolising liberation, celebration of benefits, contribution with respect to culture and knowledge, re-birth or obstacle, resistance and rejection)? What is the place given to journeys in those narratives? Is a balance struck between individual testimony and the contextualised representation of migratory waves? To what extent and how are local communities involved in or consulted for the making of exhibitions? Are attempts made at highlighting periods and, if so, on what grounds? To what extent and how are artefacts used: selection, display and staging, iconography of migration, absence of artefacts?

- The history of migration and museums as memorial spaces.

The process of memorialisation is inherent in the activities of history and social museums through the work of collection, conservation and transmission of a collective heritage. How is the ‘duty to remember’ interpreted? Do material and immaterial heritage commingle and how? How are the memorial functions of museums integrated: hagiography, martyrology, mourning of the past, silences, emphases leading to questions and disputes?

We are looking for papers from a broad spectrum of museum practitioners and scholars (history, geography, museum studies, cultural studies, sociology, anthropology) and we hope that the sessions will be international in scope leading to fruitful comparisons. We intend to publish an edited volume of essays based on selected conference papers.

Language: the language preferred for papers is English but papers in French will also be accepted if extensive summaries in English are provided to help those struggling with the oral presentation.

If you are interested in proposing a paper, please submit your proposal (approximately 500 words) for a 20-minute presentation and a brief bio (50 words) to the following address: Laurence.GOURIEVIDIS@univ-bpclermont.fr

by 2nd May 2011

French presentation

  • Lieu : Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, France
  • Dates : 17-19 novembre 2011
  • Comité d’organisation : EHIC (EA 1087) – site clermontois.
  • Date limite (propositions) : 2 mai 2011

Si l’histoire des migrations est au cœur de musées établis dans les pays du ‘Nouveau Monde’, refaçonnés par la colonisation et l’impérialisme, elle est un enjeu majeur dans les pays Européens, la controverse entourant l’ouverture de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration à Paris en étant un exemple éclatant. Il s’agira d’étudier les musées s’attachant, tout ou en partie, à l’histoire des migrations : internes à un pays, émigrations et immigrations. Les musées sont des ‘lieux de mémoire’ par excellence mais aussi des lieux d’échange, de contact, en un mot de médiation entre divers groupes sociaux, mais aussi des lieux de contestation ou de riposte.

Les communications pourront porter sur les questions suivantes, mais n’y sont pas limitées :

- Les musées et leurs paysages social, économique, politique et culturel.

Les musées sont à la croisée de divers chemins avec des trajectoires et des balisages parfois peu compatibles ; ils doivent associer les orientations privilégiées par les structures dont ils dépendent, celles des groupes qui contrôlent leur financement, celles de leurs visiteurs / consommateurs potentiels, celles de leur(s) conservateur(s) ainsi que celles des politiques culturelles dont ils peuvent résulter. Ils sont donc le nœud d’enjeux commerciaux, politiques, idéologiques, souvent sources de compromis et contradictions.

- L’histoire des migrations dans les musées et constructions identitaires.

Des modèles implicites liés à l’identité nationale sous-tendent souvent les récits de migrations élaborés dans ces musées ; par exemple ceux fondés sur les notions d’hybridité, et d’identité transitoire, donc potentiellement redéfinissable et modulable ou ceux s’appuyant sur des notions de pérennité et persistance et par conséquent d’identité stable et peu changeante. Comment les musées – locaux, régionaux ou nationaux – incorporent-ils les récits souvent trans-nationaux que sont les récits de migrations dans ces paradigmes ? Inversement quel impact ont ces phénomènes liés à la mondialisation sur ces représentations ?

- L’influence de politiques et discours dominants sur ces représentations.

Quelles sont les réponses de ces institutions, où se construit une mémoire publique, aux initiatives et discours changeants de différents gouvernements, par exemple diversité culturelle, intégration, assimilation, cohésion sociale, ou encore multiculturalisme ? Ces institutions – nationales, régionales ou locales – au travers de leur traitement des migrations prônent-elles la cohésion et l’inclusion sociales ? Se font-elles l’écho d’histoires ‘alternatives’, de débats actuels et de voix minoritaires ? Une autre perspective pourra concerner les constructions culturelles des pays d’accueil, célébrant souvent leur ouverture et leur(s) politique(s) d’immigration sur la longue durée.

- Les choix muséographiques opérés pour raconter ces histoires.

Quelles techniques narratives sont utilisées pour rendre compte de ces itinéraires (recours à des métaphores évoquant la libération, la célébration du bénéfice, des apports de cultures et savoir-faire différents, la re-naissance ou encore l’obstacle, la résistance et le rejet) ? Quelle place est faite au voyage dans ces narrations ? Un équilibre est-il atteint entre le témoignage individuel et la présentation de vagues migratoires mises en contexte ? Dans quelle mesure les communautés locales sont-elles impliquées ou consultées au cours de l’élaboration d’une exposition ? Une périodisation est-elle mise en lumière ; si tel est le cas de quel type ? Quelle est la place donnée aux objets et comment sont-ils utilisés : sélection, mise en scène, iconographie de la migration ou bien absence d’objets ?

- Histoire des migrations et musées en tant qu’espaces mémoriels:

Le processus de mémorialisation est inhérent aux activités des musées d’histoire et de société au travers du travail de collection, conservation et transmission d’un patrimoine collectif. Comment s’interprète le ‘devoir de mémoire’ ? Comment se décline le lien entre patrimoine matériel et immatériel ? Comment sont intégrées les fonctions mémorielles de ces musées : hagiographie, martyrologue, deuil du passé, non-dits, emphases menant parfois à des questions et des litiges ?

Nous attendons des communications émanant d’un large éventail de participants : conservateurs et chercheurs (historiens, géographes, muséologues, sociologues, anthropologues, spécialistes d’études culturelles) et espérons que les sessions auront un caractère international menant à des comparaisons fructueuses. Nous envisageons de publier un volume d’essais rassemblant une partie des interventions.

Langue : la langue de travail sera l’Anglais mais des communications en Français seront aussi acceptées si elles sont accompagnées de résumés exhaustifs en Anglais afin d’aider les participants ayant des difficultés avec les présentations orales. 

Si vous souhaitez nous envoyer une proposition, merci de nous adresser un résumé d’environ 500 mots pour une communication de 20 minutes, accompagné d’une brève note biographique (50 mots) à l’adresse suivante : Laurence.GOURIEVIDIS@univ-bpclermont.fr

La date limite pour vos propositions est le 2 mai 2011.

 La sélection des propositions s'effectuera par les membres du groupe de recherches EHIC : http://www.univ-bpclermont.fr/LABOS/ehic/spip.php?rubrique4

Catégories

Lieux

  • Universite Blaise Pascal
    Clermont-Ferrand, France

Dates

  • lundi 02 mai 2011

Mots-clés

  • Museologie, migrations, histoire

Contacts

  • Laurence Gourievidis
    courriel : Laurence [dot] GOURIEVIDIS [at] univ-bpclermont [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Laurence Gourievidis
    courriel : Laurence [dot] GOURIEVIDIS [at] univ-bpclermont [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’histoire des migrations dans les musées : entre mémoire et politique », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 28 mars 2011, http://calenda.org/203891