AccueilPoétique de l'illisible

*  *  *

Publié le mercredi 24 août 2011 par Karim Hammou

Résumé

L’Équipe de recherche en civilisation et littérature de Sfax (ERCILIS) organise les 8, 9 et 10 décembre sa quatrième conférence internationale qui s’inscrira dans le champ d’analyse suivant : « Poétique de l’illisible ». Cette conférence internationale programmée permettra notamment de prolonger la réflexion sur les grands discours – religieux, politique, idéologique, etc. – dont les flux et reflux ont pu conduire l’humanité à une forme d’insignifiance. Elle sera aussi le lieu d’une mise en perspective des multiples crises « systématiques » : qu’il s’agisse du système social, du système éducatif ou du système économique actuels. Crises plurielles qui confirment d’une part la conscience aigüe des philosophes contemporains de la faillite de toute praxis et qu’interrogent d’autre part les créations littéraire et artistique. Ne dressent-elles pas, en effet, le bilan d’échec de la civilisation moderne en déjouant leurs codes et en transformant l’œuvre en une matière rebelle à toute opération de lisibilité ?

Annonce

IVe CONFERENCE INTERNATIONALE DE L'ERCILIS
Equipe de Recherche en Civilisation et Littérature de Sfax – Université de Sfax
POETIQUE DE L’ILLISIBLE
8-10 décembre 2011 SFAX
APPEL A COMMUNICATION

Afin d’approfondir les activités de recherche initiées il y a deux ans sur la problématique de la lecture, l’Equipe de Recherche en Civilisation et Littérature de Sfax (ERCILIS) organise les 8, 9 et 10 décembre sa 4ème Conférence internationale.

Cette Conférence s’inscrira dans le champ d’analyse suivant: Poétique de l’illisible. Par-delà l’’intérêt que cette question suscite toujours, plus de quarante ans après la publication de L’œuvre ouverte d’Umberto Eco, elle constituera un apport complémentaire à nos 3 derniers cycles précédents. Il s’agira précisément de poursuivre l’interrogation des savoirs mis en jeu au cours de la 3ème Conférence sur la crise du sens.

La 4ème Conférence internationale programmée permettra notamment de prolonger la réflexion sur les grands discours – religieux, politique, idéologique, etc. – dont les flux et reflux ont pu conduire l’Humanité à une forme d’insignifiance. Elle sera aussi le lieu d’une mise en perspective des multiples crises « systématiques » : qu’il s’agisse du système social, du système éducatif ou du système économique actuels. Crises plurielles qui confirment d’une part la conscience aigüe des philosophes contemporains de la faillite de toute praxis et qu’interrogent d’autre part les créations littéraire et artistique. Ne dressent-elles pas, en effet, le bilan d’échec de la civilisation moderne en déjouant leurs codes et en transformant l’œuvre en une matière rebelle à toute opération de lisibilité ?

A ce titre, il nous est apparu essentiel d’élargir nos investigations - qui toucheront des champs pluridisciplinaires et transdisciplinaires – à d’autres configurations artistiques de résistance au sens.

Aussi, dans ce paysage de non transparence – voire de chaos –, cette nouvelle Conférence souhaite accorder à la question de la lecture la place qui lui revient. En ce sens, elle annonce moins une rupture qu’une inflexion par rapport au programme précédent. En effet, pour la préparation optimale de cette dernière, l’ERCILIS avait organisé, en avril 2010, deux journées d’étude autour de l’axe suivant : La lecture comme une activité d’interprétation. L’objectif fixé dans le cadre de cette rencontre entre chercheurs était de cerner ce qui pouvait subvertir le sens et ce qui faisait obstacle à l’interprétation dans son extension et sa diversité.
En prolongement de cette réflexion première, l’ERCILIS invite cette fois-ci les intervenants à repenser la notion d’illisible en tant que trait permanent qui détermine toute matière culturelle autour de laquelle les énoncés se sont structurés, toute écriture qu’elle s’apparente à une carence défectueuse ou un flux excédentaire remettant en cause les conventions et les modalités de compréhension signant ainsi, de facto, sa propre défaillance, toute littérature qui propose la lisibilité comme une opération minée de l’intérieur.

Pour le volet arts et littérature, on pourra interroger par exemple l’illisibilité au diapason des mouvements modernes et postmodernes qui, déstabilisant et perturbant les codes communs, se refusent à toute signification préétablie et mettent en crise la création artistique en suspendant toute certitude interprétative. Dans un contexte de remise en question globale du sens même de l’acte de création, il s’agira de se retrouver dans ce labyrinthe de signes soumis à la fois à l’impératif catégorique de l’expérience personnelle marginale et de la pratique esthétique singulière et aux influences socioculturelles d’une époque donnée cautionnant leur impénétrabilité. En ce sens, la nécessité d’une lecture-déchiffrement ne nous a semblé que plus évidente. L’innommable, l’inexprimable et l’indicible ne semblent-ils pas être les marques premières par lesquelles cette modernité et/ou postmodernité s’affirme comme une expérience hors cadre et hors sens ?

La 4ème Conférence de l’ERCILIS se propose à terme de dresser un état des lieux des recherches menées sur la question de l’illisibilité dans l’art en confrontant analyses, enquêtes et perspectives à partir de cinq axes principaux :

  1. Religion, sacré, spiritualité
  2. Politique, économie et société
  3. Arts, littérature
  4. Langage, communication, information
  5. Philosophie et anthropologie

Principales échéances

  • 15 septembre 2011 : rentrée des propositions de communications.

  • 25 septembre 2011 : notification de la liste des communications acceptées.
  • 20 octobre 2011 : publication du programme.

Les collègues désireux de participer à cette Conférence sont priés d'envoyer un résumé en français, anglais ou arabe, accompagné d'une notice bio-bibliographique au plus tard le 15 septembre 2011. Les propositions sont à adresser à
M. Hichem Ismail (Université de Sfax) ismail_hichem@yahoo.fr

Comité scientifique

Lassâad Jammoussi (ERCILIS, Université de Sfax), Abdeljélil Alimam (ERCILIS,Université de Sfax), Gérard Peylet (LAPRIL, Université Michel de Montaigne, Bordeaux3), Alain Vaillant (LEA, Directeur de rédaction de la revue Romantisme, Université de Paris X) Jean-Jacques Wunenburger (Université de Dijon), Pascale Auraix Jonchière (CELIS, Université Blaise Pascal, Clermont II), Arbi Dhifaoui (Université de Kairouan), Jean-Marie Roulin (LIRE, Université de Saint-Etienne), Jean-Yves Laurichesse (Université de Toulouse), Antony Soron (CLARE, IUFM de Paris IV), Frédéric Bravo (AMERIBER, Université de Bordeaux3), Guillaume Leblanc (CIEPEC, Université Michel de Montaigne, Bordeaux3), Nelly Labère (CLARE/LAPRIL Université Michel de Montaigne, Bordeaux3), Kamel Skander (ERCILIS, Université de Sfax), Hichem Ismail (ERCILIS, Université de Sfax).

Comité d'organisation

Wafa Nasri (ERCILIS, Université de Sfax), Rim Hamza (ERCILIS, Université de Sfax), Sofiène Châari (ERCILIS, Université de Sfax), Foued Abdelmoula (ERCILIS, Université de Sfax), Samira Degachi (ERCILIS, Université de Sfax).
Coordinateurs : Kamel Skander et Hichem Ismail
Responsable : Unité de recherche ERCILIS

Url de référence : http://www.ercilis.org

Adresse : EQUIPE DE RECHERCHE EN CIVILISATION ET LITTERATURE DE SFAX FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES B. P1168 SFAX 3000.

Catégories

Lieux

  • Tunisie), Route de l'aéroport Km 4,5 (Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax)
    Sfax, Tunisie

Dates

  • jeudi 15 septembre 2011

Contacts

  • Ismail Hichem
    courriel : ismail_hichem [at] yahoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Ismail Hichem
    courriel : ismail_hichem [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Poétique de l'illisible », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 24 août 2011, http://calenda.org/205106