AccueilLes espaces ludiques

Les espaces ludiques

Recreational spaces

Numéro spécial de la revue Géographie et cultures

Géographie et cultures journal special issue

*  *  *

Publié le mardi 26 avril 2011 par Karim Hammou

Résumé

Le numéro spécial « Les espaces ludiques » vise à poursuivre les efforts récents d'appropriation des jeux (jeux traditionnels, jeux vidéo, sports...) par les sciences sociales, en interrogeant leur dimension culturelle, à travers une question transversale : que nous disent les jeux et les modalités de leur pratique sur les groupes qui les adoptent, en particulier à travers les normes et représentations qu'ils véhiculent ?

Annonce

Il n’existe pas de géographie du (des) jeu(x) ni des pratiques ludiques. Pourtant, Caillois (1967) appelait, il y a un demi-siècle, à une « sociologie à partir des jeux », qui relevait tout autant de l’anthropologie ou de la géographie. Appel entendu par Geertz (1983), pour qui le combat de coqs a fait office d’élément-clef dans le cadre de son étude de la culture balinaise. Plus tard, la géographie des sports a notamment envisagé l’articulation entre sports et cultures. Ont ainsi été étudiées, par exemple, la pratique du rugby dans le Sud-Ouest de la France (Augustin et Garrigou, 1985) ou celle du base-ball aux États-Unis (Bale, 2003). Plus marginalement que les sports, les jeux de plateau ont aussi été mobilisés pour des analyses similaires (Bizet et Bussi, 1997 ; Borzakian, 2009).

Dans la lignée des traditions culturaliste et diffusionniste, anthropologues et historiens culturels ont, eux, vu les jeux comme des « traits culturels », interrogeant leur diffusion et la manière dont ils participent à délimiter des aires culturelles (Béart, 1967). Puis, la problématique de la mondialisation culturelle a mené à mobiliser les jeux comme exemples de processus d’acculturation ou réappropriation des pratiques (Appadurai, 2001 ; Singaravélou et Sorez, 2010), ou simplement au titre de manifestations objectives de la mondialisation (Gay, 2006 ; Augustin, 1996).

Méthodes et socles théoriques de ces recherches ne se rejoignent qu’à la marge et fortuitement. Cependant, certains de ces travaux dégagent la piste stimulante d’une correspondance entre les jeux et/ou les manières de les pratiquer et la culture des groupes les ayant inventés et/ou adoptés. J.-C. Gay (1997) relie ainsi le foisonnement de discontinuités spatiales caractéristique des sports modernes à la tendance tomogène des sociétés occidentales. Plus récemment, une approche géographique inédite des jeux vidéo (Rufat et Ter Minassian, 2010) a participé à creuser un peu plus ce sillon, en envisageant les jeux vidéo comme des systèmes spatiaux, soit en interrogeant les interactions entre trois échelles d’analyse : l’espace du jeu, l’espace de sa pratique et, enfin, la géographie de ses pratiquants.

Premièrement les règles et représentations spatiales à l’œuvre dans les jeux, deuxièmement les règlements officiels ou tacites déterminant les modalités de leur pratique – notamment spatiales – et, enfin, les conditions de diffusion de ces jeux et de leur adoption par tel et tel groupe humain, voilà trois pistes à explorer. Pour ce numéro spécial, les textes pourront donc, par exemple, mais non exclusivement, envisager les jeux suivant :

  • leur dimension matérielle : organisation du terrain, du plateau de jeu, des espaces réservés aux pratiques ou appropriés par les joueurs, de la distribution spatiale des pratiquants ;
  • leur dimension idéelle, symbolique : perception par les différents acteurs et groupes d’acteurs de l’espace de jeu, de la géographie des pratiquants, de leur signification, par exemple identitaire ;
  • l’articulation entre ces différents éléments : par exemple, si la perception des mécanismes et de l’origine d’un jeu empêche sa pratique au sein d’un groupe ou au contraire la favorise au sein d’un autre, ou encore génère un type de pratique nouveau chez un troisième…

Date limite d'envoi des articles: 31 octobre 2011

Les textes d'environ 35 000 signes, cartes et figures comprises, doivent être envoyés à Manouk Borzakian (manouk.borzakian@gmail.com) ou à revue.geographie.cultures@gmail.com.

Les normes typographiques de la revue sont jointes à cette annonce. 

Comité scientifique :

M. de Almeida Abreu (Rio de Janeiro), G. Andreotti (Trente), L. Bureau (Québec), B. Collignon (Paris I), G. Corna Pelligrini (Milan), N. Fakouhi (Téhéran), J.-C. Gay (Montpellier), M. Houssaye-Holzschuch (ENS Lyon), C. Huetz de Lemps (Pairs IV), J.-R. Pitte (Paris IV), J.-B. Racine (Lausanne), A. Serpa (Salvador de Bahia), O. Sevin (Paris IV), J.-F. Staszak (Genève), J.-R. Trochet (Paris IV), B. Werlen (Iéna).

Correspondants :

A. Albet (Espagne), A. Gilbert (Canada), D. Gilbert (Grande-Bretagne), J. amarre (Québec), B. Lévy (Suisse), J. Lossau (Allemagne), R. Lobato Corrêa (Brésil), Z. Rosendhal (Brésil).

Comité de rédaction :

J.-P. Augustin (Bordeaux III), N. Bernadie-Tahir (Limoges), A. Berque (EHESS), P. Claval (Paris IV), L. Dupont (Paris IV), V. Gélézeau (EHESS), I. Géneau de Lamarlière (Paris I), P. Gervais Lambony (Paris X), C. Ghorra-Gobin (CNRS), S. Guichard-Anguis (CNRS), C. Guiu (Nantes), C. Hancock (Paris XII), Y. Raibaud (Bordeaux III), F. Taglioni (La Réunion), S. Weber (Paris XII), S. Zeneidi (ADES-CNRS).

Dates

  • lundi 31 octobre 2011

Mots-clés

  • jeu, ludique, sport, culture, pratiques culturelles

Contacts

  • Manouk Borzakian
    courriel : manouk [dot] borzakian [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Manouk Borzakian
    courriel : manouk [dot] borzakian [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les espaces ludiques », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 26 avril 2011, http://calenda.org/204165