AccueilLe récit de soi en questions : formes, espaces, temporalités

Le récit de soi en questions : formes, espaces, temporalités

Autobiographical accounts in questions: forms, spaces, and temporalities

*  *  *

Publié le mercredi 20 avril 2011 par Karim Hammou

Résumé

L’objectif de cette journée d’études est de mettre à l’épreuve un regard pluridisciplinaire sur des sources croisées, du texte à l’image, de la mise en scène des corps à celle d’un environnement d’objets, pour entamer un dialogue sur la multiplicité, la singularité et l'historicité des formes du récit de soi. Comment le soi est-il différemment configuré dans des modes d’expression diversifiés, marqués par des degrés de compétences inégaux et toujours socialement inscrits ? Pour ne céder ni à l’évolution historiciste vers une prétendue réalisation de l’individu, ni à l’enfermement culturaliste d’aires géographiques cloisonnées, cette journée d’étude mobilise une démarche comparative, connectée à une « histoire-monde », seule capable de faire émerger le récit de soi comme un outil heuristique, transdisciplinaire et transhistorique, permettant d’interroger les modes d’être potentiellement différenciés de la dignité humaine et de la constitution de l’acteur en sujet de son action.

Annonce

Journées d’études organisées à la MMSH (Aix-en-Provence) les jeudi 19 et vendredi 20 mai 2011 dans le cadre 

  • du programme transversal MMSH associant les laboratoires CEMAf / TELEMME / IREMAM  Récits de soi, Méditerranée – Afrique. Individus, communautés, interculturalité, XVIe-XXIe siècles  (Randi Deguilhem, Isabelle Luciani, Hervé Pennec) ; 
  • de l'UMR TELEMME, MMSH : Groupe 1, programme 4. Identités narratives : formes, figures, pratiques ; Groupe 1, programme 2. Justices, rites et représentations du XIe au XVIIe siècle ;
  • du CEMAF-Aix, MMSH.

par 

  • Catherine ATLAN (cemaf– Aix)
  • Isabelle LUCIANI (telemme, MMSH, Aix-en-Provence)
  • Valérie PIETRI (cmmc-Nice)

Résumé

L’objectif de cette journée d’études est de mettre à l’épreuve un regard pluridisciplinaire sur des sources croisées, du texte à l’image, de la mise en scène des corps à celle d’un environnement d’objets, pour entamer un dialogue sur la multiplicité, la singularité et l'historicité des formes du récit de soi. Comment le soi est-il différemment configuré dans des modes d’expression diversifiés, marqués par des degrés de compétences inégaux et toujours socialement inscrits ?

Pour ne céder ni à l’évolution historiciste vers une prétendue réalisation de l’individu, ni à l’enfermement culturaliste d’aires géographiques cloisonnées, cette journée d’étude mobilise une démarche comparative, connectée à une « histoire-monde », seule capable de faire émerger le récit de soi comme un outil heuristique, transdisciplinaire et transhistorique, permettant d’interroger les modes d’être potentiellement différenciés de la dignité humaine et de la constitution de l’acteur en sujet de son action. 

Argumentaire  

Des carnets de cuisine personnels, souvent limités à un simple collage ou recopiage de recettes, pourtant conservés et précieusement transmis par son auteur comme un prolongement de lui-même, jusqu’à la création musicale comme support identitaire ; du travail sur son apparence jusqu’au geste graphique qui restitue la singularité d’un regard sur le monde ; de l’ébauche d’un soi à peine livrée par un livre de comptes jusqu’à l’autoportrait, en passant par l’identité narrative qui se construit, parfois malgré soi, dans les multiples injonctions sociales de « se dire » (formulaires administratifs, questionnaires médicaux, entretiens d’embauche…) : hors des sources textuelles où l’historien du soi a fréquemment coutume de construire son objet, le récit de soi prend forme au quotidien dans une infinité de supports.

Cette journée d’études mettra à l’épreuve un regard pluridisciplinaire sur ces sources croisées, pour tenter d'entamer un dialogue sur la multiplicité, la singularité et l'historicité des multiples formes du récit de soi.

Comment le soi est-il différemment configuré dans des formes d’expression diversifiées, marquées de surcroît par des degrés de compétences inégaux, qu’ils permettent l’appropriation socialement plus aisée de certains modes d’expression, passant par la copie, le collage, l’oralité, la gestuelle ou le mouvement ; ou qu’ils impliquent au contraire la maîtrise de techniques plus complexes (savoirs graphiques, musicaux, corporels), inscrits dans des processus d’apprentissage culturels spécifiques ? Quels modes de reconnaissance particuliers ces formes du récit de soi peuvent-elles susciter ? Comment ce « soi » est-il publiquement construit dans ces pratiques qui peuvent être communiquées (de la photographie familiale à la création artistique) ? Comment est-il consciemment construit, pour soi, dans des pratiques dotées d’une réflexivité plus ou moins forte, depuis l’expression, implicite ou non, d’une émotion (danse, chant, dessin…) jusqu’à de véritables narrations de soi ? Quels peuvent être les liens de ces discours entre eux (par exemple entre les autoportraits littéraires, musicaux ou iconographiques) et comment ces formes hétérogènes du discours sur soi peuvent-elles participer d’une identité narrative commune ? Quelle est, enfin, la place du scientifique dans ces sources qu’il suscite, qu’il construit, qu’il conserve (entretiens oraux, archives audiovisuelles…) ?

Ces questionnements, comme toute interrogation relative aux formes d’individuation, se heurtent cependant, in fine, à la tension qui oppose l’universalité de la conscience de soi et la diversité culturelle de ses formes d’expression. Pour ne céder ni à l’évolution historiciste vers une prétendue réalisation de l’individu, ni à l’enfermement culturaliste d’aires géographiques cloisonnées, cette journée d’étude mobilise une démarche comparative, connectée à une « histoire-monde », seule capable de faire émerger le « récit de soi » comme un outil heuristique, transdisciplinaire et transhistorique, permettant d’interroger les modes d’être potentiellement différenciés de la dignité humaine et de la constitution de l’acteur en sujet de son action.  

PROGRAMME 

jeudi 19 mai  –  La nécessité de se dire ?

9h15/13h – session 1 sous la présidence de Régis BERTRAND (telemme, mmsh)

Présentation des journées : Catherine ATLAN, Isabelle LUCIANI

Surgissements de soi : l’investissement narratif du quotidien

  • Anne BEROUJON (Université Pierre Mendès France, Grenoble 2, larhra) : « Les comptes débordés. Etude de livres manuscrits et de papiers du XVIIe siècle ».
  • Sylvie MOUYSSET (Université de Toulouse II-Le Mirail, laboratoire Framespa) : « Voilé / dévoilé : le secret dans les livres de raison français (XVe-XIXe siècle) ».
  • Manuel CHARPY (cermahva, Centre de Recherches sur les Mondes Anciens, l'Histoire des Villes et l'Alimentation, Université François-Rabelais) : « Objets et récits. Construction de soi et culture matérielle au XIXe siècle ».

Discussion

Retours sur soi : écritures autobiographiques et constructions identitaires

  • Philippe BOURMAUD (Université Jean-Moulin, Lyon 3, larhra) : « Accepter une contingence meurtrière : être au monde et narration de soi chez le médecin levantin Shaker al-Khoury (1842-1911) ».
  • Falestin NAILI (larhra) : « Les deux voix de Philip J. Baldensperger, apiculteur et orientaliste en Palestine ottomane ».

Discussion

14h/17h30 – session 2 sous la présidence de Maryline CRIVELLO (telemme, mmsh)

Soi-même face aux autres : historiens et récits de soi

  • Clarisse COULOMB (Université Pierre Mendès France, Grenoble 2, larhra) : « Histoires de vie, histoires de  villes ».
  • Sylvain VENAYRE (Université Paris I, Centre d’Histoire du XIXe siècle) : « L’ego-histoire : un genre impossible ».
  • Isabelle LACOUE-LABARTHE (IEP Toulouse, laboratoire Framespa) : « Genre et ego-histoire ».
  • Randi DEGUILHEM (cnrs, iremam-mmsh, Aix-en-Provence) : « Projection de soi : paroles filmées des Damascènes ».

Discussion

Vendredi 20 mai  –  Créations de soi  :  se dire au détour…

9h-12h30 – session 3 sous la présidence de Nicolas MICHEL (iremam, Université de Provence)

Itinérances, ou le soi voyageur

  • Hervé PENNEC (cnrs, cemaf-Aix, mmsh) : « Le récit de soi en dialogue. Récits de voyageurs et missionnaires en Ethiopie (XVIe-XVIIe siècles) ».
  • Cécile LEGUY (Université Paris-Descartes, canthel - Centre d’anthropologie culturelle) : « La relation mobilité/récit de soi en contexte subsaharien ».

Discussion

L’auteur face à lui-même

  • Jean-François COUROUAU (Université Toulouse II-Le Mirail, elire) : « Expression du moi autobiographique et poésie occitane (XVIe-XVIIe siècles) : les voies de l'expérience ».
  • Gille COUFFIGNAL (Université Toulouse II-Le Mirail, elire) : « Quand le poète parle de soi pour se défendre: aspects de l'Enfer de Marot et de la Responce de Ronsard ».
  • Catherine MASSON (Wellesley College, Massachusetts, Etats Unis) : « Littérature et quête autobiographique chez Michel Leiris ».

Discussion

14H -17h  – session 4 sous la présidence de Valérie PIETRI (CMMC, Nice)

« Se dire sans les mots » : sources et ressources non textuelles du récit de soi

  • Michelle BIANCHINI (Université Paul-Valéry, Montpellier 3, LLACS-Institut de Recherche et d’Etudes culturelles) : « L'artiste ‘matière de son œuvre’ : naissance et évolution de l'autoportrait à la Renaissance en Italie ».
  • Cédric LESEC (Université Paris Ouest-Nanterre la Défense et Fribourg, INHA- Institut national d'histoire de l'art) : « Présence in abstentia. L'atelier d'artiste comme autoportrait ».
  • Sarah ANDRIEU (cemaf-Aix) : « Se raconter sous le regard de l'autre. Récits de chorégraphes burkinabè contemporains ».

Discussion

Conclusions

Lieux

  • 5, rue du château de l'horloge (Maison méditerranéenne des sciences de l'homme)
    Aix-en-Provence, France

Dates

  • mardi 19 avril 2011
  • mercredi 20 avril 2011

Mots-clés

  • récit de soi, Individu/communauté, Europe/Méditerranée/Afrique, histoire connectée

Contacts

  • Isabelle Luciani
    courriel : isluciani [at] wanadoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Isabelle Luciani
    courriel : isluciani [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le récit de soi en questions : formes, espaces, temporalités », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 20 avril 2011, http://calenda.org/204096