AccueilChasse, pêche et tourisme de nature, états des lieux et défis

Chasse, pêche et tourisme de nature, états des lieux et défis

Hunting, fishing and nature tourism - the current state of affairs and challenges

*  *  *

Publié le vendredi 01 juillet 2011 par Marie Pellen

Résumé

Pratique traditionnelle dans certaines parties du globe, ou phénomène émergent perçu comme vecteur potentiel de développement local pour d’autres territoires, le tourisme cynégétique et halieutique se trouve manifestement aujourd’hui à la croisée des chemins. Le tourisme de chasse et pêche connaît en effet depuis quelques années et à l’échelle internationale une mutation certaine. Or cette mutation garantira-t-elle à ce secteur une place durable sur l’échiquier touristique ou n’est-elle que le prélude d’un inéluctable déclin ? Il semble pertinent de se le demander.

Annonce

Rédacteur invité : Manu TRANQUARD
Professeur au Département des sciences humaines
Membre du Laboratoire d’Expertise et de Recherche en Plein Air (LERPA)
Université du Québec à Chicoutimi

Date de soumission des textes : 14 janvier 2012                

Date de publication : automne 2012

Pratique traditionnelle dans certaines parties du globe, ou phénomène émergent perçu comme vecteur potentiel de développement local pour d’autres territoires, le tourisme cynégétique et halieutique se trouve manifestement aujourd’hui à la croisée des chemins. Le tourisme de chasse et pêche connaît en effet depuis quelques années et à l’échelle internationale une mutation certaine. Or cette mutation garantira-t-elle à ce secteur une place durable sur l’échiquier touristique ou n’est-elle que le prélude d’un inéluctable déclin ? Il semble pertinent de se le demander.

Le tourisme cynégétique et halieutique est confronté à l’évolution des mentalités et des pratiques. Il est globalement tributaire de la baisse de popularité des activités de chasse et pêche qui résulte en partie d’un problème d’image auprès d’une portion de la population. Il subit par ailleurs les conséquences de l’accroissement de la pratique autonome dans les disciplines « sportives » de plein air qui conduit de nombreux adeptes à ne plus recourir à des services touristiques professionnels. Il doit enfin cohabiter avec un certain nombre d’autres formes de tourisme de nature au rang desquels se trouvent le tourisme écologique et le tourisme d’observation faunique.

A contrario, de nombreux professionnels du tourisme de prélèvement faunique vivent actuellement une « détraditionnalisation » de leurs métiers et produits. On assiste ainsi, au Québec notamment, à l’évolution des pourvoiries vers le « multi-activités », ou encore à la tentative d’établissement de nouveaux standards dans l’exercice de la profession de guide de chasse et pêche. Ailleurs dans le monde, de nouvelles avenues sont entrevues pour contribuer au renouvellement et à l’enrichis-sement des produits, tel le pescatourisme comme complément d'activité pour les marins pêcheurs.

Ce dossier de Téoros consacré au tourisme de chasse et pêche sera l’occasion de dresser un état des lieux des pratiques, des tendances et des enjeux de ce secteur. Il visera à établir la géographie internationale du tourisme cynégétique et halieutique en 2012, à présenter les destinations traditionnelles, les territoires émergents et leurs dynamiques de compétition. Nous chercherons également à dresser un état de l’offre et de la demande des activités touristiques liées au prélèvement faunique et à mettre celles-ci en perspective avec les autres sous-secteurs du tourisme de nature.

Nous consacrerons une part du dossier aux liens existants ou à créer entre le tourisme de chasse et pêche et le tourisme durable. En effet, le tourisme cynégétique et halieutique est appelé à s’inscrire rapidement dans une logique de développement durable si ses acteurs souhaitent garantir sa pérennité économique, écologique et sociale. Mais a-t-il le potentiel et les moyens de contribuer efficacement au développement durable du territoire qui porte ses activités ? Le secteur a-t-il la capacité d’intégrer respect de l’environnement, viabilité économique et implication effective de la société civile dans une perspective de transformation à long terme ?

Nous aborderons ainsi l’enjeu crucial de la conservation et de la gestion durable des populations animales faisant l’objet de prélèvement et notamment la raréfaction de certaines espèces emblématiques (ours polaires ou plus récemment, caribous). Sera également traitée la question du partage des territoires et des pratiques. Tourisme de chasse et pêche et tourisme de nature sont en effet souvent source de heurts et de difficultés en matière de gestion de la sécurité et de cohabitation des activités. L’acceptabilité sociale du tourisme cynégétique et halieutique et la gestion des conflits d’usage seront ici abordées comme conditions de son développement durable.

 La capacité de contribution du tourisme de chasse et pêche au développement durable repose enfin sur l’activation et la pérennisation d’une économie locale viable et en croissance. À ce titre, toute étude de cas régionaux ou d’expériences locales significatives qui permettrait de souligner et d’exemplifier des pratiques touristiques économiquement durables sera considérée ; le seront également les analyses plus générales portant sur les enjeux, conditions techniques, et/ou limites à l’inscription du tourisme de chasse et pêche dans le cadre du développement d’un tourisme de nature durable.

 En plus de ces thèmes, votre texte peut porter sur l’un des sujets suivants :

  • l’analyse typologique des tourismes de nature intégrant ou non le prélèvement faunique ;
  • l’encadrement juridique de la pratique du tourisme guidé de chasse et pêche ;
  • les activités de prélèvement dans les territoires protégés et les modèles de gestion;
  • les enjeux identitaires du développement du tourisme de prélèvement, notamment en territoire autochtone ;
  • l’aménagement intégré des territoires de tourisme de nature ;
  • les spécificités de la commercialisation des forfaits touristiques de chasse et pêche ;
  • le rôle, gouvernance et actions des organismes professionnels du milieu.

Les auteur(e)s doivent faire parvenir un manuscrit rédigé préférablement en français présenté selon les règles de la revue, disponibles au www.teoros.revue.org/168. Les textes soumis, en format Word (pas de PDF), doivent compter environ 7000 à 7500 mots et doivent obligatoirement comprendre un objectif (question) de recherche clairement énoncé; un descriptif de la méthodologie de recherche employée, et un volet théorique. Une étude de cas peut s’ajouter à ces éléments. Chaque article doit inclure les nom et prénom de tous les auteurs (maximum trois par article), leur titre principal et leur affiliation (une seule), leur adresse électronique (courriel) et postale, un résumé de 150 à 200 mots maximum en français, ainsi qu'une une liste des mots clés (maximum de 5). Dès la soumission de leur manuscrit, les auteurs sont invités à fournir 3 ou 4 illustrations, libres de droits et en haute résolution (300 dpi) en indiquant clairement la légende de la photo et le nom du photographe.

 Les manuscrits soumis pour la publication dans Téoros doivent être originaux. Les auteurs restent responsables du contenu et des opinions exprimés ainsi que de la correction des données et des références bibliographiques. La date limite pour soumettre un texte est le 14 janvier 2012.  Les propositions de textes doivent être adressées à la revue : teoros@uqam.ca. Veuillez inscrire « Routard » dans la ligne de sujet.

Dates

  • samedi 14 janvier 2012

Mots-clés

  • tourisme, loisir, chasse, pêche, faune

Contacts

  • Ari Virtanen
    courriel : teoros [at] uqam [dot] ca

Source de l'information

  • Ari Virtanen
    courriel : teoros [at] uqam [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Chasse, pêche et tourisme de nature, états des lieux et défis », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 01 juillet 2011, http://calenda.org/204904