AccueilÉquité sociale et viabilité environnementale : le retour de la planification ?

Équité sociale et viabilité environnementale : le retour de la planification ?

Social Justice and Sustainability: Back to Planning?

Premières rencontres internationales de Reims en Sustainability Studies

The First “Rencontres internationales de Reims” on Sustainability Studies

*  *  *

Publié le jeudi 05 mai 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Faire coïncider viabilité environnementale et progression du bien-être de tous constitue un des enjeux majeurs du développement durable. Cet enjeu prend un relief particulier, dans la perspective de Rio+20, prochaine conférence des Nations-Unies sur l’environnement et le développement qui se tiendra en 2012. Dans ce contexte, il importe de refonder les pratiques de planification. Répondre à la question récurrente des mécanismes de coordination nécessaires, qu’il s’agisse de l’échelle locale, régionale, nationale ou internationale, est essentiel. C’est pourquoi, le thème de ces Rencontres est « équité sociale et viabilité environnementale : le retour de la planification ? » Ces premières rencontres marquent le lancement d’une plate-forme de recherche en Sustainability Science à Reims.

Annonce

Présentation

Faire coïncider viabilité environnementale et progression du bien-être de tous constitue un des enjeux ma­jeurs du développement durable. S’il y a des obligations vis-à-vis des générations futures, il y a aussi des obligations vis-à-vis des générations actuelles nous dit Amartya Sen.

Cet enjeu prend un relief particulier, dans la perspective de 2012, année charnière marquée par une double échéance : celle de la nouvelle conférence des Nations-Unies sur l’environnement et le développement à Rio, 20 ans après 1992, et celle de la reconnaissance formelle par la Commission Internationale Stratigraphique que nous vivons bien dans une nouvelle ère, l’anthropocène. La responsabilité grandissante des sociétés humaines, non seulement vis-à-vis de la planète mais aussi de leur avenir, est ainsi soulignée.

Il est essentiel de traduire cette responsabilité en instruments de gouvernance pour mettre en œuvre des politiques réellement durables. En effet, la légitime montée des préoccupations environnementales entraîne une montée en puissance de solutions techniques et de dispositifs réglementaires ; réponses aux défis environnementaux qui peuvent nuire à l’équité sociale et spatiale ou à renforcer les inégalités d’accès qui existent déjà.

Pour penser cette gouvernance, il importe de refonder les pratiques de planification. En effet, les arbitrages et les décisions doivent s’inscrire dans la construction d’un projet démocratique de long terme et saisi simultanément dans ses dimensions sociale, environnementale et spatiale. Or, depuis la fin des années quatre-vingts, la planification a quasiment disparu de l’action publique sous l’action combinée d’une montée des individualismes, de la pression de l’urgence et de la recherche de rentabilité sociale, politique et économique à courte échéance. Par ailleurs la fin de la guerre froide a donné naissance à des univers plus incertains où les prévisions sont difficiles Il est vrai que la planification, normative et fondée sur des outils d’analyse archaïques, a engendré nombre d’effets pervers à l’origine de ses échecs. Toutefois, si elle n’est plus “à la mode”, elle survit déguisée en une proto-planification qui ne dit pas son nom : aux échelles locale, régionale et nationale (Agendas 21, Plans Climat); à l’échelon international (Framework Programs européens — nous en sommes au septième! — ou Sustainable Development Strategies).

Il est possible, aujourd’hui, de penser un nouveau type de planification qui tienne compte simultanément de l’équité sociale et de la viabilité environnementale en s’appuyant sur des outils et des notions tels que :

  • les systèmes adaptatifs Hommes-Environnements (HES) au coeur des sciences de la durabilité (sustainability science) ;
  • les procédures participatives de co-construction de la décision politique ;
  • les nouveaux modèles informationnels intégrant l’incertitude.

La question récurrente des mécanismes de coordination nécessaires, qu’il s’agisse de l’échelle locale, ré­gionale, nationale ou internationale, est centrale ici. Il s’agit de traiter les processus de prise de décision à partir des interrogations suivantes : Qui décide des arbitrages nécessaires et des procédures de planification ? Quelles méthodes de contrôle et de validation sont possibles ? Ces questions sont sont incontournables pour construire une théorie de la durabilité et la mettre en œuvre.

Ces premières rencontres marquent le lancement d’un point focal européen de la Sustainability science à Reims. La Sustainability science —difficilement traduisible, sinon maladroitement en “Sciences de la durabilité”— forme un champ disciplinaire émergent (http://m.pnas.org/content/104/6/1737). Sa naissance formelle date de la conférence mondiale d’Amsterdam Challenges of a Changing Earth en 2001. Elle tente d’éclairer la mise en œuvre du développement durable. Cela suppose une approche multiscalaire —temporelle, spatiale et fonctionnelle— ainsi que la prise en compte des équilibres dynamiques, non seulement économiques, physico-chimiques ou biologiques mais aussi entre des acteurs et des sociétés aux intérêts parfois divergents. Elle correspond à une recherche centrée sur “l’usage” (use-inspired research) qui part du postulat que les grandes avancées théoriques, quel que soit le domaine, ont été faites au cours de recherches appliquées aux besoins concrets des sociétés humaines. Il s’agit donc d’une recherche à la fois “fondamentale” et “appliquée”.

Ce point focal européen sera un lieu de construction théorique initiant des programmes de recherche qui privilégient les interfaces entre disciplines. Il organisera tous les ans un intensif workshop thématique rassemblant l’ensemble des partenaires.

Programme complet

Mercredi 22 Juin

9h30 : Accueil autour d’un café.

10h00 : Ouverture - François Mancebo (Professeur, Université de Reims, Coordinateur du point focal en Sustainablity science)

Conférences inaugurales de la première journée :

10h30 : L’entrée dans l’anthropocène : le double défi du changement climatique et de la pauvreté - Ignacy Sachs (EHESS, Professeur honoraire)

11h30 : Linking knowledge with action for a sustainability transition: The challenge to planning - William Clark (Harvard University, Directeur du Sustainability Science Program, Harvey Brooks Professor of International Science)

12h30 : Pause déjeuner

Première session :

14h30 : La ressource territoriale durable : redistribution ou «hold up» - Bernard Pecqueur (Université de Grenoble, Directeur de l’UMR PACTE Territoires)

15h15 : Risques environnementaux, équité et développement territorial durable : quels enjeux dans le contexte des changements climatiques - Isabelle Maret (Université de Montréal, Professeure agrégée)

16h00 : La mobilité douce : équité, sécurité, durabilité - Paul Lewis (Université de Montréal, Directeur de l’École d’architecture et de paysage).

16h45 : Normation, Regulation And Sustainable Planning: An International Relations Perspective - Jon-Marco Church (Harvard University, Ruffolo Fellow in Sustainability Science)

Intervention de nos soutiens et partenaires :

17h30 : Combiner équité sociale et durabilité dans une entreprises industrielle et de services environnementaux : Suez Environnement - Thomas Perianu (Directeur Développement durable à Suez-Environnement)

18h15 : Fostering Equity and Societal Progress: UNITAR’s E-learning Program - Babar Kamal (Manager à l’United Nations Institute for Training and Research (UNITAR))

Jeudi 23 Juin

10h00 : Accueil autour d’un café

Conférences inaugurales de la seconde journée :

10h30 : Reinventing Globalization: National Development Strategies and International Collective Action - Deepak Nayyar (Jawaharlal Nehru University, Professor of Economics, Honorary Fellow du Balliol College, Oxford)

11h30 : Renouveler la panification du développement: la prééminence nécessaire des choix politique - Christian Comeliau (Institut Universitaire d’Etudes du Développement de Genève, Professeur Honoraire)

12h30 : Pause déjeuner

Seconde session :

14h30 : Strategic Environmental Assessment: a Planning Tool for Sustainability - Emilio Labre La Rovere (Universidade Federal do Rio de Janeiro, Directeur du LIMA (Laboratório Interdisciplinar de Meio Ambiente).

15h15 : Démocratie économique: les défis de la gestion - Ladislau Dowbor (Pontifícia Universidade de São Paulo, Professeur d’économie)

16h00 : Le temps et le marché : une relecture des 30 dernières années d’histoire de l’économie de l’environnement et de l’économie du climat - Jean-Charles Hourcade (CIRED (directeur), Directeur de recherche CNRS)

16h45 : Synthèse des rencontres et lancement du point focal - François Mancebo

17h30 : Clôture de la seconde journée

Lieux

  • 57 rue Pierre Taittinger (Fac de Lettres - amphithéâtre recherche)
    Reims, France

Dates

  • mercredi 22 juin 2011
  • jeudi 23 juin 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • développement durable, sustainability science, sustainability studies, Rio, équité sociale, équité intergénérationelle

Contacts

  • Sébastien Piantoni
    courriel : sebastien [dot] piantoni [at] univ-reims [dot] fr

Source de l'information

  • François Mancebo
    courriel : francois [dot] mancebo [at] univ-reims [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Équité sociale et viabilité environnementale : le retour de la planification ? », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 05 mai 2011, http://calenda.org/204227