AccueilTransparence et confiance dans la perception des risques par le consommateur

Transparence et confiance dans la perception des risques par le consommateur

Transparency and confidence in the perception of risk by the consumer

Revue Temps Modernes

Temps Modernes journal

*  *  *

Publié le mardi 14 juin 2011 par Karim Hammou

Résumé

La problématique du consommateur et sa défiance à l’égard des marques nationales doivent être intégrées à une approche globale du consommateur qui est aussi un citoyen. La prospérité et le bien-être des consommateurs sont des valeurs essentielles de notre société et font partie intégrante de la législation. Cette édition vise à instaurer une meilleure coordination des efforts et des actions menées, à examiner les outils et moyens à même d’assurer un meilleur environnement pour le consommateur et à inciter au lancement d’actions de sensibilisation, d’information, d’éducation et de formation du consommateur au niveau local, régional et national vu que l'évolution, l'ouverture des marchés et la complexité des produits placent le consommateur face à de nouveaux défis.

Annonce

APPEL A CONTRIBUTIONS – REVUE TEMPS MODERNES

Date limite : 31 juillet 2011 

La Revue « Temps Modernes »  cherche des contributions pour son premier numéro qui a pour thème : Communication et Protection des droits du consommateur

Présente au Maroc, la revue « Temps Modernes » a pour ambition de renforcer la dynamique, nécessaire dans le domaine de la recherche et de l´enseignement, entre pratiques et réflexions. La revue « Temps Modernes » constitue  un observatoire des sujets d’actualité en communication. C’est aussi  un instrument d´action précieux, dans l´espace universitaire, en faveur du développement de la recherche. Elle s´adresse à un public diversifié  (étudiants, professeurs, chercheurs, formateurs et responsables de politique de communication).

Assumant une approche résolument interdisciplinaire, la revue Temps Modernes, publiée deux fois par an, vise à construire son rôle d'une voie ouverte sur les différentes pratiques et réflexions autour de la communication telle qu'elle est vécue dans l’entreprise, enseignée aux universités et pratiquée par les professionnels. Dans ce premier numéro, nous avons l'intention de proposer un espace de réflexion sur la défense des intérêts des consommateurs.  

La date limite pour l'envoi des articles est le 30 Juin 2011. Selon le protocole de rédaction, ils seront évalués de façon anonyme par deux membres compétents du comité de lecture, puis par le comité de rédaction. Veuillez envoyer vos articles à l'adresse suivante :  antempsmodernes@gmail.com

Argumentaire

Les évolutions de l'environnement économique aujourd'hui sont patentes. Autrefois, l'activité économique était essentiellement tournée vers la fabrication des produits et structurée par des règles héritées de la révolution industrielle avec une demande supérieure à l'offre.

L'économie actuelle est davantage caractérisée par la globalisation des activités et des entreprises ; l'accélération et la transmission des informations ; l'hyper - concurrence entre les entreprises ; une évolution sans cesse améliorée par la technologie qui modifie radicalement l'activité dans de nombreux secteurs ; et principalement d'une offre nettement supérieure à la demande, donnant alors un pouvoir accru aux consommateurs.

On assiste ainsi à une concurrence beaucoup plus renforcée par l'ouverture des marchés nationaux. Et de ce fait, le renouvellement ou développement des produits de plus en plus différenciés est devenu indispensable pour les entreprises, en raison de l'évolution des habitudes de consommation et des initiatives de la concurrence. Cependant, l'existence des multiples marques sur le marché suite à la forte différenciation des produits constitue pour les entreprises innovantes une prise de risque compte tenu de l'incertitude de l'environnement et donc du marché. En effet, les consommateurs sont devenus beaucoup plus informés, cultivés, avisés et sélectifs face aux différentes alternatives qui se présentent à eux.

De nombreux consommateurs ne s’inscrivent pas dans un rejet global de la consommation. Pour preuve, la demande intérieure porte depuis de longues années la croissance économique et la moindre éclaircie économique se traduit ipso facto dans une montée de la consommation. En revanche, il est certain qu’aujourd’hui les consommateurs veulent consommer autrement.

Dans la société hyper matérialiste qui est la nôtre, les individus peinent à trouver leur place, l’acte d’achat participe aussi de l’identité de l’individu. La consommation devient alors un des rares moyens de s’exprimer, même si l’identité d’un individu ne saurait se réduire à ce seul acte d’achat.

Il s’agit d’apporter un regard distancié sur le réel et astucieusement compléter une démarche uniquement axée sur les sciences humaines ou le marketing. 

Il est clair que cette prise d’autonomie du consommateur à l’égard des enseignes et des marques s’enracine dans une hyper modernité caractérisée, entre autres choses, par une individualisation extrême des attitudes, des comportements et des systèmes de valeurs.  

La problématique du consommateur et sa défiance à l’égard des marques nationales doivent bien évidemment être intégrées à une approche globale du consommateur qui est aussi un citoyen. La remise en cause des anciennes valeurs qui structuraient naguère le « vivre ensemble » a ouvert une fabuleuse boîte de Pandore. Si elle a généré une formidable libération, frayant la voie à une créativité illimitée, elle a tout autant suscité une angoisse et une défiance généralisées.

Au qualificatif de consommateur «volage », fluide, où critique. En effet, il est avéré que le consommateur ne cède plus aussi facilement que naguère aux sirènes de la publicité ou du marketing. Pour qu’une marque puisse s’attacher une frange de consommateurs, elle doit parler vrai, sans forfanterie ni faux-semblants, sans flagornerie et en mettant l’accent sur la valeur d’usage du produit ou du service. Les marques doivent redonner confiance, c’est-à-dire ne pas mentir à un consommateur désormais informé et critique. Ce n’est plus au consommateur d’acheter une marque, c’est à la marque de séduire le consommateur. 

Le choix des consommateurs devient complexe surtout que la théorie du comportement des consommateurs fondée sur la notion d'utilité reste d'une portée pratique limitée. Dans une perspective concrète, il est intéressant de savoir pourquoi certains consommateurs préfèrent un produit de marque A et d'autres un produit de marque B, en quoi la modification d'un produit peut améliorer ses ventes ou quelles sont les conséquences de l'apparition d'un nouveau produit concurrent ?

Constatant ainsi les diverses options qui s’offrent aux consommateurs dans leurs prises de décision quant au choix entre produits différenciés, c'est ainsi que nous avons voulu avoir un éclaircissement sur le comportement des consommateurs sur le marché notamment par le concours des différentes questions: 

  • Quels sont les facteurs qui expliquent le choix des consommateurs ?
  • Existe-t-il un système de rétention (fidélisation) des consommateurs par rapport à une marque ?
  • Existe-t-il un dispositif juridique pour la défense des consommateurs ?

Aussi invitons-nous les auteurs à aborder les questions suivantes, qui ne sont cependant pas exclusives d’autres possibles, concernant :

  • Protection des droits du consommateur ;
  • Nouveaux comportements des consommateurs ;
  • Transparence dans la relation consommateur – Fournisseur ;
  • Difficultés spécifiques chez le consommateur;
  • Réflexions déontologiques sur la relation consommateur – Fournisseur ;
  • Problématique du consommateur et sa défiance à l’égard des marques nationales ;
  • Dimensions psychologiques de la consommation, et l’enracinement de la confiance dans des processus individuels et collectifs ;
  • Facteurs personnels, sociaux et culturels qui pèsent sur la perception que les consommateurs peuvent avoir de la communication par les industriels des efforts entrepris pour améliorer la sécurité dans l’acte de consommation ;
  • Connaître les exigences du consommateur, répondre à ses attentes et développer une relation de confiance avec lui.

À cette liste non exhaustive de pistes de recherche, nous pouvons ajouter quelques interrogations susceptibles de nourrir cette réflexion sur des thématiques basées sur des enquêtes. Pour cela, nous pouvons nous appuyer sur certaines idées et hypothèses élaborées par des chercheurs en sciences humaines et sociales.  

Mots-clés : Consommateur – Droits des consommateurs - Confiance - Psychologie du consommateur - Qualité perçue – Communication. 

Consignes aux auteurs d’articles pour « Les Temps Modernes »

Les consignes ont un caractère normatif et contraignant. Elles ont pour fonction d’harmoniser la présentation des textes de manière à fournir un document de travail propre aux évaluateurs et à l’équipe de publication.

Articles

Les articles soumis doivent être inédits, et précédés d’un résumé en français (6 lignes au maximum) et de mots-clés (8 au maximum) en français et en anglais ou en arabe et en français.

Présentation des textes

  • La revue accepte des textes rédigés en français, en anglais ou en arabe.
  • La longueur des textes est de 35'000 caractères au maximum soit environ 5'000 mots (espaces, coordonnées, titres et références bibliographiques incluses). Les annexes, en nombre raisonnable, sont en sus.
  • Les textes sont présentés en caractère Times ou Times New Roman 12 points ; à interligne 1,5 ligne ; justifié ;
  • Le titre de l’article doit être informatif et concis (de 3 à 8 mots significatifs).
  • Ordonnance des éléments
  • Les noms et prénoms des auteurs, leurs activités, l’organisation dans laquelle ils exercent leurs adresses professionnelles et leurs courriels.
  • Le titre de l’article doit être informatif et concis (de 3 à 8 mots significatifs).
  • Le résumé (150 mots au maximum) en français puis en anglais ou en arabe puis en français qui définit l’objet et précise les objectifs de l’article, la méthode utilisée et les résultats obtenus ou les conclusions dégagées
  • 5 à 8 mots-clés
  • Le texte avec les sous-titres (3 niveaux de titre au maximum)

Indications particulières

  • Aucun mot n’est indiqué en caractères gras ou souligné.
  • Aucun texte ne doit être rédigé en majuscules.
  • Les citations sont insérées dans le texte sans disposition particulière en utilisant des guillemets (chevrons).
  • L’italique est réservé à l’identification des titres des livres, revues et journaux, aux mots étrangers, aux mots et expressions qui servent d’exemple dans le texte.
  • Les guillemets (chevrons), en sus, sont utilisés pour les titres de chapitre de livres, les expressions mises en évidence, la signification d’un mot ou d’une expression ou de mots étrangers.
  • Les signes de ponctuation ne sont pas précédés d’un espace.

Notes

  • Les notes ont pour fonction de fournir des précisions à propos d’un élément du texte qu’il serait trop lourd d’introduire dans le texte lui-même.
  • Les notes doivent être réduites au strict nécessaire.
  • Elles sont présentées par ordre numérique, placées en bas de page et signalées par des chiffres en surélevés (sans parenthèses).
  • L’appel de note doit suivre le mot, avant toute ponctuation.
  • Dans le corps du texte, figureront des renvois à la bibliographie par le biais du nom de l’auteur et de l’année, éventuellement complétés du numéro de page précis. Ex. : (Smith, 2007, p. 22).
  • Références bibliographiques
  • Elles sont présentées à la suite de chaque contribution. Les ouvrages auxquels il n’est pas fait référence dans le texte ne peuvent figurer en bibliographie.
  • Les références à un ouvrage cité dans le texte ne doivent pas figurer en note en bas de page.

Pour les monographies

  • NOM P. (année). Titre : compléments au titre. Lieu : Éditeur.
  • BARON G.-L. & BRUILLARD É. (1996). L’informatique et ses usagers dans l’éducation. Paris : PUF.

Articles

  • NOM P. (année). « Titre de l’article ». Titre du périodique, tome ou volume, n°, pages.
  • BRU M. (2002). « Pratiques enseignantes : des recherches à conforter et à développer ». Revue française de pédagogie, n° 138,

Périodique

  • Titre du périodique, année, tomaison ou volume, n° : « Titre du fascicule », coordonné par P.
  • Nom.
  • Revue de métaphysique et de morale, 1994, vol. 99, n°1 : « La médiation italienne ». p. 63-71.

Documents électroniques

  • Les références aux documents électroniques s’inspirent des schémas présentés ci-dessus selon qu’il s’agit d’une monographie ou d’un article. En lieu et place de «l’adresse bibliographique» (Lieu : édition), on indique la mention « Disponible sur internet », l’adresse électronique précise (et complète) pour y accéder et, entre parenthèses, la date de dernière consultation du document.
  • ROBILLARD J. (2004). « Ontologies : antinomies, contradictions et autres difficultés épistémologiques du concept ». Sticef, 2004, 11. Disponible sur internet à l’adresse : http://sticef.univlemans.fr/num/vol2004/robillard-05/sticef_2004_robillard_05.htm (consulté le 13 avril 2005).

Composition du comité scientifique

  • M.BOUZIDI Professeur universitaire, Doyen de la faculté polydisciplinaire de Khouribga, Université HASSAN I Settat Maroc
  • M.TYBIAOUI Professeur universitaire, Vice Doyen de la faculté polydisciplinaire de Khouribga, Université HASSAN I Settat Maroc
  • M. TEBAA Professeur de l'enseignement supérieur, Université HASSAN II  Casablanca  Maroc
  • M. ABOU ELJAOUAD Professeur de l'enseignement supérieur, Université HASSAN II  Casablanca  Maroc
  • M.BENSRIGHE Professeur de l'enseignement supérieur, Université HASSAN I  Settat  Maroc
  • M.MAJDI Professeur de l'enseignement universitaire habilité, faculté polydisciplinaire de Khouribga, Université HASSAN I Settat Maroc
  • M.SAID YOUSSEF professeur de l'enseignement supétieur, ENCG, Université HASSAN II Casablanca Maroc
  • M.BENABID Professeur de l'enseignement supérieur, Université MOHAMED I  Oujda  Maroc
  • M.TABIT Professeur de l'enseignement supérieur habilité, Université HASSAN II  Casablanca  Maroc
  • M.ATTOUCH Professeur de l'enseignement supérieur habilité, Université Moulay ISMAIL  Meknes  Maroc
  • M.BOUAYAD Professeur de l'enseignement supérieu faculté polydisciplinaire de Khouribga , Université HASSAN I  Settat  Maroc

Lieux

  • 4 Boulevard Bahmad
    Casablanca, Maroc

Dates

  • dimanche 31 juillet 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • consommateur, droits des consommateurs, confiance, psychologie du consommateur, qualité perçue, communication

Contacts

  • Nabil Bouayd
    courriel : antempsmodernes [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Nabil Bouayad
    courriel : antempsmodernes [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Transparence et confiance dans la perception des risques par le consommateur », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 14 juin 2011, http://calenda.org/204644