AccueilPour une décolonisation du langage

Pour une décolonisation du langage

Decolonizing the language

*  *  *

Publié le jeudi 07 juillet 2011 par Marie Pellen

Résumé

ADans une approche transdisciplinaire, il s’agira d’interroger la stigmatisation véhiculée par les mots de la colonisation, de restituer la genèse de certaines expressions langagières en faisant référence aux contextes dans lesquels elles sont apparues, d’analyser au regard de l’actualité les conséquences socioculturelles de ces usages linguistiques et d’examiner les cadres institutionnels qui véhiculent encore aujourd’hui un héritage discriminatoire. Le comité scientifique encourage les études de cas et les propositions en histoire, littérature, philosophie, anthropologie, ethnologie, sociologie, science politique et communication.

Annonce

APPEL A COMMUNICATION

POUR UNE DECOLONISATION DU LANGAGE
16 novembre 2011, EHESS – UNESCO

Le 18 décembre 2009, l’assemblée générale des Nations Unies a proclamé l’année 2011 comme l’Année internationale des personnes d’ascendance africaine. L’ONU voudrait, par cette résolution, renforcer les mesures nationales et les activités de coopération régionale et internationale en faveur des personnes d’ascendance africaine. Ces mesures visent à leur garantir le plein exercice des droits économiques, culturels, sociaux, civils et politiques, à assurer leur participation et leur intégration à la société sous tous ses aspects – politiques, économiques, sociaux et culturels – et à promouvoir une meilleure connaissance, un plus grand respect de la diversité de leur patrimoine et de leur culture (A/RES/64/169).
Cependant, force est de constater que cette résolution de l’ONU est pratiquement ignorée par les pouvoirs publics, notamment en Afrique et en Europe. Ainsi, l’observateur peine à lire à travers le monde, des programmes nationaux relatifs à cette décision onusienne. Seuls quelques pays des Amériques ont développé des actions dans ce sens.

Ce constat a suscité la conception du projet "Pour une décolonisation du langage" lequel permettra d’analyser, de déconstruire et de mettre en perspective les expressions racistes et discriminatoires. Cet évènement scientifique qui aura symboliquement lieu la Journée de la tolérance (16 novembre) rappellera que nombre d’expressions encore courantes sont les vestiges des rapports de domination qui sont nés de l’esclavage et de la colonisation.
Dans une approche transdisciplinaire, il s’agira d’interroger cette stigmatisation véhiculée par les mots de la colonisation, de restituer la genèse de certaines expressions langagières en faisant référence aux contextes dans lesquels elles sont apparues, d’analyser au regard de l’actualité les conséquences socioculturelles de ces usages linguistiques et d’examiner les cadres institutionnels qui véhiculent encore aujourd’hui un héritage discriminatoire.
Le comité scientifique encourage les études de cas et les propositions en histoire, littérature, philosophie, anthropologie, ethnologie, sociologie, science politique et communication.

Calendrier :

Date limite de soumission des propositions de communications : 15 septembre 2011

Les résumés (400 mots) devront être accompagnés d’une courte notice biographique (5 lignes maximum).

Les propositions pourront être faites en français et en anglais. Elles sont à soumettre aux co-organisateurs de l’évènement :
  • Amzat Boukari Yabara (GIERSA, Université de Montréal) : amboya2000@yahoo.fr
  • Madina Regnault (Ceaf, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) : madina_regnault@yahoo.fr

Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • jeudi 15 septembre 2011

Mots-clés

  • décolonisation, langage, Afrique, stigmatisation, postcolonialisme

Contacts

  • Regnault #
    courriel : madina_regnault [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Madina Regnault
    courriel : madina_regnault [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Pour une décolonisation du langage », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 07 juillet 2011, http://calenda.org/204938