AccueilEntre commandes institutionnelles, demandes « sociales » et exigences scientifiques

*  *  *

Publié le lundi 16 mai 2011 par Karim Hammou

Résumé

Le numéro 8 de la revue TransFormations-Recherches en éducation des adultes paraîtra au début de l’année 2013. Il est coordonné par Mehdi Boudjaoui (université Lille 1), Thomas Dumet (université Lille 1) et François Guillemette (université du Québec à Trois-Rivières). Il a pour thème la rencontre entre commande institutionnelle ou demande dite « sociale » et exigences scientifiques.

Annonce

Le huitième numéro de la revue TransFormations-Recherches en éducation des adultes paraîtra au début de l’année 2013. Il est coordonné par Mehdi Boudjaoui (université Lille 1), Thomas Dumet (université Lille 1) et François Guillemette (université du Québec à Trois-Rivières). Il a pour thème la rencontre entre commande institutionnelle ou demande dite « sociale » et exigences scientifiques. Le texte qui suit a pour ambition de donner une unité et une identité à ce numéro.

La recherche en sciences humaines et sociales s’inscrit dans une relation ambivalente entre d’une part, la commande institutionnelle et/ou la demande portée notamment par l’actualité médiatique et politique, et d’autre part, les attentes de la communauté scientifique. Cette ambivalence réside dans la coexistence de deux dynamiques potentiellement antagonistes. En effet, alors que certaines recherches peuvent, par exemple, insister sur l’importance d’opérer une distanciation avec l’objet de recherche pour entrer dans une démarche scientifique, d’autres peuvent insister sur la nécessité d’articuler les recherches en sciences humaines et sociales à la demande ou à la commande. D’un côté, la distanciation s’opère par exemple au travers de la rupture avec les prénotions (Durkheim, 1937, p. 31) ou autres catégories des rhétoriques médiatiques et politiques. En tant que telle, la distanciation de la commande ou de la demande est mise en avant comme le gage d’une certaine scientificité. De l’autre côté, la demande et la commande peuvent être considérées comme des conditions sine qua non de la production de savoirs scientifiques. De plus, ce sont elles qui permettent aux recherches menées d’être éventuellement « actionnables » (Argyris & Schön, 2002) lorsque la demande ou la commande s’approprie les résultats de la recherche. Sans céder à la tentation d’un manichéisme trop formel, il convient d’apprécier qu’aucune recherche ne peut échapper à ces deux points d’ancrage de la recherche, celui des attentes académiques et celui des attentes « extra-académiques ». Ainsi, quelle que soit l’orientation donnée à une recherche – production de savoirs et/ou transformation des pratiques –, cette dernière aura à se situer entre validité académique et pertinence hors de la communauté universitaire.

Au regard de ce qui précède, les recherches menées sont donc potentiellement soumises à une tension ou une contradiction entre légitimité scientifique et utilité « sociale » des savoirs produits par la recherche en sciences humaines et sociales. Cet état de fait a déjà fait l’objet d’un certain nombre de publications. Il est, en outre, particulièrement prégnant pour les recherches en formation des adultes qui, par leurs objets, s’attachent à des questions d’emploi et d’organisation du travail, de chômage et de production, d’insertion professionnelle et personnelle, etc., autant de thèmes qui, à l’heure actuelle, constituent des objets médiatiques, politiques ou institutionnels. Plus largement, cette réalité touche les sciences de l’éducation dans leur ensemble et se profile lorsqu’il s’agit de rendre compte de leur constitution récente comme champ disciplinaire, en séparant, d’une manière ou d’une autre, les sciences de l’éducation des pratiques pédagogiques mais aussi en associant ce projet scientifique - observation et analyse de faits et de phénomènes éducatifs - à la compréhension et à l’accompagnement de pratiques « sociales » (Ardoino, 2000, p.259 ; Hofstetter & Schneuwly, 2001, pp. 14-15 ; Mialaret, 2006, pp. 251-269).

La relation entretenue par une recherche avec une demande ou une commande, l’existence même d’éventuelles tensions ou contradictions entre légitimité académique et utilité hors de l’université peuvent être décelées au travers des nombreux « petits » choix de la recherche. Elles passent, par exemple, par le choix (ou l’imposition) du thème de recherche, la construction institutionnelle ou académique de l’objet de recherche au travers des catégories utilisées, les présupposés implicites sous-jacents aux questions posées, la déclinaison méthodologique choisie et les modalités d’analyses mises en œuvre. A contrario de discours trop généraux, l’objet du numéro de la revue consiste donc à faire état, au travers de recherches achevées ou en cours, des arbitrages réalisées sur ces différents plans. Ce retour réflexif sur les choix d’une recherche concrète doit permettre de montrer comment les auteurs de la recherche ont, de manière plus ou moins consciente et réfléchie, orienté leur recherche entre commande et demande d’une part et principes académiques d’autre part. Il s’agira notamment d’insister :

  • sur les incidences des différents arbitrages sur les connaissances produites,

  • d’en déduire d’éventuelles conclusions pour des recherches ultérieures,

  • et d’en tirer les conséquences sur le projet même de développement des connaissances autour de la formation des adultes.

Calendrier :

Les propositions de contribution devront nous parvenir avant le 15 septembre 2011

(pas de limitation du nombre de caractères). Elles seront envoyées à anne.dourlens@univ-lille1.fr et à thomas.dumet@univ-lille1.fr en mentionnant clairement transformationnumero8 dans la rubrique « sujet » de votre messagerie.

Les textes entiers devront parvenir à la revue avant le 15 mars 2012 au secrétariat de la revue à Anne Dourlens à l’adresse suivante : cueep-revue-transformations@univ-lille1.fr

La parution du numéro est prévue pour décembre 2012.

Comité scientifique

  • Albert ARBOS – Université de Barcelone (E)
  • Thierry ARDOUIN – Université de Rouen
  • Martine BEAUVAIS – Université de Lille 1
  • Fabienne BERTON – CNAM de Paris
  • Rachel BESLILLE – Université de Sherbroooke (Ca)
  • Mehdi BOUDJAOUI – Université de Lille 1
  • Carmen CAVACO – Université de Lisbone (P)
  • Dominique DELACHE – Université de Lille 1
  • Jean-Noël DEMOL – université de Lille 1
  • Noël DENOYEL – Université de Tours
  • Bertrand DAUNAY – Université de Lille 3
  • Daniel FAULX – Université de Liège (Be)
  • Christian GERARD – Université de Nantes
  • Agathe HAUDIQUET – Université de Lille 1
  • Moktar KADDOURI – CNAM de Paris
  • Reiner KELLER – Université de Koblentz (D)
  • Hugues LENOIR – Université de Paris 10
  • Thérèse LEVENE – Université de Lille 1
  • Frédérique LERBET-SERINI – Université de Pau
  • Malik MEBARKI – Université de Lille 1
  • France MERHAN – Université de Genève (Ch)
  • Christophe NIEWIADOMSKI – Université de Lille 3
  • Anne-Catherine OUDART – Université de Lille 1
  • Pierre PAILLE – Université de Sherbrooke (Ca)
  • Jean-Marc PILON – Université du Québec (Ca)
  • Patricia REMOUSSENARD – Université de Lille 3
  • Pascal ROQUET – Université de Montpellier
  • Marie-Renée VERSPIEREN – Université de Lille 1

Catégories

Dates

  • jeudi 15 septembre 2011

Mots-clés

  • formation, formation des adultes, recherche scientifique

Contacts

  • Thomas Dumet
    courriel : thomas [dot] dumet [at] univ-lille1 [dot] fr

Source de l'information

  • Anne Dourlens
    courriel : anne [dot] dourlens [at] univ-lille1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Entre commandes institutionnelles, demandes « sociales » et exigences scientifiques », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 16 mai 2011, http://calenda.org/204368