AccueilTravail, migrations et souveraineté des États

Travail, migrations et souveraineté des États

Labour, Migrations And Sovereignty

*  *  *

Publié le vendredi 20 mai 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Le colloque portera sur la construction transnationale des politiques de migration et de travail. À travers ces objets, il s’agira d’étudier la dialectique entre échanges internationaux – d’idées, de personnes et de biens – et dynamiques d’appropriation nationales voire locales. Les réflexions de ces journées, alliant histoire sociale et relations internationales, concerneront notamment le statut des populations et des immigrants, la dialectique entre les droits sociaux des nationaux et ceux des étrangers, l’interaction entre politique sociale et politique économique, ou encore le rôle des organismes internationaux entendus au sens large, jusqu’à l’Union Européenne.

Annonce

Travail, Migrations, Souveraineté des États. Histoire sociale et relations internationales

Lieu : Sciences Po, 13, rue de l’Université, 75007 Paris (salle J210)

Colloque international organisé par Thomas Cayet et Paul-André Rosental avec le soutien du Centre d’études européennes et du Centre d’histoire de Sciences Po, de l’INED (UR11), du Centre de Recherches Historiques (CNRS-UMR 8558), de l’IDHE-Paris VIII (CNRS-8533) et du groupe de recherche ESOPP. Programme SAB de la Direction scientifique de Sciences Po.

PRESENTATION DU COLLOQUE:  

Le colloque portera sur la construction transnationale des politiques de migration et de travail. À travers ces objets, il s’agira d’étudier la dialectique entre échanges internationaux – d’idées, de personnes et de biens – et dynamiques d’appropriation nationales voire locales.

La première question posée sera d’ordre disciplinaire : déterminer comment mettre en relation deux domaines souvent disjoints dans la pratique historique, l’histoire sociale d’une part, saisie ici à travers deux objets centraux, et l’histoire des relations internationales d’autre part. Mesurer l’importance de phénomènes transnationaux dans la construction des sociétés contemporaines impose en effet à la fois de dépasser une conception trop « intérieure » des politiques socio-économiques, et de prendre au sérieux les formes prises par l’administration des relations interétatiques. Cette approche inclut également le rôle des organisations internationales et de la « diplomatie de l’expertise », qui est un de leurs modes d’action privilégiés.

Une deuxième interrogation porte sur la notion même d’État. Davantage que sur une remise en cause de la centralité des États comme acteurs de l’histoire contemporaine, l’étude de leurs échanges  invite à réfléchir sur la diversité, toute historique, de leurs modes d’action. Les interactions entre États achoppent en effet souvent sur leurs manières différentielles de gérer la subsidiarité (responsabilité plus ou moins grande conférée aux entités politiques locales) ou d’administrer leurs relations avec les entreprises et les institutions issues de la société civile : l’observation de ces interactions internationales agit du même coup comme un miroir grossissant des modes d’organisation nationale. Une même disparité est à l’œuvre dans la façon dont chaque État s’insère dans la « société internationale ». Dans tous les cas, les engagements interétatiques, qu’ils prennent la forme de traités bilatéraux ou de conventions internationales, interrogent la conception de la souveraineté en tant que principe absolu.

Ce sont ces deux questions transversales qui guideront les réflexions de ces journées, qu’elles concernent le statut des populations et notamment des immigrants, la dialectique entre les droits sociaux des nationaux et ceux des étrangers, l’interaction entre politique sociale et politique économique, ou encore le rôle des organismes internationaux entendus au sens large, jusqu’à l’Union Européenne.

PROGRAMME DU COLLOQUE:  

Jeudi 26 Mai 2011  

9H30 Accueil café

9H45 Présentation du colloque

10H-13H Séance 1 : Négociations internationales et statuts des populations

  • Président : Bruno Karsenti, EHESS-GSPM
  • Discutant : Nicolas Delalande, Sciences Po-Centre d’histoire
  • Philippe Rygiel, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire sociale du XXe siècle
    L’Institut de Droit international et la régulation transnationale des migrations internationales.
  • Roberto Zaugg, Université de Bâle, Historisches Seminar
    Au-delà du binôme État/étranger. La condition des migrants dans l'ancien régime entre diplomatie et pratiques judiciaires. Le cas de Naples dans une perspective comparée.  
  • Daniela L. Caglioti, Università di Napoli Federico II-Freiburg Institute for Advanced Studies
    Expelling the aliens in time of war: International law and sovereignty in 19th-century conflicts.

14H30-17H30 Séance 2 : Du national au global, comment appréhender la définition et la régulation de marchés du travail ?

  • Présidente : Laura Lee Downs, EHESS-CRH
  • Discutant : Martin Lengwiler,  Université de Bâle, Historisches Seminar
  • Paul-André Rosental,  Sciences Po, INED, ESOPP
    Marché du travail et souveraineté étatique à l’épreuve des droits sociaux des migrants.
  • Stéphanie Leu, EHESS-ESOPP, Université de Berne
    Du chantage à la cogestion : Deux États face aux défis quotidiens de l'échange de population (France/ Suisse, mi XIXe - 1939).
  • Malgorzata Radomska,  Sciences Po-Centre d’études européennes
    Evaluation of Polish-German convention on seasonal migrant workers from 1927: negotiations, ratification and efficiency.

Vendredi 27 mai 

9H-12H Séance 3 : Mobilité et régulation internationales des « populations vulnérables »

  • Président : Christian Lequesne, Sciences Po-CERI
  • Discutante : Madeleine Herren,  Université d’Heidelberg, ZEGK, Historisches Seminar
  • Caroline Douki, Université Paris VIII-IDHE, ESOPP
    Régulations internationales du transport maritime des migrants, des années 1910 à la fin des années 1930.
  • Chloé Froissart, Université Rennes 2-ERIMIT, CRAPE
    Les ONG au service des travailleurs migrants et l'introduction du droit international du travail en Chine.
  • Christoph Rass, Université d’Osnabrück, Institute for Migration Research and Intercultural Studies (IMIS)
    Bilateral treaties and the regulation of international labor migration.

13H-16H Séance 4 : De la "société internationale" à la construction européenne, le rôle des institutions internationales dans l'élaboration des politiques sociales

  • Président : Renaud Dehousse, Sciences Po-Centre d’études européennes
  • Discutante : Patricia Clavin,  Université d’Oxford, Jesus College
  • Thomas Cayet, Sciences Po-Centre d’études européennes, ESOPP
    De l'OIT à la CECA, les fondements d'une politique de main d'œuvre ?
  • Lorenzo Mechi, Université de Padoue, Département des études internationales
    La dimension sociale de la construction européenne : un instrument de progrès ou de conservation ?
  • Matthieu Leimgruber, Université de Genève, Institut d'histoire économique Paul Bairoch
    Priming the "social security time-bomb". International organizations and the politics of demographic ageing during the early 1980.

16H30 : Discussion de conclusion 
Introduction : Julia Moses, Université d’Oxford, Brasenose College

Lieux

  • 13 rue de l'Université (Sciences Po, salle J 210)
    Paris, France

Dates

  • jeudi 26 mai 2011
  • vendredi 27 mai 2011

Mots-clés

  • Travail, migrations, souveraineté, histoire sociale, relations internationales, organisations internationales, transnational

Contacts

  • Thomas Cayet
    courriel : thomas [dot] cayet [at] sciences-po [dot] fr

Source de l'information

  • Thomas Cayet
    courriel : thomas [dot] cayet [at] sciences-po [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Travail, migrations et souveraineté des États », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 20 mai 2011, http://calenda.org/204426