AccueilJeunes migrantes et petites bonnes en Afrique

Jeunes migrantes et petites bonnes en Afrique

Migrant girls and little maids in Africa

*  *  *

Publié le vendredi 22 juillet 2011 par Karim Hammou

Résumé

L’objectif de cette journée d’étude est de rassembler des chercheurs de différentes disciplines des sciences sociales dont les travaux portent sur les migrations des jeunes filles partant s’employer en ville comme aide-domestiques. L’appel à communications est ouvert à toutes les propositions, qu’elles abordent le phénomène du point de vue urbain ou de celui des dynamiques rurales, à grande échelle ou à l’échelle d’une population particulière, à partir de données micro ou macro, de données inédites ou d’analyses secondaires de données existantes.

Annonce

Jeunes migrantes et petites bonnes en Afrique

Les migrations de jeunes filles d’origine rurale partant s’employer en ville comme domestiques constituent un phénomène largement répandu en Afrique mais qui reste mal connu et rarement traité dans la littérature académique. Le phénomène est cependant d’une ampleur considérable si l’on en croit la surreprésentation des adolescentes dans de nombreuses capitales ou encore la fréquence de la pratique dans les populations rurales où il a été étudié. Quels sont les ressorts de ces migrations juvéniles ? Selon quelles modalités s’organisent-elles ? Quelles en sont les retombées et les enjeux ? Ces questions se posent à l’échelle des individus (qui migre ? pourquoi ? quelles répercussions sur le passage à l’âge adulte et sur la vie ultérieure ?) mais aussi des structures collectives (milieux d’origine et de destination) et intermédiaires (familles, groupes de pairs, associations…) ; elles interpellent une large gamme de champs disciplinaires (démographie, sociologie, économie, anthropologie, sciences politiques, géographie…).

Cette journée d’études a pour objectif d’offrir un espace d’échanges autour des migrations juvéniles féminines de travail en Afrique. Elle vise à identifier les travaux en cours sur cette problématique, à stimuler le débat et à favoriser le développement d’une dynamique scientifique interdisciplinaire sur ces questions. L’appel à communications est ouvert à toutes les propositions, qu’elles abordent le phénomène du point de vue urbain ou de celui des dynamiques rurales, à grande échelle ou à l’échelle d’une population particulière, à partir de données micro ou macro, de données inédites ou d’analyses secondaires de données existantes. Les propositions ayant une dimension quantitative, portant sur les tendances du phénomène et ses retombées en termes de genre sont particulièrement encouragées. Des communications mettant en évidence les logiques économiques et sociales de ces migrations juvéniles sont également attendues, y compris des études de cas ou des analyses approfondies de données qualitatives.  

Cette journée scientifique se tiendra la veille de la 6ème Conférence africaine sur la population, organisée par l’UEPA (5-9 décembre 2011, http://uaps2011.princeton.edu).

On trouvera ci-après quelques-unes des lignes de questionnement possibles.

  • Contexte, tendances et déterminants des migrations des adolescentes

Qui part, qui reste, et pourquoi ? Certaines populations se sont-elles spécialisées dans cette pratique ? Le développement des migrations juvéniles s’inscrit-il dans un contexte démographique, historique, économique particulier ? Quelles continuités avec les formes anciennes de circulation des enfants ? Les réseaux familiaux conditionnent-ils la mobilité juvénile ?

  • Trajectoires de migrantes et insertion urbaine

Quels emplois, quelles conditions de vie en ville ? Comment s’organisent les trajectoires migratoires et les trajectoires de travail selon l’âge ? Quels types d’intermédiaires de recrutement et de placement ? La domesticité juvénile relève-t-elle uniquement d’un système d’exploitation ? Peut-elle être une source d’émancipation ? Quel est le vécu subjectif de l’expérience migratoire ? 

  • Migration et dynamiques rurales

Quelles sont les conséquences des migrations juvéniles féminines dans les populations de départ : structure démographique, marché matrimonial, organisation socio-économique… ? Contribuent-elles à l’introduction de nouvelles normes, de nouvelles pratiques ? Comment s’articulent-elles aux logiques et stratégies familiales ? 

  • Migration, éducation, travail : quelles relations ?

L’offre scolaire conditionne-elle les migrations juvéniles de travail ? La migration est-elle cause de déscolarisation ? Peut-elle intervenir comme mode de formation, complémentaire ou alternatif à l’école ? Quelles sont les articulations entre la mobilité scolaire et la mobilité de travail ? Quelles différences selon les sexes ? 

  • Migration et passage à l’âge adulte

En quoi l’expérience migratoire affecte-t-elle les trajectoires de passage à l’âge adulte : éducation, sexualité, première union, première naissance, contraception, insertion sociale et professionnelle… 

  • Migration, genre et vie adulte

Quelles convergences, quelles divergences dans les pratiques migratoires féminines et masculines ? Comment l’expérience migratoire oriente-t-elle la vie future des femmes et des hommes et plus largement la construction des rapports sociaux de sexe ? 

  • Politiques et programmes d’action

Quels discours, pour quelles réalités ? Quelle(s) vision(s), pour quelles actions ? L’approche dominante en termes de vulnérabilité des adolescentes migrantes concorde-t-elle avec la réalité des pratiques ? Prend-elle en compte le point de vue des jeunes travailleuses migrantes ?

Soumissions

Les propositions de communication sont à soumettre, par courriel, avant le 15 août 2011,

 sous la forme d’un résumé court (200 mots) et d’un résumé long (2 à 4 pages) précisant les données, la méthode et les résultats attendus. Les auteurs seront informés mi-septembre des résultats de la procédure de sélection. La communication écrite sera à transmettre pour le 15 novembre 2011.

Une quinzaine de contributions seront sélectionnées.

Les langues de travail seront l’anglais et le français.

Un appui financier sera apporté pour contribuer aux frais propres à la journée de séminaire. À titre exceptionnel, une aide financière supplémentaire pourra être accordée pour le voyage si la personne sélectionnée ne dispose pas d’autres sources de financement.

Contact

Migration-Ouaga2011@listes.ined.fr

Comité d’organisation

  • Véronique HERTRICH, INED
  • Mélanie JACQUEMIN, INED
  • Marie LESCLINGAND, Univ. de Nice-URMIS/INED
  • Clémentine ROSSIER, INED/ISSP

INED

133 Boulevard Davout
75980 Paris cedex 20
France

pole_suds.site.ined.fr/fr/les_journees/migrantes_et_petites_bonnes/

Lieux

  • Ouagadougou, Burkina Faso

Dates

  • lundi 15 août 2011

Contacts

  • Véronique Hertrich, Mélanie Jacquemin, Marie Lesclingand, Clémentine Rossier (INED) ~
    courriel : Migration-Ouaga2011 [at] listes [dot] ined [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Véronique Hertrich, Mélanie Jacquemin, Marie Lesclingand, Clémentine Rossier ~
    courriel : Migration-Ouaga2011 [at] listes [dot] ined [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Jeunes migrantes et petites bonnes en Afrique », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 22 juillet 2011, http://calenda.org/205031