AccueilLiberté et oppression dans le Royaume-Uni des années 1960

Liberté et oppression dans le Royaume-Uni des années 1960

Freedom and oppression in 1960s Britain

*  *  *

Publié le lundi 04 avril 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Appel à communications pour le colloque international et interdisciplinaire « Liberté et oppression dans le Royaume-Uni des années 1960 » / "Freedom and oppression in 1960s Britain" qui se déroulera à l'Université François-Rabelais de Tours du 17 au 19 novembre 2011.

Annonce

Appel à communications

Colloque international
Liberté et oppression dans le Royaume-Uni des années 1960
Université François-Rabelais de Tours
17-19 novembre 2011

Au Royaume-Uni, selon l’interprétation canonique, les années soixante ont été marquées par un esprit de contestation quasi révolutionnaire : soif de liberté et volonté de s’affranchir d’un carcan socio-moral se sont illustrées dans une production artistique riche, variée, et souvent provocatrice, subversive, ainsi que dans de nombreux phénomènes sociétaux. Age d'or de la jeunesse, avec ses mods et ses rockers, ou encore de la culture populaire qui prenait  définitivement ses droits à travers des séries télévisées (Coronation Street, The Saint, Danger Man, The Avengers), ou du cinéma (Cathy Come Home, The Servant, If), les "Sixties" conservaient, cependant et avant tout, une dimension politique où la confrontation et la remise en question par la violence étaient souvent la norme : du pop festival aux protest marches, du flower power au black power, la période associe librement et énergiquement des formes d'expression culturelle novatrices à des revendications politiques volontaires et finement articulées.

L’autorité politique et sociale ainsi que les canons littéraires et esthétiques furent l’objet d’une redéfinition à une époque où l’écriture télévisuelle commençait à s’imposer comme une nouvelle forme artistique : les productions filmiques ont mis en scène et remis en question l’autorité et ses figures, les faisant parfois voler en éclats. Elles ont par ailleurs consacré l’émergence d’un contre-pouvoir, celui de la jeunesse, et donné une autre raison d’être à l’objet d’art, par exemple, en conférant à la photographie une importance accrue.

Depuis le Royaume Uni, le phénomène "Sixties" devait avoir des réverbérations à la fois spontanées et durables et, en Europe occidentale comme aux Etats-Unis notamment, d’une ampleur qui ne cesse encore d'étonner, d'attirer le regard et de poser des questions de fond. Aujourd’hui, le monde industriel dit avancé cherche encore à s'extirper de raisonnements sociaux et de logiques économiques qui, enclenchés de façon enthousiaste à l'époque, donnent encore lieu à des doutes et à des questionnements fréquents, générant anxiétés et réactions parfois virulentes.

Il ne s'agit pas d'encenser les "Sixties", de les auréoler de manière complaisante ou nostalgique, ni de les remettre en cause ou de les condamner. En invitant à l'analyse de l'influence concrète des mouvements de contestation et des diverses innovations artistiques sur la culture politique du Royaume-Uni et sur la société britannique, les organisateurs du colloque souhaitent tout d'abord mieux définir, ou redéfinir, l'objet "Sixties" : dans quelle mesure cette périodisation conserve-t-elle aujourd’hui pertinence, intégrité ou homogénéité ? C’est que l’interprétation de cet ensemble ne cesse d'évoluer : aux côtés des clichés qui prétendent encore monopoliser notre rapport affectif avec les Sixties (les Beatles sur le seuil du 10 Downing Street, Twiggy  à la une de Vogue), l'héritage de l'époque paraît aujourd'hui complexe : à la fois redondant et foisonnant, libérateur et contraignant, créatif mais tendant à formater nos rapports avec le style  et nos attentes relatives aux modalités légitimes de remise en cause des normes.

Les propositions de communication de 200 mots environ (en français ou en anglais), accompagnées d'une courte bio-bibliographie sont

à envoyer avant le 15 juillet 2011

conjointement à Molly O’Brien Castro (molly.obriencastro@orange.fr) et à Sébastien Salbayre (sebastien.salbayre@univ-tours.fr). 

Les propositions seront examinées de manière anonyme par le comité scientifique pluridisciplinaire.

Comité scientifique

  • Trevor Harris
  • Molly O’Brien Castro (Tours)
  • Sébastien Salbayre (Tours)
  • Neil Davie (Lyon 2)
  • Sue Vive et Richard Canning (Sheffield)
  • Michael Parsons (Pau)

Call for papers

International conference
Freedom and Oppression in 1960s Britain
Université François-Rabelais de Tours, France
November 17-19, 2011

In the United Kingdom, according to the canonical interpretation, the sixties were characterized by an almost revolutionary spirit of contestation: the thirst for freedom and the strong wish to free oneself from social and moral constraints were illustrated in a rich, varied, often provocative and subversive artistic production, as well as in many a societal phenomenon. There was to the “Sixties”, or to what could be referred to as the golden age of youth, with its mods and rockers, but also to popular culture, which was definitely asserting itself through series (Coronation Street, The Saint, Danger Man, The Avengers) or movies (Cathy Come Home, The Servant, If), nevertheless, and above all, a political dimension where confrontation and reassessment through violence were often the norm: from pop festivals to protest marches, from flower power to black power, the period freely and forcefully associated innovative cultural expression forms with determined and cleverly structured political demands.
Political and social authority as well as literary and aesthetic canons were redefined at a time when television writing was emerging as the new dominant artistic form: film output staged and reassessed authority and its figures, sometimes shattering them. What’s more, they sanctioned the advent of an opposition force, that of youth, and they gave another raison d’être to the work of art, for instance increasing the importance of photography.

From the United Kingdom, the « Sixties » phenomenon was to reverberate both  spontaneously and on a long-term basis, particularly in Western Europe and the United States. The extent of the phenomenon was so wide that it has never stopped surprising, drawing attention and raising fundamental questions. Nowadays, the so-called advanced industrial world is still striving to escape social reasoning and economic logics which, as they were triggered enthusiastically at the time, still give rise to doubt and frequent questioning, thus generating anxieties and sometimes virulent reactions.

The purpose of the conference is neither to acclaim the "Sixties", to glorify them with indulgence and nostalgia, nor to call them into question or condemn them. Inducing participants to analyze the concrete influence of protest movements and the diverse artistic innovations on the United Kingdom’s political culture and British society, the organizers intend, in the first place, to better define, or redefine, the "Sixties" object: to what extent does this periodization retain pertinence, integrity or homogeneity? The thing is that interpretation of this object has continuously evolved : besides the clichés which apparently still monopolize our emotional relation with the Sixties (The Beatles standing on the doorstep of 10 Downing Street, Twiggy  on the frontpage of Vogue), today the heritage of the period seems to be complex: it is both redundant and rich, liberating and restrictive, creative but trying to format our relations with the style and our expectations in terms of legitimate methods used to challenge norms.

Please submit proposals of approximately 200 words, in French or English, together with a short bio-bibliography, to both Molly O’Brien Castro (molly.obriencastro@orange.fr) and Sébastien Salbayre (sebastien.salbayre@univ-tours.fr)

by June 30, 2011. 

Submissions will be blind-reviewed by the academic cross-disciplinary committee.

Scientific board

Trevor Harris, Molly O’Brien Castro et Sébastien Salbayre (Tours), Neil Davie (Lyon 2), Sue Vive et Richard Canning (Sheffield), Serge Chauvin (Nanterre), Michael Parsons (Pau)  

Molly O'Brien Castro
Maître de Conférences / Ph.D., Senior Lecturer
GRAAT On-Line Book Review Editor (http://www.graat.fr/)
Université François-Rabelais
UFR Lettres & Langues
Département d'anglais
Bureau 41
3 rue des Tanneurs BP 4103
37041 Tours Cedex 1
FRANCE
molly.obriencastro@univ-tours.fr

Lieux

  • Université François-Rabelais
    Tours, France

Dates

  • vendredi 15 juillet 2011

Mots-clés

  • liberté, oppression, Grande Bretagne

Contacts

  • Molly O'Brien Castro
    courriel : molly [dot] obriencastro [at] orange [dot] fr

Source de l'information

  • Molly O'Brien Castro
    courriel : molly [dot] obriencastro [at] orange [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Liberté et oppression dans le Royaume-Uni des années 1960 », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 04 avril 2011, http://calenda.org/203944