AccueilÉcole thématique « espaces, expériences et politiques du sonore », Soundspace

École thématique « espaces, expériences et politiques du sonore », Soundspace

Soundspace school, "Places, experiences and policies of sound"

*  *  *

Publié le jeudi 12 mai 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Dans la continuité de l’école thématique « Images et sons dans l’étude des rapports à l’espace (ISERE) », le laboratoire ESO (Espaces et sociétés, UMR 6590), en collaboration avec les laboratoires CRESSON et CERMA (Ambiances architecturales et urbaines UMR 1563), ARIAS (Atelier de recherche sur l’intermédialité et les arts du spectacle, UMR 7172), IDEMEC/MUCEM (Institut d’éthnologie méditerranéenne, européenne et comparative, UMR 6591), le bureau d’études « Euphonia » et le bureau de recherches « Aménités », organisent du 4 au 8 juillet 2011 une nouvelle rencontre interdisciplinaire autour de l’utilisation des sons dans l’étude des rapports à l’espace. Cette école, portée par le CNRS, s’inscrit dans un mouvement récent de prise en compte du son en sciences humaines et sociales.

Annonce

 

Si les sciences sociales ont longtemps été marquées par un « oubli sonore », il semble aujourd’hui que le développement des approches par le corps et le sensible (ambiances), mais aussi l’essor des préoccupations environnementales et des aménités territoriales (environnement sonore), la multiplication des processus de patrimonialisation et des approches écologiques et esthétiques des espaces (paysages sonores) ou encore les approches critiques de la domination du visuel dans l’écriture de l’histoire et en particulier l’histoire des arts dits « du spectacle », contribuent à un nouvel intérêt pour la dimension qualitative des sons en sciences sociales.

Par ailleurs, la vulgarisation des techniques d’enregistrement et de manipulation des sons encourage les chercheurs à s’emparer de nouveaux outils pour la collecte et/ou la restitution de leur travail, diversifiant ainsi les approches du terrain et les techniques d’enquêtes. D’une manière générale, l’essor des techniques de captation a engendré une multiplication des initiatives de collecte, mais aussi d’inventaire, de classification, de repérage et de (re)localisation de sons, considérés comme des témoins de paysages sonores exemplaires. Grâce au numérique, au perfectionnement des logiciels de traitement sonore et à la vulgarisation des usages de la cartographie, des pratiques phonographiques se multiplient, tant dans le domaine de la recherche que dans celui de la valorisation patrimoniale.

Cette école thématique entend par conséquent offrir les outils épistémologiques, théoriques et techniques de la collecte, de l’analyse et de la restitution de matériaux sonores dans le cadre d’études sur les rapports à l’espace et/ou la caractérisation d’espaces sonores spécifiques (ambiances, paysages, créations audio, acoustiques des salles et des lieux théâtraux). Elle apportera aux participants des éléments analytiques et critiques leur permettant de comprendre les transformations des rapports entre sons et sociétés, et de travailler en partenariat avec les acteurs du territoire sur les processus de mobilisation sociale, d’aménagement et de gouvernance du sonore. 

Présentation de la formation

La formation est ouverte aux chercheurs (doctorants et chercheurs confirmés) intéressés par la dimension sonore dans le cadre de leurs projets. Elle accueille également des acteurs culturels et des artistes, ainsi que des donneurs d’ordre territoriaux, travaillant les liens entre les espaces, territoires et sons. Elle est construite comme un moment de d’échanges et de savoir-faire. Chaque participant s’engage à participer pleinement au déroulement de l’école sur les quatre jours, à être acteur de sa formation. L’école thématique est composée de conférences, de workshops, d’ateliers collectifs, de sorties de terrain et de rencontres avec des acteurs culturels ou de l’aménagement. L’école met à disposition des participants du matériel d’enregistrement (enregistreurs numériques portables, matériel stéréophonique B-Format - 4 canaux) ainsi qu’une salle équipée permettant une restitution sonore spatialisée pour l’ensemble d’un auditoire (Wave Field Synthesis).

La formation se structure en quatre grands ateliers (workshops) permettant d’aborder le sonore à différents niveaux et étapes de la recherche (le sonore comme objet d’étude ou en complément à diverses analyses). Les participants s’inscrivent dans l’un des quatre ateliers qu’ils suivront tout au long du séjour.  

  • Une introduction générale et collective offrira une réflexion sur la construction sociale et politique du « sonore », par une analyse de ses définitions (son/bruit/musique), de ses représentations et de ses législations. Elle proposera également une analyse épistémologique des usages du son dans l’enquête en sciences sociales (contextualité des regards et finalités) et une réflexion sur l’ « acoustic turn » en sciences humaines.  
  • Le premier workshop portera sur les différents outils théoriques et techniques de collecte, d’analyse et de restitution des sons dans le cadre d’études sur la caractérisation d’espaces sonores (environnement, ambiances et paysages sonores). Il initiera les chercheurs aux techniques d’enregistrement et d’analyse sonores.
  • Le second workshop « Perceptions et sociabilités » construira une réflexion sur les perceptions, les pratiques, les représentations et les modes d’écoute. Il offrira une formation sur les techniques d’enquêtes spécifiques à l’étude des expériences sonores : promenades sonores, parcours commentés, entretiens sur écoute réactivée, enquêtes « phono-réputationnelles », cartes mentales sonores, analyse de contenu par approches multidimensionnelles. Il proposera aux participants d’explorer de nouvelles approches qualitatives du terrain, en posant l’écoute du sonore comme pratique d’observation et comme moteur d’un questionnement sur les relations identités/territoires.
  • Le troisième workshop portera sur les mises en sens et les mises en scènes des sons. Il montrera la diversité des formes de productions sonores conçues à des fins scientifiques ou artistiques (création sonore, reportage radiophonique, cylindres et disques de théâtre, archives sonores etc.) et formera aux outils informatiques de manipulation des fichiers audio. A partir de retours d’expériences, il construira une réflexion sur l’usage des archives sonores par les chercheurs, sur l’utilisation des sons dans le cadre de projets de développement local, de vulgarisation scientifique et/ou de démarches participatives.
  • Le quatrième workshop portera sur l’articulation entre le sonore et le politique. Les politiques traitant des questions sonores se sont construites selon deux grands axes : une approche technico-normative contre le bruit aux échelles de la réglementation nationale et supranationale, et une approche architecturale et sociologique, consistant à prendre en compte des aspects plus qualitatifs des paysages et ambiances sonores à l'échelle de projets d'urbanisme. Cette répartition historique, encore très étanche, ne permet pas toujours aux premières de se territorialiser, et aux secondes de faire montre de leur généralité. Leurs référentiels d'action mériteraient d'être plus directement confrontés et croisés, en vue notamment d'ouvrir normes et outils à des approches plus qualitatives. Ici, l'habitant, ses compétences, savoirs et aspirations politiques, constitue une pierre de touche dans ce dessein. Entre référentiel, expertise et habitant, cet atelier souhaite, à partir de cas de conflits et de politiques territoriales, retisser quelques liens entre sons et politique.

Ces 4 ateliers seront complétés par une réflexion transversale autour de différentes thématiques, abordées lors des restitutions collectives en soirée :

  • L’artiste comme révélateur des potentialités du sonore dans le paysage urbain ou créateur de modes d’écoute spécifiques
  • La norme dans sa diversité disciplinaire (civile, scientifique, artistique) comme « modération » de l’impact du sonore dans notre vécu quotidien
  • La place des savoirs et de l’expertise dans la territorialisation de l’action pour l’aménagement sonore de notre environnement

Cette formation est pluridisciplinaire. Elle concerne les disciplines de l’espace habité ‑ géographie, urbanisme, psychologie de l’environnement, architecture ‑, mais aussi celles qui, avec le tournant spatial, en sont venues à faire de l’espace et des lieux l’une des conditions de l’existence humaine et sociale, telles que la sociologie, la sociolinguistique, les arts du spectacle, l’histoire ou l’anthropologie. Par ailleurs, les interactions entre sciences sociales et disciplines artistiques sont fortement encouragées. 

Dates 

Du lundi 4 juillet à 17h au vendredi 8 juillet 2011 à 13h

Lundi 4 juillet : arrivée des participants à partir de 15h30. Ouverture de l’école à 17h.

Vendredi 8 juillet : Fin des ateliers à 13h et déjeuner. 

 Inscriptions

 A qui s’adresse cette école thématique ?

La formation est ouverte aux chercheurs (doctorants et chercheurs confirmés) intéressés par la dimension sonore dans le cadre de leurs projets. Elle accueille également des acteurs culturels et des artistes travaillant les liens entre les espaces, territoires et sons. Elle est construite comme un moment de d’échanges et de savoir-faire. Chaque participant s’engage à participer pleinement au déroulement de l’école sur les quatre jours.

Cette formation est pluridisciplinaire. Elle concerne les disciplines de l’espace habité ‑ géographie, urbanisme, psychologie de l’environnement, architecture ‑, mais aussi celles qui, avec le tournant spatial, en sont venues à faire de l’espace et des lieux l’une des conditions de l’existence humaine et sociale, telles que la sociologie, la sociolinguistique, les arts du spectacle, l’histoire ou l’anthropologie.

Que comprend l’inscription ?   

Les frais d’inscription comprennent :

  • L’hébergement en chambre simple à la station biologique de Roscoff (29), du lundi 4 juillet au vendredi 8 juillet 2011 (4 nuitées).
  • Les repas (dîner du lundi 4 juillet, petit-déjeuner, déjeuner et dîner des 5, 6 et 7 juillet, dont un dîner dans une crêperie de Roscoff, petit-déjeuner et déjeuner du vendredi 8 juillet).
  • La mise à disposition de matériel d’enregistrement
  • La formation (ateliers, conférences et ateliers collectifs, sortie de terrain pour le workshop 3).

Tarifs :

  • Membres du comité scientifique, organisateurs et intervenants invités par le comité scientifique : Pas de frais d’inscription. Prise en charge par l’école thématique.
  • Membres de laboratoires partenaires (doctorants, chercheurs et enseignants-chercheurs) : Pas de frais d’inscription. Prise en charge par l’école thématique. 
  • Personnel CNRS (chercheurs, ingénieurs de recherche, Post-doc, doctorants) : Pas de frais d’inscription. Prise en charge par l’école thématique.
  • Enseignant-chercheur et chercheurs titulaires (hors laboratoires partenaires), professionnels de la culture, artistes : 299 euros TTC.
  • Doctorants de la Région Bretagne : Pas de frais d’inscription. Prise en charge par l’école thématique.
  • Doctorant hors Bretagne et hors laboratoire partenaire : 108 euros TTC.

Dates d’inscription :

L’inscription se fait en trois étapes :

  1. La préinscription sur le site AZUR colloque est nécessaire à toute candidature. Elle se fait en ligne du 22 avril au 25 mai. 
    http://dr17.azur-colloque.cnrs.fr/pre-inscription.php?colloque=31 
  2. Les personnes pré inscrites doivent envoyer un résumé de leurs travaux de recherche, un CV d’une page et la fiche d’inscription (voir ci-dessous) au comité scientifique avant le 25 mai 2011 (Claire.Guiu@univ-nantes.fr). Elles seront informées de leur acception à l’école le mercredi 1 juin au plus tard. 
  3. L’inscription définitive, après acceptation de la candidature par le comité scientifique, se fait sur le site AZUR colloque à partir du jeudi 2 juin jusqu’au lundi 20 juin. Elle engage le paiement de la totalité des frais d’inscription. Le paiement se fait soit par carte de crédit soit par virement. La carte Corporate du CNRS est acceptée (mais pas la carte achat). A partir du lundi 20 juin, aucun remboursement ne sera effectué. 
    http://dr17.azur-colloque.cnrs.fr/pre-inscription.php?colloque=31

Contacts 

Pour informations logistiques : Sébastien Briand (sebastien.briand@univ-rennes2.fr)

Pour l’organisation scientifique : Claire Guiu (Claire.Guiu@univ-nantes.fr) et Philippe Woloszyn (philippe.woloszyn@univ-rennes2.fr)

Lieux

  • Place Georges Teissier (station biologique du CNRS)
    Roscoff, France

Dates

  • mercredi 25 mai 2011

Mots-clés

  • Sons, sciences humaines et sociales, ambiances, approche qualitative, techniques d’enquêtes, espace sonore, paysage sonore, pratiques, représentations

Contacts

  • Claire GUIU
    courriel : Claire [dot] Guiu [at] univ-nantes [dot] fr
  • Philippe Woloszyn
    courriel : it-go2010 [at] territorial-intelligence [dot] eu

Source de l'information

  • Claire GUIU
    courriel : Claire [dot] Guiu [at] univ-nantes [dot] fr

Pour citer cette annonce

« École thématique « espaces, expériences et politiques du sonore », Soundspace », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 12 mai 2011, http://calenda.org/204332