AccueilÉcho et reprise dans les séries télévisées

Écho et reprise dans les séries télévisées

TV Series Redux: Recycling, Remaking, Resuming

Colloque international organisé par l’ERIAC (Rouen) et le GRIC (Le Havre)

An International Conference

*  *  *

Publié le vendredi 08 juillet 2011 par Marie Pellen

Résumé

En envisageant la série télévisée comme objet esthétique, idéologique, narratif et socioculturel, ce colloque pluridisciplinaire se propose d’explorer les enjeux de l’écho et de la reprise dans ce genre télévisuel.

Annonce

 

Echo et reprise dans les séries télévisées

Colloque international organisé par l’ERIAC (Rouen) et le GRIC (Le Havre)

 

12-13-14 septembre 2012 à l’Université de Rouen

En envisageant la série télévisée comme objet esthétique, idéologique, narratif et socioculturel, ce colloque pluridisciplinaire se propose d’explorer les enjeux de l’écho et de la reprise dans ce genre télévisuel. Les communications pourront croiser les pistes suggérées ci-dessous :

Approches socioculturelles et questions idéologiques : 

  • reprise de stéréotypes et de clichés, peut-être pour mieux les subvertir : comment un même type de personnage ou de lieu circule à travers plusieurs séries ; reprise d’autres discours (médias d’information, discours académique, etc.) dans le discours porté par la série.
  • de manière plus générale, la façon dont les séries entrent dans un jeu de miroir avec les sociétés qui les créent et les regardent : échos et reprises de l’actualité ou de l’histoire (similitude ou bien insertion d’images d’archives). En faisant appel à la mémoire collective, quelle vision du monde et/ou de la société se trouve promue par la série ? 

Intertextualité et interpicturalité :

  • adaptation, transposition, appropriation, remake : processus de re-médiation (adaptation sous forme de série télévisée d’un roman, d’une bande dessinée, d’un film, éventuellement vice-versa) ; versions nouvelles ou inédites d’autres séries (série culte, série étrangère), remaniement et « ré-invention » ; foisonnement narratif et dissémination (parfois sur d’autres supports médiatiques), spin-offs, webisodes, prolongements latéraux de fils narratifs particuliers (des « hors-série » en quelque sorte) ; parodies, échos de certains genres télévisuels, filmiques ou artistiques. 
  • de façon plus ponctuelle, reprise et intégration d’éléments provenant de supports culturels autres ou non (y compris dans les génériques) : emprunts au patrimoine littéraire, cinématographique ou télévisuel, sous forme de citations verbales ou visuelles ;  références à la culture musicale des téléspectateurs (reprises de chansons ou d’airs connus) ; crossovers (croisement des univers diégétiques de séries différentes), ré-emploi d’un(e) acteur/actrice principal(e) d’une autre série/d’un film ; jeux avec les téléspectateurs (dans quelle mesure ces références plus ou moins facilement accessibles créent-elles une connivence avec une catégorie de téléspectateurs, reproduisant au sein de la culture de masse des stratégies de « distinction » ?)

Sérialité :

Enfin, ce colloque sera l’occasion d’accorder une attention toute particulière à ce qui distingue la série d’autres genres audiovisuels ou narratifs, c’est-à-dire sa sérialité même :

  • stratégies développées pour reprendre le fil du récit après une interruption plus ou moins longue (pause publicitaire, intervalle de temps entre deux épisodes, entre deux saisons) ; sollicitation de la mémoire des téléspectateurs (intratextualité / intrapicturalité, jeu sur les temporalités, manipulations du previously on, rappels dans le/ du générique).
  • qu’elle suive une formule indéfiniment réitérée, comme les formula shows ou les séries du type case-of-the-week, ou qu’elle appartienne à la vague plus récente des séries « feuilletonnantes », quels dosages la série établit-elle entre la récurrence de mêmes schémas narratifs, de personnages et/ou de décors, et les nouveautés, les surprises, les révélations ?
  • mise en place d’un rituel de consommation ; dans quelle mesure les nouveaux modes de visionnage (DVD, Video On Demand, streaming, téléchargement) ou le déploiement de l’univers diégétique sur d’autres médias (notamment Internet) redéfinissent-ils la sérialité des séries ?
  • reprises réflexives : mise en abyme (écran de télévision dans l’écran et série dans la série : commentaires sur le genre sériel) ; la série « se reprend », par exemple après un vagabondage vers le devenir hypothétique d’un personnage ou d’une situation ; reprises ou échos au service d’un discours porté par la série sur elle-même.

Les communications pourront être en français ou en anglais.

Une sélection des communications sera publiée dans la revue TV/Series.

Organisation :

  • Sylvaine Bataille (MCF, Université de Rouen),
  • Florence Cabaret (MCF, Université de Rouen),
  • Sarah Hatchuel (PU, Université du Havre).

Les propositions de communications (un résumé de 300 mots et une notice biographique de 100 mots, en français ou en anglais) sont à envoyer à seriestv.rouen2012@univ-rouen.fr, avant le 15 octobre 2011.

TV Series Redux: Recycling, Remaking, Resuming.

An International Conference

12-13-14 September 2012 at the University of Rouen (France)

This interdisciplinary conference will examine the question of recycling, remaking and resuming in TV series. Bearing in mind that this television genre can be regarded as an aesthetic, ideological, narrative and sociocultural object, we welcome paper proposals focusing on the connections between the following aspects:

Sociocultural approaches and ideological issues

  • the recycling of stereotypes and clichés, potentially with a view to subverting them (contributors may address the circulation of a type of character or a type of location through several series); the recycling of external discourses (such as media discourse, academic discourse) within the context and narrative of a series;
  • more generally, the ways series reflect the societies which both create and watch them by echoing, reviving and revisiting contemporary or past events (through background allusions, explicit references or the insertion of archival images, for instance). Which worldview is thus conveyed by the conjuring up of this or that collective memory?

Intertextuality and interpictoriality

  • adaptation, transposition, appropriation, remake: re-mediations (such as the adaptation of a novel, a comic strip or a film into a series, and vice versa); new versions of older or successful series (cult series, foreign series); reshuffling, reworking and “re-imagining”; narrative blossoming and dissemination (sometimes resorting to other media), spin-offs, webisodes, continuations of specific sub-plots; parodies and echoes of certain TV, filmic and artistic genres; 
  • more pointedly, the reprocessing and integration of external cultural elements (for instance in opening and end credits): verbal and visual quotations from the literary, cinematic or television heritage; references to a shared musical culture (in the sound track, or the diegesis, through cover versions, etc.); crossovers (when one or several diegetic elements “cross over” from one series to another); re-casting of the lead actor or actress of another series or film; playful interactions with the audience (so that one may wonder whether these more or less explicit hints give birth to a form of bonding with a particular category of viewers, somehow reproducing “distinction” strategies within mass culture).

Seriality

Special attention will be paid to what differentiates the series from other visual or narrative forms, i.e. the seriality of series. The following dimensions may be explored:

  • strategies meant to resume the main narrative thread after the series has been interrupted for a few minutes or a few months (by a commercial break, by the time span separating two episodes or two seasons); playing with the viewer’s memory (through intratextuality and intrapictoriality, through the use of different timelines, the manipulations of the “previously on” and motifs cropping up in the credits);
  • proposals may study how TV series, whether they follow an endlessly repeated pattern (as in formulaic shows or case-of-the-week series) or belong to the more recent trend of serialised dramas, combine the reiteration of similar narrative plots, characters and locations with the necessity to insert new elements, unexpected events and revelations;
  • recurrent consumption rituals: how is the seriality of TV series redefined by new modes of viewing (DVD, Video On Demand, streaming, downloading) or by the grafting and thriving of the diegetic universe in other media (and on the Internet in particular)?
  • reflexive echoes: mise en abyme (TV screen within the TV screen and series within the series as self-reflexivity); the way the series pulls itself together and starts again after momentarily wandering off track to picture the hypothetical development of a given character or situation; repetition or allusion supporting a self-definition.

Papers may be given either in English or in French. Selected and peer-reviewed proceedings will be published in the journal TV/Series.

Organization board:

  • Sylvaine Bataille (University of Rouen),
  • Florence Cabaret (University of Rouen),
  • Sarah Hatchuel (University of Le Havre).

Please send a 300-word abstract and a 100-word biographical note (in English or in French) to seriestv.rouen2012@univ-rouen.fr by 15 October 2011.

Lieux

  • 1 rue Thomas Becket (Université de Rouen)
    Rouen, France

Dates

  • samedi 15 octobre 2011

Mots-clés

  • séries télévisées, écho, reprise, recyclage, intertextualité, sérialité

Contacts

  • Sylvaine Bataille, Florence Cabaret, Sarah Hatchuel ~
    courriel : seriestv [dot] rouen2012 [at] univ-rouen [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Sylvaine Bataille
    courriel : sylvaine [dot] bataille [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Écho et reprise dans les séries télévisées », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 08 juillet 2011, http://calenda.org/204946