AccueilL’expérience de la répression dans la construction de la Résistance

L’expérience de la répression dans la construction de la Résistance

The experience of repression in the construction of the Resistance

Répression et résistance 2

Repression and resistance 2

*  *  *

Publié le vendredi 06 mai 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Le Centre d’histoire et de recherches sur la Résistance (CH2R) organise deux journées d’études sur le thème « Répression et Résistance ». La première journée, « les représentations de la Résistance par les acteurs de la répression », a eu lieu le 4 janvier 2011 à l’Université de Rennes 2. La seconde se déroulera le mercredi 8 juin 2011 à Dijon dans le cadre du PRES associant les universités de Bourgogne et de Franche-Comté. Elle portera sur « l’expérience de la répression dans la construction de la Résistance ».

Annonce

Répression et Résistance 2 : « L’expérience de la répression dans la construction de la Résistance»

Journée d’études du CH2R, Université de Bourgogne (Dijon), mercredi 8 juin 2011

Responsables scientifiques :

Julien BLANC (docteur en histoire, ATER à l’IEP de Lyon), Cécile VAST (docteur en histoire, Université de Franche-Comté), Jean VIGREUX (professeur, université de Franche-Comté)

Co-organisateurs :

Centre Georges Chevrier (UMR 5605-CNRS, université de Bourgogne), Association des Amis du Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon, Laboratoire des sciences historiques (EA 2273, université de Franche-Comté).

Présentation

Le Centre d’histoire et de recherches sur la Résistance (CH2R) organise deux journées d’études sur le thème « Répression et Résistance ». La première journée, « Les représentations de la Résistance par les acteurs de la répression », a eu lieu le 4 janvier 2011 à l’Université de Rennes 2. La seconde se déroulera le mercredi 8 juin 2011 à Dijon dans le cadre du PRES associant les universités de Bourgogne et de Franche-Comté. Elle portera sur « L’expérience de la répression dans la construction de la Résistance ».

Le point de vue retenu est à la fois différent et complémentaire de celui de la première journée, puisqu’il s’agira cette fois de se situer du côté de la Résistance et de ses acteurs. La répression, qu’elle soit exercée par les occupants ou par les services de Vichy, constitue en effet une composante essentielle de l’identité de la Résistance. Elle a nourri dès la clandestinité un imaginaire puissant. En intégrant les variations de la chronologie et la diversité des situations géographiques, on s’efforcera de revenir notamment sur le poids de la répression dans la construction et la structuration de la Résistance (en quoi la répression modifie-t-elle les comportements des résistants, les conditions de la clandestinité et les modalités de leur combat ?), sur la répression comme expérience singulière, comme horizon d’attente et comme vécu, sur ce qu’il advient des résistants après leur arrestation puis en prison dans leur rapport à la Résistance.

Déroulement et contenu des interventions

Les communications, limitées à vingt minutes chacune, proposeront une synthèse centrée sur la problématique des conséquences de la répression sur la construction de la Résistance, en termes d’organisation et / ou en termes d’identité.

Ces interventions seront suivies d’une table-ronde thématique et préparée à l’avance permettant de confronter les points de vue et les arguments. La discussion pourra notamment éclaircir les points suivants :

  1. Poids et conséquences de la répression sur le fonctionnement des organisations de résistance (arrestations, démantèlement, adaptation, cloisonnement et hiérarchie des services, mise en place de solidarités, etc.)
  2. L’expérience de la répression comme marqueur identitaire de la Résistance, la répression dans le légendaire résistant (expérience de la prison, martyrologe, horizon d’attente, rapport à la mort, etc.)

Programme

09h45 Accueil et introduction : Serge Wolikow

Modération et conclusions : Julien Blanc, Cécile Vast, Jean Vigreux

Matinée : S’organiser face à la répression

10h10-10h30 : Sébastien Albertelli : « La répression et l’organisation de la Résistance : un point de vue londonien »

Questions, discussion (10 minutes)

10h40-11h00 : Catherine Astol-Lacour : « Répression et solidarités résistantes : le cas des femmes du Nord »

Questions, discussion (10 minutes)

11h15-11h30 : Pause

11h30-11h50 : Steffen Prauser : « La répression dans la structuration de la Résistance dans l’Italie occupée (1943-1945) »

Questions, discussion (10 minutes)

12h30-13h30 : Déjeuner

Après-midi : La répression, marqueur identitaire de la Résistance

13h45-14h05 : Emmanuel Debruyne : « Du souvenir de la répression allemande de 1914-1918 à l’engagement résistant de 1940-1944 : le cas belge »

Questions, discussion (10 minutes)

14h15-14h35 : Johanna Barasz : « Le rôle de la répression dans les métamorphoses des vichysto-résistants »

Questions, discussion (10 minutes)

14h45-15h10 : Jean-Pierre Besse et Thomas Pouty : « Les fusillés, des martyrs de la Résistance ? Construction identitaire du héros (1940-1944) »

Questions, discussion (10 minutes)

15h20-15h30 : Pause

15h30-16h30 : Table-ronde, débats

16h30-16h50 : Conclusions

Lieux

  • Université de Bourgogne
    Dijon, France

Dates

  • mercredi 08 juin 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Centre d'histoire et de recherches sur la Résistance, Centre Georges Chevrier, Occupation allemande en Belgique, France, Italie (1940-1944), Résistance, répression

Contacts

  • Cécile Vast
    courriel : cecile [dot] vast [at] univ-fcomte [dot] fr
  • Jean Vigreux
    courriel : jean [dot] vigreux [at] u-bourgogne [dot] fr

Source de l'information

  • Cécile Vast
    courriel : cecile [dot] vast [at] univ-fcomte [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’expérience de la répression dans la construction de la Résistance », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 06 mai 2011, http://calenda.org/204241