AccueilLa contamination : lieux symboliques et espaces imaginaires

La contamination : lieux symboliques et espaces imaginaires

Contamination and its Symbolic Places

*  *  *

Publié le mardi 12 avril 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Le Centre de recherches sur l'imaginaire (CRI-Université Stendhal), le Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA, Université Pierre Mendès France) et la MSH-Alpes, organisent ensemble un colloque interdisciplinaire sur « les lieux symboliques de la contamination », où seront représentées la plupart des disciplines littéraires (littérature française du Moyen-âge à nos jours, littérature générale et comparée, sciences du langage) comme les sciences humaines et sociales (anthropologie, philosophie, sociologie, histoire et histoire de l'art). Ce colloque est ouvert à tous les chercheurs dans ces domaines ou intéressés par la question de la contamination. Il aura lieu du 8 au 10 juin à Grenoble (domaine universitaire, MSH-Alpes) et s'interrogera sur l'origine géographique, réelle ou imaginaire, de la contamination, comme sur l'organisation sociale et politique des lieux qu'elle envahit.

Annonce

Argumentaire

La contamination marque l’entrée d’un élément étranger dans un corps sain. L’extériorité et la dissemblance de l’agent contaminant se déportent souvent sur son lieu d’origine. Un glissement de plus en plus notable dit la contamination en termes d’imputation localisée : un espace géographiquement, socialement et culturellement marqué est assimilé à la maladie. Les grandes épidémies ont ainsi reçu de fictives identités nationales (grippe « espagnole », porc « mexicain », vache folle « anglaise »), rencontré d’illusoires frontières (le nuage de Tchernobyl arrêté aux portes de la France), participé de supposées classes sociales (la peste, « maladie populaire », stigmatisait les quartiers pauvres ; le sida, longtemps qualifié de « maladie gay », dénonçait une communauté). La maladie, maintenue dans un lieu éloigné et symboliquement étranger, sous l’effet de l’imagination ou de choix apparemment normés, peut toucher pourtant au plus intime. Environnement, animal familier, entourage domestique, corps et esprit même de l’individu deviennent menaçants et la sphère privée contaminée se voit contrôlée par l’instance publique et collective. Cette aliénation double de l’espace personnel institue une nouvelle dimension symbolique à la fois familière et étrange, fondamentalement unheimlich. En retour se forment, des zones rêvées ou imposées comme protectrices, et apparemment imperméables à la maladie. Le symbolisme du lieu naîtrait ainsi de la fonction que lui attribue l’imaginaire face à la contamination, de la relation duelle qu’il suggère avec un espace qui s’oppose à lui, ou même de sa propre dualité interne. Il serait alors, comme le symbole, composé de deux pôles imbriqués et complémentaires.

C’est au travers de la construction de ces divers espaces dans l’imaginaire que nous examinerons comment sont situés, délimités, reliés et confrontés les lieux symboliques de la contamination. Vingt-cinq chercheurs en littérature et en sciences humaines (histoire, archéologie, anthropologie, sociologie, philosophie) échangeront leurs savoirs, leurs hypothèses et leurs questionnements en la matière. Localisation de l’origine du mal, exploration des frontières entre lieux sains et lieux contaminés, identification et mode d’organisation des lieux de passages retiendront particulièrement leur attention. Les interventions, portant sur divers types de maladies (peste, choléra, paludisme, sida…), seront organisées autour de trois axes de réflexion, déterminant les trois axes d’étude :

  • Une première journée, organisée de manière diachronique de l’Antiquité à l’époque contemporaine, sera consacrée aux tentatives de délimitation des lieux de contamination dans l’imaginaire collectif, d’un point de vue historique, archéologique, sociologique et littéraire. La réflexion portera notamment sur les zones paradoxales, lieux conjoints de propagation et de confinement du mal.
  • Une deuxième journée s’intéressera plus particulièrement à la représentation symbolique des lieux de contamination : reconstruction fantasmatique du corps, élaboration de religions et croyances, inventions de figures mythiques et de légendes, toutes reconstructions imaginaires dont on interrogera tour à tour l’origine, la structure et la fonction.
  • Une troisième journée, enfin, portera sur l’aspect politique de la contamination en explorant l’organisation de la santé publique dans sa dimension idéologique et pratique. Structurations nationales et municipales, convictions et propagandes, solutions collectives ou migrations massives seront ainsi observées.

PROGRAMME « la contamination : lieux symboliques et espaces imaginaires » 

MSH-Alpes/ Domaine universitaire /St Martin d’hères-Grenoble
Co-organisé par le CRI (U. Stendhal), le LARHRA ( UPMF) et la MSH-Alpes
8, 9 et 10 juin 2011

MERCREDI 8 JUIN

13h30 Introduction du colloque : Lise Dumasy (Présidente de l’Université Grenoble III), Dominique Rigaux (directrice de la MSH-Alpes), Anne-Marie Granet-Abisset (directrice du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes).

13h50 Présentation : Véronique Adam (CRI) et Lise Revol-Marzouk (CRI).

Espaces et structures : délimiter la contamination

Lieux contaminés, lieux contaminants

Présidente : Dominique Rigaux (dir. de la MSH-Alpes, Grenoble II, histoire médiévale)

  • 14h00 Philippe Blanchard (INRAP, archéologie) et Dominique Castex (CNRS, anthropologie), Les lieux de contamination à partir d’une approche archéo-anthropologique.
  • 14h30 Daniel le Blevec (Montpellier III, histoire médiévale), Hôpitaux et léproseries au moyen âge : lieux d’accueil ou d’enfermement ? Le regard de la société sur le «pauvre malade», à travers les sources méridionales.
  • 15h00 Véronique Adam (Toulouse II, litt. française du XVIIe), Voir Naples et pourrir. L’origine de la contamination chez les médecins alchimistes (XVIe-XVIIe s), du vent du Sud à l’esprit interne.                                   

15h30 Pause

Lieux naturels, lieux industriels

Président : Claude Gilbert (Directeur de recherche au CNRS, PACTE/MSH-Alpes, sociologie)

  • 16h00 Entretien avec Natacha Jacquemard (U. Nice, Institut Pasteur, anthropologie biologique), Marais, paludisme et contaminations croisées (XVIIIe-XXe).
  • 16h30 Entretien avec Eric Liatard (U. Joseph Fourier, Grenoble I, physique nucléaire), Les lieux de la contamination nucléaire.

JEUDI 9 JUIN

Imaginaire et représentation : symboliser les lieux de contamination

Légendes et superstitions

Présidente : Véronique Adam (Centre de Recherches sur l’Imaginaire, litt. française)

  • 9h00 Sylvie Freyermuth (Luxembourg, sciences du langage, langue et litt. françaises, histoire des idées) et Jean-François Bonnot (Besançon, langue française, histoire des idées), Le corps féminin comme lieu de contamination : sorcellerie et hystérie.
  • 9h30 Dominique Verdoni (Corte, anthropologie), L’épidémie comme menace de destruction des "limites", topographiques et sociales de l'espace insulaire matriciel.
  • 10h00 Jean-Bruno Renard (Montpellier III, sociologie), Rumeurs et légendes de contamination.                                                      

10h30 Pause

Religions et croyances

Président : Philippe Walter (dir. du Centre de Recherches sur l’Imaginaire, litt. médiévale)

  • 11h00 Anna Caiozzo (Paris VII, hist. médiévale) et Mehrnaz Katouzian-Safadi (CNRS, hist. médiévale, Entre science et croyance, l'imaginaire du corps contaminé en Orient médiéval.
  • 11h30 Dominique Rigaux (Grenoble II, hist. médiévale), Contra pestem. Lieux, images et pratiques iconographiques en temps de peste (Italie XIVe-XVIe siècles).

12h00 Pause et déjeuner

Figures mythiques et rituelles

Présidente: Ariane Bayle (Université de Bourgogne, litt. générale et comparée)

  • 13h30 Cristina Vidrutiu (Cluj, Roumanie, litt. comparée), Pharmakon [poison et remède] et pseudo-pharmakos [faux bouc émissaire] dans Le Décameron.
  • 14h00 Lise Revol-Marzouk (Grenoble III, litt. générale et comparée), Le sphinx, la peste et le choléra ou l’épidémie intérieure. Contamination et déplacements (Sophocle, Poe).
  • 14H30 Sylvie Thorel-Cailleteau (Lille III, litt. française du XIXe), La marche du choléra selon Eugène Sue.

15h00 Pause

Métaphores du corps et de l’âme contaminés

Présidente : Lise Revol-Marzouk (CRI, litt. générale et comparée)

  • 15h30 Claude Fintz (Grenoble II, litt. française du XXe), L’imaginaire du corps contaminé.
  • 16h00 Corin Braga (Cluj, Roumanie, litt. comparée), La contamination absolue, le péché originel.
  • 16h30 Véronique Costa (Grenoble II, litt. française du XVIIIe), La peste romanesque ou les microbes de l’enfer.     

VENDREDI 10 JUIN

Politique et sociétés : organiser la santé publique

Politique et philosophie : idéologies de la contamination

Président : Thierry Ménissier (V.-P. de l’Université Pierre Mendès-France, philosophie)

  • 9h00 Jean-Yves Goffi (Grenoble II, philosophie), Lectures voltairienne et kantienne de l'inoculation.
  • 9h30 Catriona Seth (Nancy II, litt. française du XVIIIe),  Le corps étranger paradoxal : contamination et protection varioliques au XVIIIe siècle.

10h00 Pause

Président : Jean-Yves Goffi (Université Pierre Mendès-France, PLC, philosophie)

  • 10h30  Laurence Grove (Glasgow, Ecosse, histoire de l’art), La propagande en bande dessinée : la contamination par le sang.
  • 11h00 Claude Gilbert (CNRS, MSH-Alpes, sociologie), en collaboration avec Laurence Raphaël (I.E. CNRS, MSH-Alpes)  Eviter la contamination, préserver les échanges? A propos du risque de pandémie grippale.
  • 11h30  Thierry Ménissier (Grenoble II, philosophie), Contamination et libre responsabilité : une réflexion biopolitique à partir de la pandémie grippale de l'hiver 2009.

12H00 Pause et déjeuner

La contamination dans et hors la ville

Présidente : Anna Caiozzo (Paris-Diderot, ICT, histoire médiévale)

  • 13h30 Gilles della Vedova (Lyon II, hist. contemporaine), La peur de la  contamination dans le village de Villard de Lans.
  •  14h00 Sandrine Victor (Albi, hist. médiévale), Gestion municipale de l’espace urbain : le rôle du Mostassaf dans la régulation des pollutions en ville selon l’exemple catalan au bas Moyen Age.
  • 14h30 Anne-Marie Granet-Abisset (Grenoble II, hist. contemporaine), La migration comme refuge : l’exemple du choléra dans les populations alpines.

15H00 Conclusion et table ronde.

Comité scientifique international :

Corin Braga, (MCF, U Cluj-Roumanie, littérature comparée), Jean-François Chassay (PR, U. du Québec-Canada, litt. française), Joël Coste (Pr, U. Descartes, épidémiologie), René Favier (PR, VP recherche, U Grenoble II-Pierre Mendès France, Histoire moderne), Sylvie Freyermuth (Pr, U. de Luxembourg, langue et litt. françaises) ; Claude Gilbert (dir., CNRS, sociologie), Laurence Grove (Senior Lecturer, Centre for Emblem Studies (dir.), U. of Glasgow, Histoire de l’art) Dominique Rigaux (Pr, MSH-Alpes (dir.) , histoire médiévale), Barbara Sosien (Pr, U Jagelonne, Pologne, Litt. française)

Comité d’organisation :

Véronique Adam (MCF, U. Toulouse II, CRI, litt. française), Lise Revol-Marzouk (MCF, U. Grenoble III, CRI, litt. comparée), avec la collaboration d’Anne-Marie Granet-Abisset (Pr, U. Pierre Mendès France, LARHRA, histoire contemporaine)

Contact :

veroniqueadam@gmail.com ou lieuxdelacontamination@gmail.com

Lieux

  • MSH-ALpes, Domaine universitaire
    Saint-Martin-d'Hères, France

Dates

  • mercredi 08 juin 2011
  • jeudi 09 juin 2011
  • vendredi 10 juin 2011

Mots-clés

  • contamination, biopouvoir,risques, santé publique, épidémies, corps contaminé, peste, choléra, vérole, sida, grippe A, lèpre

Contacts

  • véronique adam
    courriel : veroniqueadam [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • véronique adam
    courriel : veroniqueadam [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La contamination : lieux symboliques et espaces imaginaires », Colloque, Calenda, Publié le mardi 12 avril 2011, http://calenda.org/204053