AccueilBanlieues. La sexualité au cœur du « problème » ?

Banlieues. La sexualité au cœur du « problème » ?

The suburbs. Is sexuality at the heart of the problem?

*  *  *

Publié le vendredi 29 avril 2011 par Karim Hammou

Résumé

Le numéro 7 de la revue Genre, sexualité & société (sortie prévue : printemps 2012) visera à rendre compte de travaux fondés empiriquement et à déconstruire la catégorie commune des « banlieues » associant, comme une évidence, un espace géographique à certaines populations, au moyen notamment de leur sexualisation. Il s’agira de sortir des représentations communes réduisant la sexualité à la domination masculine, les sexualités à l’hétérosexualité, les espaces des « banlieues » aux populations migrantes ou issues de migrations, les spécificités et les inégalités sociales à des différences culturelles et naturelles, les problématiques à des problèmes, le monde à la France…

Annonce

Depuis une dizaine d’années, la sexualité est devenue un thème privilégié pour raconter « les banlieues », pour nommer leurs innombrables problèmes et surtout « le problème » qu’elles ne cesseraient de poser au reste de la société. La déferlante médiatique des « tournantes » entre 2000 et 2003, le nom même du célèbre mouvement « Ni putes ni soumises » (2003), et une série infinie d’événements depuis lors (jusqu’au film La cité du mâle en 2010) ont nourri un récit quasi-constant, en arrière-fond des faits divers et des débats publics, « sexualisant » certains quartiers, c’est-à-dire en réalité certaines populations - appartenant aux classes populaires et majoritairement issues de l’immigration post-coloniale. La sexualisation du discours sur ces populations est à la croisée de répertoires idéologiques anciens : mobilisée de façon cyclique contre les hommes des « classes dangereuses » (Mucchielli, 2007), elle s’inscrit aussi dans l’histoire coloniale de la France (Taraud, 2003, 2008). Cette thématisation sexuelle résonne avec le contexte international qui fait des pays d’origine, réels ou imaginés, de ces populations, des ennemis dont le rapport supposé à la sexualité et à l’égalité entre les sexes est érigé comme l’indicateur par excellence d’un éternel « retard » civilisationnel par rapport à « l’Occident » (Abu Lughod, 2002). 

Le fait que, depuis une dizaine d’années, la sexualité soit ainsi au centre d’un récit récurrent sur les « banlieues » constituera un des objets du numéro 7 de Genre, sexualité & société. Il aura aussi pour ambition de montrer en quoi l’entrée par la sexualité et le genre est une entrée théorique et empirique pertinente pour analyser les relations sociales, dans le cas spécifique des banlieues populaires mais aussi dans d’autres quartiers péri-urbains : de plus en plus présente dans les recherches de terrain, elle révèle des réalités sociales et des explications longtemps ignorées par des recherches largement androcentrées.  

Son articulation avec d’autres problématiques anciennes (comme la dimension spatiale des classes sociales) ou plus récentes (comme la « race ») sera privilégiée : la problématisation de la sexualité sera utilisée comme un outil pour une meilleure compréhension du monde social, non comme un écho de son utilisation politique à des fins d’effacement des rapports sociaux. Plus généralement, ce numéro doit permettre de mettre au jour tout ce que la mise en problème sexuel des « banlieues » plonge dans l’ombre : les pratiques sexuelles réelles au-delà des représentations, les homosexualités que la confusion entre sexualité et domination masculine occulte presque totalement, la place de la sexualité dans d’autres types de lieux, ainsi que dans d’autres contextes nationaux que la France où les termes de l’opposition « banlieues »/reste-de-la-société se déclinent autrement.  

En définitive, ce numéro de Genre, sexualité & société visera à rendre compte de travaux fondés empiriquement et à déconstruire la catégorie commune des « banlieues » associant, comme une évidence, un espace géographique à certaines populations, au moyen notamment de leur sexualisation. Il s’agira de sortir des représentations communes réduisant la sexualité à la domination masculine, les sexualités à l’hétérosexualité, les espaces des « banlieues » aux populations migrantes ou issues de migrations, les spécificités et les inégalités sociales à des différences culturelles et naturelles, les problématiques à des problèmes, le monde à la France…  

Toute approche inédite de ces questions au travers du prisme de la sexualité et/ou du genre sera la bienvenue.

La date limite de rendu des déclarations d'intention est fixée au 15 juin 2011 (3 000 signes)

un retour sera fait début juillet pour un attendu des textes au 31 octobre 2011 (cf. règles de publications sur le site de la revue - http://gss.revues.org). Sortie prévue : printemps 2012. 

Les propositions de contribution sont à adresser à la coordinatrice du numéro : isabelle.clair@yahoo.fr et en copie à gss@revues.org

Dates

  • mercredi 15 juin 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • sexualité, genre, banlieue

Contacts

  • Isabelle Clair
    courriel : isabelle [dot] clair [at] yaho [dot] fr

Source de l'information

  • Isabelle Clair
    courriel : isabelle [dot] clair [at] yaho [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Banlieues. La sexualité au cœur du « problème » ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 29 avril 2011, http://calenda.org/204191