AccueilLe Mexique dans les migrations internationales. Mises en perspective méditerranéennes

Le Mexique dans les migrations internationales. Mises en perspective méditerranéennes

Mexico in international migrations. Mediterranean perspectives

Appel à communication pour posters scientifiques

Call for contributions

*  *  *

Publié le lundi 16 mai 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

« le Mexique dans les migrations internationales, mises en perspective méditerranéennes », Marseille, Hôtel de région, 17-19 octobre 2011. Ce colloque est inscrit au sein d’une quinzaine mexicaine, organisée à Aix-en-Provence et Marseille du 15 au 30 octobre 2011, qui articule différents événements scientifiques et culturels consacrés au Mexique. Il est coorganisé par le Centre d’études mexicaines et centraméricaines de Mexico (CEMCA), le Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST), l'Institut de recherche pour le développement (IRD), la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d'Aix-en-Provence, via le réseau MIMED (Lieux et territoires des migrations en Méditerranée XIXe-XXe siècle, qui regroupe des équipes de recherches de quatre UMR – TELEMME, LAMES, IREMAM, IDEMEC), la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, avec le partenariat de l'Université de Provence, du CNRS, et de l’Institut des Amériques (IDA).

Annonce

Appel à communication pour posters. Colloque international : "Le Mexique dans les migrations internationales, mises en perspective méditerranéennes", Marseille, Hôtel de région, 17 - 19 octobre 2011.

Présentation

Le Cadre

Les migrations internationales sont l’un des enjeux fondamentaux, tout à la fois politiques, sociaux, économiques, culturels, du monde contemporain. La circulation accrue des personnes renvoie tant aux formes complexes de globalisation des mondes du travail, aux profondes inégalités de développement au sein desquels ces mouvements s’inscrivent, qu’aux formes de transnationalisation des familles, des liens, des cultures, que les flux génèrent.

En même temps que les migrations s’accroissent (plus de 200 millions de migrants internationaux dans le monde contemporain) et se diversifient (elles se féminisent, touchent diverses générations, des enfants aux grands-parents, concernent toutes les régions de l’oecumène...), les sociétés tout à la fois s’enrichissent en devenant plus cosmopolites, et s’interrogent sur la gestion et les implications de ces flux. En témoignent les nombreuses marques de crispations identitaires observées dans différents espaces d’immigration (en Europe ou aux Etats-Unis), les débats sur les fermetures des frontières, l’érection de murs et la restriction des circulations de personnes, engagées au prix de nombreuses vies humaines. En témoignent aussi les enjeux fondamentaux liés au modes de développement des pays d’origine des migrants, et les réflexions sur la construction d’un co-développement.

Le Mexique, à l’honneur dans ce colloque, est tout à la fois un très grand pays de départ, de transit, et d’arrivée dans la migration internationale. A la porte des Etats-Unis, il a vécu depuis la fixation de sa frontière nord au milieu du XIX. Siècle des vagues d’émigration continuelles, rythmées par les évolutions des conjonctures économiques, politiques ou juridiques des deux côtés de la frontière. Ces mouvements ont contribué à des processus de transnationalisation puissants, des échanges et des transformations culturelles tant au Mexique qu’aux Etats-Unis (« en Mexamérique »). L’ampleur de la migration a favorisé l’émergence d’une réflexion précoce sur le lien migration / développement, l’utilisation des remises ayant donné lieu à des programmes publics novateurs de soutien à leur investissement productif (les fameux « tres por uno »). La militarisation de la frontière, ses modes de contrôle et de contournement, le dynamisme de l’économie –formelle et informelle- qu’elle génère, en font un espace emblématique des ruptures et des passages nord / sud.

En même temps, sa position d’interface a converti le Mexique en un espace de transit vers le nord, tout en devenant un pays d’immigration pour ses voisins du sud(notamment centraméricains).

Nous souhaitons dans ce colloque partir de ces grands enjeux de société soulevés par le Mexique dans les migrations internationales, et des très nombreuses et importantes recherches menées dans les Amériques sur cette thématique, pour les mettre en perspective dans l’espace méditerranéen. Construit sur des dynamiques migratoires pluriséculaires, recomposées à l’ère coloniale puis post-coloniale, le bassin méditerranéen est axe de circulation, voie de passage mais aussi frontière, d’autant plus accrue à l’heure de la construction d’une Europe engagée dans une politique de sécurisation de ses frontières externes. De part et d’autre de ce qui a aussi à voir avec un Rio Grande euro-africain, aux flux sud / nord se juxtaposent de nouvelles dynamiques, telles celles des anciens pays d’émigration devenus d’immigration, tant sur la rive nord (Espagne, Grèce) que sur la rive sud (Maghreb connaissant une forte immigration d’Afrique subsaharienne) ou orientale (par exemple migrations africaines en Egypte, Israël, Liban). Les inégalités à différentes échelles, les dynamiques économiques d’interdépendance, les enjeux d’éducation et de formation, les regroupements familiaux comme les séparations, alimentent les circulations des hommes, des femmes, des jeunes. Les cosmopolitismes se renouvellent, les cultures transnationales se consolident, en même temps que les enjeux identitaires et sécuritaires se font politiquement plus violents, souvent au mépris des droits de l’homme, comme la crise migratoire actuelle issue des révolutions maghrébines de l’hiver dernier nous le rappelle brutalement.

Marseille, ville carrefour, porte du sud emblématique de cette rive nord-méditerranéenne, est ainsi un lieu signifiant pour discuter ces enjeux migratoires et poursuivre une mise en perspective qui s’inscrit dans le cadre d’une démarche de décloisonnement des aires culturelles et repose sur le pari de la fécondité d’un dialogue transdisciplinaire, au delà même de la sphère académique.

L’accueil de l’événement par l’hôtel de Région et le soutien de la Région PACA à cette initiative permettent à ce colloque scientifique de rencontrer la société civile et politique, et d’initier des discussions portées par l’organisation des tables rondes, mais aussi de dialoguer avec le monde culturel et artistique, grâce aux manifestations musicales, poétiques, et aux expositions qui accompagnent les rencontres scientifiques.

Cette inclusion d’autres domaines, artistique notamment, dans un colloque scientifique, ne va pas de soi mais répond pourtant à un souci de cohérence et d’ouverture : cohérence thématique autour de la notion de « migration » envisagée sous différents angles et par différents media ; ouverture du colloque scientifique à un public plus large et moins spécialiste par le biais d’expositions et d’écritures poétiques[1]. L’organisation d’une exposition de posters scientifiques est aussi l’occasion de travailler sur la diffusion visuelle du travail de recherches, et participe de la volonté d’intégrer activement les jeunes chercheurs à ce projet.

Le colloque est organisé en grandes thématiques, six d’entre elles faisant l’objet de sessions dans lesquelles les conférences engagent un dialogue scientifique entre espace mexicain et régions méditerranéennes, deux d’entre elles étant des tables rondes engageant un débat entre chercheurs et représentants de la société civile, associative, politique.

Partant de la perspective historique des vagues migratoires, du contexte de la globalisation économique et de la persistance des frontières (axes 1, 2 et 3), le colloque mettra ensuite en débat la question des droits de l’homme et des clandestinités, puis celle du développement et du co-développement (tables rondes des axes 4 et 5). Nous proposons ensuite une réflexion sur les enjeux éducatifs des migrations, la diversité des formes de construction de cultures transnationales (axes 6 et 7), pour clore sur l’évolution des mémoires migrantes et de leurs reconstructions quand les identités sont reformulées (axe 8).

  • Axe 1 : Vagues migratoires, perspectives historiques.
  • Axe 2 : Travail et migration dans la globalisation
  • Axe 3 : Murs, frontières, traversées
  • Axe 4 : Table ronde : Migrants, droits de l’homme, clandestinités
  • Axe 5 : Table ronde : Migrations, développement et co-développement
  • Axe 6 : Education, savoirs et migrations.
  • Axe 7 : Cultures transnationales
  • Axe 8 : Mémoires migrantes

LES POSTERS

Le colloque donnera lieu à une exposition de posters réalisés par de jeunes chercheurs, de niveau master ou doctorat, qui pourront ainsi présenter leurs recherches et assister aux rencontres. Les auteurs de poster seront bien sûr exemptés des frais d’inscription.

Le hall de l’Hôtel de Région sera consacré durant les trois jours à cette exposition qui se conclura par la remise d’un prix symbolique du meilleur poster. Les pauses aménagées dans le colloque entre les temps de parole seront des temps pendant lesquels les auteurs des posters pourront présenter leur travail. Ces derniers, sélectionnés par le comité scientifique, devront correspondre à l’un des axes de la manifestation énoncés ci-dessus et répondre aux normes précisées

Contenu des propositions :

  • Langue des propositions : français, espagnol ou anglais.
  • Le nom, la discipline, l’institution de rattachement de(s) l’auteur(s)
  • Le titre du poster et l’axe thématique choisi (il y en a 8)
  • Le texte de présentation du poster en 1500 caractères maximum (espaces compris), au format Times New Roman 12, interligne 1.5

LES NORMES DE CONTRUCTION DES POSTERS ET Informations complémentaires :

  • En format A0
  • Un maximum absolu de 4700 signes espaces compris, et toute zone de texte incluse, et 8 images de qualité supérieure à 180 dpi dans de bonnes dimensions pour les cartes en particulier, tout texte sur l'image doit être clairement lisible.
  • Privilégier une diversité d'images : photos, graphiques, cartes, et autres documents, et de préférence en couleur.
  • Toute figure doit comporter : un titre ; un champ de sources indique les crédits et source des figures ; une bibliographie succincte.
  • Les posters devront par la suite être envoyés à une adresse postale qui vous sera précisée ultérieurement.
  • La réalisation et l’envoi postal seront à la charge des auteurs.

Les propositions devront être envoyées en format PDF à l’adresse : colloque.mexique.paca@gmail.com

avant le 30 juillet 2011

COMITE ORGANISATEUR :

  • Delphine Mercier (CEMCA-UMIFRE N°16, Mexico)
  • Virginie Baby-Collin (Université de Provence, TELEMMe)
  • Jean Baptiste Meyer, chercheur IRD
  • Jocelyne Martinière – Responsable Colloque LEST-UMR 6123
  • Laurence Massé – Secrétaire Générale du LEST-UMR 6123
  • Marie Carmen Macias – Chercheur CEMCA –UMIFRE N°16
  • Joelle Caramella – Région PACA (communication logistique)
  • Pascale Bonnin Cariou – Région PACA (enseignement supérieur recherche)
  • Carine Navarro – Région PACA (protocole)
  • Amira Khellaf – Université de Provence, Service des relations internationales.
  • Assaf Dahdah – Doctorant Université de Provence, TELEMMe UMR 6570
  • Laurence Pillant – Doctorante Université de Provence – TELEMMe UMR 6570
  • Delphine Prunier – Doctorante Université Paris VII – CEMCA
  • Céline Jacquin – Doctorante Université Paris Est – CEMCA
  • Rodolfo Avila (CEMCA-UMIFRE N°16, Mexico) – Graphisme
  • Carmen Martinez – Secrétaire Générale du CEMCA-UMIFRE N°16

COMITE SCIENTIFIQUE :

  • Delphine Mercier (CEMCA-UMIFRE N°16, Mexico)
  • Virginie Baby-Collin (Université de Provence, Telemme, MIMED)
  • Victor Zuniga (Université de Monterrey)
  • Jorge Durand (Université de Guadalajara)
  • Jean-Baptiste Meyer (IRD-LPED)
  • Ariel Mendez (Université de la Méditerranée, LEST-UMR 6123)
  • Marie Carmen Macias (CEMCA-UMIFRE N°16, Mexico)
  • Cédric Parizot (MMSH-IREMAM)

[1]Ces rencontres entre culture et sciences sociales, tout comme ce dialogue entre Amérique latine et Méditerranée, ont été initiés à Aix en Provence lors du premier colloque « Sud à Sud, Rencontres latino-américaines en Méditerranée », en 2006, déjà soutenu par la Région PACA (publiés sous le titre Sud à Sud, dynamiques sociales et spatiales, Amérique latine / Méditerranée, Baby-Collin V., Mercier D. (dir.), 2008, Aix en Provence, Presses de l’Université de Provence, coll. Mondes contemporains, 314 p.)

Lieux

  • 27 place Jules-Guesde (Hôtel de Région)
    Marseille, France

Dates

  • samedi 30 juillet 2011

Mots-clés

  • Migrations internationales, Mexique, Méditerranée, globalisation, transnationalisme, frontières, développement, mémoires, travail, éducation

Source de l'information

  • Assaf Dahdah
    courriel : dahdahassaf [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le Mexique dans les migrations internationales. Mises en perspective méditerranéennes », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 16 mai 2011, http://calenda.org/204384