AccueilGens du livre et gens de lettres à la Renaissance : savants, traducteurs, imprimeurs, colporteurs, voyageurs

Gens du livre et gens de lettres à la Renaissance : savants, traducteurs, imprimeurs, colporteurs, voyageurs

Book people and literary figures in the Renaissance: scholars, translators, printers, pedlars and travellers

Passeurs de textes II. LIVe Colloque International d'Etudes Humanistes

*  *  *

Publié le mercredi 22 juin 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Le LIVe Colloque International d'Études Humanistes aura lieu cette année du 27 juin au 1er juillet 2011. Dans le prolongement de la réflexion engagée lors d'un colloque précédent, consacré en mars 2009 aux « passeurs de textes » que furent imprimeurs et libraires à l'âge de l'humanisme, ce nouveau volet se propose d'élargir l'enquête à un spectre plus large, qui comprendra non seulement les imprimeurs et libraires, mais également les voyageurs et les colporteurs, les savants, les philologues et les traducteurs. Tous ces acteurs du livre partagent le geste commun du « passeur », qui met à disposition du public, parfois à grands frais et à grands risques, un texte susceptible de participer à la culture renouvelée qui s'élabore alors. Le colloque sera décliné en demi-journées thématiques, et la dernière journée sera dédiée à Claude Garamont, qui fait l'objet cette année d'une célébration nationale, et à la typographie.

Annonce

Présentation

Un « passeur » a pour mission de faire franchir un obstacle, de transporter, de façon plus ou moins licite ou clandestine, quelqu’un ou quelque chose – en l’occurrence un texte, nécessairement incarné dans une matérialité, celle que lui donne en particulier le livre, manuscrit ou imprimé. Dans la mesure où, à la Renaissance, c’est par les textes que circulent et se transmettent les nouveaux savoirs, qu’ils soient issus de découvertes empiriques (Nouveau Monde notamment) ou de la redécouverte des textes antiques, il peut être fructueux de revenir sur les questions suivantes : comment et sous quelle forme ces textes ont-ils circulé ? Comment ont-ils pu franchir les frontières géographiques, mais aussi les barrières linguistiques ou mentales ? Quels itinéraires ont-ils empruntés et quel a été leur impact sur le public européen ? Quels ont été les acteurs, les transmetteurs, les passeurs de ces textes divers ? Pourquoi et comment ont-ils joué ce rôle ?

Dans le prolongement de la réflexion engagée, à l’occasion du colloque international intitulé Passeurs de textes : imprimeurs et libraires à l’âge de l’Humanisme (CESR / École des Chartes, avec la collaboration de la BSG et du Musée de la maison d’Érasme, Paris, 30-31 mars 2009), sur les protagonistes de la transmission des savoirs à la Renaissance, ce nouveau volet se propose d’élargir l’enquête à un spectre plus large, qui engloberait non seulement les imprimeurs et les libraires, mais également les voyageurs et les colporteurs, les savants, les philologues et les traducteurs. Il s’avère en effet que de multiples érudits, collectionneurs, artistes et artisans ont contribué, à l’intérieur comme à l’extérieur des ateliers des libraires, à la circulation des textes, façonnant peu à peu le patrimoine commun de la culture de la Renaissance.

Tous ces acteurs du livre, en dépit de leurs différences, voire de leurs divergences, partagent le geste commun du « passeur », qui met à disposition du public, parfois à grands frais et à grands risques, un texte susceptible de participer à la culture renouvelée qui s’élabore alors. Véritables médiateurs, ils apparaissent autant comme ceux qui construisent ou recueillent un héritage (textes nouveaux ou textes anciens remis en lumière, traduits, commentés) que comme ceux qui le transmettent. Passer le savoir, c’est produire ces objets par lesquels le savoir se donne ; c’est en permettre la circulation sociale, culturelle, géographique. Alors que le premier volet de la réflexion questionnait le rapport de ces passeurs à l’humanisme, ce colloque aurait l’ambition d’interroger, loin de toute tentation purement biographique, le statut de ces « passeurs de textes », acteurs souvent obscurs, dans le champ particulier de la République des lettres au xvie siècle : ils se situent, pour reprendre des termes empruntés à Bourdieu, au carrefour d’une « logique culturelle et d’une logique économique ». Les études de cas tenteront de mieux déterminer les lignes de partage ou les tensions qui peuvent naître entre ces deux logiques. Quel rôle ces passeurs jouent-ils par rapport aux textes antiques, par rapport aux auteurs contemporains, ou même les uns par rapport aux autres ? Quels critères les guident-ils dans le choix des textes qu’ils mettent en lumière ? Sollicitent-ils, provoquent-ils ou traduisent-ils les souhaits des autres ? S’agit-il pour eux de servir un savoir acquis ou de conquérir de nouveaux publics ?

On pourra également questionner le lieu de savoir singulier qu’ils construisent, que ce soit dans l’officine du libraire, lieu de production du savoir, voire de rencontres érudites, ou par le biais des réseaux, espaces de diffusion de ce savoir -réseaux aussi bien commerciaux que politiques et institutionnels, culturels ou académiques. Il s’agira tout autant de dessiner des lieux matériels que de saisir un espace social et culturel, où des cercles d’acteurs se déploient selon une géométrie variable, en contribuant chacun selon son rôle, son savoir et son savoir-faire ou sa technique, à la mise en commun et à la diffusion d’une nouvelle culture.

Une place particulière sera accordée à un « passeur de textes » singulier, dont 2011 voit la célébration nationale. Il s’agit de Claude Garamont, graveur et fondeur de caractères à l’origine des fameux « Grecs du Roi » et de la célèbre police « Garamond », qui a fait l’objet de nombreuses réinterprétations à l’époque contemporaine. Outre la postérité de Claude Garamont, il s’agira de procurer un état de la science le concernant, mais aussi d’étudier à nouveaux frais, à travers le vaste réseau qu’il a tissé, les figures plus ou moins explorées de Conrad Néobar, Pierre Du Châtel, Ange Vergèce, Christophe Plantin, Antoine Augereau et bien d’autres encore. La journée spécifiquement dédiée à Garamont permettra en outre de réfléchir aux inventions et aux choix typographiques du temps, ainsi qu’à leur influence sur la transmission des textes : le caractère ne permet-il pas, lui aussi, à sa manière, de faire passer les textes ?

Sous la direction de Christine BENEVENT (CESR, Université de Tours), Isabelle DIU (Ecole nationale des Chartes) et Chiara LASTRAIOLI (CESR, Université de Tours)

Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, École nationale des chartes avec le soutien de l’UFR Lettres & Langues, Université François-Rabelais de Tours

Programme

Lundi 27 juin :

Séance inaugurale : Amphi 1, extension Tanneurs

17h Antonella Romano (Institut Universitaire Européen, Florence) Lectio inaugurale

18h30 : Remise des médailles de la ville de Tours

Mardi 28 juin

Matin :

Passeurs de textes médicaux (sous la présidence d'Alexandre Vanautgaerden, Musée de la Maison d'Érasme, Anderlecht)

9h15 Jacqueline Vons (CESR, Tours) André Vésale, auteur et passeur des livres De humani corporis fabrica (1543)

9h45 Rafael Mandressi (CNRS, Paris) Livres du corps et livres du monde : chirurgiens, cartographes et imprimeurs, xve-xvie siècles 1

10h15-10h45 : discussion & pause

10h45 Violaine Giacomotto-Charra (Université de Bordeaux) Écrire la philosophie naturelle en langue française : Scipion Dupleix, passeur de textes savants et poétiques

11h15 Marie-Élisabeth Boutroue (IRHT, Paris) Charles de l'Ecluse, passeur de savoirs

11h45 : discussion

Après-midi :

Textes et savoirs techniques (sous la présidence d'Isabelle Diu, EnC, Paris)

14h15 Pierre Caye (CNRS, Villejuif) Alberti lecteur des Anciens (Vitruve, César, Xénophon, etc.) ou de l’humanisme comme art de la contrebande

14h45 Frédérique Lemerle (CESR, Tours) Passer les Pyrénées : la fortune de la traduction anonyme des Medidas del Romano de Diego de Sagredo (Tolède, 1526)

15h15-15h45 : discussion & pause

15h45 Pascal Brioist (CESR, Tours) La circulation des traités militaires en Europe au xvie siècle

16h15 Dinko Fabris (Università della Basilicata, Potenza) Tradition manuscrite et pratique musicale au xvie siècle

16h45 : discussion

Mercredi 29 juin

Matin :

La Réforme et ses passeurs (sous la présidence de Jean-François Gilmont, Université catholique de Louvain)

9h15 Paul-Alexis Mellet (Université Cergy-Pontoise) Témoignages de papier : les textes politiques dans les Mémoires de l'estat de France de Simon Goulart (Genève, 1576-1578)

9h45 Luc Bergmans (CESR, Tours) Menno Simonis, passeur de textes

10h15 Enrico Garavelli (Université de Helsinki) Colporteurs d'idées. Grammairiens et vulgarisateurs entre orthodoxie et hérésie

10h45-11h15 : discussion & pause

Textes (et) voyageurs (sous la présidence de Christine Bénévent, CESR, Tours)

11h15 Laurent Naas (Bibliothèque Humaniste de Sélestat) & Alice Klein (Université de Strasbourg) Les éditions strasbourgeoises de la Cosmographie de Ptolémée au cours de la première moitié du xvie siècle

12h : discussion

Après-midi

14h30 Grégoire Holtz (Université de Toronto) L’appropriation des imprimés géographiques dans la France du xvie siècle : les Sonnius à la conquête du monde ?

15h Frédéric Tinguely (Université de Genève) François Ier et la quête de manuscrits orientaux : réseaux et stratégies

15h30 : discussion

Jeudi 30 juin

Matin

Traducteurs et philologues (sous la présidence de Pierre Petitmengin, ENS, Paris)

9h15 Jean Balsamo (Université de Reims) La première génération des traducteurs de l'italien en français (1500-1535)

9h45 Toshinori Uetani (CESR, Tours) Pour une typologie des traducteurs au xvie siècle

10h15-10h45 : discussion & pause

10h45 Luigi Alberto Sanchi (IRHT, Paris) L'enquête de Budé sur l'économie antique : notes sur un travail en cours

11h15 Romain Menini (Université Paris IV) & Olivier Pédeflous (Université Paris IV / Fondation Thiers) Dans l'atelier de Juste : Rabelais passeur de la Batrachomyomachie (1534)

12h : discussion

Après-midi

14h15 Dominique Couzinet (Université Paris I) La transmission des textes dans l’atelier de Presles

14h45 Marc Laureys (Université de Bonn) Torrentius « passeur » d'Horace : le commentaire d'Horace par Laevinus Torrentius et sa place dans l'exégèse horatienne du xvie siècle

15h15-15h45 : discussion & pause

Livres et libraires (sous la présidence de Marie-Luce Demonet, CESR, Tours)

15h45 Pierre Aquilon (CESR, Tours) L'imprimeur dans la ville : l'exemple rouennais

16h15 Rémi Jimenes (CESR, Tours) Passeurs d'atelier : la transmission des librairies dans l'entourage de Charlotte Guillard

16h45 Marie-Luce Demonet (CESR, Tours), Olivier Halévy (Université Paris III) & Magali Vène (BnF, Paris) Table ronde autour de Geoffroy Tory

17h45 : discussion

Vendredi 1er juillet

Autour de Garamont Matin Garamont et ses contemporains (sous la présidence de Frédéric Barbier, CNRS, EPHE)

9h15 Thierry Claerr (Ministère de la Culture, Service du Livre et de la Lecture) Le rôle de Thielman Kerver dans l’évolution de la typographie à Paris à la fin du xve et au début du xvie siècle

 9h45 William Kemp (GRAC-Université Lyon II / Université McGill, Montréal) De Guillaume Le Roy et Mathias Huss à Robert Granjon et Claude Garamont : vers la standardisation de la typographie à Lyon 1475-1560. Un premier survol

10h15-10h45 : discussion & pause

10h45 Jacques André (INRIA, Rennes) Garamont, passeur de quels caractères ? (titre à préciser)

11h15 Hendrik D. L. Vervliet (Université d'Amsterdam) Les feuilles aldines de Claude Garamont

11h45 : discussion

Après-midi

Garamont et sa postérité (sous la présidence d'Élisabeth Parinet, EnC, Paris)

14h Michel Wlassikoff (Historien du graphisme, Paris) Estienne, Garamont ou « Maître Constantin », la question de la paternité du premier caractère Garamond et de son rôle dans la typographie au xvie siècle.

14h30 Franck Jalleau (École Supérieure Estienne / Imprimerie nationale, Paris) Sur les traces de Garamont à l'Imprimerie nationale

15h Matthieu Cortat (Musée de l’imprimerie, Lyon) Descendances, copies, émules, ersatz, disciples, plagiaires, successeurs…

15h30 : discussion & conclusions

  • Accueil au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance 59, rue Néricault-Destouches 37000 Tours Séance inaugurale : Site Tanneurs, 3 rue des Tanneurs - 37000 Tours
  • Accès aux conférences : 10 € la semaine/ 5 € la journée/ Gratuit pour les étudiants (Les droits d’inscription seront à régler à Tours dès l’ouverture du colloque).
  • Renseignements complémentaires : Centre d’Études Supérieures de la Renaissance Université François-Rabelais, Tours 59, rue Néricault-Destouches BP 11328 - 37013 Tours cedex 1 ; Téléphone : (+33)(0)2-47-36-77-61 Fax : (+33)(0)2-47-36-77-62 Courriel : emilie.rolleau@univ-tours.fr http://www.cesr.univ-tours.fr • http://umr6576.cesr.univ-tours.fr

Lieux

  • 59 rue Néricault-Destouches (Centre d'Etudes Supérieures de la Renaissance, Salle Rapin)
    Tours, France

Dates

  • lundi 27 juin 2011
  • mardi 28 juin 2011
  • mercredi 29 juin 2011
  • jeudi 30 juin 2011
  • vendredi 01 juillet 2011

Fichiers attachés

Contacts

  • Emilie Rolleau
    courriel : emilie [dot] rolleau [at] univ-tours [dot] fr
  • Christine Bénévent
    courriel : christine [dot] benevent [at] univ-tours [dot] fr
  • Isabelle Diu
    courriel : isabelle [dot] diu [at] enc [dot] sorbonne [dot] fr
  • Chiara Lastraioli
    courriel : chiara [dot] lastraioli [at] univ-tours [dot] fr

Source de l'information

  • Emilie Rolleau
    courriel : emilie [dot] rolleau [at] univ-tours [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Gens du livre et gens de lettres à la Renaissance : savants, traducteurs, imprimeurs, colporteurs, voyageurs », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 22 juin 2011, http://calenda.org/204792