AccueilPaul Lafargue cent ans après

Paul Lafargue cent ans après

Paul Lafargue, one hundred years after his death

*  *  *

Publié le lundi 12 septembre 2011 par Claire Ducournau

Résumé

Une journée d'études se tiendra à Strasbourg le 1er décembre 2011 pour commémorer le centenaire de la disparition de Paul Lafargue, repenser sa contribution à l'histoire de mouvement ouvrier français et international, réévaluer son œuvre de théoricien du marxisme, et réinterpréter son activité de pamphlétaire et de journaliste. Des contributions sont souhaitées de la part d'historiens, mais aussi de collègues et chercheurs issus des études littéraires, économiques ou philosophiques.

Annonce

Paul Lafargue, cent ans après

Strasbourg, Palais Universitaire, 1er décembre 2011

Journée d'études organisée par l'EA ARCHE de la Faculté des Sciences historiques de l'Université de Strasbourg

Argumentaire

Pour le centenaire de sa disparition, il nous a semblé bienvenu de rendre hommage à Paul Lafargue (1842-1911), à son œuvre et à son action au sein du mouvement ouvrier français et international. L'auteur du Droit à la Paresse,  pamphlet célèbre qui fut traduit dans de nombreuses langues, ne fut pas seulement le critique cinglant du socialisme quarante-huitard, de même que politiquement, il ne fut pas simplement le gendre français de Karl Marx. Polémiste infatigable, homme politique plutôt qu'homme d'appareil, il s'illustra dans toute une série de domaine différents, dans le cadre d'une longue vie militante qui va de l'aube de la Première Internationale à la veille de la première guerre mondiale. Dans le cadre de cette journée d'études, plusieurs thèmes de recherche pourraient être envisagés.

Lafargue pamphlétaire.

C’est d'abord le propagandiste qui retiendra notre attention, car cette dimension du personnage rencontre parfaitement les orientations de recherche de l'axe propagande constitué depuis deux ans au sein de l'EA 3400 ARCHE (Arts, Civilisation et Histoire de l'Europe) de la Faculté des Sciences Historiques de l'Université de Strasbourg. Les travaux sur les guesdistes, comme celui de Robert Stuart (Marxism at Work, Cambridge, 1992), et plus récemment les recherches de Paul Pasteur et Jean-Numa Ducange sur la social-démocratie allemande ont d'ailleurs fortement mis l'accent sur l'œuvre de formation des esprits engagée par les socialistes, en Europe, dès avant 1914. Dans cette perspective, l'action de Lafargue est d'abord celle d'une "plume" brillante et incisive, que ce soit à travers la presse ou à travers le pamphlet. Ses articles de L'Egalité et de la Revue Socialiste ont abordé plusieurs champs, des transformations du capitalisme américain aux problèmes de l'agriculture, et jusqu'aux relations internationales. A côté du Droit à la Paresse, plusieurs de ses pamphlets comme La Légende de Victor Hugo ou Pie IX au paradis gagneraient à être relus et redécouverts.

Lafargue doctrinaire et Lafargue politique.

Avec Guesde lui-même et avec Gabriel Deville, il a été certainement le penseur le plus important du mouvement guesdiste. Peut-on vraiment juger que tout a été dit des inflexion et des hésitations de la doctrine française, en particulier au temps de la Seconde Internationale ? A relire avec le recul les travaux de Daniel Lindenberg ou de Thierry Paquot, qui se montraient très sévères à l'égard des guesdistes, il y a lieu de penser que non et que le dossier pourrait être rouvert, ce qui correspond d'ailleurs à l'inspiration du livre de Robert Stuart cité supra. Les vues de Lafargue sur les différentes étapes de l'unité socialiste en France sont connues. Moins étudiées sont sans doute ses analyses de la Commune de Paris, de la formation à la Chambre des députés du "groupe ouvrier", du boulangisme et de l'affaire de Panama, et même de l'affaire Dreyfus.

Lafargue et la famille Marx.

La correspondance qu'il a entretenue avec Engels fait partie, depuis l'édition qu'en a donnée Emile Botigelli dans les années 1950, des sources classiques de l'histoire du marxisme et du mouvement ouvrier français. Mais les relations de Lafargue avec Marx pendant sa période londonienne pourraient être réévaluées. Plus généralement, la vie sociale du ménage de Paul et Laura Lafargue, après leur installation à Draveil, a été peu étudiée, et ladite correspondance  avec Engels pourrait être reprise pour renseigner sur leurs réseaux et leurs activités.

Lafargue et le mouvement ouvrier international.

L’itinéraire intellectuel et personnel de Lafargue est étroitement lié aux premiers balbutiements de l’organisation ouvrière en Europe. Du point de vue générationnel, il est possible de l’apparenter à Clemenceau ou à d’autres figures radicales-socialistes, mais son parcours le montre moins attaché que ces derniers à la forme de gouvernement, et défiant à l'égard de l'idée même de République. Ses rapports avec l'anarchisme, dans sa jeunesse comme dans sa maturité, pourraient être repensés. Après la formation de la Deuxième Internationale, son implication dans l'organisation est peut-être plus discrète, mais n'est pas négligeable.

Lafargue et la mort volontaire.

Le suicide de Lafargue et de son épouse a choqué et divisé le personnel politique et les militants socialistes français. C’est une des raisons pour lesquelles, probablement, sa mémoire n’a pas été honorée, entre les deux guerres, comme ont pu l’être celles de Jaurès et de Guesde. A travers ce thème, ses liens avec la libre-pensée et avec l'anarchisme pourraient être réappréciés.

Modalités de soumission et contacts

Contacts : Les propositions de communication (3000 signes au maximum) sont à adresser

avant le 25 octobre 2011

à Nicolas Bourguinat, professeur d'histoire contemporaine(bourguin@unistra.fr), Alexandre Sumpf et Séverine Marin, maîtres de conférences en histoire contemporaine et responsables de l'axe "Propagandes" (asumpf@hotmail.com et antigonemarin@aol.com). Les organisateurs procèderont à la sélection des propositions.

Lieux

  • 9 place de l'Université (Palais Universitaire)
    Strasbourg, France

Dates

  • mardi 25 octobre 2011

Mots-clés

  • marxisme, guesdisme, socialisme français, pamphlets, propagande

Contacts

  • Nicolas Bourguinat
    courriel : bourguin [at] unistra [dot] fr

Source de l'information

  • Nicolas Bourguinat
    courriel : bourguin [at] unistra [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Paul Lafargue cent ans après », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 12 septembre 2011, http://calenda.org/205196